34 C
Tunisie
samedi 15 août 2020
Accueil La UNE Les oléiculteurs en colère, suspendent la cueillette !

Les oléiculteurs en colère, suspendent la cueillette !

Des agriculteurs et propriétaires de la presse d’huile d’olive de la délégation de Bouhajla au gouvernorat de Kairouan ont organisé une protestation « violente » pour dénoncer la baisse soudaine du prix du litre de l’huile d’olive. Les manifestants ont bloqué la route de la Sbihka et Bouhajla tout en brûlant des pneus pour revendiquer l’intervention urgente du ministère de l’Agriculture et de l’Office national de l’huile, afin de fixer les prix de l’olive, et mettre fin au coût élevé de la production, de la main-d’œuvre et de électricité utilisée durant l’extraction de l’huile.

Ces agriculteurs ont, par ailleurs, décidé de fermer leurs 70 presses d’huile, s’indignant contre les pertes financières importantes qu’ils ont subies, à cause de l’exploitation de la situation par les exportateurs.

Dans une déclaration faite ce jeudi 5 décembre 2019 à Africanmanager, Midani Dhaoui, membre du bureau exécutif du Syndicat des agriculteurs tunisiens a estimé que la situation des agriculteurs tunisiens est très catastrophique.

Il a précisé que le prix du kilo des olives a considérablement baissé de 1,200 DT   à 500 millimes, en dépit de la hausse du coût de la main-d’œuvre. « Tous les oléiculteurs ont décidé de suspendre la cueillette des olives et la fermeture des huileries. Les répercussions de la baisse des prix des olives seront très lourdes sur les agriculteurs » a-t-il affirmé.

Sur un autre volet, le responsable syndical a accusé l’Office National de l’Huile (ONH) de ne pas assurer son rôle régulateur des prix, ajoutant qu’une plainte sera déposée contre le chef du gouvernement, le ministre de l’agriculture et l’ONH pour abus de confiance. Il a, en outre, annoncé que plusieurs délégations du gouvernorat de Sidi Bouzid suivront ce mouvement de protestation qui débutera, vendredi 6 décembre 2019, pour appeler à sauver la récolte des olives.

  • L’autre son de cloche de l’Utap

Le ministre de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche, Samir Taieb a récemment annoncé dans une déclaration faite aux médias, que le prix de vente de l’huile d’olive sur le marché local sera abordable, au titre de la prochaine saison 2019/2020.

Il a précisé que «Ce prix ne dépassera pas le coût de production, ce qui veut dire que l’Office National de l’Olive et le secteur privé ne tireront aucun bénéfice», a indiqué le ministre.

Cette décision, selon ses dires, intervient suite aux prévisions du ministère qui font état d’une récolte record dépassant 1750 mille tonnes, soit 350 mille litres d’huile d’olive.

Réagissant aux déclarations de ce dernier, Abdelmajid Ezzar, président de l’UTAP a affirmé qu’elles visaient à pousser les oléiculteurs à baisser leurs prix de vente de l’huile de la nouvelle campagne, malgré des coûts de revient très élevés.

Le président de l’organisation agricole a aussi, fait savoir que le coût de revient d’un litre d’huile d’olive est estimé, cette année, à environ 8 dinars. De ce fait, le prix de vente doit se situer à 8,500 D, pour garantir une marge bénéficiaire convenable à l’oléiculteur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,394FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,290SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles