Tags Posts tagged with "BID"

BID

par -

Faute de quorum, le Président de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Mohamed Ennaceur, a décidé de reporter la séance plénière programmée lundi à 9 h pour l’examen d’un certain nombre de projets de lois relatifs à des accords de crédits et de financements.

Au programme de cette séance figure notamment l’examen du projet de loi relatif à un contrat de financement signé entre la Tunisie et la Banque Européenne d’Investissement (BEI), le 14 décembre 2017, pour contribuer au financement de l’autoroute du Centre, le projet de loi sur l’approbation de l’accord de crédit conclu entre la Tunisie et la Banque Islamique de Développement (BID), le 15 octobre 2017, en vue de participer au financement du projet de réalisation des barrages Saida et Kalâa Kebira.

Il s’agit, également, d’un projet de loi paraphé entre la Tunisie et la Banque Africaine de Développement (BAD) pour concourir au financement du projet de valorisation des périmètres irrigués et un projet de loi relatif à un accord de crédit signé entre la Tunisie et l’Agence Française de Développement (AFD) pour l’Impulsion de l’investissement et la modernisation des exploitations agricoles.

par -

La Tunisie a signé jeudi 05 avril 2018, avec le groupe de la BID, un document de partenariat stratégique pour la période 2018-2020, et cinq accords de crédit portant sur des projets de transport de l’électricité, de construction de deux hôpitaux régionaux, de financement du commerce extérieur et de garantie de l’investissement, outre un don au profit des régions frontalières de la Tunisie.
Zied Ladhari, ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale a indiqué dans une déclaration à la presse, à l’issue de la signature de ces accords, que le document de partenariat stratégique entre la Tunisie et la Banque Islamique de Développement (BID) résume les principaux axes de travail, qui seront développés avec le groupe, au cours des trois prochaines années ainsi que les projets qui seront programmés et réalisés avec la banque islamique.

Le ministre de l’énergie, des mines et des énergies renouvelables, Khaled Kaddour, a précisé que la Tunisie a obtenu, en vertu de l’accord de transport de l’électricité, un financement d’une valeur de 121 millions d’euros (environ 360 MD) qui va contribuer avec l’autofinancement apporté par la STEG, à renforcer le réseau de transport de l’électricité de la société.
Le ministre a fait savoir que les études relatives à ce projet sont prêtes et que les travaux vont démarrer dans les plus brefs délais pour couvrir 30 stations, soulignant que cet accord va renforcer la stratégie énergétique de la Tunisie à court et long termes.

Le ministre de la santé, Imed Hammami a indiqué que le 2ème accord concerne le projet de création de deux hôpitaux régionaux à Thala (gouvernorat de Kasserine) et Dahmani (gouvernorat du Kef) pour un montant de 90 MD. Ces financements vont concerner les travaux de construction et les équipements.
Le ministre a relevé que les études sont fin prêtes et que tous les problèmes fonciers ont été résolus, annonçant que les travaux vont démarrer avant la fin de 2018, alors qu’ils avaient pris du retard depuis 2012.
De même, un accord de don d’une valeur de 280 mille dollars a été signé pour la mise en place d’un programme et l’élaboration d’une étude de faisabilité, dans l’objectif d’améliorer l’inclusion économique et sociale des catégories marginalisées dans les régions frontalières de la Tunisie.

Ladhari a affirmé que la Tunisie a encore signé un accord cadre avec la Société internationale islamique de financement du commerce (SIFC), d’une valeur de 1,5 milliard de dollar (3 750 MD), pour le financement des besoins de la Tunisie dans les domaines du commerce extérieur et le financement des importations de marchandises stratégiques, par les entreprises publiques.
Enfin, un mémorandum d’entente a été signé avec la Société islamique d’assurance des investissements et des crédits à l’exportation (SIACE), portant sur la coopération dans l’exécution des programmes,visant à relever le rythme des investissements directs extérieurs en Tunisie.
La signature de ces accords intervient dans le cadre de la clôture des travaux de la 43ème édition des Réunions annuelles du groupe de la BID qui se sont déroulés du 1er au 5 avril 2018, à Gammarth, dans la banlieue Nord de Tunis.

par -

Les autorités tunisiennes attendent beaucoup de la Banque islamique de développement (BID), qui a choisi le berceau du printemps arabe pour y organiser ses 43èmes réunions annuelles, du 1er au 5 avril 2018, à Gammarth. D’ailleurs des accords de financement avec la puissante banque, très intéressants du reste, sont tombés très rapidement. Mais c’est une goutte d’eau dans l’océan des problèmes de la Tunisie. Le président du Groupe, Bandar Hajjar, le dit très clairement : Les investissements nécessaires pour financer les projets d’infrastructure et les objectifs de développement durable dans les pays membres dépassent les capacités du groupe de la BID.

Il a ajouté, à l’ouverture officielle des 43èmes réunions annuelles dudit Groupe, que ces projets exigent des partenariats avec les institutions qui disposent de fonds à moyen et à long termes et avec les banques multilatérales et les marchés financiers mondiaux. En d’autres mots il faudra continuer à taper à la porte du FMI, de la Banque Mondiale, de la BAD, etc. Encore eux, toujours eux, avec leurs exigences et les coûts – taux d’intérêt- que l’on sait . L’autre solution c’est de redémarrer l’économie du pays, de retourner au travail, à la production et de recourir à la solution qui fâche en ce moment qui vous savez mais qui est un gros pourvoyeur de sous : La privatisation.

Le président du groupe de la BID a souligné que l’institution financière œuvre à mettre en place un modèle pilote de développement en vertu duquel elle se transformera en une banque de développement et de développeurs.

Et de préciser que les développeurs englobent les secteurs public et privé, les institutions de la société civile, les universités et les centres de recherche.

Bandar Hajjar a indiqué que le gap de financement entre les financements disponibles auprès de la BID et les programmes augmente, d’autant plus que les pays membres de la banque ont un besoin annuel d’environ 700 milliards de dollars pour financer les objectifs de développement durable.
Le gap s’élargira de plus en plus d’ici 2030, avec une augmentation de la population de 1,7 milliard habitants à 2,2 milliards habitants“, a encore dit Hajjar. Une manière de dire : Ne rêvez pas trop de la BID, comptez sur vous. A bon entendeur…

La BID est “fan” de la Startup Act

Il y a une bonne nouvelle, tout de même : La promulgation de la loi “Startup Act” par la Tunisie est en conformité avec les orientations de la BID, laquelle a lancé un nouveau fonds baptisé “Transform“, doté de 500 millions de dollars pour soutenir les initiatives scientifiques, technologiques et d’innovation a déclaré, mercredi 04 avril 2018, le chef du gouvernement, Youssef Chahed.
Intervenant à l’ouverture officielle de la 43ème édition des réunions annuelles du Groupe, Chahed a mis l’accent sur le lancement de la stratégie “Tunisie numérique 2020“.

Le chef du gouvernement a rappelé que les engagements de la BID avec la Tunisie ont atteint, jusqu’à ce jour, 3,2 milliards de dollars couvrant plusieurs domaines, à savoir l’énergie, l’eau, l’agriculture, la santé, l’éducation, l’emploi des jeunes et le développement du secteur privé, faisant savoir que la nouvelle stratégie de coopération avec la BID pour la période 2018/2020 sera signée au cours de ces réunions annuelles.

Chahed a souligné l’importance de la transition économique en Tunisie après la phase de transition politique, à travers l’adoption d’une série de réformes lancées dans le cadre d’une approche participative et du plan quinquennal de développement 2016/2020.

Parmi ces réformes, il a cité l’adoption d’une nouvelle loi sur l’investissement, la mise en place d’un système financier et bancaire efficient avec l’adoption d’une nouvelle loi bancaire (la nouvelle loi sur la Banque centrale de Tunisie) et celle sur les bureaux de changes, mettant l’accent sur l’importance du secteur privé dans l’appui apporté aux efforts de l’Etat pour la réalisation du développement.

Chahed a fait savoir que le gouvernement compte réaliser 20 projets dans le cadre de la loi sur le Partenariat Public-Privé (PPP) , moyennant la mobilisation de financements de l’ordre de 2,5 mlliards de dollars dans plusieurs secteurs, tels que les énergies renouvelables, l’infrastructure, l’eau, la gestion et la valorisation des déchets.

En matière d’investissements publics, l’Etat a alloué des montants estimés à 7,5 milliards de dollars pour investir dans plusieurs secteurs, notamment le transport, la logistique, l’eau, l’énergie et les mines, a-t-il expliqué.

Le chef du gouvernement a mis l’accent sur l’importance de la complémentarité entre les pays membres pour faire face aux défis économique et créer une dynamique économique et sociale, précisant que le volume de la coopération des pays membres de la BID démontre une contribution timide au commerce international qui ne reflète pas les capacités et ressources dont disposent ces pays, appelant à la nécessité de mettre en place un climat d’investissement incitateur. Chiche ! C’est tout ce qu’attendent les hommes d’affaires les plus en vue du pays, qui d’ailleurs ne ratent aucune occasion de le lui rappeler…

TAP

par -

Un nouveau fonds baptisé ” Transform “, doté de 500 millions de dollars pour soutenir les initiatives scientifiques, technologiques et d’innovation destinées à relever les défis du développement dans le monde, a été lancé, mardi 03 avril 2018, à Tunis, à l’occasion, de la tenue des réunions annuelles 2018, du Groupe de la Banque islamique de développement (BID) à Gammarth ( du 1er au 5 avril 2018).
La Conseillère scientifique du Président du Groupe de la BID, Hayat Sindi, a indiqué, à cette occasion, que le fonds ” Transform ” fonctionnera conformément aux objectifs de développement durable de l’ONU, plus précisément pour la réalisation dans l’ensemble du monde en développement d’une plus grande sécurité alimentaire, une vie plus saine, une éducation inclusive et équitable, une gestion durable de l’eau et de l’assainissement, l’accès à une énergie abordable et propre, et une industrialisation durable.

Ce fonds permet, en outre, de fournir les fonds de démarrage aux start-ups et les petites et moyennes entreprises (PME) pour leur permettre de développer leurs idées et faciliter la commercialisation de la technologie pour les Etats membres de la BID.
On a besoin d’avoir des jeunes qui présentent des idées innovatrices dans différents secteurs, tels que l’énergie, l’eau, l’éducation, l’agriculture, l’infrastructure et la santé “, a encore souligné la Conseillère scientifique du Président du Groupe de la BID.
Hayat Sindi a précisé que les projets soutenus par le fonds ” Transform ” bénéficieront considérablement aux communautés locales des pays membres de la BID, ainsi qu’aux communautés musulmanes dans les pays non membres.
Elle a fait savoir que les demandes de financement de ce nouveau fonds sont ouvertes, via son site internet, à tous les innovateurs, scientifiques, PME, entreprises privées, ONG, gouvernements et établissements universitaires.

De son côté, le Président de la BID, Bandar Hajjar, a avancé que le fonds ” Transform ” va permettre d’impulser le développement inclusif et durable des pays.
Il a mis l’accent, à cette occasion, sur la nécessité d’apporter un véritable soutien financier aux secteurs de la science et de la technologie.
Le Président de la BID a indiqué que ” Transform ” veillera à ce que les 57 membres de la banque aient accès à un flux de financement vital pour les aider à financer des idées novatrices liées à des solutions réelles de développement.

par -

La Tunisie abritera la 43ème rencontre annuelle du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID), du 1er au 5 avril 2018, en présence de 57 ministres de l’économie et des finances des pays membres de la BID et près de 1000 acteurs du monde de l’économie et des affaires.
Les travaux de cette édition seront axés sur le développement de l’infrastructure en Afrique : les opportunités et les défis, les partenariats stratégiques pour le développement des affaires, l’emploi des jeunes, le financement du développement, la propriété intellectuelle et les solutions scientifiques et technologiques développées au service du développement durable.
Cette manifestation favorisera également, des discussions sur le rôle de la finance islamique dans le développement des PME et TPE, le renforcement de l’inclusion économique de la femme et la réalisation de la sécurité alimentaire, tout en maitrisant les ressources en eau.
Au programme de cette 43ème réunion figure, la 13ème Assemblée générale de la Société internationale islamique pour le financement du commerce (SIFC) et la présentation des grandes lignes du rapport annuel de la BID, outre la signature d’accords de financement.
Le ministère de développement, de l’investissement et de la coopération internationale a annoncé mercredi 28 mars 2018 que le Chef du Gouvernement, Youssef Chahed, présidera l’ouverture officielle de cette rencontre.

par -

Sous le titre «Laadhari va régaler ses amis de la BID», le site en ligne français Maghreb Intelligence écrit ceci : «Le ministre du Développement Zied Laadhari (…) flambe pour recevoir en grande pompe le conseil annuel des gouverneurs de la Banque islamique de développement (BID), du 3 au 5 avril». La même source affirme que «le ministère va débourser pas moins de 360 000 dinars pour réserver le Pavillon Gammarth pendant… deux heures, le temps d’y tenir le dîner-gala d’ouverture, le 3 avril».

Contactée par  Africanmanager pour confirmer ou infirmer cette information et avoir les détails des dépenses en argent public, la chef du cabinet du ministre Laadhari n’a voulu donner aucun détail sur le coût, supporté par la Tunisie, des préparatifs de cette importante réunion dont le ministre Nahdhaoui espèrerait tirer de gros investissements de la BID en Tunisie, se limitant à dire qu’on ne pourra en parler qu’après l’évènement…

par -

Le groupe de la Banque Islamique de Développement (BID) examine actuellement les mécanismes permettant aux étudiants et aux investisseurs tunisiens de bénéficier de la plateforme dédiée au fonds d’encouragement des sciences et de la Technique, créé par la BID moyennant des investissements de l’ordre de 500 millions de dollars, a annoncé le président de la BID, Bandar Hajjar.
A l’issue d’un entretien tenu, vendredi 09 mars 2018 à Dar Dhiafa, à Carthage, avec le chef du gouvernement, Youssef Chahed, le responsable a mis en exergue l’importance de la loi sur le partenariat public/privé (PPP) et la volonté du groupe de travailler dans son cadre en vue de consolider ses investissements en Tunisie.

par -

Le groupe de la Banque islamique de développement (BID) a accordé à la Tunisie un don de 280 mille dollars qui sera consacré au financement de l’étude de transfert de la Société Nationale de Cellulose et de papier Alfa (SNCPA) du centre de la ville de Kasserine à la zone industrielle située sur la route de Tala.
Le Président du groupe de la BID Bandar Al Hajjaret et le ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale Zied Laadhari, ont signé jeudi à Kasserine l’accord technique d’octroi de ce don.
Dans une déclaration aux médias, Al Hajjar a affirmé que son institution attend les résultats de l’étude détaillée du projet de transfert et celle de restructuration de l’entreprise afin de prendre la décision adéquate concernant le financement du projet de construction de l’usine sur le nouveau site et une éventuelle participation de la BID en tant que partenaire stratégique au capital de cette entreprise qui a une valeur historique et économique.
Le responsable a, en outre, réitéré l’engament de la BID à appuyer le développement économique et social en Tunisie et à travailler avec le gouvernement et les ministères concernés en vue de consolider le processus de développement dans les différentes régions du pays, notamment, celles de l’intérieur.
Il a, dans le même, cadre annoncé que la Banque signera prochainement avec le gouvernement tunisien la 2ème stratégie 2018/2020 qui comporte un nombre de projets de développement.
Pour sa part, Laadhari a indiqué que le projet de transfert de l’usine fournira à la ville de Kasserine un patrimoine foncier important (34 hectares). Il s’agit en outre de protéger l’environnement et créer des opportunités économiques et d’emplois dans la région, a-t-il indiqué, ajoutant que le transfert permettra le développement et la modernisation de l’entreprise.
Sur un autre plan, Laadhari a rappelé que la BID a participé au financement de plusieurs projets de développement dans la région de Kasserine, comme l’hôpital régional (Type B) dans la délégation de Tala, moyennant une enveloppe de 45 millions de dinars (MD), outre le projet de développement agricole intégré à Tala dont le cout est estimé à environ 100 MD.
” Ces deux projets et le reste des grands projets programmés dans la région, ne manqueront pas de jeter les bases d’un véritable décollage économique dans la région “, a encore fait savoir le ministre

par -

Les préparatifs de la 43ème rencontre annuelle du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID), qui se tiendra, du 1er au 5 avril 2018, en Tunisie, ont été au centre d’une réunion tenue, mercredi, entre le Président de la République, Béji Caïd Essebsi et le président de la BID, Bandar Hajjar.

Au programme de sa visite actuelle en Tunisie (du 07 au 09 Mars), le président de la BID visitera deux projets financés par le BID à Kasserine. Le premier porte sur la construction d’un hôpital régional type B à Thala, d’une enveloppe de 45 Millions de Dinars (MD) avec une capacité d’accueil de 200 lits et le deuxième consiste à transférer les locaux de la Société Nationale de Cellulose et de Papier Alfa (SNCPA) à la zone industrielle en vue d’exploiter son site actuel dans des projets de développement.

La BID a alloué près de 1,5 milliards de dollars (3,7 milliards de dinars) pour le financement d’un nombre de projets en Tunisie dans le cadre de sa stratégie de coopération (2018/2020). La BID, dont le plus grand actionnaire est l’Arabie Saoudite (24%), a été créée en octobre 1975 et compte 57 pays membres.

par -
Région de Houndé. Récolte du Coton.

La Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC), membre du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID), a signé un Accord de financement de Mourabaha de 107 millions d’euros (70 milliards de FCFA) pour financer la saison de cotonnière 2017-2018 du Burkina Faso, avec SOFITEX (la société cotonnière nationale) en tant qu’Agence d’exécution.

Cette transaction s’inscrit dans la lignée du nouvel Accord-cadre de 450 million de dollars signé en mai 2017 avec le Gouvernement du Burkina Faso pour les 3 prochaines années.

L’Accord de financement de Mourabaha, d’un montant de 107 millions d’euros, a été signé par M. Hani Salem Sonbol, Directeur Général de l’ITFC, et M. Wilfried Yameogo, Directeur Général de SOFITEX (représentant le Ministre de l’Économie, des Finances et du Développement du Burkina Faso).

Soulignant l’importance de ces accords en termes de soutien aux activités de financement du commerce au Burkina Faso, M. Hani Salem Sonbol a déclaré que : « Le soutien de l’ITFC au secteur du coton au Burkina Faso s’inscrit dans la stratégie de priorisation de son financement, ciblant les secteurs clés qui stimulent la croissance économique et la génération de revenus pour les populations des pays membres. »

Il a également expliqué que l’opération proposée visait à consolider le programme de financement de l’ITFC en faveur du Burkina Faso, en tirant parti de la capacité de l’ITFC à mobiliser des ressources sur le marché tout en se positionnant comme la « Banque du coton ouest-africain ».

Cet accord de financement soutiendra l’achat de coton graine auprès des agriculteurs et des coopératives. Il aura également un impact positif sur les revenus des agriculteurs et améliorera leurs conditions de vie.

Le Burkina Faso a bénéficié de plus de 925 millions de dollars de financement depuis la création de l’ITFC en 2008.

par -

Les interventions de la Banque islamique de développement (BID) en Tunisie ont mobilisé une enveloppe de 3 milliards de dollars, dont 898 millions de dollars consacrés à l’exécution de 13 projets, a affirmé le directeur du département de renforcement des capacités de la banque, Zaher Rebai.
Intervenant, lors de la 2ème réunion de coordination entre les agences de coopération technique des pays membres de la BID, tenue, mardi à Gammarth (banlieue nord de Tunis), il a indiqué que ces projets concernent les secteurs de l’énergie, l’agriculture, l’assainissement et l’appui au commerce.
Pour le responsable, la Tunisie, un membre fondateur de la BID depuis sa création en 1974, est l’un des principaux pays bénéficiaires des interventions de la banque en matière de développement des capacités, notamment, à travers l’Agence tunisienne de coopération technique (ATCT).
Il a évoqué la volonté de la BID d’appuyer l’ATCT en vue de mettre en place un plan stratégique visant à changer le modèle de coopération technique.
L’objectif est de passer d’un modèle d’exportation des compétences tunisiennes à l’étranger vers la mise en place d’une diplomatie économique active permettant d’ouvrir de nouvelles opportunités et d’accéder à des nouveaux marchés, a-t-il encore fait savoir.
Le responsable a, en outre, annoncé que la BID et la Tunisie sont en phase de négociation en vue d’élaborer un plan stratégique sur la période 2018/2020. Ce plan sera annoncé au cours de la réunion annuelle du groupe de la BID qui se tiendra en avril prochain à Tunis sur le thème ” partenariat pour un développement durable “.
Pour sa part, Zied Ladhari ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale, a indiqué que l’appui financier ne peut à lui seul garantir le développement. Pour le ministre, le financement doit être accompagné d’un suivi au niveau des compétences, outre le renforcement des ressources humaines.

par -

Des responsables gouvernementaux, des représentants de 20 pays membres de la BID (Banque Islamique de Développement) et de 20 structures, organisations internationales et institutions internationales et régionales de financement participeront, mardi, à la 2ème réunion de coordination sur “le développement de la coopération entre les agences de coopération internationale et technique des pays membres de la BID“.
Cette conférence sera inaugurée par le ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale Zied Laadhari, avec la participation d’experts et spécialistes dans le domaine de la coopération internationale.
Les agences de coopération internationale et technique, comme la GIZ (agence de coopération allemande), la JICA (agence de coopération japonaise), l’USAID (agence Américaine pour le Développement International), outre les organisations non gouvernementales, représentent un mécanisme d’appui technique et financier aux projets et programmes réalisés en Tunisie.

par -

La Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC), membre du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID), a signé un Accord de Financement de 45 millions de dollars américains avec le Gouvernement de la République de Gambie, accord signé par SEM. Amadou Sanneh, Ministre des Finances et des Affaires Economiques de la Gambie (et M. Hani Salem Sonbol, Directeur Général de ‘ITFC.

La cérémonie de signature s’est déroulée en marge de la réunion annuelle du groupe de la Banque mondiale et du FMI qui s’est tenue à Washington DC le 14 octobre 2017 en présence de SEM. Bandar Hajjar, Président du Groupe de la Banque Islamique de Développement.

M. Hani Salem Sonbol, a déclaré à propos de la signature de cet accord: « Cet accord vise à soutenir l’importation de produits pétroliers et soutenir ainsi l’approvisionnement en énergie du pays et ce, pour tous les utilisateurs finaux (ménages, entreprises, etc.). Le secteur de l’énergie est en effet un moteur important pour les activités économiques et soutient d’autres secteurs-clés telles que l’industrie, l’agriculture et les services. »

Ce financement s’inscrit dans le cadre de l’accord-cadre de coopération signé en mai 2017 avec la République de Gambie en marge de la 42ème réunion annuelle du Groupe de la Banque Islamique de Développement à Djeddah (Arabie Saoudite) d’un montant total de 210 millions de dollars US sur trois ans pour soutenir ses secteurs stratégiques.

par -

Les réunions annuelles de la Banque Mondiale (BM) et du Fonds Monétaire international (FMI) ont eu lieu du 11 au 15 octobre 2017 à Washington, aux États-Unis. A pris part à cette réunion Zied Laâdhari, le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, en la présence de l’Ambassadeur de Tunisie à Washington. Laâdhari s’est entretenu avec le secrétaire d’Etat adjoint au Trésor des USA, M. Eric Meyer, le secrétaire d’État adjoint du ministre du Commerce américain, Stemard JOHNS, la directrice adjointe de la JICA, Chie MIYAMADA, le directeur exécutif de l’agence internationale du développement américain (USAID), Mark GREEN, la Vice-présidente par intérim chargée du suivi des programmes, Kyeh Kim, et un nombre du conseil américain des affaires.

Le ministre a eu également des rencontres avec des responsables de la Banque islamique du développement (BID), de la Banque Internationale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ainsi que de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Les émissaires de ces institutions financières et établissements de crédit ont réaffirmé, lors de ces rencontres, leur engagement à soutenir la Tunisie et l’accompagner pour réaliser ses objectifs de croissance et de développement.

En marge de ces rencontres, Laâdhari a signé avec Marie Françoise Marie-Nelly, directrice du département Maghreb et Malte à la Banque Mondiale, un accord de financement de 52,7 Millions d’euros. Il s’agit d’un crédit remboursable sur 30 ans à un taux d’intérêt de 1% avec 5 années de grâce. Ce crédit sera consacré à un projet d’intégration économique au profit des jeunes des régions défavorisées dans l’objectif de soutenir leurs initiatives privées. Il va concerner, dans une première étape, les gouvernorats de Jendouba, Kasserine, Kairouan, Siliana et Manouba et dans une deuxième phase Kebili et Sfax.

Le ministre de la Coopération internationale a également signé deux autres accords de financement avec le président du groupe de la BID. La première convention est d’une valeur de 57 Millions d’euros, remboursables sur 20 ans à un taux d’intérêt de 2% et avec 5 années de grâce ; alors que l’autre est sans intérêt et porte sur 15 millions d’euros.

Ces crédits seront alloués à l’achèvement du projet de construction de deux barrages dont l’un à Saida, au Cap Bon et l’autre à El Kalaâ Kebira ainsi qu’à la construction des réseaux pour le transport d’eau. Il s’agit d’un projet destiné à couvrir le déficit de l’eau et pour répondre entre autres aux besoins du Grand-Tunis, du Sahel, du Cap-Bon et de Sfax, jusqu’en 2030.

par -

La Tunisie abritera les travaux des réunions annuelles du groupe de la Banque Islamique de développement (BID) qui se tiendront, au cours du mois d’avril 2018, avec la participation de près de 1000 invités de tous les pays islamiques.
Des représentants d’institutions financières régionales et internationales participeront à cet événement, outre 56 ministres de l’économie, des finances et de la coopération internationale en tant que gouverneurs représentant leurs pays respectifs au sein de la BID.
L’avancement des préparatifs, notamment aux niveaux organisationnel et logistique pour garantir la réussite de cette réunion, a été au centre d’un entretien tenu, mardi, entre le ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Zied Ladhaari et le secrétaire général de la BID, Ghassen El-Baba, qui effectue actuellement une visite en Tunisie.

Dans un communiqué, le ministère souligne que les réunions annuelles de la BID constituent pour la Tunisie une opportunité pour mieux faire connaitre ses capacités et les incitations à l’investissement, outre les changements que connait le pays au cours de ces dernières années.
Le responsable a, dans ce cadre, exprimé la volonté de son institution de poursuivre son appui à la Tunisie pour la concrétisation de ses programmes et projets de développement. El-Baba a, par ailleurs, exprimé sa satisfaction de l’avancement des préparatifs d’ordre organisationnel.
Laadhari a, pour sa part, réaffirmé la volonté de la Tunisie de garantir tous les attributs pour la réussite de ces réunions importantes. Il a, en outre, rappelé que l’équipe de travail mise en place (ministère et les structures y afférentes), se réunit régulièrement pour assurer le suivi d’avancement des préparatifs, en coordination avec leurs homologues de la BID.

par -

Le Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID) accordera à la Tunisie 1,5 Milliard de Dollars (3,7 Milliards de Dinars) dans le cadre de la nouvelle stratégie 2018/2020, afin de financer des projets de développement.
Ce financement sera sous forme de crédits avec facilité de paiement et de dons avec un taux qui ne dépasse pas 5%, a fait savoir à l’Agence TAP, le directeur du département des programmes des pays de la région relevant de la BID, Ahmed Salah Hariri.
Il a ajouté, au cours d’un atelier consacré à l’élaboration du document de partenariat stratégique entre la BID et la Tunisie (2018/2020), organisé, mardi, à Tunis, que la nouvelle stratégie de la banque sera basée sur le renforcement de l’intégration sociale, le développement global, la contribution au développement de l’infrastructure, l’appui au secteur privé et l’attraction des investisseurs des pays membres.
Le responsable a précisé que l’élaboration de ce document aura lieu après les négociations devant se tenir avec les ministères, les entreprises nationales, les représentants du secteur privé, la société civile et certaines organisations en Tunisie.
Hariri a souligné que la banque œuvre au développement de l’exportation des produits tunisiens, qui existent déjà sur 57 marchés, vers plusieurs autres pays, outre le renforcement des compétences des exportateurs dans les domaines du financement, de la commercialisation et de la création d’emplois au profit des jeunes.

par -

En marge de sa participation aux travaux des Assemblés Annuelles des Fonds arabes qui se déroulent à Manama, capitale du Bahreïn, Yassine Brahim, ministre du Développement de l’investissement et de la Coopération Internationale à procédé hier mardi 5 Avril, avec Ahmed Mohamed Ali ,Président du Groupe de la Banque Islamique de Développement à la signature d’une convention de financement pour le projet de développement agricole intégré dans les délégations de Hancha, Menzel Chaker et Bir Ali Ben Khlifa au gouvernorat de Sfax, indique un communiqué.

Le montant de ce financement est de 24,5 millions d’Euros, soit l’équivalent de 56 millions de dinars.

Le projet vise à améliorer les conditions de travail des agriculteurs dans les régions mentionnées, notamment les jeunes, les femmes et les jeunes demandeurs d’emploi, et ce à travers l’amélioration de la production et la productivité du secteur et la facilité de l’accès au micro financement.

Yassine Brahim a eu  des rencontres et des réunions avec les premiers responsables des fonds, présents, ainsi que ses homologues des pays arabes.

Ces rencontres ont fourni l’opportunité d’examiner les voies et moyens susceptibles de promouvoir la coopération entre la Tunisie et ces institutions ainsi que le développement des échanges économiques au niveau bilatéral.

Le meilleur des RS

Le Meilleur des réseaux sociaux, c’est ce Post de Riadh Ben Omheni qu’il illustre de la meilleure des manière d’une photographie d’une signification des...

INTERVIEW

Jeune quadra (44 ans exactement) et à peine 9 mois à la tête de l’UIB, cet énarque et agrégé d’économie qui a travaillé pendant...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

Le milieu de terrain international tunisien Youssef Msakni, qui a déclaré forfait pour le Mondial 2018 pour blessure, a été sacré meilleur ailier gauche...