Tags Posts tagged with "annulation"

annulation

par -

Les détracteurs de l’humoriste français d’origine tunisienne Michel Boujenah ont finalement été son meilleur argument publicitaire. Non seulement son spectacle programmé hier jeudi 19 juillet 2017 dans le cadre de la 53ème édition du Festival international de Carthage a bien eu lieu, malgré la grogne d’un groupe d’activistes de la société civile devant le musée de Carthage, en plus il a cartonné. Près de 700 personnes ont fait le déplacement pour assister à “Ma vie rêvée”, indique la direction du festival.

Si on tient compte du fait que le musée de Carthage a une capacité d’accueil d’environ 500 spectateurs, on peut en conclure que l’acteur-comique franco-tunisien a fait un carton plein.

A noter que selon Mosaïque FM, Olivier Poivre-d’Arvor, ambassadeur de France à Tunis, le réalisateur Brahim Letaïf et l’humoriste Lotfi Abdelli font partie des personnalités qui sont allées voir Boujenah sur scène…

Ainsi s’achève une éruption politico-médiatique qui a enflammé les esprits pendant plusieurs jours, une de plus en terre tunisienne… A la prochaine déferlante !

par -

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a appelé la présidence du gouvernement à tenir sa promesse au sujet de l’annulation de la circulaire n°4 entravant l’accès à l’information, l’élaboration des textes législatifs et réglementaires, à cet effet, et l’amendement du décret n° 2014-4030 du 3 octobre 2014 portant approbation du code de conduite et de déontologie de l’agent public.
Dans son rapport du mois de juin 2017 publié lundi, le SNJT a appelé le ministère public à traduire en justice les responsables des actes d’agression contre des journalistes dont les dossiers seront prochainement soumis à la justice. Ces dossiers concernent essentiellement les agressions physiques et les menaces de mort dans un contexte marqué par la progression de tels actes contre les journalistes.
Le syndicat a, également, appelé l’Assemblée des représentants du peuple à mettre en place l’instance de l’accès à l’information dont, a-t-il rappelé, le processus a été retardé de 4 mois.

Selon le rapport, 24 agressions ont été enregistrées contre 33 journalistes et trois établissements médiatiques dont 6 journalistes femmes et 27 hommes travaillant pour 4 chaînes de télévision, 10 stations de radio, deux journaux, 4 sites électroniques et deux agences de presse, contre 17 agressions sur 17 journalistes et établissements médiatiques en mai dernier.
A l’inverse, les agressions commises par les sécuritaires contre les journalistes ont enregistré une baisse significative. En effet, 9 cas d’agression ont été enregistrés en mai dernier contre trois cas en juin, précise le rapport.

par -

La confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT) a, dans un communiqué publié jeudi 06 juillet 2017, souligné que “l’appel à l’annulation du spectacle de Michel Boujenah porte un grave préjudice à l’image de la Tunisie“.
Faisant suite à l’appel lancé par certains responsables syndicaux pour l’annulation du spectacle culturel de Michel Boujenah programmé à la 53ème édition du festival international de Carthage, le Bureau Exécutif de la CONECT considère que de telles attitudes “portent un grave préjudice à l’image du pays, affectent la visibilité pour les investisseurs locaux et étrangers, les agents économiques et l’ensemble des citoyens et entravent l’instauration d’un climat favorable au développement du partenariat et de la relance de secteurs clés à l’instar du tourisme“.

Selon le même texte, le CONECT attire l’attention sur “la gravité des déviations et des ingérences de certaines organisations professionnelles dans de nombreux domaines qui ne relèvent nullement de leurs missions légales clairement définies par la législation en vigueur” tout en précisant que “de tels spectacles en Tunisie consacrent davantage l’ouverture de notre pays et ses positions responsables sans nullement affecter son engagement aux côtés des droits d’autonomie, de liberté des peuples et de défense des causes justes“.

Dans ce contexte, la Confédération lance un appel au Gouvernement, aux organisations professionnelles et à l’ensemble des composantes de la société civile concernées pour concentrer leurs efforts sur les vrais défis économiques et sociaux de la Tunisie et la nécessité urgente de mettre en place les mesures adéquates de relance de notre économie, de sauvegarde des secteurs en difficulté et de promotion du développement régional et de l’emploi.
Suscitant une polémique et des réactions différentes depuis quelques jours, le spectacle de l’humoriste Michel Boujenah est prévu pour la soirée du 19 juillet au musée archéologique de Carthage dans le cadre du programme “Hors les murs” de la 53ème édition du festival international de Carthage.

par -

La sortie musclée de l’UGTT contre l’humoriste tuniso-français Michel Boujenah n’a pas fait trembler ce dernier. Suite à l’appel de la centrale syndicale pour l’annulation du spectacle de Boujenah, au motif qu’il est un “sioniste” notoire et un “défenseur de l’Etat d’Israël», l’acteur et comique a confié ceci à Elie Trabelsi, homme d’affaires tunisien résidant à Djerba : «Mon amour pour la Tunisie est plus fort que les campagnes de dénigrement !».
Boujenah persiste et signe : Il sera bien sur la scène de l’amphithéâtre de Carthage le 19 juillet 2017.

En tout cas au rythme où vont les choses, on peut se demander si le communiqué de l’UGTT n’a pas été contreproductif, en créant une vague de soutiens et de déclarations passionnées sur la toile en direction de Boujenah, à un niveau qu’il n’attendait sans doute pas.
Pour le ministère de la Culture, les choses sont claires : Pas question de mettre son nez dans la programmation du festival. Ensuite il a tenté de réfréner les ardeurs de l’UGTT en lançant un appel à la retenue et à la tolérance. Un camouflet pour la centrale syndicale en fait, laquelle espérait certainement que les autorités allaient plier et apporter de l’eau à son moulin…

par -

L’Association des magistrats tunisiens (AMT) a décidé de suspendre son mouvement protestataire, c’est-à-dire le report de l’examen des affaires à la prochaine année judiciaire, et ce à partir de jeudi prochain, rapporte Mosaïque fm.

L’AMT a indiqué qu’elle suivra l’avancement de sa revendication concernant l’amélioration de la situation financière des magistrats et des conditions de travail.

La décision de l’AMT a été prise suite aux indicateurs positifs de la réunion de ce mercredi 21 juin avec le chef du gouvernement.

par -

Suite à la réunion tenue, aujourd’hui mardi 23 mai 2017, entre l’Union Tunisienne des Taxis Individuels et des députés à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), il a été convenu de cesser la grève dans le Grand-Tunis, rapporte Express fm.

On rappelle que les chauffeurs de taxi ont entamé depuis lundi 22 mai 2017 une grève générale dans plusieurs régions du pays.

par -

Le Kenya a récemment annoncé à son tour qu’il supprimait les visas pour les ressortissants béninois, rapporte le site Africanews. L’annonce est venue du ministre béninois des Affaires étrangères qui accompagnait le chef de l‘État béninois pour une visite de travail de trois jours au Kenya en compagnie.

De retour au Bénin, il a informé, vendredi 12 mai 2017, que le président kényan Uhuru Kenyatta a décidé de la suppression du visa pour tout Béninois désireux de se rendre au Kenya.

Il ne restera plus qu’aux ministres des Affaires étrangères des deux pays de finaliser l’accord en définissant clairement les modalités.

C’est en réalité une réciprocité du Kenya à l‘égard du Bénin dont le chef de l‘État Patrice Talon a décidé en février dernier de supprimer les visas pour les ressortissants de 31 pays, dont le Kenya, pour un séjour de moins de 90 jours.

Le dirigeant béninois avait alors déclaré s’inspirer du modèle rwandais sur la base du renforcement de la coopération sud-sud, détaille la même source.

par -

Bonne nouvelle pour les artisans, au terme d’une séance de travail présidée par la ministre du Tourisme, Selma Elloumi, le samedi 07 avril 2017. En effet il a été décidé lors de cette rencontre, consacrée à l’avancement du plan national en faveur de l’artisanat 2017-2021, d’annuler les dettes de 35 mille artisans pour relancer le secteur, en grande difficulté.

5 autres mesures urgentes ont été décidées : l’interdiction de l’importation des produits artisanaux et leur commercialisation en Tunisie, l’intensification des campagnes de contrôle, la sécurisation des circuits d’approvisionnement en matières premières, la facilitation de l’insertion des diplômés dans les ateliers, la signature d’accords entre artisans et commerçants pour la ventilation de produits manuels et l’entrée en vigueur de la stratégie régionale de l’artisanat dans les gouvernorats du sud tunisien (Médenine, Gabès, Kébili et Tataouine), rapporte un communiqué du ministère du Tourisme et de l’Artisanat.

A noter que ce plan cible les activités artisanales domestiques, les artisans privés et les petites entreprises artisanales, estimés à 30 mille, en plus des entreprises artisanales qui ont pignon sur rue, ce qui fait au total 1509 unités.

par -

La Fédération Tunisienne des Directeurs de Journaux a exprimé dans un communiqué rendu public jeudi son étonnement  après  à la publication de la circulaire n°4 datant du 16 janvier 2017 et relative à l’organisation des organes  d’informations et de communication relevant des ministères, des institutions et des établissements.

 La FTDJ, a dans ce contexte appelé l’annulation de cette circulaire entravant  le travail des journalistes tunisiens en contradiction avec le  décret 41 relatif à l’accès à l’information.Et d’insister sur la liberté d’expression, au libre accès à l’information tout en mettant l’accent sur l’importance  de prendre les décisions en concertation avec  tous les professionnels  du métier.

par -

Le président russe, Vladimir Poutine, a vu rouge et “a décidé d’annuler” son voyage à Paris, pourtant programmé de longue date pour ce 19 octobre, a fait savoir ce mardi le Kremlin. Ce dernier a fait savoir que Poutine ira à Paris pour s’entretenir avec son homologue français, François Hollande, quand ce dernier “se sentira à l’aise” pour converser avec lui.
Poutine était censé inaugurer à Paris un “Centre spirituel et culturel orthodoxe russe”, qui doit accueillir notamment une cathédrale orthodoxe.
“Mais malheureusement ces événements ont été retirés du programme et le président a décidé d’annuler sa visite en France”, a annoncé le porte-parole du Kremlin.

Mais en réalité ce sont les bisbilles autour de la Syrie qui ont fait capoter cette visite. Personne n’ignore les désaccords profonds entre Moscou et Paris sur la question syrienne, les Russes étant un soutien indéfectible du régime syrien et bombardant sans cesse les zones où se planquent les rebelles, comme à Alep dernièrement. On se souvient des passes d’armes entre Russes et Français lors de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU le 25 septembre 2016. Les deux parties ont remis ça samedi dernier, au même endroit, Moscou ayant fini par mettre son veto sur la résolution française sur un cessez-le-feu à Alep, pourtant appuyée par 11 des 15 membres du Conseil de sécurité…

par -

Encore un coup dur pour le tourisme tunisien. En effet le tour opérateur britannique Thomas Cook a fait savoir qu’il supprime tous ses programmes, vols compris, en Tunisie pour l’été 2017. Le voyagiste justifie sa position par le maintien des directives du gouvernement du Royaume Uni envers la Tunisie…

Pour rappel, le FCO (Foreign and Commonwealth Office) continue de conseiller aux Anglais d’éviter de « se rendre en Tunisie sauf pour affaire urgente ».

« Chez Thomas Cook, la sécurité et le bien-être de tous ceux qui voyagent avec nous est notre priorité absolue, et nous tenons à remercier nos clients pour leur patience et leur compréhension », a indiqué l’opérateur, qui donne à ses clients la possibilité d’opter pour une autre destination ou d’annuler leur réservation.

par -

Issad Rebrab, première fortune de l’Algérie, vient de perdre son long bras de fer avec les autorités sur fond du rachat du groupe de médias El Khabar par Nessprod, filiale du conglomérat Cevital. En effet ce matin du mercredi 13 juillet 2016, le tribunal administratif d’Alger a annulé l’opération, stoppant net les ambitions de Rebrab de peser davantage dans le pays avec ce puissant organe de presse, et de bousculer au passage un pouvoir auprès duquel il n’est pas en odeur de sainteté.

Cela fait deux mois et demi que le richissime businessman ferraille contre les autorités, avec des rebondissements très suivis par l’opinion publique, tout le monde voulant savoir si Rebrab avait assez de ressources pour faire plier le gouvernement. Ce dernier a bataillé ferme pour ne pas perdre la face. Le 27 avril 2016, le ministère de la Communication avait fini par déposer un recours auprès du tribunal administratif d’Alger pour contester la transaction, illégale aux yeux des autorités, entre NessProd et les actionnaires d’El Khabar.

Le jugement a été prononcé au terme d’une audience expéditive au tribunal administratif de Bir Mourad Raïs, à Alger. A 9H (8H GMT), tout était plié, en l’absence des avocats de la défense et des responsables d’El Khabar. Voilà, une affaire rondement menée par les autorités, qui ont mis un point d’honneur à arracher le morceau à l’homme d’affaires.

Les autorités brandissent le Code de l’information

Ce verdict confirme un jugement sur la forme prononcé le 15 juin dernier qui avait ordonné la suspension de la transaction. Cette décision de justice avait été contestée par la défense, le collectif des avocats d’El Khabar avait alors opté pour le retrait pour signifier clairement qu’il s’oppose à ce qu’il qualifie d’ “irrégularités dans la justice» et de « procès joué d’avance ».

« Cette décision est conforme à la loi », a dit Ibrahim Benhadid, avocat du ministère de la Communication, le seul qui était à l’audience. Sanction suprême : Le tribunal a condamné Ness Prod a à régler la facture des frais de justice.

L’industriel Issad Rebrab est à la tête du conglomérat Cevital, dont une filiale, NessProd, s’est payée début avril 94% du groupe El Khabar. Ce dernier est composé du quotidien du même nom, de la chaîne de télévision KBC, d’imprimeries et d’une société de distribution. Montant de la transaction : 4 milliards de dinars (32 millions d’euros).

Rebrab est également le patron de la SAEC, la société éditrice du journal francophone « Liberté ».

Le ministère algérien de la Communication s’était adossé sur le Code de l’information pour contester le rachat du groupe El Khabar, un texte qui dit ceci : «[u]ne même personne morale de droit algérien ne peut posséder, contrôler ou diriger qu’une seule publication périodique d’information générale de même périodicité éditée en Algérie ».

A propos de la mise en oeuvre du verdict de ce mercredi, I’avocat du ministère de la Communication a affirmé qu’il “incombe aux parties contractantes du rachat, les actionnaires d’El Khabar et la société Ness Prod, de prendre leur responsabilité et de trouver un compromis ». En d’autres mots les autorités s’en lavent les mains, la victoire étant acquise. L’honneur est sauf, c’est ce qui leur importait.

par -

Le Conseil d’Etat, la juridiction administrative la plus importante d’Egypte, a dit son mot dans l’affaire de la rétrocession à l’Arabie saoudite de deux îles de la mer Rouge, Tiran et Sanafir. Et le moins qu’on puisse est que l’arbitrage du Conseil d’Etat est un cinglant désaveu pour le président Abdel Fattah Al-Sissi. En effet les juges ont ordonné l’arrêt de la procédure, sur la base du fait qu’il n’est pas possible de céder ces « territoires égyptiens », rapporte le journal Le Monde.

L’arrêt du Conseil d’Etat « annule la signature du représentant du gouvernement » portant sur l’accord de traçage des frontières maritimes, conclu au début du mois d’avril 2016 lors du voyage au Caire du roi Salmane, a précisé un magistrat de cette institution. Les deux morceaux de territoire situés à un endroit très stratégique, l’entrée du golfe d’Aqaba, « ne peuvent être cédés », martèle l’avocat Khaled Ali, qui avait porté l’affaire devant la justice égyptienne.

Toutefois le gouvernement a encore la possibilité de faire appel de cette décision administrative. Mais on voit mal comment il pourrait piétiner cette décision de justice, qui va sans doute renforcer le camp des nombreux opposants au projet d’Al-Sissi, ce qui risque de créer un climat hautement explosif.

Les autorités égyptiennes, affolées par la montée de la grogne, avaient tenté de légitimer leur geste en affirmant que ces zones sont légalement la propriété de l’Arabie saoudite, et que le royaume avait juste demandé à l’Egypte, en 1950, de veiller sur ces îles. Mais rien n’y a fait, les manifestations étaient montées en intensité au point de contraindre les forces de sécurité à les réprimer de manière musclée.

Cette affaire entre le Caire et Riyad est éminemment politique… et économique. En effet l’Arabie saoudite est un soutien inconditionnel du régime égyptien, qu’elle a aidé à se débarrasser du premier président démocratiquement élu, l’islamiste Mohamed Morsi. Depuis l’éviction de ce dernier, Riyad a misé des milliards de dollars, en aides et en investissements, sur l’économie égyptienne. Nul doute que la rétrocession de ces deux îles était une façon pour Al-Sissi de montrer sa gratitude à son généreux contributeur. Et bien c’est raté… pour le moment du moins.

par -

Le député du Front populaire Jilani Hammami a accusé le mouvement Ennahdha de veiller à cacher la vérité sur le dossier des assassinats politiques, et ce suite à l’annulation de l’audition des ministres de l’Intérieur et de la Justice, Hédi Majdoub et Omar Mansour, sur les affaires Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

Selon le député, la décision d’annuler a été prise suite à la demande du mouvement Ennahdha sous prétexte que cette réunion, surtout avec le ministre de la Justice, pourrait avoir un effet sur le déroulement du procès relatif à cette affaire, prévu pour demain vendredi 17 juin 2016.

Jilani Hammami a dans le même cadre indiqué que le retard observé au niveau du traitement des dossiers de Chokri Belaîd et Mohamed Brahmi est le fruit d’une intervention politique, accusant ainsi certaines parties d’oeuvrer pour cacher la vérité.

par -

Le député du Front populaire Jilani Hammami a dénoncé lors d’un point de presse tenue ce jeudi 16 juin 2016 au Bardo la décision prise par le bureau de l’Assemblée des Représentants du peuple (ARP) d’annuler la séance d’audition des ministres de l’Intérieur et de la Justice, Hédi Mejdoub et Omar Mansour, prévue initialement pour aujourd’hui à l’ARP.

Il a qualifié cette décision d’unilatérale, pointant du doigt le mouvement d’Ennahdha, accusé d’être derrière cette décision et ce, malgré l’appel de 78 députés d’auditionner les deux ministres en question.

Jilani Hammami a ajouté que cette audition n’a, comme certains le pensent, aucun effet sur le procès du meurtre de Chokri Belaïd, qui aura lieu demain vendredi à Tunis .

par -

La plénière de ce jeudi 16 juin 2016 qui devait être consacrée à l’approbation du projet de loi organique N°01/2016 amendant et complétant la loi organique N°14/2014 du 26 Mai 2014 relative aux élections et aux référendums a été annulée, et ce suite à l’annulation de l’audition des ministres de l’Intérieur et de la Justice, Hédi Majdoub et Omar Mansour. Il était prévu qu’ils soient auditionnés sur les dossiers Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

Rappelons que les discussions relatives à ce projet de loi ont débuté depuis quelques jours à l’ARP. Parmi les points reprochés à ce projet figurent notamment la représentation des jeunes et des personnes à besoins spécifiques, la parité, le financement de la campagne électorale et le contrôle des financements.

par -

Prévue initialement le 17 et 18 mai 2016, la grève des surveillants et des surveillants généraux a été annulée. En cause, une séance de réconciliation tenue, lundi, au siège du ministère des affaires sociales, selon un communiqué du département.
Co-présidée par le chef du cabinet du ministre des affaires sociales et du ministère de l’éducation, la séance s’est déroulée en présence de la partie syndicale représentée par le SG adjoint de l’Union générale unisienne du Travail (UGTT), Hafedh Hfaiedh et le SG du syndicat général des surveillants et des surveillants généraux, Jamel Hani.

par -

La grève des agents municipaux prévue les 4 et 5 mai courant a été annulée après l’accord trouvé entre les différentes parties lors d’une réunion organisée, mardi, au siège du ministère de l’Intérieur. Selon Sofien Essid, chef de cabinet du ministre des Affaires locales, cette réunion a été consacrée à l’examen des préoccupations des agents municipaux (environ 42000) ainsi qu’à leurs revendications portant sur le reclassement et le départ à la retraite.
Selon un communiqué du ministère des Affaires locales, il a été convenu de promulguer le décret relatif au reclassement des agents, conformément aux dispositions du code de profession avant fin juin 2016.
Cette réunion s’est déroulée en présence du ministre des Affaires locales Youssef Chahed, du secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne de travail (UGTT) Noureddine Taboubi ainsi que des représentants de la présidence du gouvernement.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux