Tags Posts tagged with "Christine Lagarde"

Christine Lagarde

par -

A la veille du gel des cours dans tous les collèges et lycées du pays, décrété par le Syndicat de l’enseignement secondaire, son secrétaire général adjoint, Morched Driss, est passé sur Express Fm ce matin du lundi 16 avril 2018 pour faire le point sur la situation.

«Le gouvernement et le ministère de l’Education cherchent à compliquer davantage les choses et à gagner du temps. Ils restent sourds aux revendications légitimes du secteur et puisque nous refusons d’en arriver à une année blanche, nous avons pris cette décision» a indiqué Driss, qui réfute l’argument selon lequel les enseignants n’ont que des demandes financières. «Nos revendications sont avant tout financières, certes. Avec l’affaissement du pouvoir d’achat des Tunisiens, il est normal d’exiger une rémunération décente mais nous ne nous limitons pas à ça. Nous exigeons aussi de revoir l’âge du départ à la retraite dans la mesure où le métier que nous faisons est épuisant et enfin nous demandons que la situation générale du secteur et de l’école tunisienne soit passée à la loupe» a-t-il indiqué.

«Nous sommes des parents avant tout et nous allons tout faire pour que l’année scolaire et les examens nationaux aillent à leur terme, quoique ça nous coûte. C’est le gouvernement qui oeuvre pour une année blanche, ce gouvernement qui est prêt à tout cramer pour les beaux yeux de Christine Lagarde qui contrôle réellement la situation économique du pays. Nous avons pris la décision de suspendre les cours à partir de demain pour forcer le gouvernement à entamer des pourparlers sérieux, ce qu’il refuse jusqu’ici. Que voulez-vous qu’on fasse ? Qu’on arbore un brassard rouge par exemple, pourquoi ? Nous sommes au Japon ? » a asséné le secrétaire général adjoint du Syndicat de l’enseignement secondaire.

«Il est évident, et l’explosion des écoles privées le démontre, que les gouvernements qui se sont relayés ont une réelle volonté d’en finir avec le secteur public, dans la droite ligne des recommandations du FMI. Le ministre, qui a menacé de suspendre les salaires de 61.000 enseignants, va affamer 61.000 familles alors que ces professeurs font leurs cours, leurs examens et les corrigent, et rendent leurs notes aux élèves» a conclu Driss.

par -

“Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) se réunira dans les plus brefs délais afin d’examiner la 2ème revue du programme économique de la Tunisie au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC)”, a annoncé, mardi, la Directrice générale du Fonds Christine Lagarde.
Intervenant à l’issue d’une rencontre tenue, à Marrakech, avec le chef du gouvernement, Youssef Chahed, en marge de la conférence ” Opportunités pour tous : croissance, emploi et inclusion dans le monde arabe ” (29 et 30 janvier 2018 à Marrakech), Lagarde a ajouté “qu’à l’issue des réunions qui se tiennent actuellement au niveau des experts, la Tunisie encaissera la 3ème tranche du prêt accordé par le FMI”.
La responsable a évoqué la nécessité de poursuivre le travail afin de renforcer la productivité et créer des emplois. Il s’agit en outre d’axer les efforts sur le volet social en garantissant la protection des catégories vulnérables, a-t-elle encore fait savoir.

par -

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, avait fière allure à la conférence internationale animée par l’éminent économiste français Jacques Attali, lundi 29 janvier 2018. Il a remis ça ce mardi, à Marrakech, à l’ouverture de la conférence “Opportunités pour tous : croissance, emploi et inclusion dans le monde arabe“, organisée à l’initiative du FMI, du FMA, du FADES et du Gouvernement marocain. Chahed a passé en revue les principales réformes engagées en Tunisie, ces dernières années, afin de réussir la transition politique et économique. “Nous sommes déterminés en Tunisie à faire réussir notre expérience, aux plans politique et économique“, a soutenu le chef du gouvernement, soulignant que le gouvernement comptera, pour cela, sur ses propres moyens financiers et sur le soutien de ses partenaires stratégiques.

La Tunisie a réussi sa transition politique, en jetant les bases d’un pays démocratique, comme en témoigne son classement, comme étant le seul pays “libre” du monde arabe“, (rapport 2018 sur la liberté dans le monde, publié par l’ONG américaine Freedom House), a-t-il rappelé, tout en convenant que la Tunisie souffre encore de difficultés économiques, “à cause du dysfonctionnement des moteurs de la croissance“.
Afin de surmonter ces difficultés, la Tunisie a mis en place une série de réformes portant sur les finances publiques, l’amélioration du climat des affaires, l’impulsion de l’investissement, et aussi, la mise en place de programmes sociaux, à même d’améliorer le bien-être des citoyens“, a-t-il affirmé.
Parmi ces programmes, Chahed a évoqué le projet de loi relatif à la sécurité sociale, qui vient d’être déposé à l’Assemblée de Représentants du Peuple (ARP), dont les principaux objectifs sont d’assurer un revenu stable aux familles nécessiteuses, une couverture sociale et de santé à l’ensemble des habitants et un logement pour chaque famille.
Il a, de même, fait savoir que notre pays oeuvre à assurer un climat sécuritaire adéquat, à améliorer le climat des affaires et à veiller à multiplier les opportunités d’emploi destinées aux jeunes. Enfin, le chef du gouvernement a souligné que “la croissance économique est un critère important pour mesurer le développement d’un pays, mais qu’il n’est plus suffisant, dans la mesure où la prospérité d’un peuple s’impose aujourd’hui comme un pilier indispensable pour assurer la stabilité sociale, et partant économique et politique dans la région arabe“.

Dans l’allocution prononcée à cette occasion, le chef du gouvernement marocain, Saadeddine El Othmani, a relevé l’impératif de mettre en place des solutions immédiates et des programmes d’urgence, afin de satisfaire, les attentes et les aspirations des peuples arabes, qui sont dans une situation délicate marquée par des changements socio-politiques. L’objectif étant de garantir l’impulsion de la croissance économique, tout en assurant une justice sociale, de manière à réduire “la frustration de nos peuples“.”Nous devons revoir nos leviers de développement et oeuvrer à les rendre plus innovants et plus compétitifs, et ce, en collaborant étroitement avec les différentes organisations internationales et régionales“, a préconisé El Othmani.

Pour sa part, la directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI), Christine Lagarde, a appelé à tirer profit de tout le potentiel de la région, pour assurer le développement socio-économique des pays, à travers notamment l’autonomisation des femmes et le soutien des jeunes promoteurs.
Elle a recommandé, en parallèle, d’améliorer le climat des affaires, d’impulser le secteur des TIC, de faciliter l’accès des PME au financement, de soutenir le secteur privé, de régulariser la politique de la taxation (élargir l’assiette fiscale) et d’améliorer l’infrastructure.

De son côté, le Directeur Général Président du Conseil d’Administration du Fonds Monétaire Arabe (FMA), Abdulrahman Al Hamidy, a mis l’accent sur l’impératif de diversifier nos économies, à travers la création de hubs pour l’innovation, d’encourager la créativité et l’esprit entrepreneurial.
Près de 50% de nos populations ont moins de 25 ans, c’est un atout que nous devons exploiter. Nous devons offrir à cette population jeune l’opportunité de s’accomplir, en leur facilitant l’accès au financement pour créer leurs propres projets, lesquels constitueront l’un des moteurs de croissance“.
Dans ce cadre, il a indiqué que près de 17 millions de petits projets dans la région sont bloqués à cause du manque de financement, recommandant d’assurer l’autonomisation des femmes. Il a, à ce propos, noté qu’uniquement 17% de la gente féminine arabe accèdent au financement, alors que la moyenne mondiale est aux alentours de 47%.

TAP

par -

La Directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a indiqué à Dubaï que l’Algérie constituait «un bon exemple» en matière de maîtrise de politique budgétaire à travers le programme mis en place fixant les objectifs de recettes et de dépenses sur plusieurs années, rapporte le site d’informations, obervalgerie.com

S’exprimant au cours du deuxième forum arabe des finances publiques qui se tient à Dubaï, Mme Lagarde a souligné «la nécessité pour les économies arabes de définir les objectifs de recettes dans la conception d’une politique fiscale globale.», indique la même source. La définition de ces objectifs aide à aligner les recettes sur les dépenses aussi bien à court qu’à long terme.

«L’Algérie constitue un bon exemple. La loi de finances de 2017 prévoit un cadre à moyen terme qui fixe des objectifs de recettes et de dépenses pour les trois exercices à venir», a-t-elle relevé à ce propos.

par -

Une bonne croissance en Tunisie en 2017, en tout cas meilleure qu’en 2016, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, y croit. Elle l’a fait savoir hier mercredi 18 janvier 2017, en marge du Forum Économique mondial de Davos, au terme d’une rencontre avec le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed.

Commentant l’entretien, Mme Lagarde a confié qu’il a surtout porté sur les horizons de la croissance de l’économie tunisienne. “Les perspectives de croissance se présentent mieux en 2017 qu’en 2016”, a-t-elle déclaré.

D’après elle, le fait qu’il y ait des signaux positifs dans certains secteurs clés donne des raisons d’espérer une embellie. “Le phosphate est l’exemple type du secteur où la production a été très conséquente au dernier trimestre 2016 et on peut espérer que le rythme sera maintenu”.

Les réformes à mener en Tunisie ont aussi fait partie des sujets abordés par la DG du FMI et Chahed. “On a pu parler ensemble les réformes importantes entreprises pour redresser l’économie tunisienne, et pour permettre aux Tunisiens de profiter des fruits du potentiel de leur économie” a confié Mme Lagarde.
Toutefois elle a pointé du doigt l’ampleur de la tâche : “il y a de gros efforts à faire face à des réformes difficiles, parce que c’est toujours difficile de réformer”.

par -

La directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI), Christine Lagarde, a affirmé, dans une déclaration rapportée, ce jeudi par la radio Mosaïque Fm, que les perspectives de croissance en Tunisie seront meilleures en 2017.

La patronne du FMI s’est félicité par ailleurs de la reprise de la production dans certains secteurs clés comme le phosphate et le tourisme, avant d’ajouter que le processus des réformes nécessaires à l’assainissement des finances publiques est sur la bonne voie.

Christine Lagarde a en outre assuré, en marge des travaux du Forum économique mondial de Davos, que malgré le difficultés, le processus des réformes engagé par la Tunisie, avance.

Rappelons que le chef du gouvernement, Youssef Chahed participe actuellement à ce rendez-vous annuel qui se tient, du 17 au 20 janvier 2017 en Suisse.

par -

La patronne du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a été jugée coupable de «négligence» dans l’affaire de «l’arbitrage Tapie» par la Cour de justice de la République. Elle a cependant été dispensée de peine, rapporte « Le Figaro ».

 L’ancienne ministre française de l’Économie n’était pas présente à Paris, ce lundi 19 décembre, pour assister à la lecture de l’arrêt, étant repartie à Washington, a ajouté la même source.

Mise à jour : Gerry Rice, Directeur du Département de la communication au FMI, a déclaré ceci à propos de cette affaire : « Le Conseil d’administration s’est réuni par le passé pour examiner les développements de l’action en justice en France. Il est prévu qu’il se réunira de nouveau sous peu pour en examiner les derniers développements. »

par -

Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), va être obligée de geler ses activités pendant une semaine pour se mettre à la disposition de la justice. En effet le procès de l’ancienne ministre de l’Economie, sur fond d’accusations pour sa gestion de l’affaire Bernard Tapie/Crédit Lyonnais, va débuter. Il est reproché à Mme Lagarde d’avoir “fait preuve de négligence” quand elle était en poste à Bercy, d’abord en optant pour l’arbitrage, ensuite en fermant les yeux sur l’énorme indemnisation de l’homme d’affaires français, plus de 400 millions d’euros.

Approché par France 2 avant le début du procès, ce lundi 12 décembre, Christine Lagarde se dit “confiante et déterminée (…). La négligence est un délit non intentionnel. Je pense que j’ai essayé de faire au mieux mon travail, dans la limite de tout ce que je savais”.

Avant elle, sept ministres avaient été jugés par une juridiction exceptionnelle de trois magistrats et douze parlementaires. La patronne du FMI risque jusqu’à un an de prison et 15 000 euros d’amende, ce qui de facto lui coûterait son fauteuil…

par -
Le Fonds monétaire international (FMI) est prêt à poursuivre son soutien au nouveau gouvernement tunisien

Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a déclaré, mardi, à la séance inaugurale de la Conférence internationale sur l’Investissement “Tunisia 2020″, que ” la Tunisie est une histoire d’espoir”, appelant les investisseurs locaux et étrangers ainsi que les partenaires de la Tunisie à investir dans le pays qui ” offre “d’excellentes opportunités d’affaires”.
Elle a réitéré le soutien du FMI à la Tunisie, relevant que l’institution mondiale va continuer à assister les autorités tunisiennes “à définir les politiques appropriées pour réaliser la stabilité économique et la croissance”.
“C’est le moment aujourd’hui, de construire et d’accompagner les réalisations politiques d’accomplissements et de changements économiques pour créer le futur prospère auquel aspire tous les Tunisiens”, a-t-elle encore dit.
D’après Lagarde, l’objectif est très simple à définir:” il faut doubler le PIB et améliorer le niveau de vie y compris pour les jeunes ainsi que pour les populations qui vivent en dehors des zones urbaines”. La première responsable du FMI a insisté également sur la promotion du secteur privé pour parvenir à un développement meilleur et inclusif.
“Le gouvernement doit agir. Préserver la santé des finances publiques, améliorer l’efficacité et l’effecience des services publics… et maintenir un rythme régulier des réformes sont des tâches cruciales pour les années à venir”, a encore lancé Lagarde
Elle s’est félicité, au terme de son allocution de voir “le gouvernement d’union nationale, bien engagé dans la lutte contre les problèmes structurels de longue date”, se disant très confiante que les efforts se poursuivront à cet effet.

par -
Le Fonds monétaire international (FMI) est prêt à poursuivre son soutien au nouveau gouvernement tunisien

-” Au cours des réunions annuelles du Fonds monétaire international (FMI), les pays membres seront appelés à œuvrer en vue de booster la croissance mondiale qui ne dépassera pas 3,1% en 2016, avant de rebondir à 3,4 % l’an prochain “, a déclaré la directrice générale du FMI Christine Lagarde .
Au cours d’une conférence de presse tenue, jeudi, à Washington, Lagarde a précisé que cette action devra être réalisée sur trois niveaux. Il s’agit de l’adoption de réformes structurelles, la mise en place de politiques monétaires à même de renforcer la demande et l’instauration d’une politique budgétaire en vue de booster la croissance.
Lors de la conférence tenue à la veille du démarrage des réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale (BM) devant se tenir du 07 au 09 octobre 2016, Lagarde a présenté l’agenda du FMI pour la prochaine période, à la lumière d’une conjoncture économique mondiale qui fait face à plusieurs menaces risquant de nuire à la croissance et à la stabilité du système financier mondial.
Les capacités de financement du fonds seront renforcées avant la fin 2019, a-t-elle indiqué, précisant que le FMI a obtenu des engagements de la part des pays membres estimés à environ 344 milliards de dollars, précisant que ces derniers seront signés au cours des prochains jours.
S’agissant de la sortie de la Grande Bretagne de la zone Euro, elle affirmé : ” nous avons mis plusieurs scénarios dont l’interaction avec la sortie de ce pays “. Pour Lagarde, ce qui s’est passé est le scénario le plus léger de tous ceux conçs par le FMI en cas de sortie de la Grande Bretagne de la zone Euro.
La Tunisie qui participe aux réunions annuelles du FMI et de la BM, œuvre à mobiliser l’appui des deux institutions de Bretton Woods pour le financement de son plan de développement quinquennal (2016/2020).
La délégation tunisienne rencontrera des responsables du FMI qui a signé (en avril dernier) un nouveau programme de coopération avec la Tunisie lequel s’étalera sur 34 mois. Ce nouveau programme permettra à la Tunisie d’obtenir des financements de 2,9 milliards de dollars.
La Tunisie ambitionne d’obtenir une tranche supplémentaire pour le financement du budget de l’Etat après l’obtention d’une première tranche d’une valeur de 319,5 millions de dollars en mai dernier.

par -
Le Fonds monétaire international (FMI) est prêt à poursuivre son soutien au nouveau gouvernement tunisien

Si on espérait quelque prédiction d’éclaircie sur le ciel de l’économie mondiale, c’est raté. La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a douché tous les espoirs dans un entretien avec l’agence Reuters publié hier vendredi 02 septembre 2016 . Elle a déclaré qu’il est même question d’une nouvelle révision vers la baisse de la croissance mondiale en 2016. La raison :  La faiblesse de la demande, le ralentissement des échanges et des investissements et l’aggravation des inégalités, a indiqué Mme Lagarde.

A quelques jours du sommet du G20 (ces 04 et 05 septembre en Chine), elle invité les dirigeants des pays les plus industrialisés de la planète à peser énergiquement sur la reprise de la demande, à protéger le commerce international et la mondialisation et à combattre les inégalités.

Aucun signe tangible de reprise

D’après Mme Lagarde certes les effets redoutés du Brexit et de l’affaissement de la croissance chinoise sur l’économie mondiale ne se sont pas encore produits, mais « une croissance en léger déclin, fragile, faible et certainement pas alimentée par les échanges commerciaux » est toujours d’actualité.
« Quand vous observez les perspectives de croissance économique dans leur profondeur, le potentiel de croissance, la productivité, nous ne recevons pas de très bons signaux et nous allons probablement réviser à la baisse notre prévision de croissance pour 2016 », a ajouté la DG du FMI.

Pour rappel, le FMI a déjà rogné en juillet sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) mondial à 3,1% pour 2016 et à 3,4% pour 2017, ce qui fait, dans les deux cas, une correction d’à peu près un dixième de point. A l’échelle de la croissance du globe, c’est loin d’être négligeable.
A préciser que lors de cette mise à jour, le FMI a baissé de moitié ses prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne cette année, à +1,6 % contre un taux de +3 % prédit en avril dernier.

par -

Selon le site internet d’informations belge RTBF, l ‘agence financière Fitch a, à son tour, abaissé lundi la note du Royaume-Uni à la suite du vote britannique en faveur d’une sortie de l’Union européenne.

La note de la dette britannique passe de AA+ à AA avec perspective négative, impliquant qu’elle pourrait être encore abaissée dans les prochains mois.

Plus tôt lundi, l’agence Standard and Poor’s avait déjà privé le Royaume-Uni de son triple A, la meilleure note possible, a encore rappelé le site.

 

par -

Selon le FMI, le Brexit qui sera soumis à référendum le 23 juin, est "un risque important pour l'économie mondiale ". Lagarde met son poids dans la balance contre un éventuel « Oui » des Britanniques.

« Une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne représenterait « un risque important » pour l’économie mondiale !»

C’est ainsi que la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a adressé une sévère mise en garde aux partisans du Brexit vendredi lors d’une conférence de presse à Londres, évoquant une perspective “mauvaise, voire très très mauvaise” en cas de départ britannique de l’Union européenne.

Une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne représenterait « un risque important » pour l’économie mondiale, a prévenu la directrice générale du FMI, Lagarde (…)

Si les Britanniques décident de rester dans l’UE, la croissance britannique pourrait en revanche rebondir, et passer d’un peu moins de 2% cette année à 2,2 ou 2,3% à moyen terme, a expliqué le

“Un vote en faveur d’une sortie déclencherait une période d’incertitude accrue, entraînant une forte volatilité sur les marchés”, écrit le FMI dans son rapport annuel sur l’économie britannique publié vendredi, estimant que le PIB britannique pourrait subir un manque à gagner compris entre 1,5% et 9,5% en cas de Brexit.

« Le Royaume-Uni risque d’être entraîné dans une spirale autoalimentée de faible croissance économique et de baisse des prix des logements et des valeurs boursières si les électeurs votent en faveur d’une sortie du pays de l’Union européenne le 23 juin », a encore averti vendredi le Fonds monétaire international (FMI).

Et Mme Lagarde de prévenir : « Une récession technique (du Royaume-Uni) est l’une des hypothèses de notre scénario dans le cas d’un vote pour partir de l’UE ».

Réfutant toute accusation de s’immiscer dans les affaires intérieures britanniques, elle a souligné que les experts du FMI avaient « fait leur travail » en décortiquant les conséquences attendues d’un Brexit. Soulignant qu’il ne s’agissait pas d'”une question intérieure” mais d'”une question internationale”.

« Ce n’est pas qu’une question intérieure. Je sais que c’est une grande question domestique, pour beaucoup d’entre vous, mais c’est aussi une question internationale. Au cours des six derniers mois, sur tous les pays où je me suis rendue à travers le monde, il n’y en a pas eu un où l’on ne m’ait pas interrogée sur les conséquences économiques d’un Brexit », « a expliqué la patronne du FMI. (Afp)

 

par -

Les Réunions du printemps du groupe de la Banque Mondiale (BM) et du Fonds Monétaire International (FMI) ont démarré vendredi, et se poursuivront jusqu’au 17 avril 2016 dans la capitale américaine.
Elles interviennent au moment ou des appréhensions de voir la croissance économique en berne durant une langue période, augmentent notamment, avec la montée des conflits géopolitiques, du terrorisme, et des flux Migratoires. La Tunisie qui participe à ces réunions, est sur le point de parachever l’accord avec le fMI, sur un nouveau programme de coopération s’étalant sur quatre ans, comme l’a déclaré jeudi, la directrice du FMI. Cet accord devrait être annoncé dans les heures à venir. Le ministre des Finances, Slim Chaker qui représente la Tunisie dans ces réunions, au côté du ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale Yassine Brahim, a noté que le FMI est animé par une volonté réelle d’aider la Tunisie. En témoigne les déclaration de Christine Lagarde, directrice du FMI concernant l’expérience tunisienne. Elle a qualifié de «success story » par rapport aux autres pays du printemps arabe.
«Nous seront aux cotés de la Tunisie pour défendre sa sécurité et offrir des conditions favorables au développement et l’emploi », a-t-elle dit.
Chaker a fait savoir a l’agence TAP que « les fonctionnaires du fonds ont également, exprimé leur satisfaction quant aux réformes engagées par le gouvernement tunisien en ci courte période, en vue de donner une impulsion au développement et à l’emploi ».
La Tunisie a adopté de nouvelles en matière de Partenariat Public-Privé (PPP), la restructuration du secteur bancaire et le statut de la Banque centrale de Tunisie (BCT). Elle se prépare actuellement, à la promulgation d’autres à l’instar de la loi de la faillite et le nouveau code d’investissement.
Prennent part aux réunions du printemps, les gouverneurs des banques centrales, des ministres des finances et du développement, des hauts responsables du secteur privé et des  académiciens venant de plusieurs pays du monde pour débatte des questions relatives aux perspectives économiques mondiales, à l’éradication de la pauvreté et au développement économique.
Parmi les évènements programmés dans le cadre de ces réunions figurent les réunions de la commission internationale des affaires monétaires et financières Du FMI, la commission du développement mixte appelée à évaluer les travaux accomplis par le FMI et la BM. Des conférences et des rencontres de presse interrégionales sont organisées en marge de ces réunions pour présenter les rapports du FMI sur les perspectives de la croissance, la stabilité de l’économie mondiale et les réserves financières.

TAP

par -
Le Fonds monétaire international (FMI) est prêt à poursuivre son soutien au nouveau gouvernement tunisien

La Française Christine Lagarde, forte des soutiens de poids reçus ces derniers jours, a formellement lancé vendredi sa candidature à un deuxième mandat à la tête du FMI, en espérant ne pas être inquiétée par l’affaire de l’arbitrage Tapie.

“Oui, je suis candidate pour un deuxième mandat”, a déclaré sur France 2 Mme Lagarde, en direct de Davos, où elle participe au Forum économique mondial (WEF). Elle avait pris les rênes de l’institution financière en 2011 dans le fracas du scandale Dominique Strauss-Kahn.

“J’ai eu l’honneur de recevoir des soutiens dès l’ouverture de la procédure”, a-t-elle affirmé, au lendemain de l’ouverture du dépôt de candidatures pour sa succession, mentionnant tout particulièrement la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la Chine.

A six mois de la fin de son premier mandat, elle a rappelé que les Etats-Unis, principal actionnaire du FMI et dont le soutien est indispensable, avaient l’habitude de communiquer leur position à la fin du processus.

Elle a toutefois cité de récentes déclarations favorables au sein de l’administration du président Barack Obama.

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

La Côte d'Ivoire et le Niger veulent booster les voies de transport et de communication communes. C'est ce qui ressort des échanges ce mardi...

Reseaux Sociaux

SPORT