Tags Posts tagged with "Ahmed Bouzguenda"

Ahmed Bouzguenda

par -

L’Investissement en temps de crise, quelles incitations ?“, est le thème de la 5ème édition du forum de la fiscalité dont les travaux se sont ouverts, jeudi 08 février 2018, à Sfax à l’initiative de la section régionale de l’Institut arabe des chefs d’entreprises (IACE).
Le ministre des Finances, Ridha Chalghoum, a affirmé que depuis la Révolution (décembre 2010/Janvier 2011), l’investissement fait face à plusieurs défis.
La Tunisie est en mesure de surmonter la crise en garantissant la reprise de deux moteurs de croissance, à savoir l’investissement et l’exportation, a souligné le ministre, rappelant que la Tunisie a mis en place plusieurs incitations visant à garantir la relance de l’investissement.
Il a, dans le même cadre, estimé que la réunion, tenue mercredi, par l’Instance supérieure de l’investissement, ne manquera pas d’ouvrir de nouvelles perspectives pour la simplification des dispositions relatives à l’investissement.
Deux décrets seront publiés, prochainement, afin de simplifier les démarches d’investissement et d’annuler les autorisations, a indiqué Chalghoum, mettant l’accent sur l’importance du guichet unique au sein de l’Instance tunisienne de l’investissement.

Le ministre de l’Agriculture, Samir Taieb, a admis que la situation du secteur de l’eau est difficile en Tunisie étant donné “que les réserves dans les barrages ont diminué“.
Taieb a souligné que l’Etat aspire, face au déficit qui atteint 300 millions de mètres cubes, à valoriser les ressources non traditionnelles des eaux dont en particulier le dessalement des eaux de mer.
Il a passé en revue une série de projets, parlant notamment de la station de Djerba dont l’entrée en période de test est prévue en avril 2018 et du projet de la station de Sousse, dont la réalisation devrait démarrer, précisant que le taux de production pourrait atteindre 50 mille m3, outre le démarrage, prochainement, des travaux de réalisation des stations de Kerkennah et de Sfax et celle de Zarat (Gabès).
Il a rappelé l’importance du cadre juridique inscrit dans la loi de finances 2018 sur le partenariat public-privé, faisant remarquer que sa mise en oeuvre a démarré à travers 19 projets structurés d’une valeur dépassant les 5 mille millions de dinars.

L’investisseur et l’exportateur Abdelaziz Makhloufi a présenté un témoignage sur son expérience et sa vision à propos des encouragements contenus dans la nouvelle loi sur l’investissement et ses impacts sur ses activités industrielles et exportatrices.
Il a critiqué les incitations au titre de l’investissement agricole, outre la transformation considérant qu’elles “ne concernent pas les grands investisseurs et se limitent aux petits investisseurs ce qui aboutit à mettre des obstacles pour la structuration du secteur et son développement“. Il a aussi critiqué l’absence d’une vision et d’une stratégie sur le secteur de l’eau qui souffre d’un manque et d’une pénurie immenses appelant à l’impératif de mettre en place un plan de dessalement des eaux de mer.
Taieb a, également, reconnu l’existence d’un “retard” dans l’exploitation des eaux usées traitées laquelle ne dépasse pas 15% par an, annonçant le lancement d’une étude consacrée aux eaux en Tunisie à l’horizon 2050.

Le Président de l’Institut arabe des chefs d’entreprises (IACE), Ahmed Bouzguenda, a souligné, de son côté, que la sortie de la crise de confiance que le secteur de l’investissement connaît, en ce moment, exige “de mettre l’accent sur l’environnement des affaires et de s’intéresser aux spécificités du parcours politique et démocratique actuel et le clivage régional“. Il a appelé les parties sociales à porter l’intérêt requis au Contrat social et à se détacher de l’ancien modèle de développement.
Il a appelé à prendre en considération les besoins des investisseurs locaux et internationaux, affirmant que la crise de confiance ne peut être dépassée avec l’adoption d’une nouvelle loi sur l’investissement ou d’autres mesures mais nécessite, plutôt, l’élaboration d’une vision économique et industrielle claire dans tous les domaines.

Les positions des différents intervenants par rapport à la nouvelle loi sur l’investissement ont varié entre la critique et l’approbation. Certains opérateurs ont loué la diversité des mesures alors que d’autres ont pointé du doigt leur dispersion et leur limitation à certaines activités, estimant qu’elles demeurent en deçà des attentes.

TAP

par -

Les travaux de la 32ème session des Journées de l’entreprise, organisées par l’Institut arabe des chefs d’entreprises (IACE) à Sousse sur le thème “l’entreprise et la décentralisation … dynamisme et opportunités “, ont démarré vendredi, en présence de plus de 1000 hommes d’hommes d’affaires et politiciens tunisiens et étrangers .
Le président de l’IACE, Ahmed Bouzguenda, a souligné, lors de l’ouverture de cette manifestation annuelle, l’échec du processus politique en Tunisie depuis l’indépendance, lequel s’est appuyé sur la centralisation du pouvoir de manière a favoriser les écarts économiques et sociaux entre les régions, principale cause de la révolution en Tunisie.
La décentralisation demeure une orientation mondiale dans la plupart des pays démocrates et un processus à asseoir progressivement, jusqu’au moment où les collectivités locales auront leurs propres ressources ainsi que leur indépendance par rapport au pouvoir central, soulignant que la décentralisation sera une nouvelle épreuve pour le pays, d’où l’impératif de bien se préparer et d’avoir conscience de ses défis, a-t-il dit.

La réussite de la décentralisation exige la réforme des systèmes de formation professionnelle pour qu’ils soient plus adaptés aux exigences du marché local ainsi que la révision du cadre législatif de la fonction publique qui ne permet pas dans sa situation actuelle les mutations entre le central et le régional ou entre les secteurs privé et public qui semble actuellement, incapable d’attirer les compétences pour travailler dans les régions intérieures, a-t-il encore dit.
Le coordinateur de cette manifestation, Hédi Sellami, a précisé que les participants dans les six ateliers de la 32ème session des journées de l’entreprise qui se poursuivront jusqu’à samedi, débâteront des thèmes relatifs à la gouvernance locale et régionale, le climat d’affaires et la décentralisation, l’intégrité et les relations avec les politiciens, l’impact de la décentralisation sur la charge fiscale, et la décentralisation et le dialogue social.

Les Journées de l’entreprise accueillent des politiciens tunisiens et étrangers tels que le chef du gouvernement, Youssef Chahed, l’ex-maire de Paris Bertrand Delanoë, l’ancien ministre de la planification et des politiques économiques du Costa Rica, Roberto Gallardo, ainsi que d’autres politiciens, chefs d’entreprises et des personnalités importantes dans le monde des affaires.

par -

Le président de l’Institut Arabe des Chefs d’entreprises (IACE), Ahmed Bouzguenda, a affirmé, lors de l’ouverture de la 31ème édition des Journées de l’entreprise, qui a ouvert ses portes ce jeudi 8 décembre au port El Kantaoui, à Sousse, que la plus grande inquiétude des dirigeants d’entreprises face au digital réside dans la mutation de leur environnement concurrentiel qui impose de changer les pratiques sous peine d’être évincés du marché. “Personne ne peut savoir de quoi sera fait le monde de demain… Les technologies changent à une vitesse phénoménale”, a expliqué Bouzguenda.

Il a par ailleurs indiqué que nous devrons être préparés à des bouleversements radicaux et être capables de nous adapter à un monde changeant. “Ce virage environnementale peut nous offrir, à nous chefs d’entreprises, dans les secteurs classiques de l’économie, un palier de croissance au alors nous risquons de disparaître”, a-t-il ajouté.

par -

Le président de l’Institut Arabe des chefs d’entreprises (IACE), Ahmed Bouzguenda a appelé dans une déclaration à Africanmanager à améliorer le climat des affaires en Tunisie, soulignant que les premières réformes devraient porter sur celle de l’administration  notamment en matière de lutte contre la bureaucratie avant même la réforme de la fiscalité.

Bouzguenda a,  dans ce contexte, appelé à alléger les contraintes administratives sur les investisseurs et accélérer la mise en place du nouveau code de l’investissement, faisant remarquer que les investisseurs sont toujours aux prises avec des procédures administratives complexes, lourdes et longues.

par -

Ahmed Bouzguenda président de l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE) a  déclaré ce mercredi 18 mai 2016, que  « la 4e édition du Tunis Forum,  se tiendra  les 27  et 28 mai à Tunis sur le thème Tunisie et ALECA : gouvernance des négociations et résultats de la libéralisation. Il s’agit d’un événement majeur qui a pour objectif de se pencher sur les relations économiques  de la Tunisie avec  les pays partenaires».a-t-il précisé.

A rappeler que plus de 500 participants sont attendus à la 4e édition du Tunis Forum, des représentants de la Commission européenne, d’éminents invités au Maroc, de la Géorgie, les membres de l’IACE, ainsi que les représentants du comité de pilotage tunisien pour illustrer le déroulement des négociations.

par -

Le président de l’Institut Arabe des chefs d’entreprises (IACE), Ahmed Bouzguenda a affirmé dans une déclaration à Africanmanager que la Tunisie a plus que jamais besoin de l’investissement privé comme c’est déjà le cas pour Poulina Group Holding qui vient d’inaugurer son plus grand projet technologique, DataXion. Un investissement qui impulsera la technologie en Tunisie, selon ses dires.

Bouzguenda a, à ce propos, appelé les Tunisiens à donner l’exemple, promouvoir l’investissement et surtout ne pas attendre les investisseurs étrangers à investir dans leurs pays avant eux. « Le secteur privé peut aujourd’hui jouer le rôle de locomotive du développement et de croissance », a-t-il dit.

« Les Tunisiens sont appelés aujourd’hui à investir en masse dans leurs pays et avant les investisseurs étrangers », a-t-il insisté.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

La Commission alloue 7,2 millions d'euros supplémentaires pour renforcer sa réponse face au virus Ebola, qui n'est pas encore sous contrôle, en République démocratique...

Reseaux Sociaux

SPORT

A l’occasion de la demi-finale retour de la ligue des champions d’Afrique Espérance ST-Premeiro de Agosto, prévue mardi à 17h00 au stade olympique de...