Tags Posts tagged with "coupures"

coupures

par -

Après le secrétaire d’Etat aux Ressources hydrauliques, c’est au tour du PDG de la Sonede, Mosbah Helali, de faire le point sur la situation du secteur. Il a déclaré ce vendredi 27 juillet 2018, sur Shems FM, que ses services continueront de couper l’eau ou de diminuer les quantités distribuées le soir et les week-ends. “Nous sommes contraints de renflouer les réservoirs et de faire de la régulation pour ne pas procéder à des coupures dans la journée justement» a-t-il indiqué.

«On ne peut pas donner ce qu’on n’a pas, les barrages du centre affichent cette année 30 millions de m3 de moins que l’an dernier, ceux du Cap Bon 10 millions de m3, nous gérons donc des stocks de ressources limités. La sécheresse continue de sévir et nous sommes aujourd’hui à 28% de la capacité de nos barrages» a déclaré le patron de la Sonede. Il a ajouté que pour autant la société fait de son mieux pour assurer une distribution régulière de l’eau courante et que des projets dans ce sens sont déjà sur les rails, notamment le dessalement de l’eau de mer.

Toutefois il a invité les citoyens à s’inscrire dans une démarche de rationalisation de l’eau en installant des puits chez eux. «Le Tunisien consomme aujourd’hui 140 litres d’eau par jour, et il utilise une partie infime de cette quantité pour boire, alors pourquoi ne pas creuser des puits pour les autres besoins courants tels que l’arrosage des jardins, d’autant plus que le gouvernement a mis en place un programme d’aide pour ce type de projets» a souligné Helali

par -

La Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux (Sonede) a fait savoir, ce vendredi 23 février 2018, qu’il y aura des ruptures et perturbations dans l’approvisionnement en eau potable demain samedi 24 février 2018, à partir de 9 heures. Ces incidents vont concerner 6 quartiers de la capitale : Bab El Khadra, Lafayette, Montplaisir, cité Jardins, cité El Khadra et cité Olympique.
La Sonede explique ces perturbations par des travaux de maintenance au niveau du principal canal d’acheminement de l’eau de Bab Laâssal. Le retour à la normale sera progressif et ce, à partir de dimanche 25 février 2018, à 18 heures.

par -

Les autorités gabonaises ont mis un terme, vendredi 16 février 2018, à leur compagnonnage avec la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), un camouflet pour le français Veolia, la maison-mère, surtout au regard des motifs de cette rupture de contrat. “Les raisons évoquées sont entre autres la dégradation de la qualité du service rendu aux usagers, les efforts financiers consentis par l’Etat non suivis des effets escomptés et les plaintes récurrentes des populations”, indique le communiqué de presse du ministère gabonais des Eaux et Forêts, rapporte Africanews.

Pourtant la SEEG-Veolia, qui avait le monopole de la distribution de l’eau et de l’électricité, et dont le bail avait été prorogé pour 5 ans en mars 2017, avait un boulevard devant lui.
L’Etat a “procédé exceptionnellement à la réquisition temporaire de l’entreprise (…) dans le souci de préserver la continuité et la qualité du service public”, précise le communiqué. Le gouvernement “tient à rassurer les employés qu’aucun licenciement ne sera opéré” et que les contrats paraphés par la SEEG et les acteurs économiques restent valables.

A noter que dans la capitale, Livreville, les coupures et les pénuries d’eau pourrissent la vie des habitants ; il y a aussi les cas de citoyens qui reçoivent des factures d’eau alors qu’ils ne sont pas approvisionnés. Pourtant le directeur de la SEEG, Antoine Boo, avait déclaré à l’AFP en septembre dernier que la boite avait décaissé plus de 360 milliards de FCFA (environ 550 millions d’euros) depuis 1997 au Gabon. D’après lui, l’“urbanisation croissante” de Libreville et l’absence d’une nouvelle unité de production d’eau sont les causes majeures des pénuries. Il avait reconnu que la société devait de l’argent aux fournisseurs et à l’Etat, à titre de redevances, mais que l’Etat avait aussi des factures à payer…

par -

L’insuffisance des ressources hydriques en Tunisie a été abondamment traitée par les études scientifiques. Ce problème chronique a été remis sur la table par le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Taib, ce mardi 22 août 2017, sur Mosaïque FM. Il a affirmé que le niveau actuel des réserves en eau permettra au pays de tenir jusqu’au retour des fortes pluies, en décembre prochain…

D’après le ministre, le problème des ressources hydrauliques n’est pas seulement imputable à dame nature, la main de l’homme serait en grande partie responsable de la pénurie. Il s’est arrêté sur les centaines de cas de vol du précieux liquide cet été et des 13 projets de distribution d’eau potable dans les zones rurales bloqués par des citoyens.

Ensuite il en est venu aux solutions, draconiennes. En effet il n’a pas écarté l’éventualité de suspendre l’alimentation en eau pendant quelques heures dans la journée pour les besoins de la rationalisation. La capitale de l’Italie, Rome, a dû dernièrement se rabattre sur cette solution…

Par ailleurs Taib a déclaré que la Sonede n’a plus les moyens de financer toutes ses opérations et que le prix de l’eau en Tunisie est trop bas, parmi les moins élevés au monde. Le remède : Une hausse graduelle des tarifs d’eau en fonction de la consommation et ce, dès ce 1er septembre.

Enfin il a dit que la consommation en eau des villes côtières a fait un bond en avant par rapport à l’an dernier évalué à 16%…

par -

Une coupure dans la distribution de l’eau potable sera enregistrée dans plusieurs régions des gouvernorats de Béja, Manouba et Siliana et ce à partir de demain, mercredi 22 février 2017, de 18h à vendredi, 24 février à 07h du matin. C’est ce qu’a annoncé la SONEDE dans un communiqué.

La perturbation concernera ainsi les régions de Bouarada, Aroussa, Boujlida relevant du gouvernorat de Siliana, Borj Amri, Mornaguia, Tborba et Battan, relevant du gouvernorat de La Manouba.

Une coupure de l’eau potable sera enregistrée à Medjez El Beb, Chaouach, Toukaber, Kriâat, Sidi Mdine, Goubellat, relevant du gouvernorat de Béja.

La coupure d’eau potable concernera également les régions de la Cité Entilaka, Menzel Habib, Bouhanech, Hafsia, Ksar Hadid, Tboltech, Chouiki et Argoub, relevant de La Manouba.

par -

Les différentes délégations de Kasserine ont connu, dans la nuit du 16 au 17 janvier 2017, une importante chute de neige et notamment la délégation de Thala.

Cette chute de neige a causé, selon des informations rapportées par Mosaïque Fm, la coupure de l’eau dans cette ville ainsi que la coupure d’électricité et une pénurie de pain.

par -

Suite aux coupures du courant dans plusieurs régions du pays et surtout au nord et à l’ouest de la capitale, la STEG présente ses excuses à de ses clients.

Habib Ben Jemâa, directeur du centre national des mouvements d’énergie à la STEG a expliqué lors de son passage ce lundi sur Mosaïque Fm que des coupures sont causées par l’humidité qui a dépassé les 94%, soulignant que cette humidité ses accumulée au niveau des pylônes électriques des lignes haute tension.
Les services techniques œuvrent pour le rétablissement de la situation, a-t-il ajouté.

par -

Des coupures d’électricité auront lieu le Jeudi 25 août et le Samedi 27 août 2016 de 6h à 13h, dans plusieurs régions de Médenine, et ce en raison de travaux qui ont lieu au niveau d’un échangeur agricole, rapporte Shems Fm, citant une source au sein du district de la Steg.

Les régions qui seront concernées par ces coupures sont Tabarbite, El Guosba, 9 Avril, et Oued Morsi relevant de la délégation de Sidi Makhlouf.

par -
La Société nationale d'exploitation et de distribution des eaux (SONEDE)

” Les coupures et les perturbations dans la distribution d’eau potable dans plusieurs régions de la Tunisie vont se poursuivre jusqu’à la fin du mois d’août courant”, a déclaré ce lundi la Sonede, par la voix de son directeur central des recherches, Abderraouf Nouissri.

Lors d’une interview accordée à Africanmanager, le responsable a justifié cette prévision par le manque de ressources hydriques.

” On est confronté actuellement à plusieurs problèmes à cause du manque de pluie, notamment au niveau du système hydrique situé au Cap Bon qui assure l’approvisionnement de plus de 6 millions d’habitants”, a affirmé notre interviewé. Il a affirmé que ce genre de problème a par conséquent des effets sur la distribution de l’eau sur plusieurs régions en ces temps de canicule où la consommation évolue de 1,5 à 1,8% par rapport à la moyenne.

C’est préoccupant et délicat, a signalé le responsable, pointant du doigt le manque de ressources qui continue d’affecter la distribution du précieux liquide, ce qui a engendré des coupures qui ne se limitent pas à une région ou une zone bien précise, mais concerne les régions du Cap Bon, du Sahel et de Sfax.

Le plan de la Sonede pour résoudre la crise
Afin de surmonter cette crise profonde, la Sonede, qui a produit environ 650 millions mètres cubes en 2015, a été obligée de couper l’eau dans certaines régions durant la nuit, tout en appelant les citoyens à faire preuve de compréhension et à se limiter aux besoins essentiels.
Outre cette mesure, toute une stratégie a été mise en place pour gagner ce challenge, a affirmé Abderraouf Nouissri.
A ce titre, il a indiqué que la Sonede s’est orientée vers la consolidation des ressources non traditionnelles. Il s’agit bien évidemment de la réalisation de trois stations de dessalement des eaux de mer.
La première sera réalisée à Djerba, avec une capacité de 75 mille mètres cubes, pour un coût estimé à 180 millions de dinars. “Ce projet sera opérationnel en 2017, sachant que les travaux connaissent un avancement de 35%”, a signalé le responsable.
Pour la deuxième station qui sera implantée à Gabes, elle sera d’une capacité de 50 mille mètres cubes. Avec une enveloppe moyennant 212 millions de dinars, cette station va entrer en exploitation à l’horizon 2020.
Pour l’étape actuelle, notre interviewé a indiqué que les appels d’offres relatifs à ce projet ont été lancés après l’élaboration des études nécessaires, alors que le démarrage des travaux est prévu en 2017.
Pour l’autre projet, il concerne la région de Sfax. Avec une capacité importante estimée à 200 mille mètres cubes, ce projet dont les études nécessaires ont été réalisées verra le jour en 2021. Les travaux de la réalisation seront entamés en 2017, sachant qu’il coutera 660 millions de dinars.
Dans le même ordre d’idée, le responsable a mis l’accent sur la stratégie adoptée qui vise aussi la mise en place de nouveaux forages. “Dans pareille condition, on multiplie les études nécessaires pour bien examiner les zones intérieures consommant plus d’eau. C’est pour cette raison qu’on a décidé d’augmenter le nombre des forages à réaliser dans ces endroits pour atteindre 30 annuellement contre 20 actuellement”, a t-il ajouté.
Pour justifier sa position, il a souligné que 33 forages seront réalisés dans le gouvernorat de Gafsa.
Les projets vont se poursuivre, a encore assuré le directeur central de la Sonede, indiquant que le système hydrique du Cap Bon sera consolidé à travers la mise en place de deux forages artificiels, l’installation des conduites de transfert et enfin la création de deux stations de traitement.

C’est un projet pilote, a déclaré le responsable, avant de rappeler que son cout est estimé à 941 millions de dinars et son entrée en exploitation prévue en 2021.

Citoyens en colère
Les précisions de la Sonede viennent à un moment où la situation actuelle continue d’alimenter la polémique. D’ailleurs, les citoyens de plusieurs régions se plaignent de ces conditions critiques en accusant les autorités en place d’irresponsabilité.
Une telle situation a poussé certains d’entre eux à couper les routes pour que les autorités locales leur accordent plus d’attention. C’est le cas du gouvernorat de Sousse où des citoyens ont procédé ces derniers temps à la coupure de la route principale de Tunis, au niveau de l’entrée de la ville de Sidi Bou Ali, protestant contre ces coupures répétées.

par -

La Société Tunisienne de l’Électricité et du Gaz (STEG) a annoncé dans un communiqué rendu public ce vendredi 1er avril 2016, qu’elle prévoit une nouvelle coupure d’électricité dans plusieurs régions de Sousse et ce en raison des travaux.

La coupure du courant électrique aura lieu le dimanche 3 avril 2016 de 8 heures du matin jusqu’à 14 heures dans les régions de Cité Riadh 1 et 2, Cité Taâmir, Cité Zahra, Cité militaire, Immeuble Dorra Souk Lahad et Route de Sousse

La Steg informe également que la reprise du courant se fera sans préavis, une fois les travaux achevés.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le compte satellite du tourisme en 2017 publié par le Haut Commissariat au Plan (HCP) et rapporté par Telquel.ma, fait « ressortir une nette amélioration...

Reseaux Sociaux

SPORT

La joueuse de tennis tunisienne Ons Jabeur (101e mondiale) a poursuivi son aventure réussie au tournoi "Kremlin cup" de Moscou, doté de 767.000 dollars,...