Tags Posts tagged with "beja"

beja

par -
cinq personnes décédées dans un accident de la route

Cinq personnes ont trouvé la mort, mercredi, dans un accident de la circulation qui a eu lieu à l’entrée de la localité de Sidi Ismail dans la délégation de Béja-sud.
L’accident est survenu au niveau de la route nationale n°6 reliant Béja à Jendouba suite à une collision entre un poids lourd et un taxi.
Les cinq individus qui étaient à bord du taxi sont décédés sur le coup dont 3 jeunes et 2 femmes.
Les dépouilles mortelles ont été transportées à l’hôpital régional de Béja et le chauffeur du camion s’est rendu à la police.

par -

Le ministère de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables vient d’octroyer un permis de concession d’exploitation des métaux à la Société tunisienne des services miniers (TMS) à Oued el Jebs, à Béja, pour une durée de 15 ans.
Le ministère a précisé dans le Journal Officiel de la République Tunisienne (JORT) numéro 60 de l’année 2018 que ce permis couvrira une superficie de 400 hectares, appelant le bénéficiaire à régler la situation foncière des terrains avec leurs propriétaires, conformément aux dispositions du Code minier.
Le troisième groupe des métaux regroupe plusieurs types dont le fer, le plomb, le zinc, l’acier, le chrome, l’uranium et des pierres précieuses.

par -

Une caravane de santé a été organisée, dimanche, au profit des femmes dans la localité de Ksar Cheikh à Medjez El Bab (gouvernorat de Béja), à l’initiative de l’Association nationale de l’enfant et de la famille et le Commissariat régional de la famille et de la population à Béja.
Plus de 60 femmes ont bénéficié, dans le cadre de cette caravane, de consultations gratuites de dépistage de cancers (utérus, colon, cou,…), a indiqué Mohamed Boussiri, commissaire régional de la famille et de la population à Béja.
Deux cas atteints de cancer ont été détectés par le cadre médical et paramédical qui participe à cette caravane, a-t-il ajouté.
Des caravanes similaires sont programmées, au mois d’aout, par la même association, dans les régions de Dougga et Siliana.

par -

La Société Tunisienne du Sucre (STS), en arrêt depuis septembre 2017, à cause d’un incendie qui s’était déclenché dans son dépôt de stockage du sucre brut, a repris ses activités, jeudi 31 mai 2018, à Béja.
L’activité de la STS a redémarré alors que “les investigations sont toujours en cours pour déterminer les circonstances de l’incendie ayant ravagé son dépôt de stockage”, selon le ministre de l’Industrie et des PME, Slim Feriani, qui s’est déplacé, jeudi, à Béja pour assister à sa réouverture et examiner les préparatifs pour la saison de transformation des tomates dans la région.

“Le département de l’Industrie a tenu à rouvrir les portes de la STS pour mettre en valeur son potentiel d’investissement et ses compétences humaines”, a déclaré le ministre à la correspondante de TAP dans la région, précisant que sa réouverture “ne signifie pas que tous les problèmes la concernant sont résolus”. “Ces problèmes seront traités dans le cadre de la réforme des entreprises publiques pour exploiter toutes les capacités de la société et la préserver en tant qu’entreprise publique de grande importance à l’échelle nationale et régionale”, a-t-il dit.

Le membre du bureau exécutif de l’Union régionale du travail, Hafedh Rebii, a exprimé, de son côté, ” l’attachement des syndicalistes à leur demande de tenir un conseil régional et un autre ministériel pour traiter le dossier de la Société Tunisienne du Sucre”.

Pour mémoire, la Société Tunisienne du Sucre, qui connait des difficultés depuis 2006, emploie près de 500 ouvriers et constitue l’une des plus anciennes sociétés industrielles de Béja (1961). Elle produit annuellement 170 mille tonnes de sucre, soit 47% des besoins du marché tunisien.

par -

L’usine de sucre à Béja va bientôt rouvrir ses portes, a affirmé Mohamed Bahri Gabsi, PDG de la Société Tunisienne de Sucre (STS).
Il a ajouté que les travaux se poursuivent à un rythme soutenu afin d’assurer une relance de la production dans les plus brefs délais, précisant que le nouveau matériel acquis est encore en phase d’expérimentation.

L’activité de l’usine, qui emploie près de 500 ouvriers, est en suspension, depuis septembre 2017, suite à un incendie qui s’était déclenché dans son dépôt, d’une superficie d’environ 500 m2 où était stockés 1500 tonnes de sucre en attente de livraison.

La STS, une des plus anciennes unités industrielles à Béja, connaît des difficultés financières depuis 2006.

par -

Le commissaire régional au développement agricole (CRDA) à Béja, Ali Melki, a indiqué que les dernières précipitations qui se sont abattues sur la région sont bénéfiques pour toutes les cultures dont notamment les arbres fruitiers et le tournesol.

En effet, d’importantes quantités de pluie, variant entre 10 et 25 mm, ont été enregistrées ces deux derniers jours dans plusieurs régions du gouvernorat.

Ces pluies auront un effet positif sur les oliveraies, les cultures industrielles ainsi que plusieurs arbres fruitiers et n’affecteront pas les grandes cultures, surtout au nord et au centre du gouvernorat, selon Melki.

Toutefois, a-t-il ajouté, ces quantités ne sont pas assez suffisantes pour augmenter le niveau d’eau dans les barrages et alimenter la nappe phréatique.

Durant l’actuelle saison agricole, les quantités de pluie ont connu une baisse de 11% au sud du gouvernorat. Le manque de précipitations a été à l’origine de la détérioration de 12% des surfaces consacrées, cette saison, à la céréaliculture et qui ont atteint 203 mille hectares.

par -

Abderrahmane Benhamadi, le président du Conseil d’administration du groupe Condor compte implanter une usine de fabrication de téléviseurs en Tunisie. Sa capacité est de 300 000 unités par an pour un investissement de cinq millions d’euros qui sera financé en grande partie par les banques tunisiennes.

“Nous avons fait la demande et obtenu l’accord de principe pour un terrain de 15 hectares à Béja. Nous allons poursuivre les procédures administratives pour obtenir toutes les autorisations nécessaires pour réaliser cette usine. C’est-à-dire présenter un dossier d’investissement pour obtenir les différents avantages fiscaux et parafiscaux qu’offre la Tunisie aux investisseurs”, a indiqué Benhamadi dans une interview accordée à Tsa-algerie.

Cette nouvelle usine sera opérationnelle en 2019. “Nous visons l’exportation surtout vers les pays africains. 70% de notre production en Tunisie sera destiné à l’exportation. Le reste pour le marché local”, a-t-il ajouté.

par -

Les services de la direction régionale des domaines de l’Etat et des affaires foncières à Béja ont récupéré hier deux terrains domaniaux agricoles irrigués d’une superficie totale de 04 hectares situés dans la délégation de Béja sud, du gouvernorat de Béja.

Le premier terrain dénommé “oued lahmar” (2 hectares) a été récupéré suite à l’exécution d’une décision de déchéance de droit, tandis que le deuxième connu sous le nom de “bourj hamdouna”, ayant la même superficie, a été restitué d’une manière consensuelle.

L’opération de récupération a été effectuée en présence des autorités régionales et sécuritaires, les deux terrains ont été par la suite pris en charge momentanément par les services de l’OTD (l’unité de gestion des terres domaniales restituées Béja 2), “dans l’attente de leur réhabilitation dans les plus brefs délais.

L’opération de récupération des domaines de l’Etat qui a touché jusqu’à ce jour plus de 26.000 hectares s’inscrit dans le cadre de la détermination du gouvernement d’union nationale à faire face à tous les dépassements enregistrés sur le domaine public.

par -

Mabrouk Kourchid, ministre des domaines de l’Etat et des Affaires foncières, a présidé aujourd’hui au siège du ministère une réunion de travail en présence du gouverneur de Béja , Slim Tissaoui, du PDG de l’AFI et des représentants du ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, du ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire ainsi que certains cadres du ministère des domaines de l’Etat et des Affaires foncières.

La réunion a passé en revue le dossier du terrain domanial programmé pour le projet du pôle technologique et industriel dénommé “Bouteffaha 2 ,” d’une superficie de 85 hectares dont une partie sera destinée à la zone industrielle, tandis qu’une autre partie sera destinée aux besoins des services étatiques pour la réalisation des projets publics.

Kourchid a indiqué lors de la réunion que son département ne cesse d’œuvrer pour solutionner les problématiques foncières les plus urgentes, surtout celles en rapport avec les projets publics et l’investissement régional dans le but de créer des postes d’emploi, surtout pour les diplômés chômeurs.

De son côté, le gouverneur a mis en valeur la réactivité du ministère des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières ainsi que l’approche prônée par le ministre en rapport avec des dossiers relatifs au gouvernorat de Béja, tout en ajoutant qu’une grande partie des problèmes fonciers ont été résolus.

par -

Au sein de l’unité de production à l’usine Kromberg & Schubert, Béja, l’écho était assez intense, entre le son des machines en marche et le haut parleur d’où parvenait une voix féminine souhaitant la bienvenue, en arabe, français et allemand, aux journalistes de TAP en visite sur les lieus, en prévision d’autres reportages dans cette région du Nord-Ouest tunisien.

Déjà depuis l’entrée principale de l’usine où est fièrement exposé le certificat statuant que la duale Béja est classée usine de l’année 2017 de toutes les filiales Kromberg & Schubert, les mots de bienvenue ne cessaient de se faire entendre pour les hôtes du géant allemand actuellement implanté dans les quatre coins du monde, avec un nombre total d’employés qui avoisine les 48 000.

Au milieu des drapeaux allemand et tunisien, se place le drapeau du groupe mondial dont la devise du leader privilégie le principe “Future Success depends on our flexibility” (Notre futur succès va avec notre adaptation à être assez flexibles) et les valeurs de travail adoptées ont considérablement impacté positivement le vécu de la région de Béja et zones avoisinantes, telles Amdoun, Nefza et Béni Mtir.

Le bien-être des employés, élément phare d’un investissement pérenne

La rigueur et la discipline allemandes sont palpables dans l’ordre établi et la répartition méticuleuse des tâches de travail, aussi bien chez le personnel qu’au niveau de l’environnement de travail, sain et encourageant, qui colle bien aux valeurs germaniques reconnues. Les rencontres avec les cadres dirigeants et les employés à l’usine avaient permis de cerner les grandes lignes d’un monde calqué sur le très apprécié modèle allemand.

De la vue panoramique à l’étage, à perte de vue, les rayons de l’usine et les employés, majoritairement des femmes, sont inlassablement chacun en train d’effectuer la tâche qui lui est confiée. Les identifier semble aussi simple : entre ceux qui sont habillés en mauve, jaune ou blanc, la blouse est le premier degré de repérage, ensuite il y a le type de galons qui différencie un agent d’un rayon d’un autre.

Assise devant son écran de travail en train de s’assurer du fonctionnement et emplacement de toutes les pièces qu’elle devra insérer sur la boîte à fusibles, “Sawssen” affiche un sourire de satisfaction. Sous son allure juvénile et ses yeux à peine visibles sous son foulard, elle dissimule une volonté d’aller de l’avant dans son parcours professionnel qu’elle avait entamé en 2010. Elle avait, à l’époque, intégré l’usine suite à une formation dispensée au siège de l’usine située dans les Faubourgs de la ville de Béja. Des horaires de travail entre 14h et 22h – à raison de 5 jours par semaine – et bénéficiant d’un congé annuel qui avoisine les 30 jours, le salaire, pour cette jeune femme aussi bien que celui de ses autres collègues, semble raisonnable, sachant que l’entreprise assure un carnet de soins, les bons de restauration et le transport, retranchés sur son salaire, pour se retrouver avec 620 dinars net. Des conditions de travail et des tâches assez simples qu’elle effectue chez le leader de la câblerie. Point de bonus pour elle, un conjoint qui travaille dans la même usine. Le lieu de résidence est un peu loin de la ville mais le couple n’a aucun souci à se déplacer chaque jour pour regagner son travail puisque le transport est assuré. Des bus sont mis à la disposition des employés et agents de l’usine qui sont déposés jusque devant chez eux. A peine 26 ans, fraîchement mariée, la jeune femme fait partie des employés, femmes et hommes, qui ont survécu et assisté à un épisode douloureux dans l’histoire, 2012 et 2013, de la filiale Tunisie de cette jeune entreprise allemande qui avait commencé sa production effective en 2008.

Selon Tarek Chabir, chargé de Communication, “le taux d’embauche pour les femmes est à 85 pc, une orientation adoptée par le leader allemand dans la région avec pour premier souci la nature de la câblerie qui nécessite à la foi  habileté et finesse que seules les femmes sont capables d’effectuer.”
Côté parité salariale, homme femme dans l’usine, le chargé de communication assure que les salaires sont “identiques” entre genres et qu'”aucune discrimination entre eux, pour une même tâche effectuée, n’est envisageable“.

A cela s’ajoute que l’usine dispose de divers clients et partenaires, dont la société régionale de transport à Béja, à travers l’usage d’une bonne partie du parc national dans le transport quotidien de ses employées.

Une radio et un magazine internes épaulent les activités multidisciplinaires qui seront aussi spécialement orientées vers les femmes, majoritaires au sein de cette entreprise.

Compétitif, avec un CA de 120 Millions par an

Comme beaucoup d’entreprises économiques dans le pays au lendemain de la révolution de 2011, ces deux années de turbulences et d’agissements tumultueux ont été aussi violentes pour les employés que pour les cadres qui notamment ont dû subir la violence verbale et physique de certains grévistes indisciplinés travaillant dans le groupe.

Une période assez fatale pour l’économie et la marche du développement de la région, déjà fragiles de nature et une situation qui avait à l’époque nécessité l’intervention conjointe de l’UTICA, l’UGTT, et le Gouvernement tunisien pour préserver cet acquis économique porteur d’emplois.

Un plan de sauvetage avait alors permis à l’entreprise de se repositionner et de réaliser un chiffre d’affaires qui avoisine actuellement les 120 millions d’euros par an, selon des données estimatives de Wissem Badri, Directeur commercial à Kromberg & Schubert Tunisie.

Ce jeune directeur, ancien cadre à l’usine, avait repris ses fonctions après y avoir travaillé entre 2008 et 2010. Aujourd’hui, il gère l’usine d’une mer de fer et dans la transparence totale dans ce poste clé dans lequel l’a directement désigné la direction mère en Allemagne.

L’usine offre actuellement 4000 postes pour la Tunisie – dont 200 cadres -, ce qui a permis de placer le leader Allemand en tête des employeurs dans la région de Béja et de presque tout le Nord-Ouest, selon Wissem Badri.

Pour l’approvisionnement en matière première en usage dans l’usine, il est à 50 pc en provenance d’Europe et les 50 autres sont de provenance locale.

Fini le fantôme de la perte noire des deux années suivant la révolution, période durant laquelle le groupe a dû encaisser une perte de l’ordre de 20 millions d’Euros (60 millions de dinars). Wissem Badri estime que le propriétaire allemand n’avait, à l’époque, “pas d’intérêt à garder une usine dont le coût d’installation n’est pas aussi élevé ; un bâtiment acquis grâce au soutien de l’Etat tunisien, un terrain au dinar symbolique et des machines, importées sinon subventionnées…

Avant de se rattraper, “pour la région comme pour ses habitants, il est question de s’estimer heureux que l’usine n’ait pas fermée ses portes suite à toutes les conditions défavorables qui y régnaient“. Un passage à vide dans l’histoire de l’usine qui avait, par la suite, permis de regagner la confiance de ses clients comme celle des populations locales qui bénéficient d’un taux employabilité assez élevé dans les rangs des jeunes.

L’usine avait depuis repris sa place de concurrent redoutable, faisant ainsi volte face, en intégrant un nouveau cadre directeur et une équipe à 100 pc tunisienne, ce qui n’était pas le cas avant, selon le directeur actuel de l’usine.

Une stratégie et un plan Com bétons

Côté services offerts à des tiers, la relation de l’usine avec les autres multinationales implantées sur le sol Tunisien couvre Audi, Wolkswagen, BMW et Mercedes pour lesquels elle commercialise une gamme variée de câbles de haute qualité.

S’agissant du recrutement des cadres, le Directeur parle d’une usine “complètement autonome” vis-à-vis du siège général, permettant ainsi de conclure des “conventions avec des universités tunisiennes d’ingénierie et de formation de techniciens supérieurs dont l’UNIT Tunis et l’lSET Béja“, sachant que les initiatives sont ouvertes pour les autres universités privées.

Au delà du cadre productif et financier, l’entreprise cherche aussi à se faire une image d’entreprise impliquée dans la vie sociale de son entourage direct, avec des actions de soutien à des associations sportives, le réaménagement d’une école en mauvais état…

Une convention de partenariat culturel devrait bientôt être conclue entre l’usine et la maison de la culture de Béja pour accueillir des manifestations et spectacles à la salle de 600 sièges.
Une action parmi d’autres dans l’agenda assez chargé de l’usine, visant à assurer une plus grande “proximité et répondre aux besoins de ses employés et habitants locaux, sans pour autant que cette aide se transforme en une action à but lucratif“, selon le cadre dirigeant.

Une nouvelle stratégie et un vaste plan de Communication ont été mises en place, tout en prenant en compte la dimension sociale et la relation de l’usine avec son environnement local et national, animée par une volonté d’inter-échange profitant à toutes et tous.

Une stratégie soucieuse de renforcer chez les agents ce sentiment d’appartenance à leur lieu de travail qui leur offre les moyens de mener un rythme de vie assez convenable dans une région qui a longtemps été en dehors du circuit de développement national plutôt axée sur la côte et d’autres gouvernorats dont le Sahel et le Grand Tunis.

TAP

par -

La cérémonie de signature du contrat de don du « Projet de l’Aménagement de l’Ecole Primaire Nagachia à Beja », a eu lieu le 26 mars 2018, à l’Ambassade du Japon en Tunisie. Le contrat de don a été signé par Monsieur Shinya IWATA, Chargé d’affaires de l’Ambassade du Japon en Tunisie et Monsieur Moez ATTIA, Président de l’Association Kolna Tounes.

L e c a d r e : Don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine L e m o n t a n t : 216 616 DT
Bénéficiair e: Association Kolna Tounes C o n t e n u :

– Aménagement des salles de classe
– Aménagement de la cantine
– Création d’un bloc sanitaire pour la classe préparatoire
– Aménagement du terrain de sport pour la classe préparatoire
Population ciblée : 205 élèves de l’Ecole Primaire Nagachia

Ce don permettra à l’Ecole Primaire Nagachia de rénover les salles existantes en cantine et en cuisine en vue d’offrir une alimentation saine et équilibrée aux élèves. Il réalisera également quelques travaux d’étanchéité pour les bâtiments où la pluie s’infiltre, il servira aussi pour le réaménagement du terrain de sport ainsi que pour la création d’un bloc sanitaire pour la classe préparatoire.

Cette école est l’objet du programme du PAM (Programme Alimentaire Mondial) qui apporte un appui technique dans le cadre d’une stratégie de mise à niveau de l’alimentation scolaire, telle que l’amélioration du menu de la cantine et la conservation des aliments. On attend de voir l’effet d’une synergie entre le programme du PAM et la création de la cantine et de la cuisine par ce projet.

Le Japon accorde de l’importance au soutien dans le domaine de l’éducation qui est indispensable pour promouvoir la sécurité humaine. L’éducation nous permet d’épanouir notre capacité et joue un rôle très important dans la réalisation du développement durable de chaque pays.

AMBASSADE DU JAPON EN TUNISIE
Le don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine a été instauré en 1996 pour que les ONGs et les collectivités locales puissent répondre rapidement et efficacement à divers besoins de développement, bien que la taille du projet soit relativement petite.

Les organisations éligibles sont celles à but non lucratif, telle que les ONGs, les collectivités locales, les établissements éducatifs tels que les écoles primaires et secondaires, et les établissements médicaux. Le don vise à l’amélioration des besoins humains fondamentaux comme la construction d’écoles primaires et secondaires, l’aménagement d’équipements médicaux dans les hôpitaux, et le forage de puits.

(Don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine)

Le nombre total de projets réalisés : 121 projets (depuis 1996) Le montant total : 7 121 037,271 DT
(Projets récents)
– Equipement de dépistage de cancer du sein (Gouvernorat de Medenine)
– Aménagement de l’école primaire d’El Krib (Gouvernorat de Siliana)
– Acquisition d’un bus pour les handicapés (Gouvernorat de Mahdia)
– Réhabilitation de l’école primaire de Teboursouk (Gouvernorat de Beja)
– Equipement pour la tapisserie et la menuiserie et aménagement de l’atelier (Gouvernorat de Siliana)

par -

La 5ème édition du salon de l’agriculture, de la technologie et de la pêche, “Agri Medjerda 2017”, sera organisé, du 15 au 17 mars à Béja, a annoncé le président de l’Union régionale de l’Agriculture et de la Pêche de Béja, Nacer Amdouni.

Intervenant, lundi 12 mars 2018, au cours d’une conférence de presse, Amdouni a fait savoir que près de 35 exposants et 3 mille personnes visiteront le salon auquel prendront part des acteurs concernés par le développement de l’agriculture, outre des structures nationales, des experts, des sociétés d’importation et d’exportation, d’assurance agricole, des centres de recherche et des sociétés actives dans le secteur agricole.

Le salon, qui couvrira une superficie de 1000 mètres carrés, mettra en valeur la mécanisation agricole et sa relation avec la crise que traverse le secteur, notamment le manque de main d’œuvre et sera une opportunité pour l’échange d’expertises entre les professionnels et l’établissement des relations de partenariat.

Amdouni a souligné que l’organisation d’Agri Medjerda à Béja reflète l’orientation de l’organisation agricole vers la décentralisation et le rejet de la marginalisation, ajoutant que ce type de manifestations régionales favorisera le développement de l’expertise des exposants pour participer au Salon International de l’Agriculture, du Machinisme Agricole et de la Pêche (SIAMAP).

Il s’agit, également, de rapprocher les services financiers des jeunes agriculteurs chômeurs en quête de fonds et créer des projets agricoles, a-t-il indiqué, soulignant l’engagement de l’UTAP à assurer le suivi de la concrétisation des accords signés en matière de financement de projets.

Cette édition comprend plusieurs ateliers, dont un marché du producteur au consommateur, des séances de dégustation des produits agricoles, la présentation des dernières technologies utilisées dans le secteur et des séminaires sur la fertilisation organique, le développement durable et les cailles d’élevage.

Agri Medjerda sera organisé par la société Général Events en coopération avec l’UTAP.

par -

Une cérémonie s’est tenue, jeudi, au siège du gouvernorat de Béja, en hommage à la câblerie allemande Kromberg & Schubert implantée dans la région qui vient d’être classée première mondiale du groupe, en matière de qualité et de climat social, sur un total de 24 filiales disséminées dans les cinq continents.
Cet hommage est un message positif sur le climat de l’investissement à Béja, souligne le gouverneur de la région, Slim Tissaoui, se félicitant des compétences tunisiennes qui ont relevé le défi de la qualité et de la compétitivité et réussi à faire sortir leur entreprise de la crise et à la hisser au premier rang mondial de son groupe, dans un court laps de temps.
Cette success-story a été rendue possible grâce au climat social sain et à la confiance entre les différents partenaires sociaux, indique, pour sa part, le directeur de l’usine, Wissem Badri, ajoutant que cette réussite devra aider au développement de l’entreprise, ainsi qu’à la conclusion de grands marchés avec les constructeurs automobiles et au renforcement du personnel de l’usine pour passer de 3800 employés, actuellement, à 5000 dans un futur proche.

par -

Le volume d’eau retenu par les barrages dans le gouvernorat de Béja est insuffisant, a indiqué le commissariat régional au développement agricole dans un communiqué.
Ce volume ne permet pas d’encourager les agriculteurs à se lancer dans de nouvelles cultures irriguées en 2018, ajoute le commissariat, appelant à l’exploitation de nouvelles ressources en eau tels que les ressources souterraines et profondes à travers l’encouragement de forage de puits.
Entre janvier et août 2017, les quantités de pluie enregistrées ont fourni uniquement un volume de 30% de la capacité de rétention d’eau dans les barrages de la région contre 36% durant la même période en 2016, souligne le communiqué.

par -

Le ministère de la Santé a annoncé, dans un communiqué rendu public, dimanche 3 novembre 2017, que l’accident du bus qui a eu lieu le même jour à Amdoun au gouvernorat de Béja a fait 49 blessés. Aucune perte humaine n’est à déplorer.

Lors de son passage, dimanche, sur les ondes de Mosaïque Fm, le directeur régional de la Protection Civile à Béja, Malek Mihoub a indiqué que le bus qui transportait 57 passagers a chuté d’une hauteur d’environ 50 mètres. Les secours ont immédiatement été envoyés sur place pour venir en aide aux blessés.

par -

Dans la droite ligne de la campagne nationale de restitution des biens de l’Etat usurpés, les services de la direction régionale des domaines de l’Etat et des affaires foncières de Béja ont récupéré aujourd’hui 2 terrains domaniaux agricoles d’une superficie totale de 8 hectares, situés dans la délégation de Gbollat, du gouvernorat de Béja.

Le premier terrain d’une superficie de 02 ha fait partie d’un lot technicien, tandis que le deuxième terrain de 06 ha est aussi exploité comme lot technicien. Ils ont été récupérés suite à l’exécution de décisions d’évacuation émises par le gouverneur de la région.

Les opérations de restitution de ces terrains ont été effectuées en présence des autorités régionales et sécuritaires.

Les deux terrains restitués ont été pris en charge par les services de L’OTD (l’unité de gestion des fermes récupérées Béja1) dans l’attente de leur réhabilitation le plut tôt possible.

Par ailleurs, les services de la direction régionale des domaines de l’Etat et des affaires foncières à Sfax ont pu restituer récemment deux terrains domaniaux agricoles d’une superficie totale de 86 hectares.

Le premier terrain de 13 hectares se situe dans la région

La récupération des biens domaniaux s’inscrit dans le cadre de l’approche adoptée par le gouvernement d’union nationale en vue de préserver les biens publics, ce qui a permis jusqu’à ce jour de récupérer plus de 22.000 hectares de terres domaniales squattées.

par -

Le conseil d’administration du Groupe la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, ce mercredi 22 novembre 2017, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, un prêt de 122 millions d’euros destiné à assurer le financement du Projet d’appui à la connectivité routière dans le nord-est de la Tunisie (PACR).

Ce projet a pour objectif d’améliorer la compétitivité de l’économie tunisienne à travers l’accompagnement de la demande croissante du trafic des biens et des personnes en circulation entre la région de Bizerte, au Nord, et le reste du pays.

Le présent projet fait écho à trois des cinq priorités stratégiques de la BAD (les High 5) : « Industrialiser l’Afrique » par le développement de zones industrielles exportatrices ; « Améliorer les conditions de vie des populations africaines » à travers la réduction du coût de congestion et la réhabilitation d’espaces urbains et « Nourrir l’Afrique » grâce à une meilleure valorisation des périmètres et produits agricoles.

Le PACR est également en phase avec les priorités du Plan de développement stratégique de la Tunisie (PSD 2016-2021).

« Ce projet va améliorer encore plus la mobilité des populations et des biens dans l’agglomération de Bizerte et de Beja ainsi que vers Jendouba », a apprécié Mohamed El Azizi, directeur général de la BAD pour l’Afrique du Nord.

S’exprimant lors de l’approbation du programme par le conseil d’administration de la BAD, M. Azizi a ajouté : « En outre, le port de Bizerte est appelé à devenir le premier port en Tunisie, renforçant ainsi la compétitivité de l’économie du pays ».

D’un coût total de 277,29 millions d’euros, le PACR est également financé par la Banque européenne d’investissement (BEI) pour 123 millions et par le gouvernement tunisien à hauteur de 32,29 millions d’euros.

Le conseil d’administration de la BAD avait approuvé, en juin 2017, sa stratégie d’assistance à la Tunisie pour la période 2017-2021. Les interventions de la Banque s’articuleront autour de deux piliers : le renforcement de l’industrie et le développement des chaînes de valeur et l’amélioration de la qualité de vie des populations dans les gouvernorats prioritaires.

par -

Les établissements de financement et les banques qui participent à la semaine du développement à Béja (8-12 novembre) ont donné, jeudi, leurs accords de principe pour le financement de 27 projets.

Le montant global nécessaire pour la réalisation de ces projets est estimé à 121 millions de dinars. Ces projets vont permettre la création de plus de mille emplois.

Parmi les projets approuvés, à cette occasion, par la Banque Nationale Agricole, trois sont liés à la fabrication et l’exportation de composants pour bateaux, l’aménagement d’un centre de collecte de lait et l’extension d’une activité industrielle, a indiqué le directeur régional de la BNA à Béja, Tahar Khedher à la correspondante TAP.

Au total, 37 projets qui nécessitant des financements ont été présentés lors de ces journées.

Sous le thème “la décentralisation et le développement régional” cette semaine, organisée en partenariat avec le programme de coopération tuniso-allemande, constitue une opportunité pour faire connaître le tissu économique local à Béja, projeter des projets de partenariat avec des investisseurs tunisiens et étrangers notamment ceux implantés dans les pays voisins, et encourager les jeunes promoteurs à œuvrer pour la promotion et le développement de leur région.

par -

Les services de la direction régionale des domaines de l’Etat et des affaires foncières à Béja ont récupéré hier un terrain domanial agricole d’une superficie de 10 hectares situé dans la région de “Zouagha”, au sud de Béja.

Ce terrain qui a été récupéré suite à l’exécution d’une décision d’évacuation émise par le gouverneur de Béja, en collaboration avec les autorités sécuritaires, a été pris en charge momentanément par la coopérative agricole “Semmen” dans l’attente de sa réhabilitation dans les plus brefs délais.

L’opération de récupération des domaines de l’Etat, qui a touché jusqu’à ce jour plus de 21.000 hectares, s’inscrit dans le cadre de la détermination du gouvernement d’union nationale à faire face à tous les dépassements enregistrés sur le domaine public.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

C’est un drôle de statut, celui publié par Achref Barbouche, sous le titre de «La politique en Tunisie, en deux mots ». Des mots, presque...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a signé samedi 14 octobre 2018 l'interdiction de voyager pour plus de cinquante hauts responsables. Ils sont accusés d'avoir...

Reseaux Sociaux

SPORT