AccueilLa UNELes barrières de sécurité devant les ambassades et établissements publics seront-elles levées...

Les barrières de sécurité devant les ambassades et établissements publics seront-elles levées ?

Les barricades, les grillages, les fils barbelés et les chevaux de frise, érigés depuis des années, devant le ministère de l’Intérieur à Tunis, ont été levés depuis plus d’un mois. Cette démarche a pour objectif de faciliter la circulation des piétons et d’assurer leur sécurité en centre-ville.

Cette mesure vise aussi à transmettre un message positif aux Tunisiens. Les autorités officielles veulent que les Tunisiens circulent en toute sécurité et leur montrer que leur pays est sûr. Les services municipauxtravaillent en coordination avec ceux du ministère de l’Intérieur suivant cette approche.

Contacté ce lundi 8 avril 2024 par Africanmanager, l’universitaire, l’historien et le chercheur sur l’Islamisme en Afrique du Nord et Proche-Orient, Alaya Allani a expliqué que la levée des barrières devant le siège du ministère de l’Intérieur après environ 12 ans de mise en place « n’est pas synonyme d’abandon de  vigilance et la prudence, car les événements et les situations tendues aux niveaux arabe, régional et même mondial sont toujours présents ».

Allani a souligné que cette « cette mesure ne signifie pas « la militarisation des institutions en termes de sécurité, mais il faut être prudent et le système de renseignement doit être renforcé, la guerre à Gaza est toujours en cours et que ses répercussions sont toujours présentes », selon ses dires.

Sur un autre volet, l’expert a estimé que la levée des barrières devant les sièges des institutions doit être effectuée d’une manière progressive.

La situation sécuritaire s’est considérablement améliorée, affirme le MI

Dans une déclaration accordée à Africanmanager, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Faker Bouzghaya, a confirmé que la situation sécuritaire s’est considérablement améliorée, ce qui explique la décision du président de la République, Kais Saied, d’annoncer le démantèlement des barrières et des chevaux de frise devant le siège du ministère et l’ouverture de l’avenue de Habib Bourguiba.

Il a ajouté que « nous avons enregistré une grande stabilité sécuritaire dans le pays et nous avons remporté des succès dans le domaine de la lutte contre le terrorisme ».

Il a, encore, expliqué que les forces de sécurité ont commencé à porter des coups très durs aux groupes terroristes se trouvant sur les hauteurs, ce qui a permis de mener des opérations préventives réussies.

Et d’assurer que « Les barrières ont été levées après une étude approfondie menée par le ministre de l’Intérieur et sa rencontre avec un certain nombre de responsables sécuritaires qui ont pris la décision de les démanteler pour que soient retrouvés le rayonnement et la redynamisation de l’avenue Habib Bourguiba. (…)

Et ceci tient également compte des intérêts des propriétaires de magasins et de cafés à proximité du siège du ministère, soulignant que les citoyens ont été satisfaits de la décision, qui constitue une opportunité pour redynamiser l’artère principale de la capitale dans le domaine touristique et culturel ».

On rappelle que le chef d’Etat, Kaïs Saïed avait effectué, mardi 19 mars 204, une visite inopinée au ministère de l’Intérieur et à l’avenue Habib Bourguiba à Tunis, à l’issue de laquelle il a ordonné la levée des barrières de sécurité devant le siège du ministère et l’ouverture de l’avenue Habib Bourguiba à la circulation et au passage des voitures.

Bien que la Tunisie ait remarquablement évolué dans ses efforts de lutte contre les crimes et le terrorisme, il reste beaucoup à faire du point de vue de l’aspect qualitatif de cette démarche, pour que ces progrès soient consolidés. Il faudra trouver un équilibre entre la prévention et l’élimination de la violence et du terrorisme et donc étendre la coopération entre les responsables de l’autonomisation des jeunes, de la culture et des affaires sociales.

Au-delà d’une meilleure articulation et de la mise en  œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre le terrorisme révisée, la Commission nationale de lutte contre le terrorisme (CNLCT) aura un rôle important à jouer en encourageant une plus grande coordination et une meilleure compréhension au sein de la société tunisienne afin de renforcer l’inclusion et le soutien à ces initiatives de sécurité vitales.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -