Tags Posts tagged with "Attaque"

Attaque

par -

Les téléspectateurs qui ont suivi l’ancien porte-parole du ministère de l’Intérieur Hichem Meddeb, mardi 30 octobre 2018 dans la soirée, sur El Hiwar Ettounsi, n’ont certainement pas bien dormi. En effet cet homme, qui en sait un rayon manifestement, était sur le plateau de Myriam Belkadhi pour commenter l’attentat-suicide perpétré à l’avenue Habib Bourguiba lundi 29 octobre 2018. Et le moins qu’on puisse dire est qu’il ne nous a pas rassurés…

D’après lui, «cet attentat ne sera pas le dernier et les actes terroristes se reproduiront dans le pays durant 30 ou 40 ans, en dépit des moyens déployés pour les contrer». Meddeb est monté d’un cran dans l’effroi en exposant, en direct, les détails de la recette pour confectionner de manière artisanale les engins de la mort. Il a ajouté que les techniques de fabrication sont simplissimes et que tout citoyen mal intentionné peut facilement se procurer les ingrédients. «Une nouvelle technologie a fait son apparition, permettant aux terroristes de ne plus recourir aux explosifs militaires sophistiqués et difficiles d’accès». Pour illustrer son propos, Meddeb a commencé à donner la composition de l’explosif sous le regard ébahi de l’animatrice, qui heureusement l’a stoppé à temps.

Quant à savoir ce qu’il faut faire pour affronter le mal, l’ancien porte-parole du ministère de l’Intérieur, le plus normalement du monde, a invité les Tunisiens à ne plus se préoccuper des attaques terroristes et à continuer à vivre comme si de rien n’était. «Ne paniquez pas ! Prenez la menace à la légère !» a-t-il asséné…

Certains pourront toujours épiloguer sur l’irresponsabilité de cet homme, pendant que d’autres salueront justement son initiative pour mettre en garde l’opinion publique. Mais le fait est que maintenant personne ne pourra plus dire qu’on ne savait pas…

par -

La Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA) a invité, mardi 30 octobre 2018, les journalistes à respecter les règles de conduite relatives à la couverture des actes terroristes. Ces règles concernent le traitement médiatique des victimes, de leurs familles ainsi que les proches des auteurs d’attaques.
Ce rappel intervient sur fond d’attaque-suicide perpétrée, lundi, sur l’avenue Bourguiba, dans le centre-ville de Tunis.
Dans un communiqué publié sur son portail électronique, la HAICA a insisté sur la nécessité d’assurer l’équilibre entre respect de la vie privée des victimes et des familles des personnes tuées ou blessées et la couverture médiatique d’actes terroristes et de ses conséquences potentielles sur la vie des gens.
La Haica rappelle également qu’il est “strictement interdit” de diffuser toute déclaration des familles de victimes ou de leurs proches incitant à la haine ou à la vengeance et de protéger les données personnelles des victimes.

S’agissant de la couverture médiatique des familles et proches des personnes impliquées dans des actes terroristes, la HAICA a appelé les professionnels des médias à ne pas publier les noms des personnes incriminées ou d’informations détaillées sur leurs familles avant que les autorités n’aient pris les mesures adéquates et prévenu préalablement les familles du ou des présumés terroristes. “Il est nécessaire d’éviter toute atteinte à la dignité humaine“, lit-on dans le même communiqué.
Par ailleurs, l’Instance de régulation a exhorté les médias à ne pas diffuser d’information pouvant mettre en danger les familles des présumés terroristes.

Au moins 20 personnes, dont 15 policiers et cinq civils, ont été blessées lundi dans un attentat perpétré par une femme kamikaze sur l’avenue Bourguiba, dans le centre-ville de Tunis.
Aucun des blessés n’est grièvement atteint, a précisé lundi soir à la TAP le porte-parole de la Sûreté nationale, Walid Ben Hkima, soulignant que beaucoup n’avaient été que brièvement hospitalisés.

par -

La police a arrêté dimanche soir un homme soupçonné d’avoir blessé sept personnes, dont quatre grièvement, dans le XIXe arrondissement de Paris, a annoncé une source judiciaire à Reuters.

“A ce stade”, rien n’indique qu’il pourrait s’agir d’une attaque terroriste, précise la même source.

L’assaillant, qui serait d’origine afghane, a agressé dans la rue des passants qui lui étaient inconnus.

Selon Le Parisien, il était armé d’un couteau et d’une barre de fer.

L’enquête, ouverte du chef de tentatives d’homicides volontaires, a été confiée à la police judiciaire de Paris.

par -

Idlib. C’est la dernière grande forteresse des djihadistes et rebelles qui tiennent encore tête au régime de Bachar Al Assad. Sa chute, manifestement imminente, sonnera le glas d’une rébellion qui était à deux doigts de venir à bout du président syrien, encerclé à Damas il y a à peine quelques mois. Mais l’aviation et l’artillerie russes, qui ne font pas dans le détail, sont passées par là, et ont renversé la situation en faveur d’Al Assad, qui soigne en retour les intérêts géostratégiques de Moscou dans la région (en accueillant des bases militaires russes dans la durée). Après Idlib, le triomphe du régime syrien sera total, ou presque, alors l’armée prépare une grande offensive pour faire déguerpir l’ennemi. Mais comme 3 millions de personnes y vivent, l’ONU craint une énorme catastrophe humanitaire. Ces questions seront sur la table cet après midi du vendredi 07 septembre 2018 à Téhéran, lors d’un sommet entre les présidents russe, Vladimir Poutine, turc, Recep Tayyip Erdogan et iranien, Hassan Rohani.

Erdogan, qui craint un afflux massif sur sa frontière, va tenter de convaincre Poutine, l’allié de Damas, qu’il faut éviter de bombarder dans le tas à Idlib. Car la population y est très dense et on est sûr que des tragédies à large échelle se produiront, peut-être même les pires depuis le déclenchement du conflit sanglant en 2011. Washington craint que l’armée d’Al Assad balance des armes chimiques sur les populations et prévient qu’il ne laisserait pas faire. Les Etats-Unis devront également gérer Moscou, impitoyable quand il s’agit de déloger ceux qu’il qualifie de terroristes. «Nous avons tué, nous tuons et nous tuerons les terroristes […] Et peu importe qu’ils se trouvent à Alep, à Idlib ou en d’autres points de la Syrie», a déclaré hier jeudi Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères…

par -

Un homme armé d’un couteau a tué une personne et blessé grièvement deux autres ce jeudi à Trappes, dans la banlieue ouest parisienne, avant d’être “neutralisé” par les forces de l’ordre, a appris l’AFP de source policière.

L’assaillant s’était retranché dans un pavillon, nécessitant l’intervention des forces policières d’élite, a indiqué cette source, sans être en mesure de dire si l’homme était toujours en vie ni de confirmer ou d’infirmer le caractère terroriste de l’agression.

par -

La chaîne CNN Turk a annoncé ce lundi 20 aout 2018, que l’ambassade américaine en Turquie, dans la capitale Ankara, a été la cible ce matin d’une attaque par balles, qui ont endommagé une vitre d’un poste de sécurité mais n’ont pas fait de victime, relate l’AFP.

Les coups de feu se sont produits à 02h00 GMT. Les équipes de police étaient toujours à la recherche des assaillants, qui ont fui à bord d’une voiture.

Cette attaque survient en plein climat de tensions entre les Etats-Unis et la Turquie à propos du pasteur américain Andrew Brunson, accusé par Ankara de terrorisme et dont Washington demande la libération.

par -

Les langues se délient après l’impressionnante attaque à main armée dans une agence d’Amen Bank à Kasserine. Des sources sécuritaires proches du dossier ont confié à Mosaïque FM, mercredi 1er août 2018, que le bouton d’alarme pour alerter les forces de l’ordre ne fonctionne pas depuis deux jours. Les assaillants ont donc choisi à dessein cette agence, parmi 5 autres dans la région, sachant qu’ils ne seraient pas stoppés par une intervention policière…

On a également appris, sur la même radio, que des rapports sécuritaires ont déjà évoqué la possibilité de braquages de banques à Kasserine, d’après les aveux des terroristes interpelés.
Les mêmes sources ont ajouté que cette attaque a été planifiée suite au tarissement des sources de financement des terroristes retranchés sur les montagnes de l’Ouest.

par -

Au moins 15 personnes ont été tuées mardi 31 juillet 2018 dans une attaque contre un bâtiment gouvernemental à Jalalabad, une ville de l’est de l’Afghanistan où une école de sages-femmes avait également été visée le week-end dernier.

Les trois assaillants ont de leur côté tous trouvé la mort, rapporte tvanouvelles, citant les autorités.

Ce n’est qu’après cinq heures d’intenses combats que les forces de sécurité ont repris le contrôle des locaux du Département des réfugiés et des rapatriés dans lesquels étaient présents un nombre inconnu d’employés et de visiteurs, a déclaré Attaullah Khogyani, le porte-parole du gouverneur de la province de Nangarhar.

Il a ajouté que quinze personnes avaient été tuées et quinze autres blessées dans cette attaque qui a commencé vers 11H00 (06H30 GMT) et n’a pas été revendiquée.

par -

L’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) a dénoncé vendredi l’agression perpétrée jeudi contre le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, qui protestait contre le comportement d’un commerçant envers son employé un jeune mineur.
L’UGTT a estimé, dans une publication sur sa page facebook, que cet incident dévoile les pratiques perpétrées à l’encontre des enfants mineurs exploités économiquement en infraction à la loi, qualifiant le système de contrôle de protection des enfants de l’exploitation économique d’échec.
La lutte contre l’emploi des mineurs ne sera jamais résolue avec des interventions unilatérales, mais plutôt grâce à une mobilisation des structures de contrôle et une application rigoureuse de la loi, a affirmé l’union.
Selon les statistiques du ministère des Affaires sociales et de l’organisation internationale du travail (OIT), plus de 215 mille enfants âgés entre 5 et 17 ans, soit un taux de 9.5pc, sont victimes d’exploitation économique.
Conformément au Code du travail, les enfants de moins de 16 ans ne peuvent être employés dans toutes les activités régies par ce code, sous réserve des dispositions spéciales prévues par ce code.

par -

Rien ne semble pouvoir stopper les extrémistes Shebab. Face à un Etat faible et une armée sous-équipée, ils ont toutes les audaces. Ce samedi 07 juillet 2018 au matin, ils se sont permis d’attaquer le ministère somalien de la Sécurité, dans la capitale, Mogadiscio. Deux explosions suivies de rafales de mitrailleurs ont frappé le bâtiment, rapporte l’AFP, un attentat revendiqué par les islamistes.

Il y a eu deux explosions visant l’enceinte du ministère de la Sécurité intérieure près du Parlement”, a confié le commandant de police Ibrahim Mohamed, qui a confirmé la fusillade après les explosions.
Dans un communiqué émis sur un site web jihadiste, les Shebab, un groupe armé qui a fait allégeance à Al-Qaïda, se disent être les auteurs de cet assaut.
Pour le moment on ne sait pas s’il y a des victimes…

Les Shebab, qui voient d’un très mauvais oeil l’ingérence de la communauté internationale dans les affaires du pays et la présence des 20.000 soldats de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom), ont promis au gouvernement fédéral de lui faire payer très cher cette collaboration avec l’étranger. Mais en réalité ce qu’ils n’ont pas digéré c’est de perdre le gros de leurs bastions, où ils faisaient la loi et se livraient à toutes sortes de trafics.
Les choses se sont gâtées pour les insurgés en 2011, quand ils ont été boutés hors de Mogadiscio. Ils se sont repliés dans les régions rurales et lancent régulièrement des opérations de guérilla et des attentats suicides meurtriers dans la capitale somalienne.

par -

Le tribunal de première instance de Sousse a émis son verdict dans l’affaire de l’activiste Mondher Guefrech, rapporte Mosaique Fm, citant une source sécuritaire.

Ce dernier a été condamné aujourd’hui, jeudi 5 juillet 2018 à deux mois de prison. Il doit aussi payer une amende de 300 dinars pour atteinte à un fonctionnaire publique et pour menace et attaque d’une patrouille de sécurité.

Pour rappel, ce dernier avait été arrêté la semaine dernière par les agents de sécurité à la région d’Hammam Sousse.

par -

Le journal américain “Capital Gazette“, à Annapolis, dans l’Etat du Maryland, a de la ressource. En effet après l’attaque meurtrière qu’il a subie jeudi 28 juin 2018, laquelle a fait 5 décès, les journalistes se sont remis au boulot, dans leurs bagnoles, sur un parking, pour sortir l’édition de ce vendredi. Elle a tout de même une particularité : La page réservée aux éditoriaux est vide, en hommage aux victimes, rapporte l’AFP. “Nous n’avons pas les mots“, lit-on en lieu et place de l’éditorial.

A noter que c’est un individu de 38 ans qui a commis ce carnage dans la salle de rédaction du journal avec lequel il avait, dit-on, un contentieux judiciaire
Demain, cette page reviendra à son but originel, qui est de proposer à nos lecteurs des opinions informées“, a écrit le journal, sous les noms des 5 victimes, quatre journalistes et une employée du marketing.
Gerald Fischman, 61 ans, en charge des éditoriaux, fait partie des morts.

par -

Le président américain, Donald Trump, a encore gaffé. Vous me direz que ce n’est pas nouveau, sauf que cette fois il l’a fait sur un sujet où aucune glissade n’est permise : Les attentats sanglants de Paris, le 13 novembre 2015. Trump, qui discourait devant le lobby des armes le plus puissant des USA, la NRA, s’est laissé aller à une parodie de très mauvais goût qui a ulcéré les rescapés de ce carnage.

Personne n’a d’arme à Paris et on se souvient tous des 130 personnes (tuées) et du nombre énorme de personnes horriblement, horriblement blessées“, a-t-il déclaré vendredi 04 mai 2018 devant ses potes de la NRA, répétant ce qu’il avait déjà dit dans sa campagne électorale, une corde sensible qui fait mouche à chaque fois qu’il la tire devant les amoureux des armes. Puis, pour accroitre ses effets de manche, le président américain a eu la mauvaise idée de mimer l’assaut, dans un scetch ahurissant. “Elles ont été tuées brutalement par un petit groupe de terroristes qui avaient des armes. Ils ont pris leur temps et les ont tués un par un. Boum, viens là; boum, viens là; boum, viens là“, a-t-il ajouté, en reproduisant le geste du tireur qui abattait froidement les spectateurs du Bataclan.

La réplique n’a pas tardé. Philippe Duperron, président de l’association Treize novembre, fraternité et vérité, a confié ceci à HuffPost : “Notre réaction, c’est d’abord du dégoût face à des clowneries inacceptables (…). C’est d’autant plus choquant que cela intervient quelques jours seulement après la visite d’Etat du président de la République à Washington où ce dernier a été reçu en ‘ami’. C’est pourquoi nous allons demander une réaction officielle de la part de la diplomatie française condamnant sereinement et fermement ces propos“, a-t-il embrayé, lui dont le fils de 30 ans a laissé la vie dans cette attaque.
Les autorités françaises par contre sont beaucoup moins bavardes après cette sortie hallucinante de Trump. Une source à l’Elysée a affirmé que le président Emmanuel Macron ne souhaitait pas réagir pour le moment. Quant au porte-parole du ministère des Affaires étrangères, le journal n’a pas pu le joindre dans la matinée…

par -

Un carnage s’est produit ce mercredi 02 mai 2018 au matin au siège de la Commission électorale libyenne à Tripoli, d’après les autorités, citées par Le Figaro. Un commando armé a fait irruption dans le local et a tiré dans le tas. “Nous avons des martyrs et des blessés. Nous sommes encore sur les lieux“, a indiqué un haut responsable de la sécurité dans la capitale libyenne. Aucune précision pour le moment sur le nombre de morts..

Ce qu’on sait c’est qu’il y avait parmi les assaillants un kamikaze, qui a déclenché sa charge. On sait aussi qu’il y a eu échange de tirs avec des agents des forces de sécurité et que le personnel de la commission est parvenu à s’échapper.

Dans des photos relayées par les réseaux sociaux, on voit une épaisse fumée noire surplomber le quartier de Tripoli qui abrite la commission. A noter que la commission était en plein travail sur les listes d’électeurs dans la perspective des nouvelles élections que la communauté internationale souhaite encadrer d’ici la fin de l’année. Mais manifestement il y a des parties qui ne veulent pas voir le pays sortir de l’ornière. La question est de savoir si elles arriveront à prendre le dessus sur la volonté des autorités et de l’ONU…

par -

Daech se relèvera difficilement de cette frappe contre l’agence Amaq, courroie de transmission de l’idéologie djihadiste et de ses crimes aux quatre coins du monde. En effets les services de police de la Belgique, Bulgarie, Canada, France, Pays-Bas, Roumanie, Royaume-Uni et États-Unis se sont ligués pour frapper de concert le canal de communication des terroristes et ses principaux relais, a rapporté ce vendredi 27 avril 2018 l’agence européenne de police Europol.

Avec cette opération sans précédent, nous avons porté un grand coup aux capacités de l’EI à propager sa propagande en ligne et à radicaliser les jeunes en Europe“, a affirmé le chef de l’agence européenne spécialisée dans la répression de la criminalité, Rob Wainwright, dans un communiqué.

Reste à savoir ce que l’organisation djihadiste, du moins ce qui en reste après les déroutes en Irak et en Syrie, est en train de cuisiner en ce moment pour contourner le problème que lui posent ces 8 pays…

par -

Le président américain, Donald Trump, a tenu parole, et assez rapidement, en larguant des bombes sur Damas, mais c’est sa dernière cartouche, en en croire le président russe, Vladimir Poutine. D’après lui, la planète serait plongée dans le chaos si les USA se livraient à de nouveaux bombardements, a confié Poutine à son homologue iranien, Hassan Rohani, d’après plusieurs agences de presse russes. “Vladimir Poutine a souligné que, si de telles violations de la Charte des Nations unies se produisaient à nouveau, elles mèneront les relations internationales au chaos“, a rapporté Ria, citant un communiqué du Kremlin.

Les journaux locaux ont évoqué l’échange téléphonique entre les deux alliés du régime syrien juste après l’intervention par des Etats-Unis, de la France et la Grande-Bretagne, pour riposter à une présumée attaque chimique des troupes de Bachar Al-Assad contre la population de Douma.
Poutine et Rohani ont conclu que les frappes occidentales sont une mauvaise nouvelle pour un règlement politique du conflit en Syrie, ont indiqué les agences de presse.

par -

«Un homme de nationalité tunisienne, identifié comme Akram Baazaoui, est montré escorté dans une voiture de police alors qu’il quittait le siège de la police à Latina, en Italie, jeudi 29 mars 2018. Cette prise ferait suite à l’arrestation par la police italienne de cinq personnes liées à Anis Amri, le Tunisien qui a effectué l’attentat de camion de marché de Noël de Berlin en 2016 et qui a ensuite été tué lors d’une fusillade avec la police en Italie. Dans un communiqué jeudi, la police a déclaré que l’un des cinq aurait acheté les faux papiers d’identité italiens qui ont permis à Amri de se déplacer en Europe”. C’est ce que rapporte «The Gazette», sur la foi de l’agence italienne d’information ANSA, via l’Associated Press.

par -

Les autorités afghanes n’ont jamais été aussi fragilisées depuis 2011. Ce lundi 29 janvier 2018, les insurgés ont encore frappé dans la capitale, Kaboul, cette fois un avant-poste de l’armée afghane aux environs de l’une des plus grandes académies militaires du pays. L’attaque a tué au moins 11 militaires et blessé quinze d’entre eux, d’après un nouveau bilan du ministère de la Défense rapporté par l’agence Reuters. L’assaut a été revendiqué par Daech. C’est la troisième en moins d’une semaine, après les carnages des 25 et 27 janvier 2018, à ajouter à ceux d’août, octobre et décembre 2017, etc.

On a appris que deux des assaillants ont fait exploser leurs ceintures piégées et deux autres ont été abattus par les forces de sécurité, le cinquième a été interpelé, indique le ministère dans un communiqué.

A noter qu’en octobre 2017, une attaque suicide à la voiture piégée avait touché la même académie militaire, fauchant 15 personnes qui se déplaçaient dans un minibus transportant des élèves-officiers et leurs formateurs…

par -

Encore une attaque djihadiste contre un camp militaire. Les faits se sont produits ce samedi 27 janvier 2018 dans un camp militaire au nord du pays, rapporte l’AFP. Au moins 14 militaires y ont trouvé la mort, a fait savoir l’armée malienne, qui a qualifié cela de “terrorisme“.

Les (Forces armées maliennes) FAMa ont été attaquées tôt ce matin aux environs de 4h00 à Soumpi (Tombouctou). Les FAMa déplorent 14 morts, 18 blessés et des dégâts matériels“, dit l’armée malienne sur sa page Facebook.

Un responsable militaire local a confirmé à l’AFP l’assaut et précisé que 10 soldats avaient été tués dans “cette attaque des terroristes contre le camp de Soumpi. Il y a eu 17 blessés“.

par -

Carnage ce samedi 27 janvier 2018 à Kaboul. Une bombe planquée dans une ambulance a explosé au niveau d’un barrage de la police aux environs d’un quartier administratif et des ambassades, causant la mort de 63 personnes et plus de 150 blessés, ont indiqué les autorités à l’agence Reuters. L’attaque a été revendiquée par les taliban. A rappeler que le mouvement extrémiste s’était dit l’auteur de l’attentat de l’hôtel Intercontinental de Kaboul qui a fauché plus de 20 civils il y a une semaine.

C’est un massacre“, a dit Dejan Panic, coordinateur pour l’Afghanistan de l’ONG humanitaire italienne Emergency, en charge de l’hôpital à proximité.
L’explosion s’est produite à l’heure du déjeuner dans une rue très fréquentée. A noter que les Afghans travaillent le samedi.

Les taliban entendent ainsi répliquer à la dernière sortie du président afghan, Ashraf Ghani et de ses soutiens américains, qui ont déclaré que leur nouvelle stratégie militaire, plus offensive, a bouté les extrémistes hors des grandes localités provinciales…

FOCUS 🔍

Les chiffres des immatriculations de nouvelles voitures pour le mois de septembre 2018, laissent voire que les ventes des véhicules particuliers de la marque...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et le Conseil de sécurité ont condamné jeudi l'assassinat de six Casques bleus malawites et d’un...

Reseaux Sociaux