Tags Posts tagged with "augmentation,"

augmentation,

par -

A l’issue d’une séance d’audition tenue jeudi 16 novembre 2017 à l’ARP, le ministre de l’Energie et des Mines, Khaled Kaddour, a évoqué la possibilité d’une augmentation des prix des hydrocarbures et une nouvelle tarification de l’électricité et du gaz, et ce dans les prochains jours, relate Mosaïque fm.

Cette probable augmentation intervient dans le cadre de l’ajustement automatique du prix local du pétrole aux cours mondiaux.

Dans le  même sens, Kaddour a souligné que la subvention des hydrocarbures sera aux alentours de 1,500 milliard de dinars en 2018, a ajouté la même source.

par -

Le député et membre de la commission des finances à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) Houssem Bounenni s’est opposé à l’augmentation des prix des abonnements Internet qui devraient subir, selon lui, une forte hausse avec l’approbation du projet de la loi de finances 2018, actuellement en discussion au niveau de la commission financière. “On n’a pas de problème avec l’augmentation des prix des cartes de recharge téléphonique, mais pour les tarifs internet c’est illogique dans un pays qui fait de la numération une de ses priorités“, a-t-il dit.

S’agissant de la TVA imposée sur le secteur immobilier et qui s’élève à 19%, Bounenni a proposé d’instaurer une TVA entre 7 et 13% au maximum : “19% c’est insupportable à la lumière de la crise que vit actuellement le secteur de l’immobilier“, a-t-il déclaré.

Il y a lieu de rappeler à ce propos que le projet de la loi de finances 2018 prévoit l’augmentation des prix des cartes de recharge téléphonique. Pour une carte de recharge téléphonique, le Tunisien payera 5700 millimes contre 5500 actuellement, soit une hausse de 200 millimes. En effet le PLF 2018 prévoit l’augmentation de la valeur du timbre fiscal appliqué aux services de téléphonie (de 0,100 d à 0,140 d) et son extension aux services de l’internet, et également la révision de la valeur du timbre fiscal imposé sur certains contrats et documents administratifs.

Dans son premier draft, le PLF 2018 propose aussi de soumettre les logements commercialisés par les promoteurs immobiliers à une TVA de 19%.

par -

SANIMED a décidé, lors de sa réunion du 18 Mai 2017, d’augmenter le capital social et de le porter de 12 400 000 dinars à 13 751 600 dinars et ce, par l’augmentation de la valeur nominale qui passera de 1 dinar à 1,109 dinar. L’Assemblée Générale Extraordinaire a donné tous les pouvoirs au conseil d’administration représenté par son président pour effectuer les formalités pratiques de l’augmentation de capital et constater la réalisation de l’opération. Usant des pouvoirs qui lui ont été délégués, le Conseil d’administration de la société réuni le 19 septembre 2017, a décidé de procéder à la réalisation de l’opération par l’augmentation de la valeur nominale et ce, à partir du 10/11/2017. En conséquence, le capital social de la société SANIMED est fixé à 13 751 600 dinars réparti en 12 400 000 actions de 1,109 dinar de valeur nominale chacune et l’article 6 des statuts est modifié en conséquence.

par -

L’expert-comptable Walid Ben Salah a annoncé, dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, qu’à la lumière du projet de la loi de finances 2018, les prix des carburants ainsi que les tarifs de l’électricité et du gaz connaîtront une augmentation durant l’année prochaine. “La hausse est déjà programmée”, a-t-il dit.

Walid Ben Salah a expliqué que les besoins de financement en carburants, électricité et gaz s’élèvent à 2400 Millions de dinars dont 1500 MDT seront financés par l’État sous forme d’une subvention alors que le reste (soit 900 MDT) sera supporté par le citoyen sous forme d’une majoration dans les tarifs.
Il a en outre indiqué que les 900 MDT ont été calculés sur la base d’un baril de pétrole de 54 dollars, soulignant toutefois que si ce taux augmentera, le gouvernement sera de nouveau dans l’obligation de porter à la hausse la valeur de ces augmentations.

En ce qui concerne les prix des produits de base, Ben Salah a fait remarquer que rien n’a été signalé dans le projet de la loi de finances 2018, mais la hausse est probable.

 

par -

La Société Tunisienne de Marchés de Gros (SOTUMAG), société anonyme relevant du ministère du Commerce, a appelé ses actionnaires à une réunion extraordinaire qui se tiendra jeudi 16 novembre 2017 pour examiner la question de l’augmentation du capital de la société à 13,200 Millions de dinars (MD).
La SOTUMAG a indiqué dans un communiqué, publié sur le site de la Bourse des valeurs mobilières de Tunis (BVMT), que le capital de la société sera levé de 12MD à 13,2 MD, à travers l’émission d’un million 200 mille actions, d’une valeur nominale de 1 dinar l’action. Les nouvelles actions jouiront des droits légaux à partir du 1er janvier 2017.
Les actionnaires examineront également l’actualisation de l’article 6 du statut de la société régissant le capital de la société qui devra être à l’entour de 13,200 MD. Les actionnaires discuteront, par ailleurs, la décision d’accorder au PDG de la société ou toute personne qui le représente, toutes les prérogatives pour effectuer toutes les procédures légales concernant cette opération.
Cotée en bourse la SOTUMAG est chargée de la distribution des fruits et légumes. A la clôture de la séance du vendredi 27 octobre 2017 la valeur du titre de la société s’élevait à 2,030 dinars.

par -

Les revenus de la société Tunisienne d’Équipement (STEQ) au 30 septembre 2017 se sont élevés à 32,9 MDT contre 31,6 MDT au 30 septembre 2016, soit une augmentation de 4,1% et une évolution positive de la marge de l’ordre de 2,4% a été réalisée au terme des neufs premiers mois de l’année 2017, et ce comparativement à la même période en 2016.

L’évolution des charges financières au 30 septembre 2017 par rapport au 30 septembre 2016 est due principalement à l’augmentation des pertes de change.

par -

L’Ordre des ingénieurs tunisiens (OIT) vient s’ajouter à la cacophonie ambiante en demandant sa part du gâteau, après les augmentations salariales arrachées par la centrale syndicale dans le secteur public, et que le ministre des Finances a promis de verser, dans les temps. «Nous sommes le seul secteur à n’avoir bénéficié d’aucune augmentation spécifique depuis 2011 et nos demandes ont été ignorées», a déclaré ce samedi 21 octobre 2017 le président de l’OIT, Oussama Kheriji, sur Mosaïque Fm…

Il a indiqué que les organes représentant le secteur exigent la hausse des primes des ingénieurs de la fonction publique et l’instauration d’une prime d’ingénierie.

par -

Le projet de la loi de finances 2018 prévoit l’augmentation de 20 à 25 dinars des frais fixes d’enregistrement sur chaque contrat ou sur chaque page, selon les cas. C’est ce qu’a annoncé le ministre des Finances, Ridha Chalghoum, lors d’un point de presse tenu ce mardi 17 octobre 2017 à Tunis.

Il convient de rappeler à ce propos que le projet de la loi de finances 2018 dans son premier draft a été récemment transmis à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) pour être dans une première étape examiné par la commission des finances, avant de passer en plénière.

par -

On s’attendait à des inflexions fortes de l’Union générale tunisienne et travail (UGTT) pour un sauvetage des caisses sociales, on les avait même annoncées, les concessions sont venues hier mercredi 11 octobre 2017 au terme de la réunion du comité administratif. Le secrétaire général de la centrale syndicale, Noureddine Taboubi, a déclaré, devant un parterre de journalistes, qu’ils sont prêts à consentir des sacrifices pour remettre à flot les caisses sociales, notamment la CNAM, qui doit quelque 2200 millions de dinars à ses consoeurs…

Un tabou est tombé : L’UGTT a formellement accepté le principe d’un recul de l’âge de départ à la retraite, parmi une batterie de solutions pour sortir les caisses sociales du trou. Mais elle a corsé l’affaire en ajoutant que le secteur public ne doit pas être aligné sur le privé. Qu’entend-il exactement par çà ? Mystère pour le moment…

par -

“Les salariés ne peuvent aucunement assumer la dégradation des finances publiques et l’augmentation de la TVA”, a fustigé, lundi, l’Union des Travailleurs de Tunisie (UTT) dans un communiqué dont une copie est parvenue à la TAP.
S’appuyant sur une version fuitée du nouveau projet de loi de finances 2017, l’UTT a appelé le gouvernement à trouver les solutions adéquates à même de redresser les finances publiques, mettant l’accent sur la nécessité d’appliquer fermement la loi contre les corrompus et les évadés fiscaux.
“Cette responsabilité doit être assumée par les différentes composantes de la société civile”, a insisté l’organisation, appelant à la nécessité d’encourager les investissements locaux et étrangers afin de booster la roue de l’économie.

par -

L’augmentation en numéraire du capital social de la SOTUVER, décidée par l’Assemblée générale Extraordinaire du 6 septembre 2016, a été réalisée par l’émission de 1 635 216 actions ordinaires de nominal un (1) dinar l’action, avec une prime d’émission de deux dinars cinq cents millimes (2,5) par action, souscrites en numéraire et libérées intégralement à la souscription. Le capital social est ainsi porté à 25 073 312 dinars divisé en 25 073 312 actions nominatives de nominal un (1) dinar.

par -
La production de papier Kraft et papier Cannelure (Test liner) a enregistré une augmentation respective de 18% et 16%

Deux transactions de bloc ont été réalisées à la Bourse de Tunis, le 04 octobre 2017, portant sur 6 273 159 actions SOTIPAPIER à un cours unitaire de 3,560 TND, soit un montant global de 22,33 MTND. La société Recall Holding, détenue par Monsieur Abdelkader Hamrouni, BIAT Capital Risque, UBCI Capital Développement, AMI Assurances, Union Tunisienne de Participation, et contrôlée par RECALL SARL, elle-même contrôlée par SPE Capital Partners, vient d’annoncer sa prise de participation à hauteur de 28,7% dans le capital de la société Sotipapier. Suite à cette opération, SPE Capital Partners contrôlera, directement et indirectement, 67,8% du capital de Sotipapier. Cette transaction vient dans le cadre d’un projet global de consolidation de l’actionnariat de Sotipapier qui vise le renforcement de sa position de marché en Tunisie, l’extension de son activité de collecte et de recyclage de vieux papier et le développement de ses activités à l’export.

Pour rappel, Sotipapier a obtenu, le 31 août dernier, l’accord du CMF pour procéder à une opération d’augmentation de capital de 15 millions de dinars pour financer son plan de développement. La société prévoit d’importants investissements dans son outil de production afin d’augmenter la capacité de production du TESTLINER & FLUTING et améliorer la qualité du papier fabriqué. L’opération est pilotée par BIAT Capital et CGF. Les souscriptions débuteront le 9 octobre 2017 et le prix d’émission a été fixé à 3,750 dinars l’action.

par -

Mohsen Hassan, expert en économie et ancien ministre du Commerce, a fait savoir, dans une interview accordée ce mercredi 27 septembre 2017 à Africanmanager, que la proposition du gouvernement d’augmenter la retenue à la source au titre des dividendes de 5 à 10% tient la route, mais à condition que l’impôt sur les sociétés soit révisé à la baisse au moins de 3 à 2%. “C’est très important… Si on augmente l’impôt sur les dividendes, les entreprises seraient amenées à réinvestir les bénéfices et ne pas distribuer de dividendes“, a-t-il dit.

Il a toutefois indiqué que pour certains secteurs comme la grande distribution, le pétrole et les banques, on peut garder l’impôt sur les sociétés qui est actuellement aux alentours de 35%.

par -

L’AGE de la SOPAT, tenue le 14/07/2017, après avoir pris connaissance du rapport du Conseil d’Administration et du rapport du Commissaire aux comptes, et constatant que le capital social actuellement fixé à 21.941.250 DT, divisé en 21.941.250 actions de 1 DT chacune, est entièrement libéré, a décidé de l’augmenter d’une somme de 5.920.000 DT en numéraire pour le porter ainsi à 27.861.250 DT et ce par la création de 5.920.000 actions nouvelles d’un montant nominal de 1 DT chacune moyennant une prime d’émission globale de 1.480.000. Ladite augmentation sera totalement libérée lors de la souscription. Les actions nouvelles, qui seront soumises à toutes dispositions statutaires, seront assimilées aux actions anciennes et jouiront des mêmes droits à compter de la date de la réalisation de l’augmentation du capital. Le but de cette émission est de renforcer les fonds propres de la société et rééquilibrer sa structure financière et de Financer le plan de développement gage de la croissance future.

par -

La société Air Liquide porte à la connaissance de ses actionnaires et du public que son AGE, réunie le 13/06/2017, a décidé, sur proposition du Conseil d’Administration, d’augmenter le capital social d’un montant de 1.139.875 dinars par incorporation de réserves, par l’émission de 45.595 actions nouvelles gratuites, de nominal 25 dinars chacune, pour le porter ainsi de 35.336.225 dinars à 36.476.100 dinars. La même Assemblée Générale Extraordinaire a décidé de réaliser ladite augmentation de 1.139.875 de dinars, par incorporation de 1.135.000 dinars des réserves exonérées et de 4875 dinars à prélever sur le poste “Autres réserves” , et l’émission de 45.595 d’actions nouvelles gratuites de nominal 25 dinars chacune à attribuer aux anciens actionnaires et aux cessionnaires de droits d’attribution en bourse à raison d’une (1) action nouvelle gratuite pour trente et une (31) actions anciennes, avec entrée en jouissance au 1er janvier 2017. Le capital sera ainsi porté de 35.336.225 dinars à 36.476.100 dinars. AIR LIQUIDE procèdera à l’acquisition et l’annulation de 4 droits d‘attribution et ce, en vue d’assurer le bouclage exact de l’augmentation susmentionnée.

par -

Le Conseil d’Administration de la Banque de l’Habitat a décidé de convoquer les actionnaires de la banque pour le 07 septembre 2017 en Assemblée Générale Extraordinaire afin de statuer sur la proposition d’augmentation de capital à effectuer simultanément, par incorporation de réserves et la distribution de 6 800 000 actions gratuites à raison d’une (1) action nouvelle gratuite pour cinq (5) anciennes et en numéraire à hauteur de 34 Millions de Dinars par la création de 6 800 000 actions à souscrire à raison d’une (1) action nouvelle souscrite pour cinq (5) anciennes ; à émettre au prix de 15 Dinars (5 dinars de nominal majorée d’une prime d’émission de dix 10 dinars). Le capital social passera ainsi de 170 Millions de Dinars à 238 Millions de Dinars.

par -

Selon les données publiées ce mercredi par le ministère du Commerce Algérien et rapportées par TSA, les prix au détail de la majorité des produits alimentaires ont fortement augmenté en décembre dernier par rapport au même mois de 2015.

Les principaux produits d’épicerie se sont envolés : le lait en poudre infantile (+9,8%), la levure sèche (+8,9%), les pâtes alimentaires (+8%), le concentré de tomate (+6,7 %), le café (+6,7%), la farine conditionnée (+6,3%), le thé (+6,1%), le riz (+5,7%), le sucre blanc (+3,5%), les huiles alimentaires (+1%) et la semoule ordinaire (+0,3%), selon la même source. Le lait en poudre adultes a connu une légère baisse de 0,3%.

D’après la même source, pour les légumes frais, à l’exception du prix de l’oignon sec qui a fortement baissé (-37%), ceux des autres produits ont augmenté? tels l’ail importé (+30,2%), la tomate fraîche (+18,5%), la pomme de terre (+2%) et l’ail local sec (+1,2%).

par -

La société Office Plast a fait savoir ce mercredi 04 janvier 2017 que l’augmentation de son capital, avalisée par l’Assemblée Générale Extraordinaire du 10 décembre 2016, est achevée. Les détails sont les suivants :

– Une partie des réserves ont été injectées, pour un montant de 1.560.540 dinars et 1.560.540 actions de nominal 1 dinar chacune ont été été cédées, gratuitement, avec la formule une (1) action gratuite pour quatre actions anciennes.

– 2.000.000 actions en numéraire ont été émises, au prix de 3,100 dinars l’action (avec une prime d’émission de 2,100 dinars par action). Les actions nouvelles émises en numéraire ont été intégralement écoulées à la souscription.

Au terme de cette opération, le capital social d’Office Plast monte à 9.802.700 dinars divisé en 9.802.700 actions de nominal un (1) dinar chacune ; l’article 6 des statuts a été retouché en fonction de cette nouvelle configuration.

par -

L’information est désormais officielle. Une nouvelle proposition sur les majorations salariales vient de voir le jour. C’est à l’initiative du membre de la commission des finances de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Slim Besbes, que cette nouvelle proposition a été élaborée.

Le député, ancien ministre des Finances nous a confirmé la nouvelle.  Dans une déclaration, mardi 22 novembre 2016 à Africanmanager, il a indiqué qu’une nouvelle alternative au gel des salaires a été trouvée et proposée, hier, mardi 21 novembre 2016, au secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abassi. Il s’agit de répartir la somme globale litigieuse, soit 1 milliard de dinars en deux parties,  la première sera compensée par une révision du  barème de l’impôt  sur le revenu pour couvrir la catégorie de salaire le plus élevé de la fonction publique (soit 3 mille 200 dinars mensuels) alors que la seconde sera compensée par la souscription gratuite par les salariés bénéficiaires de l’augmentation non couverte, par la révision du barème à un emprunt public à moyen terme (bon d’investissement) sous forme d’une émission publique (en dinars et/ou en devise) ouverte à tous les Tunisiens, personnes physiques ou morales résidentes ou non résidentes.

L’ajustement de la précédente proposition vise l’élargissement  du champs d’application des bénéficiaires de la révision du barème de l’impôt sur le revenu à tous les salariés sans fixation du plafond alors qu’il concernait uniquement (dans la première version du projet de la loi de finances soumis au parlement) ceux dont les revenus annuels ne dépassent pas les 20 mille dinars, soit moins de 1400 dinars par mois.

L’objectif de cette nouvelle proposition est de veiller à ce que l’augmentation conséquente touche désormais toutes les catégories de fonctionnaires dont le salaire est égal à 3 mille 200 dinars, à savoir les professeurs universitaires les médecins et les magistrats.  “C’est la solution la plus adéquate et la plus pertinente, premièrement,  pour récompenser l’augmentation salariale qui a été reportée à l’année 2019 , et deuxièmement à travers la révision du barème de l’impôt sur le revenu pour atteindre l’équité sociale escomptée,  en touchant plus particulièrement à côté des couches des plus faibles revenus et les couches populaires, les contribuables appartenant à la classe moyenne “, a-t-il expliqué.

Quant à la deuxième partie de la proposition, qui concerne une souscription gratuite des salariés de la fonction publique à une émission publique au titre d’un emprunt national à moyen terme remboursable dans une période de 5 à 7 ans, qui sera affectée à des objectifs de développement, et qui est ouverte de manière automatique aux fonctionnaires de l’État qui n’ont pas reçu la totalité de leur augmentations salariales sur la base de l’application de la révision de l’impôt sur le revenu, elle permet, d’une part, d’honorer l’intégralité des engagements de l’État envers la centrale syndicale et d’autre part,  de répondre aux soucis légitimes de l’UGTT de rien ne concéder  à propos de la défense du pouvoir d’achat et des acquis des salariés.

Par ailleurs, cette approche s’insère dans la démarche de trouver une solution concertée et consensuelle qui rapproche les points de vues divergents  tout en évitant à la fois un désordre social et un dérapage des finances publiques.

Selon Besbes, le souci du gouvernement est de maîtriser la masse salariale en la limitant au seuil inscrit au budget de l’État répond à une volonté consistant à entamer dès 2017, une politique de maîtrise de cette rubrique afin de la cantonner  aux valeurs et proportions conformes aux normes de la soutenabilité budgétaire. Tel est l’engagement souscrit par la gouvernement précédent lorsqu’il avait signé l’accord avec le FMI relatif au second programme. À noter que l’activation de l’ensemble des financements extérieures identifiés pour résorber le déficit budgétaire ( 4 milliards de dinars) est étroitement subordonnée à l’approbation du FMI.Or, cette dernière est difficilement acquise si le gouvernement revient sur la structure des dépenses publiques proposées dans le budget 2017 (La masse des salariale est fixée à 13,7 milliards de dinars).

par -

L’administration Barack Obama a réaffecté plus de 100 millions de dollars alloués à l’Egypte à d’autres pays suscitant une vive frustration au Caire.

La réallocation non divulguée auparavant est perçue comme un signe  de l’impatience de Washington concernant le refus du gouvernement égyptien de travailler avec les organisations américaines chargées de l’aide, précise le site Al-Monitor. Elle a été opérée à la fin du printemps dériver suite à la requête officielle adressée par des membres de la Chambre des représentants au Département d’Etat lui demandant  de transférer une partie des fonds alloués à  l’Egypte  au profit de  la Tunisie, que certains parlementaires  considèrent comme mieux placée et plus éligible à l’aide des États-Unis eu égard après sa transition vers une sa démocratie de fraîche date.

“Le gouvernement américain a redirigé 108 millions $  de l’enveloppe de l’aide prévue pour  l’Egypte à d’autres pays en raison de la poursuite des retards mis par le gouvernement du Caire dans la mise en œuvre effective de plusieurs programmes,” a expliqué un officiel  du Département d’Etat à Al-Monitor dans un communiqué envoyé par courriel. «Ces fonds ont été réorientés en fonction d’autres priorités et  besoins.”

La réallocation représente plus de deux tiers des 150 millions $ de l’aide économique annuelle  que le Département d’Etat a demandée à l’Egypte au cours des dernières années. Cependant, la plus grande part  de l’enveloppe de l’aide militaire annuelle d’une valeur de 1,3 milliard de dollars n’a pas été remise en question.

L’ambassade d’Egypte à Washington s’est abstenue de tout commentaire à ce sujet.

La décision fait suite à un rapport publié en février 2015 par le  « Goverment Accountability Office » (organisme d’audit, d’évaluation et d’investigation du Congrès  chargé du contrôle des comptes publics du budget fédéral), qui a constaté que 460 millions $ de l’aide économique pour l’ Egypte n’ont pas été utilisés en raison des restrictions américaines et de la lourdeur bureaucratique égyptienne. Depuis lors, Le Caire a continué de refuser les autorisations dont les bénéficiaires de l’aide US  ont besoin pour opérer dans le pays, alors que certains médias ont lancé une campagne de dénigrement contre les organisations  non gouvernementales américaines telles que le Research Triangle Institute basé en Caroline du Nord.

Initiatives insistantes du Congrès

Fin mai, huit membres influents  de la Chambre des représentants appartenant aux deux partis, républicain et démocrate, ont  écrit au secrétaire d’État John Kerry lui demandant de reprogrammer  20 millions $ de l’aide destinée à  l’Egypte pour les réallouer à la Tunisie.

« La Tunisie s’est récemment dotée d’un parlement démocratiquement élu et a accompli le premier transfert pacifique du pouvoir exécutif dans la région », souligne la missive. “A un tel moment critique, les États-Unis devraient déployer de sérieux efforts pour soutenir cette démocratie naissante. »

La lettre a été signée par le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre Ed Royce, un républicain de la Californie, le représentant démocrate haut placé du Congrès Eliot Engel,  la présidente du panel de la commission du Moyen-Orient, Ileana Ros-Lehtinen,  le représentant démocrate haut placé, Ted Deutch, le représentant démocrate haut placé du panel de la commission du terrorisme, Bill Keating, D-Mass , le président de la Commission de  sécurité intérieure,  Michael McCaul, et les deux co-présidents du Caucus Tunisie  David Schweikert, représentant républicain de l’Arizona  et Alcee Hastings, représentant démocrate de la Floride.

Ros-Lehtinen est une critique de longue date  de la façon dont l’aide américaine à l’Egypte est dépensée et a demandé le rapport du « Goverment Accountability Office » l’année dernière  de concert avec le républicain Gerry Connolly. Le démocrate McCaul a, pour sa part, conduit au mois de mai une délégation du Congrès en Tunisie et a promis d’aider la Tunisie dans sa lutte contre l’extrémisme violent après qu’il a été établi que  les Tunisiens sont les plus nombreux à rejoindre  les rangs de Daech.

La lettre du Congrès soutient que l’aide supplémentaire aiderait la Tunisie à ” promouvoir la transparence et le professionnalisme au parlement et dans  d’autres institutions tout en réformant les lois bancaires, le code fiscal et d’autres législations  et réglementations qui découragent les entrepreneurs et les investisseurs.” Elle se borne à émettre des critiques voilées contre l’Egypte, en soulignant  que «même des programmes de longue date sont au point mort. »

Le Département d’Etat a répondu un mois plus tard par une lettre de rejet de la requête des parlementaires  demandant plus d’argent pour la Tunisie. La réponse ne mentionne pas d’autres pays, mais la réaffectation semble avoir été opérée à la même époque.

“A cette époque, nous croyions que nos programmes des Fonds de soutien économique concordent avec les objectifs de la politique américaine et répondent aux besoins du gouvernement tunisien, a écrit le secrétaire d’Etat adjoint pour les affaires législatives,  Julia Frifield. “Pour nous assurer que nous répondons aux besoins de la Tunisie et que les fonds régionaux de soutien économique sont utilisés de manière plus efficace, nous examinons en permanence les performances de nos portefeuilles d’assistance.”

Une réponse mal accueillie au  Congrès.

«La Tunisie aurait dû être une priorité pour cette réaffectation,”  a déclaré Royce dans un communiqué envoyé par courriel à Al-Monitor. «La Tunisie, premier gouvernement démocratiquement élu de la région, est un partenaire clé dans notre lutte contre le terrorisme islamiste radical et fait face à des menaces graves de Daech  ainsi qu’à de sérieux défis politiques et économiques. »

Le département d’Etat a demandé au Congrès 140 millions $ pour l’exercice qui a commencé le 1er octobre autant que le montant demandé l’année dernière et plus que le double de l’année précédente. L’ambassadeur de Tunisie à Washington, Faycal Gouia, a déclaré à Al-Monitor qu’il se bat pour que l’aide américaine  soit augmentée de 20 millions $ pour stimuler l’aide à la sécurité, dont le montant  est en baisse de 10 M $ par rapport à la demande de l’année dernière.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Appelé «bulldozer de la finance» par notre confrère Business News, à 48 ans et des dizaines d’entreprises introduites sur la cote de la bourse...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

Programme de la 5e journée de l'Europa League de football qui sera disputée le jeudi 23 novembre (en heures GMT): Groupe F (18h00) Lokomotiv Moscou (RUS) -...