AccueilLa UNELes contradictions singulières du marché de l'emploi en Tunisie

Les contradictions singulières du marché de l’emploi en Tunisie

Plus de 750 000 Tunisiens sont officiellement recensés comme chômeurs alors que de nombreux secteurs économiques clés souffrent d’une pénurie de main-d’œuvre qui pousse davantage d’investisseurs à faire appel à des travailleurs d’Afrique subsaharienne, selon la plateforme européenne EU Reporter citant une enquête du consultant Mourad Tayeb.

- Publicité-

Un grand nombre de petites entreprises s’efforcent de convaincre les jeunes d’accepter des centaines de postes vacants dans les restaurants, les cafés, la construction et les services connexes, le transport, l’agriculture… Un phénomène étrange qui a commencé en Tunisie vers 2014 et qui s’aggrave chaque jour, est-i relevé. Les données officielles du gouvernement montrent que le taux de chômage global en Tunisie était de 17,8% au premier trimestre 2021. Le taux de chômage des diplômés de l’enseignement supérieur dépasse les 30%.

Mais dans quelle mesure ces chiffres reflètent-ils la réalité, et pourquoi  les jeunes Tunisiens refusent de travailler ? Les jeunes âgés de 15 à 29 ans représentent 28,4 % des 12 millions d’habitants de la Tunisie. Pourtant, à chaque saison de récolte d’huile d’olive, de céréales, de dattes, d’agrumes ou autres, les agriculteurs et bien des intervenants font beaucoup d’efforts pour embaucher des travailleurs et multiplient souvent les salaires journaliers. Souvent en vain. Les travailleurs sont presque impossibles à trouver. De plus en plus d’agriculteurs cessent d’essayer et laissent leurs cultures en l’état.

Ces dernières années, on entend souvent des demandeurs d’emploi potentiels clamer une triste réalité : « il ne faut pas être éduqué, cultivé, sérieux, honnête… pour réussir en Tunisie », soupire un étudiant en gestion de 22 ans, cité dans l’enquête.

La migration irrégulière vers l’Europe est également devenue une culture dans la société tunisienne. Et pas seulement parmi les personnes dans le besoin. Des personnes de la classe moyenne et même des personnes aisées, elles aussi, risquent régulièrement leur vie pour rejoindre l’Europe. Des familles entières naviguant ensemble sont devenues une pratique courante. Les familles peuvent tout sacrifier pour fournir à leurs enfants l’argent nécessaire au voyage : les mères vendent leurs bijoux ; les pères vendent des parcelles de terrain ou une voiture…

Qu’est-ce qu’un emploi décent ?

Aujourd’hui, les Tunisiens âgés de 15 à 29 ans représentent 62 % de l’ensemble des migrants, avec 86 % d’hommes et 14 % de femmes. Beaucoup de jeunes Tunisiens considèrent le travail physique, comme dans l’agriculture et la construction, comme « dégradant et indécent », dit le jeune étudiant. Les diplômés de l’université préfèrent attendre des années jusqu’à ce qu’ils trouvent ce qu’ils considèrent comme « un emploi décent », ce qui signifie souvent un travail de bureau bien rémunéré, confortable et dans la fonction publique », explique-t-il.

Les cafés de Tunisie sont remplis de jeunes gens, du jour au soir, qui se connectent paresseusement à l’Internet gratuit et parient sur n’importe quel match de football joué sur la planète.

« Tout ce que la jeune génération d’aujourd’hui veut, c’est devenir riche, le plus rapidement et le plus facilement possible », affirme le propriétaire d’un café. « La patience et le sacrifice ne signifient rien pour eux », note l’économiste Adel Samaali .

En revanche, le secteur informel connaît un grand succès en Tunisie et il a toujours attiré les jeunes demandeurs d’emploi, principalement dans les villes frontalières avec la Libye et l’Algérie. « La contrebande et la contrebande offrent de l’argent facile et en peu de temps », explique le Dr Kamal Laroussi, un anthropologue.

Même le risque de traverser illégalement les frontières pour transporter des marchandises illégales n’est pas grand car les magnats de la contrebande ont souvent de bons liens avec les gardes-frontières et les douaniers.

« Les jeunes préfèrent la contrebande car ils peuvent gagner en un jour ce que les fonctionnaire du secteur public, les enseignants ou les travailleurs du secteur privé gagnent en plusieurs mois », ajoute-t-il.

Beaucoup ont des membres de leur famille qui vivent et travaillent en Europe ou dans les pays du Golfe. Ils reçoivent régulièrement de leur part des sommes d’argent en euros ou en dollars. Avec la faible valeur du dinar tunisien, ces montants sont souvent assez considérables pour que ces jeunes, officiellement au chômage, aient une vie confortable en ne faisant rien.

Peut-on qualifier ce type de jeunes de demandeurs d’emploi et les inclure dans les statistiques économiques officielles ? A cette question, l’économiste Samaali répond qu’ « il  est impossible de définir minutieusement les taux de chômage car différents facteurs interviennent pour les augmenter ou les diminuer ». Il mentionne trois facteurs facteurs :

– un grand nombre de jeunes Tunisiens sont officiellement enregistrés comme chômeurs mais ils travaillent en réalité comme chauffeurs de taxi, vendeurs de rue, contrebandiers, etc.

– de nombreux étudiants de troisième cycle s’inscrivent dans les bureaux de placement du gouvernement avant même d’avoir terminé leurs études afin d’être prioritaires lorsqu’ils quittent l’université

– les enfants de familles aisées ont beaucoup d’argent et s’inscrivent malgré tout comme demandeurs d’emploi.

Les Africains sont une solution !

De nombreuses entreprises en Tunisie se sont tournées vers les migrants africains en Tunisie pour remédier à ce besoin croissant de travailleurs.

« Nous pensons sérieusement à embaucher des Africains pour combler nos besoins en travailleurs car notre activité a commencé à reprendre après la crise de deux ans de Covid19 », assure un cafetier.

Les Africains subsahariens, réfugiés et migrants, sont aujourd’hui partout en Tunisie, même dans les villes et villages éloignés des lieux d’accueil traditionnels de la région sud-est et de la côte orientale du pays.

« Bien qu’ils soient payés exactement comme les Tunisiens, les entrepreneurs et les propriétaires d’entreprises aiment embaucher des Africains parce qu’ils sont sérieux et capables de travailler pendant de longues heures », explique  un militant de la société civile dans l’île touristique de Djerba.

Malgré une crise qui dure depuis une décennie dans cette station balnéaire du sud-est de la Tunisie, Djerba a commencé à attirer les Africains en grand nombre depuis 2019. Il y a environ 300 Africains à Djerba aujourd’hui, principalement originaires de Côte d’Ivoire. Ils travaillent dans la construction, la pêche, le gardiennage de maison, l’agriculture, etc.

Bien que le nombre de réfugiés et de demandeurs d’asile en Tunisie varie d’une source à l’autre : gouvernement, agences onusiennes, organisations de la société civile…, mais ils sont certainement des dizaines de milliers, principalement originaires d’Afrique subsaharienne. La plupart d’entre eux sont en situation irrégulière et beaucoup sont arrivés pour travailler et rester, et non pour continuer leur chemin vers l’Europe.

Une pression internationale s’exerce sur la Tunisie pour qu’elle reconnaisse certains des droits des migrants africains, tels que le travail légal et l’accès aux soins de santé, et qu’elle mette en œuvre l’accord de partenariat pour la mobilité que la Tunisie a signé avec l’Union européenne en mars 2014, rappelle EU Reporter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,851SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles