Tags Posts tagged with "Baccalauréat,"

Baccalauréat,

par -

Laurent Simon est ce qu’on appeler un petit génie, et très précoce en plus. En effet ce jeune Belge de 8 ans a réalisé la prouesse de boucler ses études secondaires en seulement un an et demi, rapporte BFMTV. L’équivalent du Baccalauréat en poche, il file vers des études supérieures, des études d’ingénieur, a confié ce passionné de mathématiques lors d’une conférence de presse retransmise par la chaîne belge RTBF. “Ma matière préférée, ce sont les mathématiques. Parce que c’est très vaste. Il y a la statistique, la géométrie, l’algèbre… Il y a plusieurs directions“, déclare ce surdoué qui affiche un quotient intellectuel de 145.

Quant à ses parents, ils disent avoir découvert ses facultés intellectuelles extraordinaires dès son plus jeune âge. “Pour lui, c’était difficile de jouer avec les autres. Il regardait comment cela se passait. Il faisait les choses différemment. Il ne savait pas quoi faire des jouets“, affirme son papa, qui ajoute que “s’il décidait demain de devenir menuisier, cela ne (lui) poserait aucun problème, du moment qu’il est heureux“.

par -

Les régions de Jendouba, Tatouine et Kasserine ont obtenu les plus bas taux de réussite dans la session principale du baccalauréat 2018 (entre 20,68% et 21,74%) alors que les plus forts taux ont été enregistrés à Sfax 1 et 2, à l’Ariana et à Monastir, entre 55,88% et 44,55%, ce qui démontre un écart entre les régions intérieures et celles côtières.

Selon la liste de classement des régions par rapport aux taux de réussite au baccalauréat publiée par le ministère de l’Education sur sa page officielle, les taux dans les régions intérieures sont inférieurs au niveau national qui se situe à 30% environ.

Cet écart a suscité les critiques de l’opinion publique puisque plusieurs personnes ont estimé que la raison principale de cette situation est la non application par le gouvernement de la discrimination positive telle que mentionnée dans la constitution, notamment, en ce qui concerne l’enseignement surtout en l’absence d’un nombre suffisant d’établissements scolaires et d’enseignants dans ces régions.

Selon le professeur en économie quantitative, Abderrahman Lahka, il existe un rapport étroit entre le taux de réussite au baccalauréat et le taux de pauvreté.

Dans les régions où le taux de pauvreté est fort, le taux de réussite est généralement faible“, a-t-il dit dans une déclaration à l’agence TAP.

D’après la même source, les conditions sociales des familles tunisiennes impactent directement la réussite de leurs enfants puisque l’enseignement en Tunisie, même s’il est gratuit, devient coûteux compte tenu de la cherté des cours particuliers dont la majorité ne peut plus se passer.
L’intervenant a ajouté que le taux de réussite au baccalauréat à Kasserine s’est situé cette année à 21,74% alors que le taux de pauvreté dans cette même région est de 32,8%.

Au Kef, le taux de réussite de 23,16% alors que le taux de pauvreté dépasse les 34%.
En revanche dans les régions comme Sfax et Monastir, qui sont en tête du classement au niveau du taux de réussite au baccalauréat, le taux de pauvreté n’a pas dépassé les 5,8% à Sfax et 8,3% à Monastir et ce, selon les chiffres de l’Institut national des statistiques.

A rappeler que le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a décidé le 19 juin dernier d’octroyer une bourse de 500 dinars aux nouveaux bacheliers 2018 issus des milieux défavorisés afin de permettre à leurs familles de faire face aux frais de la rentrée universitaire. Dans la cadre de cette politique de discrimination positive, Chahed a également ordonné qu’on réserve 8% des places des filières de la médecine et de l’ingénierie aux bacheliers des régions intérieures, lors des orientations universitaires 2018/2019.

Les dernières mesures, prises et annoncées par le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed, en application du principe de la ségrégation positive, ont dernièrement touché un droit qui devrait être égalitaire car garanti par la Constitution, qui est celui à l’éducation. Elles font débat et tout le monde n’est pas d’accord sur la blogosphère tunisienne. L’exemple de Salsabil Klibi, Professeur de droit et qui a exercé au ministère de l’Enseignement supérieur. Elle dit ainsi, dans un Post sur sa page, que «il n’existe pas à mon avis de filières nobles et d’autres moins nobles mais des filières d’excellence ou d’élite. Réserver un quota pour les jeunes bacheliers issus de régions défavorisées, n’est pas la solution à la disparité entre les régions ni à l’échec de l’école en tant qu’ascenseur social. L’accès à ce type de filière se fait sur la base des résultats obtenus au bac. Tout jeune bachelier doté d’un très bon score peut accéder aux filières d’excellence, indépendamment de sa région d’origine. Introduire un système de quota qui permettrait aux jeunes issus des régions défavorises d’accéder à ce type de filière sans considérations pour leurs moyennes au bac et donc pour leurs aptitudes ne résoudra pas le problème des disparités face au droit à l’éducation, il pourrait, au contraire, augmenter chez eux le sentiment de frustration, suite à un échec très probable vu les lacunes accumulées tout au long d’une scolarité de deuxième rang (dans le meilleur des cas!) qui ne leur permettrait pas de suivre le rythme d’une formation délite. 
Les mesures de discrimination positive, doivent être adoptées beaucoup plus en amont, c’est à dire au niveau du primaire et du secondaire, mettre le paquet dans l’infrastructure, (revoir notamment le système des internats pour collèges et lycées, ceux qu’on a vu ces derniers mois dans les médias sont une vraie insulte à la dignité humaine. Mais s’assurer aussi qu’ils deviennent non pas seulement des abris pour les élèves pour qu’ils y passent la nuit mais des lieux de vie, de travail et de préparation aux examens.
Sur l’augmentation du nombre de places dans les foyers universitaires, on ne peut que s’en réjouir, cependant s’il y a une mesure de discrimination positive à prendre c’est bien sur ce dossier: réserver un quota de lits aux étudiants issus de régions défavorisées (filles et garçons) et ce jusqu’à la fin de leur cursus, Master compris ».

par -

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a annoncé, ce mardi 19 juin 2018, l’activation du principe de la discrimination positive dans l’orientation universitaire à partir de l’année académique 2018-2019 et approuve de nouvelles procédures pour orienter les talents et les compétences exceptionnelles, en particulier dans les domaines des nouvelles technologies.

Outre la discrimination positive, Chahed a annoncé l’augmentation de la capacité d’accueil des restaurants et foyers et a décide d’octroyer une bourse de 500 dinars tunisiens aux nouveaux lauréats à l’examen du baccalauréat, et ce dans l’objectif d’aider les familles modestes et à faible revenu à supporter les charges liées à l’inscription de leurs enfants à l’université.

par -

Quelque 132250 candidats passent à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 13 juin courant les épreuves nationales du baccalauréat dont la proclamation officielle des résultats est prévue le 24 juin courant.
Le nombre des candidates s’élève à 78549 tandis que celui des candidats est de 53654 élèves, soit un écart de 24895 élèves.
Le nombre des candidats issus des lycées publics est de 107981 élèves, tandis que celui des candidats inscrits dans les lycées privés s’élève à 18783 élèves.
La filière qui enregistre le nombre le plus élevé de candidats est celle de l’économie gestion, avec 39526 élèves. Le sport reste la branche qui accueille le moins de candidats avec 1358 élèves.
Les épreuves se déroulent dans 566 centres d’examens répartis sur l’ensemble du pays.
Près de 140000 intervenants du ministère de l’éducation seront mobilisés cette année pour assurer le bon déroulement des examens (82000 surveillants, 21000 professeurs-correcteurs et 26000 employés dans les centres des épreuves écrites).
S’agissant des mesures exceptionnelles, 43 candidats auront des copies d’examen avec une écriture agrandie par rapport à la normale et 81 candidats auront des copies en braille et 22 candidats recevront les sujets de philosophie, d’histoire et géographie en langue française.
175 autres candidats bénéficieront d’un supplément horaire équivalent au tiers de la durée de l’examen et un seul candidat pourra utiliser une tablette. 9 candidats ont été autorisés à passer les épreuves en prison et deux candidats les passeront dans un établissement de santé public et privé.
La session de contrôle est prévue pour le 26 juin en cours et les résultats seront annoncés le 07 juillet 2018.

par -

Les candidats au baccalauréat 2018 peuvent consulter du 5 au 8 juin les notes et codes du contrôle continu (code de la moyenne annuelle, code de la discipline et note finale de l’éducation physique), sur le site électronique www.edunet.tn.
En cas d’erreur, les candidats concernés parmi les élèves inscrits dans les lycées publics et privés doivent présenter une pétition à la direction de leur institution, avant le 8 juin 2018, selon un communiqué publié vendredi par le ministère de l’éducation.

par -

La direction générale des examens nationaux relevant du ministère de l’éducation a envoyé ce matin par voie électronique l’épreuve de l’informatique des sections scientifiques (mathématiques, sciences expérimentales et sciences techniques) aux 561 centres d’examen et ce, au profit de 50 mille candidats.
Deux équipes formées l’une de 5 ingénieurs et techniciens en informatique du centre national des technologies de l’éducation et l’autre de responsables de la direction générale des examens nationaux assurent le bon déroulement de l’opération d’envoi dans la salle de contrôle centrale de la direction générale des examens nationaux.

Dans une déclaration à l’agence TAP, Amor Welbani, directeur général des examens nationaux a indiqué que le ministre de l’éducation Hatem Ben Salem a effectué ce matin le tirage au sort pour choisir cinq sujets d’examens différents pour l’épreuve de l’informatique sur un total de 15 proposés.
Le responsable a signalé que l’envoi électronique des sujets démarre à 06h40 du matin en adressant des SMS sur les téléphones portables des responsables des centres comportant le code d’entrée au système d’envoi.
” Une fois tous les centres sont connectés, les sujets choisis sont envoyés, de manière codée, et téléchargés par les responsables des centres d’examens “, a-t-il précisé, ajoutant qu’un nouveau code est envoyé par la suite au professeur d’informatique du centre pour imprimer le nombre de copies nécessaires et les distribuer à 07h55.

Welbani a souligné que les codes d’entrées au système sont changés quotidiennement mettant l’accent sur l’importance de cette expérience qui a prouvé, selon lui, son efficacité dans la rationalisation des dépenses. Cette expérience sera généralisée à partir de l’année scolaire prochaine sur le concours d’accès aux collèges pilotes et l’examen de fin de l’enseignement de base, a-t-il encore dit.
Le responsable a noté que les camions qui transportaient les épreuves pratiques et orales du baccalauréat parcouraient quotidiennement près de 24 mille 500 kilomètres, soit environ un total de 120 mille kilomètres pour acheminer toutes les épreuves.
Il convient de rappeler que l’envoi électronique des épreuves pratiques et orales du baccalauréat a démarré vendredi 18 mai 2018 et se poursuivra jusqu’au 26 mai en cours.

par -

Tout candidat à l’examen du baccalauréat ayant commis la fraude ou la tentative de fraude ne pourra s’inscrire de nouveau à l’examen qu’après cinq ans et sera exclu de tous les établissements éducatifs publics, mentionne un arrêté du ministre de l’éducation datant du 15 mai 2018 et amendant l’arrêté du 24 avril 2008 relatif au régime de l’examen du baccalauréat.

Publié le 18 mai 2018, dans le journal officiel de la République tunisienne (JORT), l’arrêté indique, également, que toute mauvaise attitude ou mauvais comportement est puni par une exclusion de tous les établissements éducatifs publics outre l’interdiction de passer l’examen pendant trois ans. Lorsque la fraude ou la tentative de fraude est associée au mauvais comportement, le candidat risque d’être interdit de passer l’examen du baccalauréat pendant six ans, outre son exclusion de tous les établissements éducatifs.

L’arrêté stipule que la sanction sera décidée par un comité national et ce, après l’examen du dossier du candidat et du rapport des commissions préliminaires.

Ce comité peut, aussi, suggérer au ministre de l’éducation d’ouvrir une enquête administrative pour identifier les responsabilités.

A noter que la session principale du baccalauréat au titre de l’année 2018, démarrera le 06 juin et se poursuivra jusqu’au 13 du même mois.

Les résultats seront annoncés le 24 juin 2018. La session de contrôle aura lieu du 26 au 29 juin 2018 et les résultats seront annoncés le 07 juillet 2018.

par -

Mehdi Zine, directeur général du Centre National des Technologies en Education (CNTE) a annoncé qu’une chaîne éducative sera lancée sur Youtube au profit des candidats au baccalauréat cette année.

Selon les données rapportées par Mosaïque fm, cette chaîne devra être lancée ce mercredi 16 mai 2018 après la fin des épreuves du bac blanc pour aider les candidats au baccalauréat de cette année à réviser.

Ce service devra également couvrir plus tard les élèves de la 6e et de la 9e année de l’enseignement de base.

par -

Les élèves de la 4ème année secondaire inscrits dans les lycées publics et privés ainsi que les candidats libres aux épreuves du baccalauréat session 2018 peuvent effectuer l’inscription à partir du 16 octobre jusqu’au 15 novembre 2017 sur le site internet: www.inscription.edunet.tn, annonce le ministère de l’Education dans un communiqué rendu public lundi.
Les candidats aux épreuves du baccalauréat doivent effectuer l’inscription et retirer la demande de candidature jointe des autres documents nécessaires et les remettre à la direction du lycée dans un délai ne dépassant pas le 20 novembre 2017, précise le ministère.
Les candidats libres peuvent adresser leur demande de candidature par voie postale au commissariat régional de l’éducation avant le 20 novembre 2017, selon le communiqué.

par -

L’annonce des résultats de la session de contrôle du baccalauréat pour cette année 2015/2016, a été faite aujourd’hui, 1er juillet 2016 par SMS.

La section “sports” a enregistré le taux de réussite le plus élevé, avec 56,43%, suivie par la section “économie et gestion” avec 50,82%, la section “sciences techniques” avec 46,73%, la section “mathématiques” 38,73%, la section “sciences expérimentales” avec 31,53%, la section “sciences informatiques” avec 29,08%, et finalement la section “lettres” avec 23,49%, rapporte Jawhara Fm.

par -

Un professeur a été violemment agressé, ce jeudi 23 juin 2016, par un élève qu’il a surpris en train de tricher lors d’une épreuve de la session de contrôle du baccalauréat 2016.

 Selon les informations rapportées par la radio Jawhara fm, le professeur avait rédigé un rapport après avoir surpris l’élève du lycée de Sidi Ali Ben Aoun en flagrant délit. Ce dernier l’avait par la suite attendu dans la rue, pour l’agresser violemment.
Les professeurs faisant partie du syndicat de l’enseignement secondaire à Sidi Ali Ben Aoun ont organisé un sit-in d’un quart d’heure, ce matin, devant le lycée en question, avant le début des examens et ont également porté des brassards rouges, a ajouté la même source.

par -

La liste des lauréats des différentes filières de la session principale du baccalauréat dont l’annonce des résultats a eu a lieu ce vendredi 17 juin 2016 s’établit, selon Mosaïque Fm, comme suit:

-Adam Khachnaoui (section Maths) Lycée pilote de Nabeul: 19.77
-Sirine Slama (section sciences expérimentales), Lycée pilote de Nabeul: 19.54

-Oussama Jomni (section Technique) lycée pilote de Sousse: 19.27
-Heïfa Tabaï (section économie-gestion), lycée Manzel Jemil: 17.62
-Karim Rejab (section informatique), lycée El Aalia: 17.69
-Oumayma Nasri (section Sport) Lycée Ibn Rochd à Chebba: 16.80
-Ahlem Rabhi (section Lettres) du lycée Salem Ben Hmida à Akouda: 16.55

par -

Les Chinois ne badinent pas avec un tas de choses : Le vol, la corruption, le trafic de drogue… et depuis peu la tricherie au baccalauréat. En automne dernier, les autorités ont fait voter une loi qui classe la tricherie au bac dans la case crime. Carrément. Avec, bien entendu la sanction qui va avec : 7 ans de prison pour les candidats pris la main dans le sac. Et oui, ils sont comme ça les Chinois, pas de quartier pour les fraudeurs, même les plus jeunes.

Le dispositif a été mis en branle hier mardi 7 juin 2016 ; pas moins de 768 policiers ont été dépêchés sur les 96 centres d’examen du pays pour garder un oeil sur les candidats, rapporte LeFigaro.fr. «Ne croyez pas les groupes ou individus offrant de fausses aides à l’examen, vous serez piégé et vous risquerez de le regretter toute votre vie», a averti le ministère de l’Education dans un communiqué de presse volontairement alarmant, repris par le New York Times .

A enjeu exceptionnel

En Chine, le “gaokao” – le bac – a des enjeux bien plus importants que partout ailleurs dans le monde. En effet ce sont les résultats obtenus à ce concours qui permettent de faire le tri entre les neuf millions de candidats, et de les ventiler dans les universités, des plus cotées aux moins prestigieuses. Une affaire de la plus haute importance car elle détermine la trajectoire professionnelle. Si vous avez fait votre cursus dans une bonne université, c’est la garantie d’un bon job, grassement payé ; si vous avez la malchance d’atterrir dans une université mal lotie, non seulement vous portez atteinte à l’honneur de votre famille – et là-bas c’est bigrement important -, mais en plus vous avez toutes les chances de décrocher un emploi subalterne et de ne jamais en sortir.

Les jeunes Chinois, vous l’imaginez bien, ne raffolent pas tous de cette loi. «C’est tout simplement beaucoup trop sévère», a confié au New York Times Wang Yiran, un étudiant en première année à l’université Yangtze, dans le centre du pays. «À cause de la sévérité de la peine, personne n’osera plus dénoncer les tricheries», par crainte d’envoyer un candidat derrière les barreaux. Bella Hou, une étudiante de 19 ans à l’Institut de Technologie de Pékin, n’est pas du tout de cet avis, d’après elle «il est vraiment nécessaire d’éliminer la tricherie car celle-ci affecte tout le monde».

Même son de cloche du côté de Global Times, un journal nationaliste chinois , selon lui cette loi est s’impose pour faire régner la «justice sociale» dans la société chinoise, étant donné que le gaokao peut fonctionner comme un «ascenseur social» pour les familles les plus démunies.

Un drone pour choper les tricheurs !

Le gaokao a atteint de telles proportions en Chine qu’elle a donné naissance à un vrai business de la fraude, alimenté par des parents prêts à tout pour faire réussir leurs enfants. Certaines entreprises se font payer juste pour filer discrètement aux candidats les bonnes réponses. D’autres familles, plus aisées, n’hésitent pas à décaisser de grosses sommes pour soudoyer des dirigeants locaux afin d’avoir accès aux copies, les vérifier avant qu’elles ne passent à la correction.

Pour combattre ce fléau, des provinces sont allées jusqu’à installer des «lecteurs d’empreintes digitales» dans les centres d’examen et bannir les soutiens-gorge à armature en métal, auxquels on prête la propriété d’être des systèmes de transmission efficaces. L’an dernier, les autorités de la ville de Luoyang ont fait encore plus fort – ou plus fou, c’est selon – en faisant usage d’un drone pour identifier les fraudeurs transmettant les réponses à l’aide de radios.

par -

Le journal Al Akhbar, dans son édition de ce mardi 7 juin, rapporte une drôle d’histoire : Les services de police de Fqih Bensalah ont mis la main hier lundi sur deux imams accusés d’avoir falsifié leurs attestations de réussite au baccalauréat.

C’est quand, munis de ces documents, ils ont essayé de soumettre leur dossier d’inscription à une université de la région que le pot aux roses a été découvert. Ces dossiers contenaient deux attestations de réussite au bac délivrées en Mauritanie, de faux documents en fait. Etant donné que la législation marocaine en la matière exige une équivalence auprès du ministère de l’Education nationale, alors les responsables de l’université, comme il est d’usage, ont pris contact avec l’administration des supposés établissements mauritaniens qui auraient délivré les attestations de réussite. Et là la supercherie a été découverte. Il se trouve que les deux prétendus “bacheliers” n’ont jamais fréquenté ces établissements mauritaniens.

Les deux imams ont été placés en garde à vue. Ils n’ont pas mis beaucoup de temps à avouer avoir acheté les faux baccalauréats en Mauritanie, entre 500 et 1.500 dirhams, précise le journal.

Les accusés sont convoqués aujourd’hui au tribunal de première instance de Fqih Bensalah.

par -

Le chef du gouvernement, Habib Essid, s’est rendu, ce mercredi 1er juin 2016, au lycée Khaireddine Bacha à l’Ariana pour assister au début des examens de la session principale du baccalauréat, rapporte Shems fm.

A cette occasion, il a déclaré que cet examen représente un moment charnière dans la vie des élèves puisqu’ils vont passer de l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur.

Le chef du gouvernement a précisé que le gouvernement veille à améliorer le niveau des élèves qui se présentent à cet examen national à travers des réformes radicales. Il a ajouté qu’il avait passé les mêmes examens en 1965.

par -

Quelque 24 candidats du gouvernorat de l’Ariana, passeront les épreuves du baccalauréat, session juin 2016 dans des conditions exceptionnelles, a indiqué Omar Nouioui, responsable des examnes de l’enseignement secondaire.
Des mesures exceptionnelles seront prises en faveur de ces candidats afin de passer l’examen du bac dans les meilleures conditions et surmonter toutes difficultés.
Le commissariat régional de l’éducation à l’Ariana avait pris les précautions nécessaires pour lutter contre les actes de fraudes aux examens, a précisé la même source.
Quelque 6051 candidats du gouvernorat de l’Ariana, passeront les épreuves du bac cette année qui sont prévues les 1er,2,3 et 6,7,8 juin 2016, et la proclamation des résultats est prévue pour le 18 juin.

par -

Le ministère de la Justice a annoncé dans un communiqué rendu public ce mardi 24 mai 2016 que des mesures exceptionnelles seront prises en faveur des détenus candidats au Baccalauréat.

Une note du ministre de la Justice Omar Mansour a été adressée aux directeurs des établissements pénitentiaires ayant des détenus candidats au baccalauréat, pour prendre en compte leurs besoins spécifiques.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

C’est un drôle de statut, celui publié par Achref Barbouche, sous le titre de «La politique en Tunisie, en deux mots ». Des mots, presque...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Chaque année, l’AFD identifie et valorise les entrepreneurs de la révolution numérique en Afrique. Cette édition « l’innovation pour les femmes en Afrique »...

Reseaux Sociaux

SPORT