Authors Posts by Communiqué

Communiqué

48 POSTS 0 COMMENTAIRES

par -

Le ministère de l’Agriculture a annoncé dans un communiqué publié vendredi 17 mai 2019 de nouvelles nominations :

Ridha Mejri en tant que délégué régional au développement agricole de Ben Arous.

Abderraouf Jaziri en tant que délégué régional au développement agricole de Béja.

Chedly Ghazouani en tant que délégué régional au développement agricole de Jendouba.

Kamel Dridi en tant que délégué régional au développement agricole du Kef.

Mohamed Mhamdi en tant que délégué régional au développement agricole de Kasserine.

Mohamed Boufalgha en tant que délégué régional au développement agricole de Tataouine.

Chokri Walha en tant que délégué régional au développement agricole de Sidi Bouzid.

Taher Mbarki en tant que délégué régional au développement agricole de Sfax.

Ammar Jemai, en tant que délégué régional au développement agricole de Médenine.

Moncef Hermi en tant que délégué régional au développement agricole de Siliana.

par -

La première édition des « Tourism Leaders Awards » va se tenir le 21 juin prochain à Tunis. Il s’agit d’un événement destiné à honorer les forces vives du secteur touristique.

En tout, 16 trophées seront remis dans différentes catégories englobant plusieurs corps de métiers de la nomenclature sectorielle du tourisme, allant des cadres supérieurs d’hôtels, de centres de thalassothérapie et d’agences de voyages jusqu’aux postes de gouvernante générale, chef cuisinier et chef pâtissier.

« L’objectif est de valoriser le capital humain, de reconnaître le poids des créateurs de valeurs et d’attester du mérite des ressources humaines qui se distinguent dans leur fonction et qui représentent dignement les entreprises qui les emploient » a déclaré M. Hédi Hamdi, directeur du site spécialisé DestinationTunisie.info et organisateur de l’événement.

Lors d’une grande soirée qui va se dérouler aux Berges du Lac (espace Arena), seront dévoilés les noms des récipiendaires de l’année 2019 qui auront été sélectionnés au préalable sur dossier par un jury constitué de plusieurs experts et opérateurs de renom dans le domaine, tunisiens mais aussi étrangers.

« Le tourisme concerne en grande partie la clientèle internationale en plus de la clientèle locale, il était quelque part normal d’impliquer notamment des représentants de tour-opérateurs étrangers pour qu’ils évaluent avec nous les ressources humaines, que ce soit en Front Office ou en Back Office » a encore ajouté M. Hamdi.

Appelés à devenir annuels, les « Tourism Leaders Awards » seront précédés par une grande conférence-débat sur un thème d’une actualité brûlante, à savoir l’évaluation de la participation tunisienne aux foires et salons touristiques internationaux et les moyens de booster les performances de la destination. Cet événement débutera à 15h00. L’accès se fera sur invitation. Pour s’inscrire aux « Tourism Leaders Awards » : www.tourismawards.tn

par -

A la veille du Conseil d’Association de l’Union européenne avec la Tunisie prévu pour le 17 mai, et alors que la question de l’accord de l’ALECA avec l’Union européenne fait polémique suscitant un débat très passionné, notamment pour le refuser, l’UE a publié mercredi 15 mai 2019, le nouveau rapport sur les développements dans les relations avec la Tunisie. Le rapport détaille des aspects majeurs de la coopération de début 2018 à mars 2019.

«Nous attachons une importance toute particulière à notre coopération avec la Tunisie, construite sur la base de notre histoire commune, de valeurs partagées et de respect mutuel. Des progrès importants ont été effectués lors de l’année écoulée dans le cadre de notre partenariat privilégié. Cet engagement envers les Tunisiens et l’avenir de la jeunesse spécifiquement, demeure constant pour accompagner l’établissement d’un Etat de droit démocratique durable, d’un pays sûr et prospère», a déclaré la haute représentante/vice-présidente pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini.

«L’UE a continué à mobiliser tous ses instruments de coopération afin d’appuyer notre partenaire tunisien. Ceci s’est traduit en 2018 par un ensemble de mesures d’aide financière se chiffrant à 305 millions d’euros sous forme de dons, le montant le plus élevé jamais alloué à la Tunisie au titre de l’instrument européen de voisinage. Au cours de cette même période, conjointement avec huit institutions financières européennes et internationales, j’ai lancé une initiative sans précédent afin de mettre l’accent sur l’importance pour la Tunisie de mettre en œuvre au plus vite ses engagements de réformes dans les domaines socioéconomiques pour le bénéfice de tous les Tunisiens», a souligné le commissaire à la politique européenne de voisinage et aux négociations d’élargissement Johannes Hahn.

Le rapport est structuré en ligne avec ces priorités stratégiques Tunisie – UE d’ici fin 2020, dans le but de décrire de manière aussi concrète que possible les avancées dans les domaines prioritaires du partenariat. Ces priorités ciblent le développement socio-économique inclusif et durable, la jeunesse, la démocratie, la bonne gouvernance et les droits de l’homme, le rapprochement entre les peuples, la mobilité et la migration, ainsi que la sécurité et la lutte contre le terrorisme.
La Tunisie est engagée depuis 2011 dans une transition démocratique qui reste une source d’espoir au niveau régional et au-delà. Des avancées importantes ont été réalisées en 2018, et notamment la tenue d’élections municipales en mai 2018 que l’UE a pleinement appuyées et qui représentent une étape essentielle du processus de décentralisation. Cependant, le rapport note aussi que la transition ne pourra s’inscrire dans la durée que si elle est accompagnée par des avancées économiques et sociales de même envergure. Ainsi, en cette année d’importantes échéances électorales, il importe de continuer à progresser dans la mise en œuvre des Priorités Stratégiques du Partenariat Tunisie – UE ainsi que du Partenariat pour la Jeunesse Tunisie – UE.

Le rapport note également que les fonds de l’UE alloués à la coopération ont continué à renforcer le Partenariat Privilégié entre les deux parties. L’intense activité des relations pendant l’année écoulée s’est traduite par un engagement sans précédent de l’UE à partir de l’enveloppe de l’instrument de voisinage pour un montant total de 305 millions d’euros, sous forme de dons, dans des secteurs clés comme l’appui à l’innovation et les start-ups, la jeunesse, l’efficacité énergétique, la diversification du tourisme et à la rénovation des quartiers populaires. A ce montant s’ajoutent les lignes thématiques et les programmes régionaux.

  • Ce que Mogherini et Han ne disaient pas

L’UE reste le premier partenaire commercial de la Tunisie, destination d’environ trois quarts de ses exportations et source de plus de la moitié de ses importations en 2018. L’UE demeure le premier investisseur étranger en Tunisie, représentant plus de 85% de tout l’investissement direct étranger dans le pays, et avec plus de 3.000 entreprises européennes employant plus de 300.000 personnes.
Parmi les initiatives majeures en 2018 figurent des programmes d’appui à la compétitivité et aux exportations tant dans le domaine industriel qu’agricole, l’appui à la modernisation de l’administration et à la réforme fiscale, ainsi que l’appui à la préparation et la réduction des risques de catastrophes naturelles. L’impact et les résultats concrets pour les citoyens est au centre du suivi de ces initiatives.

Le communiqué de la Commission européenne oublie pourtant de répondre aux sévères critiques de toute la société civile tunisienne, quant aux dangers de l’accord de l’ALECA pour l’agriculture tunisienne, complètement désarmée en face d’une agriculture européenne hyper-dopée par les aides et les subventions. Le communiqué oublie aussi de répondre aux demandes de la société civile tunisienne pour un équilibrage des discussions de l’ALECA sur le secteur des services, en incluant les discussions sur la liberté de circulation dans l’espace européen aux Tunisiens.

par -

La technologie des micro-onduleurs, récemment introduite dans notre pays, permettra de réduire le coût des systèmes solaires photovoltaïques et simplifiera leur installation, permettant ainsi l’accès des ménages ayant une faible consommation électrique à l’énergie solaire. La Coopération Allemande au Développement* en partenariat avec l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Energie (ANME) et la STEG (Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz), ont mis en service, en avril 2019, les 4 premières installations photovoltaïques à base de micro-onduleurs.

Ces 4 projets pilotes ont été installés aux gouvernorats de Tunis, Sousse et Gabes, avec des puissances s’étalant de 250 watts à 1 000 watts (soit 1 à 4 panneaux solaires) soit de quoi couvrir la consommation annuelle typique des ménages ciblés. Ils sont équipés de micro-onduleurs, petits boitiers électroniques qui permettent de convertir le courant continu produit par un panneau photovoltaïque en courant alternatif, compatible avec le réseau électrique de la STEG.

Il suffit de brancher ces systèmes à base de micro-onduleurs « Plug & Play » directement sur une prise de l’habitation pour alimenter avec de l’électricité renouvelable tous les appareils électriques et électroniques (lampes, frigo, TV…) d’une maison, d’où une simplicité de mise en œuvre et une réduction des coûts d’installation. De plus, l’électricité non consommée instantanément n’est pas perdue, puisqu’elle est injectée sur le réseau électrique national, pour être utilisée à un autre moment de la journée.

Simplifier et faciliter l’accès des ménages à faible revenu à l’énergie solaire !

Les 4 installations de démonstration s’inscrivent dans le cadre de l’appui de la coopération allemande GIZ au programme national « PROSOL SOCIAL », récemment lancé par l’Etat tunisien pour substituer la consommation électrique, fortement subventionnée, des petits consommateurs par de l’électricité solaire. Ce programme touchera dans sa phase pilote 10.000 ménages. Ces 4 projets pilotes serviront également à faciliter la mise en œuvre du futur programme « PROSOL Economique » qui vise les ménages ayant une consommation intermédiaire et qui sera en partie financé par les fonds accordés à la Tunisie par le programme européen « NAMA Facility ».

par -

En avril 2019, les prix à la consommation augmentent de 0,8% après 0,4% en mars 2019. Cette augmentation est principalement liée à la hausse des prix des articles d’habillement de 4,9%, des biens et services divers de 0,9% et le transport de 0,7%. Par ailleurs, les prix de l’alimentation baissent de 0,1%

En avril aussi, les prix des produits d’habillement augmentent de 4,9% contre 1,3% enregistrée le mois précédent en raison de la fin des soldes d’hiver. Les prix des articles d’habillement augmentent de 4,7%, ceux des chaussures de 5,5% et ceux des tissus de 1,6. Les prix du transport augmentent de 0,7% en raison de la révision des prix des carburants et lubrifiants pour véhicules de +3,9% (+2,7% en avril 2018). En revanche, les prix des voitures baissent de 1,4%. En avril encore, les prix des biens et services divers augmentent de 0,9% en raison de la hausse des prix des soins et effets personnels respectivement de 0,9% et 2,5%. Sur un mois, les prix des produits alimentaires diminuent de 0,1% suite à la baisse des prix des légumes frais, des volailles comme indiqué au tableau1 ci-dessous.

par -

Le taux d’inflation atteint 6,9% en avril 2019, contre 7,1% le mois précédent et 7,3% en février de la même année. Ce repli est dû essentiellement à la décélération du rythme d’augmentation des prix de l’alimentation (6,6% contre 7,5%).

En avril 2019 en effet, les prix de l’alimentation augmentent de 6,6% sur un an contre 7,5% en mars 2019. Cette hausse est expliquée par l’augmentation des prix des œufs de 34,7%, des produits laitiers de 11,8%, des viandes de 9,8% et des légumes de 8,6%. Hors produits frais, les prix de l’alimentation sont en hausse sur un an de 5,7%. Hausse des prix des produits et services de transport Sur un an, les prix du transport augmentent à un taux de 9,5% en raison de la hausse des prix des véhicules de 8,2%, des coûts d’utilisation des véhicules (pièces de rechanges et carburants) de 10,9% et des services de transport de 8,6%.

par -

Le Groupe de Maher Chaabane a inauguré ce jeudi 02 mai 2019 au Lac 2, son unité hôtelière dirigée par le groupe Thailandais Minor sous le label Avani.  Au cours de cette inauguration, le ministre du Tourisme René Trabelsi n’a pas manqué de mettre l’accent sur cette nouvelle réalisation hôtelière qui contribuera à rehausser l’image de la Tunisie et développer davantage ses infrastructures touristiques. Le président du Groupe Chaabane, pour sa part, a exprimé sa fierté “d’apporter quelque chose de nouveau et d’excitant au marché hôtelier de la ville de Tunis et d’apporter une contribution réelle au développement du tourisme en Tunisie“.

Engagé au début dans le bâtiment et travaux publics, le groupe Chaabane Frères, créé en 1990 et dirigé par Maher Chaabane, a franchi, grâce à la vision prospective du fondateur, des pas de géant dans le domaine de la construction, ce qui lui a permis de remporter de nombreux marchés publics. L’année 1999 fut la naissance de la société de promotion immobilière et la société Chaabane Frères Béton née en 2000. Furent également acquises la société Grégoire de promotion immobilière en 2009 et la société Tredco en 2013.

Ainsi, en 2014 fut l’ouverture de la clinique “Myron”, établissement de santé privé multidisciplinaire d’une capacité de 110 lits, «Myron est un pion de la chirurgie esthétique», comme l’écrit le texte même du communiqué de presse, qui emploie d’éminents chirurgiens et attire plus de 70 % de clients à travers le monde.

Poursuivant la politique de diversification, le Groupe Chaabane Frères s’attaque au tourisme de shopping avec l’inauguration des Tunisia Mall (1 et 2 respectivement en 2015 et 2017). Ces deux unités contribuent à faire de Tunis une destination de shopping. En 2108, le Groupe Chaabane Frères démarre les travaux des Tunisia Mall Ennasser, pas loin du lit d’un oued, et Sfax.

 

Par ailleurs, le Tourisme reste l’une des priorités du Groupe Chaabane ; 2019 marque l’ouverture de Avani Les Berges du Lac Tunis Suites mais également le démarrage des travaux de l’hôtel appartenant à la société “Tredco” de catégorie 5 étoiles et d’une capacité de 320 Lits, dont l’ouverture est prévue en 2020 , en plus du démarrage de chantiers à Gammarth à savoir un hôtel de catégorie 5 étoiles d’une capacité de 500 lits et 18 villas ainsi que Tunisia Mall Gammarth “Adam” un projet composé d’un hôtel de 500 lits et 30 villas.

 

D’un autre côté, un projet à Hammamet composé d’un centre commercial ainsi qu’un projet immobilier comptant 40 appartements est prévu. Et un autre projet d’hôtel de 500 lits, 89 appartements et 4 villas à Monastir.

Il est également à rappeler que le groupe Chaabane Frères a remporté le marché de Qataria Diar pour l’hôtel Anantara Tozeur qui a été classé parmi les 10 meilleurs hôtels du monde selon le magazine Forbes.

par -

Le président de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org), Akinwumi Adesina, qui effectue sa première visite officielle en Tunisie, a souligné l’engagement de la Banque à demeurer aux côtés de la Tunisie et à l’aider dans le financement de projets structurants.  Plusieurs accords ont été signés au cours de cette visite.

Le président de la Banque a annoncé qu’environ un demi-milliard de dollars seraient mobilisés en 2019. Ces financements iront en priorité aux secteurs de l’énergie, de la finance et de l’agriculture. Autant de « secteurs qui vont générer croissance et emplois », a souligné le président de la Banque.

Au premier jour de cette visite, Akiwumi Adesina s’est entretenu avec le chef du gouvernement, Youssef Chahed. La rencontre a été l’occasion de passer en revue les différents volets de la coopération de la Banque avec la Tunisie et de tracer les perspectives de son renforcement.

Plus tôt dans la journée, il a inauguré le bureau régional de la Banque pour l’Afrique du Nord. L’institution « est ici pour durer », a déclaré le président Adesina. En marge de la cérémonie d’inauguration, un accord de don a été signé, portant sur la création d’une unité de supervision de l’action publique en vue d’optimiser la mise en œuvre des projets, programmes et réformes publiques financés par les bailleurs de fonds.
Le président Adesina a également signé un mémorandum d’entente avec la Banque maghrébine d’investissement et de commerce extérieur (BMICE). Un accord qui a pour objectif d’accompagner sa réorganisation, de transférer son savoir-faire technique en même temps que de moderniser le système d’information et de communication de la BMICE.
En marge des temps forts de cette première journée de visite, Akinwumi Adesina a rencontré des entrepreneurs financés dans le cadre de « Souk At-tamnia ». Ce programme offre un accompagnement financier et non-financier à des jeunes qui innovent, entreprennent et veulent concrétiser leurs idées.

Parmi les projets soutenus, figure la start-up M2M, spécialisée dans l’efficacité énergétique et dans la gestion du « Big data » pour les entreprises industrielles. Souk At-tamnia appuie également les projets environnementaux, comme Alaf Co, devenu l’un des principaux spécialistes tunisiens du recyclage de canettes en aluminium. Les secteurs traditionnels de l’artisanat et de l’agriculture sont également soutenus par le programme, en raison de leur potentiel de création d’emplois, en particulier dans les zones rurales.

par -

Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) a fait savoir que 40 cas de décès dus à des accidents de transport ont été recensés dans le secteur agricole durant les 5 dernières années.

Dans un communiqué rendu public ce mardi 30 avril 2019, le FTDES a précisé que durant la même période 496 travailleurs agricoles ont été blessés dans des accidents de la même nature.

A noter que l’année en cours a été la plus meurtrière avec 15 cas de décès.

par -

Lors d’une cérémonie sous le haut patronage du Chef du Gouvernement et avec le soutien de l’Union européenne, l’Union Internationale de Banques (UIB) a décroché, lundi 29 avril 2019, le certificat AML 30000 qui est la première norme certifiable en matière de lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent.

C’est en en présence d’experts internationaux issus des métiers de la certification et de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme que l’UIB s’est vu décerné le premier certificat de conformité en Tunisie au Standard AML 30000 pour « Anti-Money Laundering – Index 30000 ».

L’UIB s’est ainsi rapidement inscrite dans une démarche volontariste en impliquant ses meilleures compétences et en sollicitant des experts de renom international, en matière LBA/FT, afin d’apporter une réponse concrète au combat mené contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Cette démarche s’est inscrite, au lendemain du classement de la Tunisie sur la liste du Groupe d’Action Financière (GAFI) des pays dont le dispositif LBA/FT présente des déficiences stratégiques et la production soutenue de nouvelles normes sur le plan national pour parfaire le cadre légal et réglementaire en la matière.

Consciente des évolutions majeures en matière de conformité sur le plan des réglementations, l’UIB a renforcé ses dispositifs. Les programmes de formation de l’UIB s’inspirent des bonnes pratiques avec un souci constant de former des collaboratrices et des collaborateurs capables de maîtriser par eux-mêmes les problématiques de la conformité et de la sécurité financière. Face à la montée des risques, la motivation de l’UIB est de s’appuyer sur ses bases et acquis pour continuer à renforcer sa culture de lutte contre la corruption, l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent et le terrorisme.

Au terme de la mission d’évaluation menée par l’Organisme de Certification « Maghreb Corporate », affilié à « IWK Corporate », les inspecteurs ont pu conclure positivement sur l’exhaustivité et la pertinence du dispositif LAB/FT au sein de l’UIB. En effet, le contrôle, l’optimisation et le traitement des alertes est un projet conduit par la Direction Conformité de l’UIB avec l’appui de la structure groupe Société Générale et suivi au plus haut niveau par la gouvernance de l’UIB.

A propos de la norme AML 30000

La norme AML 30000 est portée par un collectif d’experts internationaux spécialistes des questions de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terroriste. Les cahiers des charges du référentiel ont été élaborés sur la base de l’ensemble des exigences reconnues à l’échelle universelle en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et de financement du terrorisme, puis déclinés par secteur, pour couvrir l’ensemble des institutions financières et certaines entreprises et professions non-financières (professions du droit et du chiffre, agences immobilières, négociants de métaux ou d’objets précieux, etc.). La norme AML 30000 a une portée universelle ; ses prérequis sont identiques d’un pays à un autre, sans distinction comme le prévoit la réglementation internationale des certifications des systèmes de management.

Le standard AML 30000 certifie la conformité technique des dispositifs LBA/FT mis en place par les personnes assujetties et leur efficacité.

par -

Lors de la première édition du baromètre de l’entreprise publiée en 2012, 100% des dirigeants interrogés ont estimé que le retour à la normale se ferait en moins de deux années, 70% ont même anticipé un rétablissement en seulement une année. Sept années plus tard, l’édition 2019 montre à quel point les entreprises tunisiennes se sont installées dans une situation de précarité généralisée avec 58% des répondants qui estiment que leurs activités seront menacées dans les deux ans qui suivent alors qu’ils n’étaient que 25% en 2015. Ce chiffre est de 68% pour les petites entreprises.

C’est un véritable signal d’alarme qui est lancé et le message est clair : après une longue période d’instabilité politique et sociale d’un côté et de conjoncture économique défavorable de l’autre, la capacité de résilience de l’entreprise tunisienne est sérieusement entamée. Ceci se reflète dans le moral et les anticipations des chefs d’entreprises dont 51% s’attendent à une détérioration de la situation politique et 56% à une détérioration de la situation économique en 2019.

Ces anticipations négatives de la conjoncture impactent naturellement leurs stratégies d’investissement et de développement avec seulement 35% des répondants qui déclarent une intention d’augmenter leurs investissements en 2019, alors qu’ils étaient 48% l’année précédente. Et après plusieurs années où la quasitotalité des répondants déclaraient des initiatives internes et/ou externes de développement, cette année 29% d’entre eux ne prévoient aucune initiative pour 2019.

Toutefois dans ce contexte difficile, les secteurs des TICs et de l’industrie automobile affichent une dynamique positive. 59% des dirigeants d’entreprises du secteur TIC et 48% des dirigeants d’entreprises de l’industrie automobile prévoient l’amélioration de leur chiffre d’affaires et ils sont aussi 48% à prévoir d’augmenter leurs investissements en 2019 pour les deux secteurs. Cette dynamique positive se reflète plus généralement pour les entreprises exportatrices dans le panel EY qui sont 58% à voir leurs liquidités augmenter entre 2017 et 2018, la dépréciation du dinar jouant en leur faveur.

Enfin et après le focus sur la transformation digitale lors du baromètre de l’année dernière, EY a adressé cette année la thématique de la succession et de la transmission dans les entreprises familiales, une phase critique dans la vie de l’entreprise à fortiori dans le contexte actuel. Pourtant 47% des chefs d’entreprises familiales n’ont jamais ou vaguement évoqué un plan de succession. Ce chiffre est de seulement 21% pour les grandes entreprises familiales dont l’effectif est supérieur à 200 employés, témoignant de leur forte conscience de l’importance de l’enjeu. A juste titre, car selon les études internationales jusqu’à 97% des entreprises familiales qui n’ont pas défini de politique de succession ne survivent pas au-delà de la 3e génération. Quel schéma et quel projet d’intégration de la prochaine génération ? À quel niveau managérial et surtout combien d’entre eux comptent rejoindre l’entreprise familiale ? Notre baromètre vous apporte des éléments d’éclairage.

par -

Dans le cadre de la stratégie nationale de « Décashing » et d’inclusion financière et faisant suite aux résultats positifs sur l’ensemble de ses tests techniques, AMEN BANK a décidé de généraliser « AmenPay », son application de Mobile Payement, au grand public et à tous les commerçants.

Cette solution, qui fonctionne sur les technologies « QR Code » et NFC de mobile à mobile et qui répond parfaitement aux normes internationales de sécurité, est désormais disponible au téléchargement sur Play Store (Android) et très prochainement sur App Store (IOS).

Il est à noter que pour profiter pleinement de ce nouveau service d’AmenPay, il suffit simplement de télécharger l’application sur son smartphone, de s’y inscrire en saisissant le numéro de la carte que l’on souhaite utiliser lors des opérations de payement. Une confirmation de l’enregistrement du wallet sur le smartphone sera transmise par SMS au porteur de la carte. Il est à préciser qu’ « AmenPay » fonctionne avec toutes les cartes bancaires tunisiennes, même les cartes prépayées, contribuant ainsi activement et efficacement à la réalisation de l’objectif national de l’inclusion financière.

Grâce à « AmenPay », le porteur de carte pourra dans une première étape, effectuer librement ses transactions de payement au sein de l’Ecole ESPRIT, auprès des « commerçants » qui y sont affiliés, ainsi que de la chaîne américaine des restaurants « Chili’s Tunisie », qui sert une cuisine d’influence tex-mex.

« Chili’s Tunisie » exploite trois points de vente, situés à El Manar, Les Berges du Lac I et à Tunis City, avec une ouverture très prochaine d’un quatrième, au nouveau centre commercial “Mall of Sousse».

« AmenPay » sera progressivement étendue à d’autres commerces.

De plus, cette expérience réussie constituera pour AMEN BANK un socle important dans le cadre de son adhésion à la mise en place, prochainement en Tunisie, d’une solution communautaire de Mobile Payement.

par -

Dans le cadre des conférences politiques et économiques organisées par le Groupe Université Européenne de Tunis et Sciences Po Tunis, S.E Madame Louise DE SOUSA, Ambassadeur du Royaume-Uni en Tunisie, a rencontré, mercredi 24 avril  2019, les étudiants de Sciences Po Tunis et a animé une conférence-débat sur les relations Tuniso-Britanniques en Tunisie.

 Après la présentation des relations et une fine analyse de l’importance des relations actuelles, Madame Louise DE SOUSA, Ambassadeur du Royaume-Uni, a eu des échanges fructueux et un débat de qualité avec les étudiants d’une manière franche et amicale à la fois. Plusieurs thèmes ont été abordés dont les volets politique, économique, éducatif et sécuritaire.

 L’Ambassadrice a souligné l’importance des relations tuniso-britanniques et l’amitié historique qui existe entre la Tunisie et le Royaume-Uni et surtout l’intérêt certain pour la Tunisie et pour le marché tunisien, ainsi que le soutien des actions de développement des relations bilatérales, sans pour autant oublier l’importance de son soutien et de son appui pour les activités de développement des relations économiques entre la Tunisie et la Grande-Bretagne.

par -

Le Groupe Soroubat de Noureddine Hachicha se rapproche de TT (Tunisie Télécom), plus précisément sa filiale Sotetel, afin d’offrir aux clients de Hachicha les services liés aux connexions de Très Haut Débit. La convention a été paraphée mardi 23 avril 2019 .

Fadhel Kraiem a «garanti l’engagement sans faille de l’opérateur national dans la construction des infrastructures des télécommunications, l’accès aux services du très haut débit à sa clientèle dans les meilleurs délais et à l’instauration d’un environnement urbain conforme aux mutations culturelles et économiques que connaît la Tunisie».

Habib Bouattay a, quant à lui, souligné que ce partenariat s’inscrit dans le cadre d’un plan stratégique pour le développement des activités de la Sotetel en matière de digitalisation et développement des villes intelligentes

par -

L’Ambassade du Japon en Tunisie annonce l’ouverture de la candidature à la bourse des études au Japon pour l’année 2020, offerte par le Ministère de l’Education, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie du Japon (MONBUKAGAKUSHO- MEXT) au profit des élèves et étudiants tunisiens, pour étudier dans les collèges technologiques et universités japonaises.

Deux catégories de bourse sont mises à la disposition des candidats :

  • « College of Technology students » destinée aux élèves ou étudiants ayant un baccalauréat ou qui sont en cours de terminer leurs études secondaires.
  • « Research students » destinée aux étudiants ayant un diplôme universitaire pour accomplir un master ou un doctorat au Japon.

Les dossiers de candidature sont disponibles sur la page Facebook et le site web de l’Ambassade du Japon. Le dernier délai pour le dépôt des candidatures est fixé au vendredi 17 mai 2019 (inclus).

Pour plus d’information: Facebook , Ambassade.

par -

Les employés de structures publiques ont la possibilité de participer à des formations liées à la maintenance des biens publics. Le cycle de formations a démarré le 2 avril à Sidi Bouzid et a été suivi par des séances dans les gouvernorats du Kef (08-12 avril), de Siliana (16-19 avril) et de Béja (23-26 avril).

Une maintenance efficace permettra une utilisation plus longue des bâtiments d’utilité publique comme les hôpitaux et les écoles, au bénéfice de toutes les Tunisiennes et de tous les Tunisiens. A cet effet, la GIZ coopère avec le Ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale et soutient ainsi cette démarche en faveur d’une infrastructure durable.

Une maintenance régulière et préventive est primordiale pour éviter une dégradation accélérée des biens publics, comme les écoles rurales, ou encore le matériel médical au sein des hôpitaux. Un manque de maintenance entraîne aussi des coûts élevés à long terme, sous forme de réparations ou rénovations onéreuses. Le gouvernement a d’ailleurs décidé d’augmenter les moyens liés à la maintenance dans le secteur de la santé publique, vu l’importance de cette thématique.

Le projet Initiative pour le Développement Régional (IDR), est financé par le Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement et mis en œuvre par la GIZ, en collaboration avec le Ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale.

Pour IDR le thème de la maintenance revêt aussi une importance majeure, puisqu’il réalise de nombreux projets de construction et d’acquisition dans les secteurs de l’éducation et de la santé, notamment à travers la réhabilitation d’écoles primaires ou l’acquisition d’appareils électrocardiographes pour des centres de santé de base. IDR a donc élaboré et distribué un manuel de gestion de la maintenance des biens publics, pour s’assurer de la pérennité des projets de construction en Tunisie. Ces formations servent à garantir une mise en œuvre pratique de ce manuel.

La Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH est une entreprise fédérale allemande active dans le domaine de la coopération internationale pour le développement durable. En Tunisie depuis 1975, la GIZ met en œuvre des projets de développement dans le cadre de la coopération tuniso-allemande, et ceci dans quatre secteurs, en mettant particulièrement l’accent sur le développement des régions rurales : la gestion durable des ressources naturelles, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, le développement économique durable et la promotion de l’emploi, ainsi que le développement régional, la gouvernance locale et la démocratie.

 

par -

La BIAT lance le paiement sans contact afin de faciliter l’utilisation des cartes bancaires. Grâce à la technologie de communication sans fil, la BIAT offre aux clients équipés de cartes bancaires, notamment les cartes de débit, de crédit et prépayées, la possibilité d’effectuer facilement et rapidement leurs paiements.

Dans le cadre de l’amélioration de son offre de produits monétiques, la BIAT lance le projet du mode sans contact sur ses cartes bancaires. Cette initiative répond aux besoins dictés par le rythme de vie, devenu très accéléré, et permet ainsi aux clients d’effectuer leurs petits achats de manière simple, rapide et sécurisée.

L’option de paiement sans contact, adossée à la technologie NFC – Near Field Communication – donne la possibilité au détenteur de la carte intégrant cette option, de régler des achats de petits montants en l’approchant à trois ou quatre centimètres du terminal de paiement électronique (TPE), sans obligation de signature ni de saisie de code confidentiel.

Le client pourra utiliser sa carte en mode sans contact et sans saisie de code confidentiel (PIN) dans la limite de 30 dinars par opération. Le nombre maximum d’opérations successives, sans contact et sans saisie de code PIN est fixé à trois. Au-delà, le client devra utiliser sa carte en mode contact classique afin de pouvoir effectuer de nouveau des paiements sans contact.

Le système de paiement sans contact constitue également une opportunité non négligeable pour le commerçant. Avec des délais de transaction plus courts, le volume des ventes tend à augmenter.

Le processus de paiement simplifié s’accompagne aussi de la diminution de l’utilisation du cash.

Acteur dynamique et innovant du secteur bancaire tunisien, la BIAT mise sur les nouvelles technologies pour répondre aux exigences de ses clients et simplifier leurs opérations bancaires au quotidien.

par -

L’Union Internationale de Banques (UIB) enregistre une belle performance au cours du premier trimestre 2019 dans un environnement encore difficile à bien des égards. Ses Produits d’Exploitation Bancaires sont en hausse de +28,3% sur un an. Ils sont tirés par la dynamique des marges d’intérêt et sur commissions et par la hausse des revenus du portefeuille-titres commercial et d’investissement.

La progression des revenus de l’UIB reflète la bonne dynamique de conquête commerciale et son rôle accru dans le financement de l’économie, de même que les gains de parts de marchés dans les différents segments de clientèle Corporate et Retail. L’encours des dépôts et des crédits à la clientèle, en progression respectivement de +15% et 9,4% vs. fin mars 2018, témoigne de la confiance de ses clients et confirme la forte résilience de son modèle de développement.

Le bilan du premier trimestre 2019 est largement positif avec notamment un Produit Net Bancaire en progression de +24% et un Résultat Brut d’Exploitation en hausse de +35,6%. Tout en poursuivant ses investissements soutenus en matière de mise à niveau de ses infrastructures technologiques et de développement de son capital humain, l’UIB démontre, également, une rigueur opérationnelle reflétant ses efforts continus de rationalisation, lui permettant d’améliorer de plus de 4 points son coefficient d’exploitation (47,1% vs. 51,7% fin mars 2018).

Les résultats de facture solide de l’UIB, qui s’inscrivent dans la trajectoire de ses objectifs et de ses ambitions, traduisent son potentiel de croissance ainsi que les niveaux d‘excellence opérationnelle et d’engagement reconnus de ses collaborateurs. Ils confirment la pertinence de sa stratégie de différentiation fondée sur un modèle relationnel centré sur la satisfaction des clients, l’innovation, la transformation digitale et le développement du capital humain. Son socle de rentabilité des fonds propres (avec plus de 20% de ROE) reflète ses fondations solides qui lui permettent de franchir, en 2019, une nouvelle marche dans le palmarès des banques tunisiennes.

par -

Renforçant son appui au secteur financier en Tunisie dans sa transition vers les normes IFRS, la BERD co-organise un événement aujourd’hui à Tunis afin de souligner l’importance d’un langage comptable universel et les défis associés à son adoption par les pays de la rive sud de la Méditerranée.

Près de 200 participants représentant le secteur financier, les autorités locales et les milieux des affaires ont participé à l’événement d’aujourd’hui, présidé par Mohamed Ridha Chalghoum, Ministre tunisien des Finances, et Marouane El Abassi, Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie.

Dans leurs allocutions d’ouverture, Antoine Sallé de Chou, Directeur de la BERD en Tunisie, ainsi que Ahmed El Karm, Président de l’Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Etablissements Financiers (APTBEF), ont applaudi la décision du secteur financier de passer aux normes IFRS et souligné leurs avantages.

Les normes IFRS ont été créées pour instaurer un ensemble de normes comptables internationalement reconnues afin d’améliorer la transparence, la responsabilisation et l’efficience des marchés financiers partout dans le monde. Dans le cadre de l’impulsion donnée par le gouvernement pour réformer le secteur financier, le Conseil National de la Comptabilité de Tunisie a annoncé en 2018 l’adoption des normes IFRS par le secteur financier du pays dès 2021.

L’adoption de ces normes internationales dans un tel délai sera un défi pour deux raisons principales : d’une part, seul un nombre limité d’institutions financières dans le pays ont d’ores et déjà adopté les normes IFRS et, d’autre part, les coûts y afférents sont importants. Par conséquent, l’adoption des normes internationales dès 2021 nécessite un effort coordonné.

La BERD, qui s’est engagée à contribuer à une mise en œuvre efficace des normes IFRS dans le pays, a organisé l’événement de ce jour en collaboration avec l’APTBEF pour sensibiliser à l’importance de ces normes comptables et pour discuter de l’approche qui sera adoptée en Tunisie pour leur mise en œuvre. Cet événement a en outre constitué une opportunité pour présenter une étude comparative entre les normes IFRS et les principes comptables généralement admis en Tunisie, réalisée par PwC en 2018 et financée par la BERD.

La BERD fournit également un soutien financier à l’Académie des Banques et Finances afin de dispenser une formation certifiante sur les normes IFRS à une centaine de professionnels de la comptabilité dans le secteur de la banque et du leasing.

Depuis que la BERD a commencé ses opérations en Tunisie en 2012, elle a investi plus de 840 millions d’euros répartis sur 38 projets dans le pays. La Banque investit pour soutenir la compétitivité de l’économie tunisienne via des marchés plus ouverts et une gouvernance renforcée, promouvoir l’inclusion économique des femmes, des jeunes et des populations vivant dans des régions reculées, renforcer la résilience du secteur financier, et soutenir la transition de la Tunisie vers une économie verte.

par -

Les résultats de la 7ème édition de la compétition annuelle « Creative Business Cup » (CBC) ont été dévoilés vendredi 12 avril 2019, à la Maison de l’Entreprise. Le lauréat, et qui va représenter la Tunisie lors de la finale internationale qui se déroulera en Juillet 2019 à Copenhague, est Youssef Boufaied, le propriétaire d’Historio. Il a réussi à convaincre une audience composée d’un panel de jury experts en la matière, de potentiels investisseurs, des représentants de l’écosystème entrepreneurial et de futurs jeunes entrepreneurs.

Youssef Boufaied est ingénieur informatique et entrepreneur. Il est cofondateur et directeur d’Historia, une jeune startup tunisienne active dans la mise en valeur du patrimoine par la technologie et les jeux. Ayant 4 ans d’expérience dans le développement mobile en tant que freelancer, Youssef a travaillé sur différents projets et technologies dont iOS, Android, Unity et Augmented Reality. Par ailleurs, il a créé et géré divers projets : Événements ISET’COM, Netlinks, Bus.tn

Le lauréat de la Tunisie a été choisi parmi trois autres finalistes. Ils sont passés un à un devant un jury composé de 5 personnes dont un membre du comité directeur de l’IACE,Ibrahim Dabeche et Maher Kallel, président de l’association “Carthage Business Angels“ (CBA). Les candidats ont présenté, défendu et convaincu de l’originalité de leurs idées et de leurs projets.

Creative Business Cup est une opportunité entrepreneuriale incontestable mais pas assez  répandue en Tunisie. Par cette initiative, « Creative Business Cup » souhaite promouvoir les industries créatives, lesquelles à l’échelle mondiale contribuent de manière significative à la croissance et à la création d’emplois, ainsi qu’au développement de solutions nouvelles et innovations pour faire face aux défis auxquels les entreprises sont confrontées.

L’objectif est également de rassembler et dynamiser l’écosystème entrepreneurial autour de l’industrie créative mais aussi soutenir et motiver la nouvelle génération de jeunes entrepreneurs et de porteurs de startups.

FOCUS 🔍

Dans le cadre de la stratégie nationale de « Décashing » et d’inclusion financière et faisant suite aux résultats positifs sur l’ensemble de ses tests techniques,...

Le meilleur des RS

Il y a quelques mois, le ministre des Affaires religieuses nous confiait son étonnement face à un citoyen venu lui annoncer son intention de...

INTERVIEW

Chaque été, les Tunisiens, dont les habitudes deviennent de plus en plus gourmandes en climatisation, renouent avec un pic de la consommation d’électricité dû...

AFRIQUE

Le chef d'état-major de l'armée algérienne, désormais de facto homme fort du pays, a assuré mercredi n'avoir "aucune ambition politique", quelques jours après avoir...

Reseaux Sociaux

SPORT

Ligue 1 : Programme de la 4ème journée

Le championnat de la Ligue 1 du football professionnel s'achèvera le 15 juin prochain, tandis que les demi-finales de la coupe de Tunisie auront...