Tags Posts tagged with "construction"

construction

par -

Le groupe Zouari a des ambitions dans la construction automobile et a déjà fait des avancées en la matière en se rapprochant du fabricant indien Mahindra, qui joue maintenant dans la cour des grands, et pas qu’en Tunisie. Hafedh Zouari, par ailleurs députés d’Afek Tounes, a confié, dans un entretien avec Africanmanager, que “l’installation d’unités de montage” est “le premier pas vers l’installation d’une industrie automobile en Tunisie“. Il a ajouté que le taux d’intégration va aller croissant et que pour les les Pick-Up ça “peut monter jusqu’à 30%” – 24% actuellement. Le processus est en très bonne voie, le ténor indien se montrant très disposé à partager son Network.

Mahindra a déjà accepté le principe de l’installation d’une unité de production en Tunisie, reste à passer le cap de l’instabilité politique, en Tunisie et dans la région, une affaire qui refroidit l’ardeur des investisseurs, et l’indien n’est pas le seul, il y a aussi le coréen Hyundai et le chinois Geely…

par -

Le maire du Kram, Fathy Laâyouni a indiqué, dans une déclaration, ce jeudi 16 août 2018 à Mosaïque Fm avoir donné des instructions pour qu’aucun mariage d’une tunisienne avec un non musulman ne se fait sauf en cas de preuve que l’homme s’est converti à l’islam.

Il a également précisé, en mage de la conférence sur la protection du coran, la constitution et le développement équitable qu’il a également ordonné qu’aucun nom non arabe ne soit enregistré au registre de l’état civil.

par -

Des hommes armés ont lancé ce matin du jeudi 16 août 2°18, une attaque contre un centre d’entraînement des services de renseignement à Kaboul, rapporte lefigaro.fr

“Des affrontements ont eu lieu et la zone a été bouclée par les forces de sécurité”, indique la même source, citant le porte-parole de la police de Kaboul, Hashmat Stanikzai.

L’attaque, qui n’a pas été revendiquée à ce stade, intervient au terme d’une semaine déjà sanglante pour l’Afghanistan. Elle se produit moins de 24 heures après un attentat suicide contre une école d’un quartier chiite de Kaboul, qui a fait au moins 37 morts, selon un dernier bilan datant de mercredi soir.

par -

L’Africa Finance Corporation (« AFC » ou « le Groupe »), l’institution financière de développement des infrastructures leader en Afrique, a le plaisir d’annoncer l’achèvement, dans les délais prévus, de la mine de Bel Air, en Guinée, et le chargement de son premier envoi de bauxite de haute qualité vers la Chine. La construction de la mine a été achevée dans les délais, et conformément au budget prévu. La capacité de production régulière sera de 5,5 millions de tonnes de bauxite par an, qui s’ajouteront aux presque 35 millions de tonnes de bauxite moyennes exportées annuellement par la Guinée.

La mine de Bel Air, développée par Alufer Mining Ltd. (« Alufer »), est située dans la région de Boffa, en Guinée occidentale. La mine de Bel Air d’Alufer a été financée dans le cadre d’un consortium d’investissement international, incluant l’AFC (le seul contributeur financier africain du secteur privé), Orion Mine Finance, avec plus de 2,5 milliards de dollars américains d’actifs sous gestion, et Resource Capital Funds, une société d’investissement spécialisée dans le secteur minier, avec plus de 2,5 milliards de dollars américains d’actifs sous gestion.

Le total de l’investissement du consortium s’élevait à 205 millions de dollars américains, ce qui en fait le premier et le plus important investissement étranger en Guinée depuis la crise Ebola de 2014. Au cours de la construction, le projet a employé plus de 1 500 personnes, dont 85 % étaient des Guinéens et plus de la moitié d’entre eux provenant de communautés locales. Cela marque une étape importante pour le groupe, qui montre ainsi son engagement en faveur des investissements sur le continent africain et qui fournit des emplois et une croissance économique durable à ceux qui en ont le plus besoin.

Un principe essentiel des objectifs de développement du projet a été le fait d’avoir une incidence positive nette sur les communautés environnantes. A ce jour, 40 projets communautaires ont été réalisés, notamment des projets d’infrastructures à petite échelle relatifs à l’énergie, à l’eau et au traitement des déchets. Des projets visant à assurer des moyens de subsistance sur le long terme ont également joué un rôle important dans le développement de l’économie locale. La création d’un fonds de développement local s’est révélée essentielle pour soutenir les améliorations relatives aux pratiques agricoles permettant d’augmenter les récoltes.

Oliver Andrews, Directeur exécutif et des investissements de l’AFC, a déclaré :
Le volume de la demande africaine pour le financement de l’investissement dans les infrastructures et la maintenance est élevé. Les sources traditionnelles de financement public et l’affaiblissement des conditions économiques dans de nombreuses régions du monde, notamment celles ravagées par Ebola, ont amplifié le besoin de capitaux privés. L’AFC a été fondée pour répondre à ce besoin en investissant dans des actifs d’infrastructures. Je suis ravi d’annoncer l’achèvement dans les délais de la construction de la mine de Bel Air ainsi que de l’infrastructure de transport associée, notamment le premier port maritime à être construit au large de l’Afrique de l’Ouest, qui apportent non seulement des emplois mais également des connexions nécessaires aux marchés internationaux qui soutiendront la croissance durable de l’industrie minière de la Guinée.

Il était essentiel d’accorder une importance fondamentale au développement d’un patrimoine durable et de s’impliquer auprès des communautés – ce qui a représenté plus de 2 000 réunions tout au long de la phase de construction – afin de pouvoir proposer des projets sociaux et environnementaux efficaces. À ce jour, plus de 40 projets communautaires bénévoles ont été réalisés, outre les initiatives visant à soutenir les économies locales et à fournir un développement durable, la création d’emplois et de revenu, qui perdureront au-delà de l’exploitation de la mine.»

Bernie Pryor, président-directeur général d’Alufer Mining, a déclaré :
« L’AFC a été un partenaire à part entière dans la réussite de la mine de Bel Air, en représentant non seulement une importante composante du financement éventuel du projet, mais en contribuant également à l’approche durable selon laquelle le projet devait être réalisé. Nous nous réjouissons de travailler étroitement avec l’AFC afin d’offrir à toutes nos parties prenantes des rendements importants et constituer un patrimoine positif et durable pour la population guinéenne. »

par -

Les travaux de construction d’un centre technologique moderne programmé dans 10 gouvernorats de l’intérieur, ont démarré mardi, au siège de l’Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Siliana (ISET) d’un cout global de 1,4 million de dinars.
Le ministre des technologies de la communication et de l’économie numérique, Anouar Maarouf, qui a mis la première pierre de ce centre, en présence d’un nombre de cadres régionaux et de l’ambassadeur de France en Tunisie, Olivier Poivre d’Arvor, a souligné que ce projet s’inscrit dans le cadre du projet ALEF qui mobilisera une enveloppe de 22,5 millions de dinars dans le cadre de l’application de l’accord-cadre signé entre le gouvernement tunisien et l’Institution “Tunisie développement”.
Le projet ALEF a pour objectif d’assurer une formation professionnelle complémentaire et gratuite au profit de 25 mille bénéficiaires diplômés des ISET de Siliana, Béjà, le Kef, Jendouba, Kairouan, Kasserine, Sidi Bouzid, Gabès, Gafsa et Tozeur au cours de la période 2018/2023.
Cette formation dans des spécialités très pointues ciblera 5 mille étudiants qui bénéficieront d’un appui et des contrats de travail en Tunisie et à l’étranger directement après l’achèvement de la période de formation.
L’ambassadeur de France a, pour sa part, annoncé la création en Tunisie de deux institutions de formation professionnelle spécialisées dans le développement du codage informatique, une spécialité très demandée sur le marché mondial du travail.
Il s’agit de l’Ecole 42 et Station F, spécialisées dans la formation au codage informatique. Le diplomate a rappelé que l’implantation de ces deux écoles s’inscrit dans le cade de la coopération tuniso- française annoncée lors de la visite officielle du président français Emmanuel Macron en Tunisie.

par -

Les travaux de construction d’une usine de production de gypse viennent de démarrer, à Ezzahra, dans la délégation de Tataouine-nord. L’entreprise devra entrer en exploitation à l’orée 2020.
D’un coût de 30 millions de dinars, l’usine devra produire, dans une première étape, 300 tonnes de gypse, par jour, et embaucher 70 cadres et agents.
Quatre concessions d’exploitation de gypse accordées, auparavant, ont été retirées par le ministère de l’Industrie, à cause du retard dans l’exécution.
La région de Tataouine est dotée du plus grand gisement de gypse, en Tunisie. Elle est classée au 4e rang mondial dans ce domaine.

par -

La Société Tunisienne d’Electicité et de Gaz (STEG) vient de signer des contrats d’ingénierie, approvisionnement et construction (EPC) et d’un contrat additionnel pour un montant d’environ 700 millions de dinars (240 millions d’euros) avec l’entreprise italienne Ansaldo Energia, pour la construction d’une centrale thermoélectrique d’une puissance installée de 625 MW, à Mornaguia, au sud-ouest de Tunis, a annoncé le constructeur italien, vendredi, 27 avril 2018.
Le contrat signé avec l’entreprise italienne porte sur la construction d’une centrale thermoélectrique à cycle combiné alimentée au gaz de 625 MW en plus d’un contrat de maintenance à long terme pour l’entretien et l’assistance des installations.

La centrale sera équipée de deux turbines à gaz modèle AE94.3A avec les générateurs et systèmes auxiliaires correspondants, construits dans les installations de production d’Ansaldo Energia à Gênes. Les travaux prendront 22 mois à compter de la réception de l’ordre d’exécution.
”Cette nouvelle commande est le résultat d’un travail d’équipe concerté impliquant l’ensemble de l’entreprise”, a déclaré Giuseppe Zampini, directeur d’Ansaldo Energia, cité dans le site web de l’entreprise.
“Je tiens à remercier les institutions gouvernementales impliquées pour leur soutien constant et efficace à la défense de l’industrie italienne sur les marchés internationaux”, a-t-il dit.

Ansaldo Energia a développé plusieurs projets énergétiques en Tunisie : elle a construit les usines de Sousse C et de Sousse D dans la région de Sidi Abdel-Hamid et l’usine de Rades B, et elle coordonne les travaux de maintenance de l’usine de Ghannouch.
L’entreprise a qualifié le contrat, vendredi, selon la même source, de “grand succès”, précisant que les contrats signés avec la STEG sont pour la réalisation d’une centrale de production d’électricité et pour les activités afférentes de service à long terme.
Par ailleurs, l’agence TAP n’a pas pu joindre aucun responsable de la STEG pour obtenir plus de détails et commentaires sur ces contrats.

par -

Le chef de l’Etat, Béji Caid Essebsi, avait demandé des mesures sociales pour faire passer les pilules amères de la Loi de finances 2018 (hausse de la TVA, ponctions fiscales, etc.). Même le Fonds Monétaire International (FMI), lequel n’a pourtant pas la réputation de verser dans le socialisme, avait demandé au gouvernement tunisien des inflexions face à la situation sociale qui se tendait dangereusement. En attendant une autre fournée de mesures sociales, la SNIT (Société Nationale Immobilière de Tunisie) elle a décidé de revoir sa copie, avec une proposition novatrice que les citoyens ne bouderont certainement pas en ces temps de vaches maigres et de surcoût des matériaux de construction…

L’augmentation des prix de vente des logements proposés par la SNIT s’explique par le changement du rôle de la société par l’Etat, laquelle est devenue un simple promoteur public alors qu’elle centralisait au départ un certain nombre de fonctions (lotisseur, organisme de crédits…) lui permettant de mieux maitriser ses couts“, a indiqué, jeudi 15 mars 2018, Houda Miaoui Charfi, DGA de la SNIT.

Et d’expliquer, lors d’une journée d’étude organisée par la SNIT, sur le thème “La gouvernance et les exigences de gestion des projets publics”, que la société en tant que promoteur public, n’est plus dans une logique sociale, elle s’est plutôt placée dans une logique économique, la contraignant à calculer les couts et les prix de vente de ses logements de manière à pouvoir pérenniser ses activités, à payer ses charges et à prévoir l’achat de nouveaux terrains pour pouvoir construire de nouveaux logements” .

Charfi a, par ailleurs, fait savoir que “dans sa nouvelle stratégie d’action qui sera bientôt soumise au ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, la SNIT proposera une révision de son rôle, pour ne plus se contenter de celui d’un promoteur et mieux adapter ses prestations au pouvoir d’achat du citoyen moyen“.

Concrètement, la SNIT se proposera d’agir sur deux niveaux. Le premier concerne la maitrise des couts des logements en agissant sur le niveau de prestations alors que le deuxième niveau consiste en l’introduction parmi les prérogatives de la SNIT de la réhabilitation des immeubles en ruine et le relogement de leurs habitants de manière à améliorer l’environnement urbain, renouant ainsi avec son rôle social“.

La DGA de la SNIT a, en outre, évoqué le problème de la société pour liquider son stock de logements (économiques et économiques améliorés) en raison du blocage actuel généré par la nouvelle clause de la loi de finances 2018 sur l’application de la TVA appliquée aux promoteurs immobiliers.

Elle a, également, rappelé les procédures légales entreprises par la SNIT pour récupérer ses logements squattés suite à la révolution, précisant “qu’au niveau de la SNIT centrale, les 800 logements squattés ont été récupérés. Reste qu’au niveau des régions, il y a encore des logements squattés (une trentaine à Bizerte, mais aussi d’autres à Sfax, à Kasserine…)“.

Toujours selon elle, “le plus grave c’est le squat des terrains relevant de la SNIT. Nous avons encore 70 hectares squattés à Mhamdia, dont la récupération sera difficile, parce qu’à défaut d’intervention au début, tout un village y était installé anarchiquement et illégalement“.

Charfi a ainsi fait un appel aux autorités compétences pour régler la situation.

S’agissant du thème choisi pour la journée d’étude, la DGA de la SNIT a souligné qu’il s’agit d’une tentative de vulgariser les principes de la gouvernance chez les cadres et agents de la société.

Elle a, ainsi, rappelé que “suite aux difficultés rencontrées par la SNIT après la révolution, (les occupations, les squats), elle a pu rebondir grâce à la mise en place d’une stratégie de mise à niveau et de modernisation, s’articulant autour de la mise à niveau de ses archives, la mise en œuvre d’un schéma directeur informatique pour maitriser toute la chaine de production, l’adoption de la charte de conduite des agents, la mise en place d’une cellule de bonne gouvernance conformément à la circulaire gouvernementale relative à la mise en place de cellules de bonne gouvernance dans les structures publiques…” .

Toutes ces actions réunies et bien d’autres ont jeté les bases d’un climat de bonne gouvernance et de transparence au sein de la SNIT, lui permettant de surmonter les années de crise. La SNIT est aujourd’hui une entreprise qui gagne de l’argent et qui ambitionne de mieux satisfaire les besoins et les demandes du citoyen“-a-t-elle conclu.

par -

L’Iran et la Suisse ont signé un contrat d’un montant de 1,3 milliard de dollars pour la construction de 960 rames de métro destinées à l’Iran, rapporte le quotidien Financial Tribune.

L’accord a été signé entre l’Organisation pour la rénovation et le développement industriel de l’Iran et le constructeur de trains suisse Stadler Rail.

L’ambassadeur de Suisse en Iran, Markus Leitner, et le vice-ministre iranien de l’Industrie, des Mines et du Commerce, Mansour Moazzami, ont participé à la cérémonie de signature.

Stadler Rail financera le projet avec une période de remboursement s’étendant sur 14 ans. Le projet est garanti par l’Assurance suisse contre les risques à l’exportation.

D’après la même source, l’accord prévoit que Stadler Rail transférera le savoir-faire technique requis à l’Iran.

par -

Riyad a annoncé le début de la construction du premier opéra d’Arabie saoudite dans le cadre du plan Vision 2030 de la diversification de l’économie du royaume, a récemment annoncé la chaîne de télévision Al-Arabiya.

Au cours des dix prochaines années, l’Arabie saoudite prévoit également d’investir 64 milliards de dollars dans l’industrie du divertissement. Des moyens seront alloués par l’État et des partenaires privés.

On rappelle qu’en 2016, l’Arabie saoudite a lancé le plan Vision 2030 prévoyant la réduction de la dépendance de son économie à l’égard du pétrole par la voie du développement des secteurs du tourisme et du divertissement.

par -

En parallèle du congrès des énergies renouvelables “Photovoltaica” à Marrakech, Voltalia (Euronext Paris) annonce avoir obtenu des autorisations pour deux projets de centrales hydroélectriques de 9,8 MW et 7,2 MW au Maroc.

Délivrées par le Ministère de l’Energie, les autorisations concernent deux projets de centrales hydroélectriques de 9,8 MW et 7,2 MW situées dans la région du Moyen Atlas.

Elles font suite à l’avis technique positif rendu par l’Office National de l’Electricité et de l’Eau potable pour le raccordement des centrales au réseau national. Les Agences des Bassins Hydrauliques concernées ont également rendu un avis favorable du fait de la qualité des projets présentés par le groupe français. L’électricité produite par les centrales sera vendue dans le cadre de contrats de gré-à-gré de long-terme en cours de négociation avec des clients privés.

Ces autorisations couronnent le travail de fond réalisé depuis 3 ans par notre équipe marocaine” déclare Sébastien Clerc, Directeur Général de la société. “Elles confirment la capacité de Voltalia à se positionner comme un partenaire de premier choix pour assurer l’approvisionnement en électricité de ses clients à un prix compétitif” ajoute Yoni Ammar, Directeur Général de la filiale marocaine.

par -

L’achèvement des travaux de construction du nouveau siège de l’Ecole nationale des ingénieurs de Bizerte est prévu fin décembre 2019, a affirmé le secrétaire général de l’ENIB, Atef Doggui, à Shems fm.

Les travaux ont repris en mai 2017 après avoir été interrompus en 2016 suite à l’effondrement en décembre 2015 d’une partie nouvellement construite (environ 300 m2).

Le coût de ce projet, dont les travaux ont démarré en juin 2014, a atteint 45 millions de dinars, financé par un prêt de l’Agence Française de Développement (AFD), a-t-il ajouté.

 L’école, qui sera implantée au Campus universitaire Menzel Abderrahmane à côté de l’ISET et du technopôle de Bizerte, ouvrira ses portes pour accueillir les étudiants durant l’année universitaire 2020-2021, a-t-il ajouté.

Ce projet, qui s’étend sur une superficie couverte de 16 mille m2, sera construit avec un style moderne et conformément aux standards internationaux. Il allie élégance, fonctionnalité et ouverture sur le monde industriel et l’environnement socio-économique.

Créée en 2009, l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Bizerte (ENIB), établissement public relevant de l’Université de Carthage, est installée dans un local provisoire à l’ISET de Menzel Abderrahmane.

par -

Le ministère de l’Equipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire annonce que les citoyens désireux de construire une citerne souterraine (majel) pour collecter les eaux de pluie, peuvent bénéficier d’une prime ou d’un crédit accordé par le Fonds national d’amélioration de l’habitat, selon les conditions mentionnées dans l’arrêté gouvernemental n° 1125 de l’année 2016, daté du 22 août 2016.
Les personnes dont les revenus sont inférieurs au SMIG pourraient bénéficier d’une prime pour la construction de la citerne, après avoir fait l’objet d’une enquête sociale alors que les personnes dont les revenus sont supérieurs à trois fois le SMIG devront contracter des crédits, a précisé le ministère.
Le département de l’Equipement a fait savoir, dans un communiqué, publié vendredi, que cette initiative s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’Etat en vue de rationaliser la consommation de l’eau, trouver des solutions permettant d’économiser l’eau et de faire face au problème de pénurie de l’eau, notamment durant la saison estivale.

par -

990 logements sociaux construits dans le gouvernorat de Tunis seront remis à leurs propriétaires dans un mois après la finalisation de toutes les étapes d’affichage des listes définitives des bénéficiaires et l’examen des oppositions.
Le gouverneur de Tunis, Chedly Bouallegue, a fait savoir dans une déclaration aux médias, en marge de la réunion finale de la commission régionale de suivi et exécution du programme spécifique de logement social, que ce dossier a atteint sa phase finale dans le gouvernorat de Tunis, ce qui permettra de remettre les logements construits dans les régions de Sidi Hassine et Ksar Saïd.

Le nombre de logements inscrits dans le cadre du programme spécifique de logements sociaux achevés ou en cours de réalisation atteint 852 logements collectifs et 138 logements individuels, a indiqué le responsable.
Et d’ajouter que les phases finales du projet sur lequel ont travaillé les commissions concernées depuis 2012 nécessitent la participation de toutes les parties (députés représentant le gouvernorat de Tunis et des ministère concernés), afin de garantir la transparence de l’opération.
Le responsable a encore rappelé que le délai de soumission des oppositions est fixé à un mois, ajoutant que l’affichage de la liste finale des bénéficiaires des logements déjà achevés (mille logements) sera publiée.

Pour sa part, le directeur général de l’unité d’exécution du programme spécifique du logement social au ministère de l’équipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire, Mourad Guizani, a souligné que les critères adoptés dans l’octroie des logements sociaux sont basés sur la situation familiale du bénéficiaire, le revenu annuel et le nombre d’enfants (étudiants ou des personnes à besoins spécifiques), ainsi que le nombre de personnes à charge.
Une note sera attribuée pour chaque critère et introduite dans une application informatique conçue pour la classification des bénéficiaires conformément aux critères précités.
Au sujet de la qualité de ses logements, il a rappelé que les logements individuels disposent d’une superficie de 50 mètres carrés sur un terrain de 160 mètres carrés, extensible (rez-de-chaussée et étage). La superficie de ces logements pourrait atteindre 120 mètres carrés, tandis que la superficie des logements collectifs ne dépasse pas 75 mètres carrés, a-t-il encore expliqué.
Concernant les prix, Guizani a fait remarquer que le bénéficiaire payera le coût de la construction, tandis que l’Etat assume les coûts d’aménagement et des études, soulignant que, selon son revenu (salaire minimum garanti), le bénéficiaire pourra rembourser 50% du coût du logement.

Pour le programme spécifique de logement social dans l’ensemble du pays, le responsable a fait savoir que 8400 logements sont en cours de construction et seront achevés, en 2019. Un nouveau programme sera lancé, en 2018, pour la construction de 4600 logements qui seront achevés en 2020, a-t-il encore fait savoir.

TAP

par -

Le Centre de promotion des exportations (CEPEX) a appelé les entreprises tunisiennes à participer au salon des professionnels du bâtiment, de l’immobilier et du tourisme ” BATIMIT ” qui se tiendra, du 20 au 22 Avril 2018, au palais des congrès à Montréal (Canada).
Dans un communiqué publié sur son site internet, le centre précise que le salon BATIMIT est essentiellement axé sur trois secteurs, à savoir la construction (mécaniques, matériaux, fournitures et logistique), l’immobilier afin de réduire la distance entre l’acheteur d’une part et les promoteurs immobiliers et les banques d’autre part, outre le tourisme.
L’objectif est de permettre aux fournisseurs de services touristiques d’avoir un contact direct avec le consommateur canadien.
A noter que la compagnie aérienne “Tunisair” a lancé depuis l’année 2016 une ligne aérienne reliant Tunis-Montréal (Canada) (deux vols par semaine).

par -

Un contrat de construction du local de la direction régionale du Groupe chimique tunisien à Gabès a été signé, mardi, pour un coût global de 15 millions de dinars. Une cérémonie s’est tenue, à cette occasion, au siège du gouvernorat, en présence du gouverneur de la région, Mongi Thameur, du président directeur général du GCT et de la Compagnie des phosphates de Gafsa, Romdhan Souid, et des membres du Conseil d’administration de la société.
Le local se composera d’un bâtiment de huit étages et de deux blocs de quatre étages. Le cachet architectural de la région sera respecté, assure Souid, précisant que les travaux s’étaleront sur 28 mois.
Par ailleurs, Souid fait savoir que dans le cadre du renforcement du budget de responsabilité sociétale de l’entreprise, le GCT financera la construction d’un amphithéâtre pluridisciplinaire à l’Ecole nationale des Ingénieurs à Gabès.

par -

Selon des données dévoilées par le ministère de la Santé, des investissements de 1000 millions de dinars seront faits dans le secteur de la santé. Le programme prévoit la construction de 12 hôpitaux, dont 8 hôpitaux régionaux et l’acquisition d’équipements médicaux

Il est prévu d’acheter 25 scanners, des tomographes à résonance magnétique nucléaire (IRM) et 120 appareils de radiothérapie. Il s’agit aussi de renforcer la médecine d’urgence en Tunisie.

par -

L’Agence de promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII) organise, en collaboration avec le ministère de l’Economie de la République de Turquie, une mission d’hommes d’affaires dans le cadre du Salon de la Construction, des Matériaux et des Technologies de Construction, du Design d’Intérieur et du Meuble ainsi que du Salon de l’Immobilier, de l’Investissement et Financement «TURAB EXPO 2017» qui se tiendra du 05 au 08 décembre 2017 à Istanbul, indique l’APII dans son site Web.

Le salon «TURAB EXPO 2017» constitue une plate-forme incontournable pour la recherche de partenaires et de représentants turcs, indique la même source.

par -

Environ 300 bénéficiaires ont profité, jusqu’à ce jour, du programme du “Premier logement”, a indiqué mercredi 2 août 2017, Fahmi Chaâbane, président de la Chambre Syndicale Nationale des Promoteurs Immobiliers. Il a démenti, lors d’une réunion avec les promoteurs membres de la chambre en présence de journalistes, les informations concernant l’arrêt du programme, relayées sur les réseaux sociaux.
Selon Chabaâne, 1000 logements sont actuellement prêts à vendre et d’autres sont en cours de construction jusqu’au début de l’année 2018 dans le cadre du programme qui prévoit 7000 logements au total.
de nouvelles listes de promoteurs immobiliers seront publiées sur le site web de la chambre à partir de 15 août courant, a-t-il dit.
Intervenant au débat, des promoteurs immobiliers ont évoqué la complexité des procédures administratives et bancaires pour l’achat des logements et le manque de promotion du programme auprès du large public. Ils ont attiré l’attention sur la crise de l’immobilier et le ralentissement des ventes à cause de la détérioration du pouvoir d’achat du citoyen et de la dépréciation du dinar.
Le programme “Premier logement”, destiné aux familles de la classe moyenne dont le revenu oscille entre 4,5 à 10 fois le SMIG, a été lancé, le 2 février 2017, par le Chef du gouvernement, Youssef Chahed, pour faciliter l’accès à la propriété des logements aux classes moyennes, en mobilisant une enveloppe de 200 millions de dinars par l’Etat. L’’autofinancement peut aller jusqu’à 20% de la valeur totale du bien avec une période de grâce de cinq ans.

par -

Le programme “Premier logement” récemment lancé par le chef du gouvernement, Youssef Chahed, comme solution au problème de l’habitat pour la classe moyenne entrera en vigueur le mois de février prochain. C’est ce qui a été indiqué par le président de la Chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers, Fehmi Chaâbane. Dans une interview accordée à Africanmanager, il a par ailleurs assuré que le décret relatif à ce programme devrait être publié au JORT, la semaine prochaine au plus tard, et c’est à partir de cette date qu’on va, selon lui, ouvrir les candidatures pour ceux qui souhaitent acquérir un logement. L’opinion publique sera informée à travers des communiqués publiés sur différents supports médiatiques mais aussi via les sites web du ministère de l’Équipement et de la Chambre des promoteurs immobiliers, nous a confié Chaâbane.

Le président de la Chambre des promoteurs immobiliers a, dans ce sens, annoncé la sélection de 1008 appartements conformes à la spécificité du programme “Premier logement”. Ces appartements sont répartis principalement dans le Grand Tunis (Tunis, Ariana, Ben Arous et Manouba) et dans les gouvernorats à forte densité, à l’instar de Sfax, Mahdia, Médenine, Gabes, Sousse, Nabeul et Bizerte. Il est aussi prévu que les prix varient entre 80 et 200 mille dinars, selon la déclaration faite par Ferhmi Chaâbane.

Le programme s’adresse à toutes les personnes (du secteur privé et étatique) désireuses d’acquérir un premier bien immobilier. Pour être éligible, le couple doit satisfaire à un certain nombre de conditions, à savoir le revenu, lequel doit être égal ou supérieur de 4,5 fois le SMIG (soit entre 1600 et 2900 dinars).

Le bien immobilier doit être aussi nécessairement acheté auprès d’un promoteur. De même, le demandeur de crédit bénéficiera d’un autofinancement de 20% octroyé par l’État, remboursable sur 12 ans dont 5 années de grâce et à un taux d’intérêt estimé à 2%.

Interrogé sur les prix de l’immobilier, Fehmi Chaâbane a fait remarquer que les prix ont doublé durant ces dernières années ; il a attribué cela à la hausse des prix des matériaux de construction, le manque de terrains pour y construire et la complexité des procédures et des délais d’attente d’octroi des autorisations. A cela s’ajoute l’effet de la dépréciation du dinar vis-à-vis de la monnaie internationale et la cherté de la main d’œuvre . “Ce sont les principales raisons expliquant la flambée des prix de l’immobilier”, a précisé Chaâbane.

Il a par ailleurs annoncé que 9500 appartements (dont 8000 par le biais des promoteurs immobilier) seront annuellement construits.

A noter que le programme du premier logement constitue la principale mesure prise par le gouvernement d’union nationale dans le domaine social, en dépit de la conjoncture économique difficile.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le compte satellite du tourisme en 2017 publié par le Haut Commissariat au Plan (HCP) et rapporté par Telquel.ma, fait « ressortir une nette amélioration...

Reseaux Sociaux

SPORT

La joueuse de tennis tunisienne Ons Jabeur (101e mondiale) a poursuivi son aventure réussie au tournoi "Kremlin cup" de Moscou, doté de 767.000 dollars,...