La Tunisie se prépare au Coronavirus

La Tunisie se prépare au Coronavirus

par -

C’est un fait, le Coronavirus est en train de se transformer en pandémie. A ce jour, 80.289 cas de personnes atteintes auraient été confirmés dans 35 pays à travers le monde. Ce qui est en train de tourner à la pandémie a jusque-là entraîné la mort de 2.704 personnes, et seules 27.777 touchées en ont guéri.

Les plus grands foyers d’infection semblent être la Chine avec 77 660 mille et 2.532 décès, presque un millier en Corée du Sud (977 cas). Mais aussi les Etats Unis où il y aurait 53 cas avérés. Dans les pays arabes, ce seraient 13 cas confirmés aux Emirats Arabes Unis, un en Egypte, 2 cas à Oman, 1 cas au Liban et un autre en Irak.

Plus près de la Tunisie, où aucun cas d’infection n’a été confirmé, il y aurait 13 en Grande-Bretagne, 12 en France. Il y aurait aussi un cas par pays, en Allemagne, en Espagne et en Belgique, selon les dernières statistiques publiées par le site « Coronavirus COVID-19 ». Plus près encore de la Tunisie, Milan en Italie avec 270 cas confirmés, dont 7 morts et une seule personne guérie.

En Tunisie, aucun cas jusque-là recensé, mais beaucoup de panique à cause notamment des flux touristiques et commerciaux entre la Tunisie d’une part, la Chine et l’Italie de l’autre. Une crise aigüe de panique qui avait éclaté début février lorsque le ministère de la Santé avait évoqué la possibilité de faire d’un hôtel de la banlieue sud de Tunis un centre de mise en quarantaine, au cas où seraient découverts des cas d’infection.

Une panique qui se manifeste déjà par la programmation d’une réunion de crise du Conseil supérieur de sécurité nationale, présidé par le chef de l’Etat tunisien Kais Saïed, qui sera consacrée au Coronavirus. Ou qui se manifeste au sein des députés, comme l’a rapporté, lundi, le député tunisien Mejdi karbaî, qui se plaignait dans un Post sur les réseaux sociaux que certains de ses collègues l’évitent au sein de la commission parlementaire des Tunisiens de l’étranger, après une visite en Italie [ar].

La ministre tunisienne de la Santé avait pourtant indiqué que depuis l’émergence du virus, la Tunisie a pris un certain nombre de mesures de prévention et de contrôle, notamment dans les aéroports, les ports et à tous les points d’entrée.

  • Un budget de 4 MDT, des salles d’isolement dans tous les hôpitaux et 150 mille tenues

Pour le cas des touristes chinois ou des Tunisiens revenus de Chine, les précautions ont été prises aux aéroports, avec la mise en place du test de température notamment. Selon certains voyageurs, les précautions tunisiennes aux aéroports dépasseraient même celles d’autres pays.

Beaucoup de médias étrangers ont pointé même l’absence de contrôle sanitaire dans les points de passages terrestres entre la France et l’Italie, pour ne prendre que l’exemple de ces deux pays.

Des responsables tunisiens avaient évoqué la possibilité de fermer l’espace aérien tunisien aux vols en provenance d’Italie, où vivent 200 mille Tunisiens, dont 60 % dans les régions du Nord italien où semblent se concentrer les personnes atteintes de ce virus.

La ministre de la Santé, Sonia Ben Cheikh, a cependant souligné qu’il est trop tôt pour parler de la fermeture de l’espace aérien tunisien devant les vols en provenance d’Italie, soulignant que la décision de fermer ou non ne peut pas être prise par le ministère de la Santé ou celui du Transport, étant une décision de souveraineté se rapportant à la sécurité publique du pays, ce qui voudrait dire qu’une telle décision ne pourra être prise que par le CNS (Conseil National de Sécurité).

Dans le même sens, Insaf Ben Alaya, directrice de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), a indiqué à une radio privée tunisienne, que la décision d’empêcher les vols entre la Tunisie et l’Italie est toujours à l’étude, « et il existe des données qui doivent être prises en compte, à partir de cela, la capacité de la Tunisie à parrainer des cas infectés et la capacité de l’Italie à circonscrire ce virus ».

De son côté, Tunisair a évoqué par la voix de son PDG Elyes Mnakbi, la possibilité de suspendre certaines lignes de sa compagnie, précisant qu’elle attendra pour cela la décision du CNS. De son côté, la CTN démentait lundi avoir fermé sa desserte avec l’Italie

Le ministre de la Santé Sonia Ben Cheikh a, par ailleurs, révélé que tous les hôpitaux tunisiens, du nord au sud, sont déjà munis des salles d’isolement, en prévision de toute infection par le virus Corona, expliquant que chaque département dispose de 10 et 15 salles d’isolement.

Pour sa part, Chokri Hammouda, directeur général du ministère de la Santé, a confirmé, lundi, devant la commission de santé de l’ARP, que le ministère dispose déjà 150 000 tenues pour les personnes infectées par le coronavirus. Hammouda a déclaré que le gouvernement a alloué un budget de 4 MDT à la prévention et de Corona.

  • Et les marchandises importées de Chine ?

Presque personne n’en parle, mais le risque en Tunisie n’est pas que sanitaire. La Chine et l’Italie sont en effet de très importants partenaires commerciaux pour la Tunisie. On ne peut pour l’instant en quantifier l’impact sur les exportations et les importations tunisiennes. Tout ce qu’on sait, certifié par la Douane tunisienne et le ministère de la santé, c’est que tous les ports d’accès sont sous contrôle sanitaire, y compris les produits importés, et même les équipages des bateaux en provenance de ces pays.

Férus de voitures chinoises, certains Tunisiens s’inquiètent. Chez les concessionnaires, on nous indique d’abord que les ports tunisiens n’étant pas prêts pour les bateaux de grande capacité, les véhicules importés sont d’abord transbordés dans d’autres ports, comme en Grèce ou à Malte, avant d’être envoyés en Tunisie. Ceci exclut toute contamination via le transport par mer. Les autorités sanitaires tunisiennes mettent, de leur côté, l’accent sur le court temps d’incubation du virus par rapport au très long trajet en mer, pour dire que le risque est carrément nul. Ceci exclut toute survivance du virus dans ces produits, qui plus est, sont des produits mécaniques et autres matières industrielles.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire