Tags Posts tagged with "arrestations"

arrestations

par -

Une unité sécuritaire spécialisée relevant de la brigade nationale de lutte contre le terrorisme d’El Gorjani a arrêté, hier dimanche, plusieurs individus accusés d’être derrière la rumeur de la mort du président de la République diffusée sur les réseaux sociaux, rapporte Shems Fm, citant une source sécuritaire.

Il s’agit, selon la même source, d’un réseau composé de 4 individus originaires de Béja, Jendouba et du Grand Tunis.

Les éléments de l’enquête ont révèle que la diffusion de la rumeur a été bien organisée, les accusés sont toujours à la disposition des enquêteurs, indique la même source.

A noter que la rumeur a été publiée via une fausse page de France 24 sur Facebook .

par -

Le roi Salmane et le prince héritier “savent exactement ce qu’ils font”, avait tweeté lundi dernier le président américain, Donald Trump, en apprenant la purge massive orchestrée par le jeune successeur de son père à la tête du royaume saoudien, Mohammed ben Salmane, à peine 32 ans. “Certains de ceux qu’ils traitent durement “saignent” leur pays depuis des années!“, avait argué Trump. Il semble que la musique ait quelque peu changé depuis…

Cette vague d’arrestations sans précédent, plus de 200 personnes, entre princes, ministres et hommes d’affaires, au nom du combat contre la corruption, commence à angoisser sérieusement Washington, d’après l’AFP. En effet que deviendrait la région, déjà instable, avec une Arabie saoudite troublée, agitée socialement et politiquement, et un Iran, l’ennemi juré des Américains, qui guette le moindre faux pas ? Le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, a déclaré ce vendredi que cette opération nourrit “quelques inquiétudes“.
J’ai parlé au ministre des Affaires étrangères Adel al-Jubeir pour avoir des clarifications, et je pense, sur la base de cette conversation, que l’intention est bonne“, a-t-il ajouté dans l’avion qui l’amenait ver Danang, au Vietnam.
Personnellement, je pense que cela soulève quelques inquiétudes tant que l’on n’a pas plus de clarté sur ce qui va arriver à ces individus“, a-t-il conclu, tout de même. Les USA commencent à prendre la mesure des dangers que recèle la main de fer du futur souverain, qui fait feu de tout bois en ce moment…

par -

L’exécutif catalan paie cher son aventure indépendantiste et sa bravade contre le gouvernement central espagnol. Ce jeudi 02 novembre 2017, le juge de l’Audience nationale espagnole a cédé aux demandes du procureur général de l’Etat en ordonnant la détention, provisoire, de neuf responsables gouvernementaux catalans, dont l’ancien vice-président Oriol Junqueras, rapporte l’agence Reuters.

Le juge a également délivré un mandat d’arrêt européen contre l’ex-président Carles Puigdemont, présentement en Belgique, nous apprend le journal La Vanguardia. A noter que le procureur l’avait formellement demandé, mais pas de confirmation officielle pour le moment…
Les charges contre les prévenus sont lourdes : “rébellion, sédition et détournement de fonds publics“.

par -

Neuf mandats de dépôts ont été émis contre des personnes accusées dans des crimes de blanchiment d’argent et 5 autres ont été maintenues en liberté. Au total 20 personnes dont des cadres banquiers et des douaniers sont recherchés, a déclaré samedi à l’agence TAP, Sofiene Selliti porte-parole du Tribunal de première instance et du pôle judiciaire et financier.
Le ministère public avait ordonné la veille l’ouverture d’une information judiciaire contre 20 personnes dont 13 en détention pour blanchiment d’argent et exercice des fonctions ou des activités professionnelles ou sociales pour se procurer des facilités pour commettre leurs crimes.
L’interrogatoire s’est prolongé pendant près de 13 heures, en présence des représentants du ministère public, (jusqu’à samedi 02h00) a expliqué Selliti qui ajoute que les investigations se poursuivent.

Les personnes interpellées appartiendraient à un réseau spécialisé dans la contrebande du prêt-à-porter, démantelé par les services relevant de la direction des enquêtes douanières.
L’activité du réseau consiste en l’importation, au profit de plusieurs commerçants, de marchandises diverses dont la valeur est calculée à partir de son poids. A cela s’ajoute différentes commissions, pots-de-vin et autres virements bancaires suspects servant à faciliter l’octroi des autorisations et des documents relatifs au contrôle technique.
Le pôle judiciaire, économique et financier s’est saisi de l’affaire dont certains crimes sont passibles d’une peine de 20 ans de prison pour blanchiment d’argent, trafic de devises, importation sans déclaration de marchandises prohibées, fausse déclaration sur la nature et la valeur ou l’origine des marchandises, importation de marchandises non conformes aux normes techniques… Des infractions estimées à quelque 3 milliards 160 mille dinars.

par -

Le ministère public a décidé mercredi de placer en garde à vue l’homme d’affaires Mohamed Fekih et 12 cadres et fonctionnaires des différentes administrations publiques, a annoncé le porte-parole du pôle judiciaire financier, Sofiène Selliti.
Selon lui, la mesure de garde à vue intervient sur fond des investigations menées par la Direction des enquêtes douanières en rapport avec des infractions douanières et des crimes de change et de blanchiment d’argent.
A la fin du mois de septembre 2017, l’homme d’affaires Mohamed Fekih a été arrêté et assigné à résidence surveillée, conformément à la loi sur l’état d’urgence.

par -

Plus de 145 opérations de contrebande déjouées, plusieurs arrestations ainsi qu’une quantité d’armes et de stupéfiants saisie, tel est le bilan de la campagne sécuritaire, menée par les unités de la garde nationale, entre le 24 et le 30 septembre dernier.
Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur précise que la valeur totale de la marchandise saisie est estimée à environ 3,350 millions de dinars.
La campagne s’est, également, soldée par l’interpellation de cinq membres présumés d’une organisation terroriste et de l’arrestation de 1226 autres, activement, recherchés par la police.
Dans un autre registre, quelque 290 pilules psychotropes, 5 kilogrammes de résine de cannabis, 14 fusils de chasse sans permis, 155 cartouches de différents calibre et 116 véhicules recherchés ont été saisis au cours de la même campagne.
Selon le même communiqué, 17 tentatives de franchissement illicite des frontières maritimes ont été également déjouées ce qui a permis l’arrestation de 332 individus.

par -

A vrai dire, le contexte sécuritaire s’est  amélioré dans les différentes régions de la République et ce grâce aux multiples efforts consentis par les institutions militaire et sécuritaire, qui ont fait mordre la poussière à une pléthore de réseaux terroristes.

L’activité des groupes armés est, actuellement, confinée dans les zones montagneuses, proches de la frontière algérienne, où des incidents sont signalés par moment.

Selon des sources bien informées citées ce mercredi par Mosaïque fm, les unités spéciales de lutte contre le terrorisme ont récemment découvert plusieurs plans terroristes visant trois gouvernorats : Jendouba, Kef et Kasserine.

Des groupes appartenant à la cellule d’Oqba Ibn Nafaa et composés de Tunisiens et d’Algériens ont planifié l’enlèvement d’un officier sécuritaire dans une ville du Nord-Ouest.

Ces terroristes auraient également projeté d’attaquer un bus militaire sur les frontières tuniso-algériennes et une patrouille militaire dans le centre-ouest, détaille la même source.

On rappelle également que le porte-parole du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Sofiane Sliti, a annoncé que les unités sécuritaires ont récemment fait avorter un plan terroriste au sud du pays et ont démantelé un réseau composé de 22 personnes.

Selon Sliti, le juge d’instruction, chargé de l’affaire, avait ordonné, après avoir interrogé cinq accusés placés en garde à vue, l’émission de mandats d’arrêt contre quatre d’entre eux et de maintenir un cinquième individu en état de liberté. Les personnes arrêtées entretenaient des relations avec d’autres éléments terroristes sur le sol libyen, a-t-il précisé. Il a, de même, précisé que ces individus projetaient d’attaquer des structures sécuritaires, militaires et économiques.

D’après le porte-parole du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, ce plan terroriste, semblable à celui de Ben Guerdane, était bien avancé avec l’embrigadement d’un nombre important d’individus et le choix de la date d’exécution.

Ce groupe terroriste a, également, planifié de faire entrer clandestinement en Tunisie des terroristes pour commettre des attentats contre des postes sécuritaires et militaires et profiter des troubles enregistrés dans certaines régions du sud tunisien.

Et d’ajouter que le démantèlement de ce réseau a été rendu possible par une enquête qui a été menée depuis 3 mois et demi par le ministère public tunisien, en coordination avec l’unité nationale des investigations et de la lutte contre le terrorisme.

par -

Les unités sécuritaires à Kébili ont procédé à plusieurs descentes dans la nuit du lundi 13 mars 2017 et ont interrogé près de 40 personnes suspectées d’être en relation avec les terroristes qui ont attaqué la patrouille sécuritaire à Jenaoura, rapporte Mosaïque Fm.

Le ministère public avait autorisé l’arrestation d’une personne et le pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme a pris le dossier de l’affaire à sa charge.
De son côté Sofiane Selliti a assuré que le terroriste blessé n’a pas encore été entendu à cause de ses blessures, indique la même source.

par -

La route reliant la délégation de Chebba et le centre ville de Mahdia, bloquée depuis trois jours par des protestataires, a finalement été ré-ouverte par les forces de l’ordre, tôt dans la matinée du dimanche 26 février 2017, rapporte Jawhara Fm.

Plusieurs sit-inneurs ont été arrêtés par les agents de police au lendemain du déploiement d’un grand renfort sécuritaire dans la région, a indiqué la même source.

Des habitants de la région El Bradâa poursuivent leur mouvement protestataire et appellent les autorités régionales et centrales à répondre à leurs revendications.

par -

Trois hommes, soupçonnés de projeter un attentat, ont été arrêtés ce mardi à Clermont-Ferrand, Marseille et en région parisienne par les services antiterroristes, a-t-on appris auprès de l’Agence France-Presse.

Les suspects avaient un projet et ils étaient suffisamment avancés pour que les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) décident de leur interpellation.

Une opération de déminage a été menée à Clermont-Ferrand au domicile d’un des suspects âgé de 37 ans, dans le quartier de la Fontaine du Bac, a précisé la même source.

par -

Quatre personnes soupçonnées de préparer un attentat ont été interpellées ce vendredi matin à Montpellier lors d’un coup de filet antiterroriste, rapporte le site L’express.fr.

Lors d’une perquisition au domicile de l’un de ces individus, des produits entrant dans la composition d’engins explosifs ont été découverts : plusieurs grammes de TATP, une substance explosive instable, un litre d’acétone et un litre d’acide sulfurique. Les quatre suspects sont âgés de 16, 20, 26 et 33 ans. Deux des suspects sont déjà connus des services anti-terroristes : un homme de 20 ans et une jeune fille d’à peine 16 ans. Elle devait servir “d’appât” et se faire sauter avec un gilet explosif. Elle a été repérée sur les réseaux sociaux, après avoir exprimé la volonté de partir en zone syro-irakienne ou sinon de frapper la France.

par -

La Turquie détient 748 personnes suspectées d’être affiliées à l’Etat islamique après les opérations de ce week-end visant le groupe terroriste dans 29 provinces du pays, rapporte l’AFP.

La police turque a saisi de nombreux documents, du matériel informatique, deux pistolets, quatre fusils et des munitions.

Selon la même source, en plus des dernières arrestations, 780 personnes, dont 350 étrangers, sont encore en détention en Turquie pour des liens supposés avec l’EI.

par -
Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public ce mercredi 25 janvier que les unités sécuritaires ont arrêté 698 personnes recherchées dans diverses affaires liées à la drogue, au vol, à la violence…
A noter que plusieurs campagnes sécuritaires se poursuivront dans les différentes gouvernorats du pays.

par -

Les unités sécuritaires ont arrêté cinq jeunes soupçonnés d’avoir bloqué la route à la cité Ennour en brûlant des pneus et en jetant des pierres sur les forces de l’ordre, rapporte Mosaïque fm.

Des forces de sécurité ont été déployées devant les surfaces commerciales dans la cité en question pour contrer toute tentative de saccage. Des commerces ont été pillés par des délinquants suite aux émeutes qui ont eu lieu hier 3 janvier 2017, a ajouté la même source.

par -

Les unités de la sûreté nationale de Djerba ont réussi, tôt dans la matinée de ce vendredi 16 décembre 2016, à arrêter deux individus non armés, accusés d’être impliqués dans l’assassinat de l’ingénieur inventeur sfaxien, Mohamed Zouaoui, rapporte Jawhara fm.

On rappelle que la victime en question a été tuée, jeudi 15 décembre 2016, de 20 balles tirées par un pistolet silencieux.

par -

Un ressortissant Français résidant près de Marrakech a été assassiné, et ses deux meurtriers présumés arrêtés jeudi par les services de sécurités marocains, a-t-on appris de source officielle.

« Les services de la gendarmerie royale ont découvert mardi le corps d’un ressortissant français dans la villa qu’il louait » à Tamansourt, une localité à 10 km au nord-ouest de Marrakech, a rapporté l’agence de presse officielle MAP.

La victime « portait des traces de violences sur la tête », son corps a été découvert après l’alerte donnée par le propriétaire de la villa, sans nouvelle de son locataire, explique la MAP, qui cite la préfecture de police de Marrakech.

Interrogée par l’AFP, une source diplomatique française a confirmé le décès. « Deux individus, soupçonnés d’être impliqués dans le meurtre (…), ont été arrêtés jeudi par les éléments de la gendarmerie royale, en coordination avec les services de la DGSN (Direction générale de la sûreté nationale) et de la DST (Direction générale de la surveillance du territoire) », a ajouté la MAP.

« Les deux meurtriers présumés ont été mis à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet », toujours selon l’agence de presse marocaine. L’identité de la victime n’a pas été rendue publique.

Source :20minutes.fr

par -

Les choses tournent mal en Ethiopie, qui il y a quelques mois faisait les gros titres pour son taux de croissance à deux chiffres. Les autorités font face à un puissant mouvement d’insurrection qu’elles tentent de contenir, par tous les moyens. D’après une enquête du gouvernement sur l’état d’urgence en Ethiopie, plus de 11.000 personnes ont été placées derrière les barreaux depuis que l’état d’urgence est entré en vigueur, il y a un peu plus d’un mois, rapporte BBC Afrique.
Le gouvernement a également reconnu que des centaines de détenus sont décédés en prison depuis novembre, date du déclenchement de la répression féroce contre les deux plus grandes ethnies du pays, Oromo et Amhara, qui se sont soulevées pour exiger plus de droits politiques et un meilleur partage des richesses du pays.

A noter que c’est la première fois que le gouvernement fait la lumière sur les arrestations massives depuis le début de l’état d’urgence.
Ces arrestations ont été menées suite à diverses infractions, parfois collées artificiellement aux manifestants. Les accusations vont de meurtre, à incendie volontaire, en passant par détention illégale d’armes, incitation à la violence et complicité avec des groupes terroristes.
Fait très troublant : Aucun des prévenus n’a encore été officiellement déféré devant la justice. Le gouvernement, pour sa défense face au tolet provoqué par la main de fer, argue que la plupart des délinquants mineurs ont été libérés.
Les autorités donnent des gages en promettant de publier les noms des personnes encore en détention, mais ça ne suffira pas pour faire baisser la tension…

Les organisations de défense des Droits de l’Homme soutiennent que plus de cinq cents personnes ont trouvé la mort depuis novembre 2015 dans des manifestations qui sont nées de litiges fonciers, pour se muer très rapidement en revendications politiques et économiques.
Le ministère du Tourisme a fait ses comptes : L’instabilité sociale fera perdre à l’économie du pays 400 millions de dollars en 2016. Les touristes boudent l’Ethiopie, et on ne voit pas le bout de cette affaire…

par -

Dix-huit militaires et policiers burundais ont comparu, hier jeudi,   devant la Chambre de conseil du tribunal de grande instance de Bujumbura. Ils ont été arrêtés ces dernières semaines et sont poursuivis pour trois chefs d’accusation : Participation aux bandes armées, détention illégale d’armes et atteinte à la sureté de l’Etat, rapporte ce vendredi 30 septembre 2016 la chaîne BBC.

Depuis le 14 septembre dernier, 8 policiers et 15 militaires ont été arrêtés. Ce qui fait un total de 23 militaires et policiers burundais arrêtés à Bujumbura. Selon la police, cinq d’entre eux sont encore détenus par le service national des renseignements ou par la police militaire, a précisé la même source.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, était parti d'une bonne intention en faisant une virée dans le 10e arrondissement de Paris pour voir de ses...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats et buteurs à l'issue des matches de la 11ème journée du championnat de la Ligue 1 du football professionne, joués mardi et mercredi: Mercredi: A...