Tags Posts tagged with "création d’emplois"

création d’emplois

par -

L’Africa Internship Academy présente son événement inaugural “Future of Work in Africa” (www.AfricaInternshipAcademy.com/future-of-work-in-africa/), le 22 septembre 2018 à Accra, au Ghana.

L’évènement intitulé «Renforcer les partenariats pour les compétences du 21ème siècle : les Jeunes en tant que CRÉATEURS D’EMPLOIS non les CHERCHEURS D’EMPLOI, utilisant l’approche AIA» se concentrera sur l’autonomisation des jeunes grâce à l’acquisition d’emplois dans un environnement technologiquement condensé. L’événement vise principalement à aborder certaines des questions les plus importantes des objectifs de développement durable (www.GH.UNDP.org/content/ghana/en/home/sustainable-development-goals.html) à l’horizon 2030, en accordant une attention particulière à l’objectif 8 (www.GH.UNDP.org/content/ghana/en/home/sustainable-development-goals/goal-8-decent-work-and-economic-growth.html) qui vise à promouvoir une croissance économique durable, le plein d’emploi productif et un travail décent pur tous.

“Future of Work in Africa”, en tant qu’événement inaugural, réunira des intervenants clés dans les domaines de la technologie, des compétences, de l’entrepreneuriat, de la gouvernance et de l’agriculture afin de débattre de la voie à suivre pour les jeunes dans les aspects du travail à l’avenir. Les discussions porteront sur l’impact de la 4ème révolution industrielle sur le travail et l’emploi. Le fait que les jeunes en Afrique doivent développer leurs compétences pour devenir des travailleurs indépendants à l’avenir et que les bonnes politiques doivent être adoptées pour combler le fossé entre l’emploi et la croissance technologique rapide.

Selon Emmanuel Leslie Addae, directeur régional de la recherche et de la stratégie pour l’Afrique, l’organisation, en tant qu’acteur clé du développement de l’Afrique, a un rôle majeur à jouer dans ce processus. «En tant qu’entreprise sociale d’autonomisation des jeunes en Afrique et actrice du développement socioéconomique et politique de l’Afrique, nous croyons en une Afrique meilleure fondée sur des programmes et des politiques proactifs et durables qui répondent le mieux aux problèmes des jeunes, notamment dans le domaine de l’emploi. En tant qu’organisation, notre appel au devoir tourne autour de ces questions. Nous avons et jouons notre rôle dans ce mandat, et nous appelons les gouvernements et les principaux acteurs clés en Afrique à être très proactifs et à collaborer pour résoudre le problème du travail décent et durable sans compromettre la capacité de répondre aux besoins futurs. environnement de travail.”

L’événement gratuit verra des conférenciers tels que Tirso Dos Santos – Directeur national de l’UNESCO, Mami Serwaa Amoakohene – PDG de 3Ps Consult, Abubakar Amin Sulley – Fondateur de Zaacoal Energy, Alfred Adjabeng – Fondateur de Farm Farms, Emmanuel Awume – CEO de Sesil Consult, Regina Honu – Fondatrice de Soronko Academy & Soronko Solutions, Christabel Dadzie – Spécialiste de la protection sociale, World Bank Group , Ghana.

Faites partie de l’AVENIR DU TRAVAIL EN AFRIQUE 2018. Venez vous connecter, apprendre et façonner!

Voir le portail de l’événement ici. (www.AfricaInternshipAcademy.com/future-of-work-in-africa/).

par -
L'investissement industriel progresse, avec de grosses surprises

Au cours des huit premiers mois 2018, les investissements industriels déclarés ont enregistré une hausse de 3,9% par rapport à la même période 2017 pour s’établir à 2515,1 millions de dinars (MD).

Selon les données du ministère de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises (PME), le nombre d’emplois à créés a progressé de 2,4% pour atteindre 41118 emplois.

De même, les investissements étrangers et à participation étrangère ont augmenté de 51,4% (soit une hausse de 3% en nombre de projets et de 23,3% en nombre d’emplois).
Les investissements destinés totalement à l’export ont cru de 89%, soit une hausse de 17,5% en nombre de projets et 21% en nombre d’emplois.

Les investissements déclarés dans le secteur ICC ont triplé

Les investissements déclarés dans le secteur des industries du cuir et de la chaussure (ICC) ont connu, au cours des huit mois 2018, une croissance de 272,7% par rapport à la même période 2017 pour atteindre 29,4 MD suite à la déclaration de création d’une tannerie d’une valeur de 18,8 MD.
De même, les investissements des industries chimiques ont progressé de 39,2% pour se situer à 278,5 MD suite à la déclaration de l’extension d’une unité d’exportation totale de l’industrie des pipelines et de la création de l’unité de fabrication de médicaments…

Idem, les investissements déclarés dans le secteur des industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre (IMCCV) ont cru, au cours des huit premiers mois de 2018, de 16,2%(428,6 MD contre 369 MD) et les investissements des industries mécaniques et électriques (IME) ont progressé de 5% suite, essentiellement, à l’extension de l’unité de fabrication de fils et câbles électroniques (97,9 MD) et à l’extension d’une unité totalement exportatrice de fabrication de ressorts lames (50 MD).
En revanche, les investissements déclarés dans le secteur des industries agroalimentaires (IA) ont baissé de 22,8% passant de 892,7 MD à 689 MD.

Il en est de même pour le secteur des industries du textile et de l’habillement (TH) dont les investissements ont diminué, durant les huit premiers mois de 2018, de 15,7% avec 77,7 MD.

Progression des exportations industrielles de 21,2%

Les exportations du secteur industriel, durant les huit premiers mois de 2018, ont augmenté de 21,2% passant, ainsi, de 19546,7 MD à 23698,6 MD.

Cette hausse est due, essentiellement, à la progression des IA de 82,7% des matériaux de construction de la céramique et du verre (26,3%), des industries chimiques de 7,4%, des industries du textile et de l’habillement (17,8%), des industries du cuir et de la chaussure (22,8%) et des industries diverses de 23,8%.

Par contre, les investissements déclarés dans les secteurs des services ont régressé, pendant les huit premiers mois de 2018, de 32,4% pour atteindre 991,9 MD.

par -

Les régions du sud du pays ont enregistré le taux de chômage le plus élevé en Tunisie au cours du deuxième trimestre de 2018. Ces régions souffrent également de taux de pauvreté très élevés, de l’absence de vision stratégique et d’un modèle de développement clair et répondant au mieux aux besoins de ces gouvernorats.

Le Sud-est est doté de plusieurs atouts lui permettant de se classer dans les premiers rangs des régions développées, mais ils ne sont pas exploités

D’ailleurs des statistiques de l’Institut national des statistiques (INS) ont révélé en particulier que la région de Tataouine occupe la première place au niveau national avec un taux de chômage atteignant 32,4%. Les mêmes données indiquent que le taux de chômage au niveau national a atteint 15,3% et 626,1 mille chômeurs.

S’agissant de la répartition géographique, il ressort que le sud-est (Gabès, Médenine et Tataouine) est classé en seconde position avec un taux de chômage de 24,3% et plus de 80 mille chômeurs.
En revanche, le centre-est (Sfax, Mahdia, Sousse et Monastir) a enregistré le taux de chômage le plus faible avec 9,7% et 93,3 mille chômeurs. Dans le Grand Tunis (Tunis, Ben Arous, Ariana et Manouba) le taux de chômage enregistré est de 17% et le nombre des sans emploi est de 191,1 mille.

Création de plusieurs postes d’emploi

Selon des données officielles, un accord final a été conclu concernant le projet de Gaz de Tataouine dont les travaux seront lancés le 1er octobre prochain et prendront fin en 2020. Ce pipeline d’une longueur de 94 km permettra l’approvisionnement du gouvernorat de Tataouine et les régions limitrophes, en gaz naturel et gaz mis en bouteille d’une part, et le développement de l’industrie, la relance de l’économie et la réalisation des projets dans la région, d’autre part.

Ce projet, dont le coût est estimé à 400 millions de dinars, favorisera près de 250 postes d’emploi, et forme une partie du projet de développement du champ de gaz Naouara à Tataouine dont le coût est estimé à 3000 millions de dinars, a ajouté le responsable, signalant que la capacité de production de ce champ est estimée à 2.7 million m3 par jour.

De même, les travaux de construction d’une usine de production de gypse ont démarré depuis le début de l’année en cours, à Ezzahra, dans la délégation de Tataouine-nord. L’entreprise devra entrer en exploitation à l’orée 2020. D’un coût de 30 millions de dinars, l’usine devra produire, dans une première étape, 300 tonnes de gypse, par jour, et embaucher 70 cadres et agents.

Quatre concessions d’exploitation de gypse accordées, auparavant, ont été retirées par le ministère de l’Industrie, à cause du retard dans l’exécution. La région de Tataouine est dotée du plus grand gisement de gypse, en Tunisie. Elle est classée au 4e rang mondial dans ce domaine.

par -

La bonne santé économique de l’Ethiopie illustrée par la dynamique de la création d’emplois. 1,6 million de nouveaux emplois ont été enregistrés durant l’exercice fiscal 2017-2018 grâce au dispositif fédéral, d’après l’Agence fédérale pour la création d’emplois urbains et la sécurité alimentaire, reprise par Ecofin. Le gouvernement a donc atteint 88% de ses objectifs en la matière, puisqu’il tablait sur 1 836 443 emplois, indique la source.

Dans le détail, plus d’un million d’emplois ont vu le jour dans des secteurs tels que les petites unités industrielles, la construction, l’agriculture urbaine, les prestations de services et le commerce à petite échelle ; 651 039 emplois ont été pourvus par les grands chantiers gouvernementaux.

Autres indications de l’Agence fédéral : Près de 67,8% des nouveaux actifs sont des jeunes. Par ailleurs 5,6 millions d’emplois au total ont été créés par le programme fédéral durant les trois derniers exercices fiscaux ; l’objectif était de 8,5 millions emplois, ce qui fait un  taux de réalisation de 66%…

par -
Le projet d'amélioration de la mobilisation des ressources fiscales de

La première étude économique de l’OCDE sur la Tunisie, qui sera publiée le jeudi 29 mars 2018, analyse comment restaurer les grands équilibres économiques, relancer la croissance et la rendre plus juste. Le rapport s’intéresse notamment aux politiques permettant de promouvoir la création d’emplois de qualité et de stimuler l’investissement afin d’améliorer la croissance et la compétitivité de l’économie tunisienne. Il propose aussi des pistes pour réduire les inégalités régionales. Alvaro Pereira, économiste en Chef de l’OCDE, présentera l’étude avec le Ministre tunisien de l’Investissement, du Développement et de la Coopération internationale, Zied Laadhari.

par -

L’UTICA-Académie a organisé, Mercredi 6 décembre 2017, une conférence sur le thème de l’Autonomisation des femmes artisanes dans le milieu rural, un atout pour l’économie et une opportunité d’emplois décents !

Etaient présents à cette manifestation plusieurs ambassadeurs accrédités à Tunis, des  membres du bureau exécutif de l’UTICA et de nombreux invités représentant les organisations nationales.

 L’objectif recherché était d’engager un débat et des échanges sur les enjeux et les opportunités de l’artisanat et de la femme rurale lors de deux panels qui ont réuni de nombreux experts.

Ouvrant les travaux de cette conférence, Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA, a souligné que ce sujet de l’autonomisation des femmes artisanes dans le milieu rural n’est pas seulement une réflexion en vue d’aider les artisanes en milieu rural, mais une réelle chance pour l’économie nationale de bénéficier de réelles niches à haute valeur ajoutée.

 C’est pour cette raison , a ajouté Bouchamaoui, qu’il est temps aujourd’hui de capitaliser tous ces acquis et de faire connaître au monde ce que nous savons faire ; mais d’abord, connaissons nous-mêmes ces richesses, agissons afin de permettre à l’artisane de travailler dans les meilleures conditions de création et de production, et organisons-nous afin de mettre en place un projet fédérateur qui assure au secteur croissance et pérennité.

Lui succédant, Mohamed Ali Deyahi, Directeur du Bureau de l’OIT pour les pays du Maghreb, a affirmé que les capacités de la femme rurale sont un véritable gisement, une opportunité et facteur de développement car l’artisanat peut être, comme ce fut le cas pour de nombreux pays, un facteur de développement de l’économie nationale à travers une valorisation du travail artisanal.

Il a ensuite renouvelé l’engagement de l’OIT à appuyer toute idée novatrice pour promouvoir le travail de la femme en milieu rural et consolider son rôle de femme entrepreneur dans la dynamique du développement.

Ce fut ensuite à M. Diego Zorilla, Coordinateur résident des Nations Unies en Tunisie, de prendre la parole  pour rappeler le rôle important de la femme en milieu rural, rôle qu’il ne faut réduire au rôle social car les femmes en milieu rural fournissent un travail non rémunéré donc non comptabilisé et qui est très important sur le plan économique.

Il faut don une reconnaissance de la valeur économique du travail de la femme en milieu rural car elle est un facteur essentiel du processus de développement a ajouté M. Zorilla.

Faouzi Ben Hlima, Directeur général de l’Office national de l’Artisanat, a ensuite prononcé une allocution au nom de Salma Elloumi, Ministre du Tourisme et de l’Artisanat. Après avoir présenté le poids du secteur de l’artisanat dans l’économie nationale, il a souligné que la femme rurale est un élément moteur dans le développement économique du pays. Ce secteur de l’artisanat qui repose principalement sur un savoir-faire hérité et développé à travers les siècles tire sa force du fait qu’il ne repose pas principalement sur le capital mais sur la compétence de l’artisane.

Saida Ouinissisecrétaire d’Etat chargée de la Formation professionnelle et de l’Initiative privée, a ensuite pris la parole pour prononcer l’allocution d’ouverture officielle de la conférence. Elle a présenté les différents programmes et stratégies engagés par le gouvernement ou en cours de préparation pour promouvoir le travail de la femme en milieu rural. Elle a souligné que l’objectif est d’adopter une approche visant à changer, transformer le traitement par les services publics des dossiers des femmes entrepreneurs et des femmes en milieu rural en particulier, ajoutant que les activités que les femmes sont en train de mener sont d’un grand apport pour l’économie nationale.

Parallèlement à la conférence, le hall du siège de l’UTICA a accueilli à cette occasion une exposition riche en couleurs qui a permis à de nombreuses femmes artisanes, venues de  plusieurs régions de l’intérieur d’exposer leurs produits et créations artisanales allant du tapis, mergoum ou klim de Kairouan et Gafsa aux produits à base de feuilles d’afla et les poteries de Sejnen.

par -
Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) lance un appel à candidatures en vue de la nomination de personnes
La Banque Africaine du Développement (BAD) a présenté ce lundi 31 octobre 2016 sa nouvelle stratégie pour l’emploi des jeunes en Afrique (SEJA), pour la période 2016-2025.
La présentation a eu lieu lors d’une conférence ministérielle organisée aujourd’hui à Gammareth.
La BAD, par la voix de sa directrice du développement, Sunita Ptamber, a assuré que cette stratégie visant la création de 25 millions d’emplois est basée sur trois piliers, à savoir l’intégration, l’innovation et la conception d’un mécanisme d’investissement visant les initiatives d’emploi pour les jeunes.
Cette stratégie revêt une importance particulière pour la BAD, surtout que le chômage des jeunes ne cesse d’augmenter. D’après les estimations, environ 70% des Africains ayant moins de 30 ans et 50% de la population des jeunes dans le monde sera en Afrique au cours des trois prochaines décennies.
Nous y reviendrons.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

C’est un drôle de statut, celui publié par Achref Barbouche, sous le titre de «La politique en Tunisie, en deux mots ». Des mots, presque...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a signé samedi 14 octobre 2018 l'interdiction de voyager pour plus de cinquante hauts responsables. Ils sont accusés d'avoir...

Reseaux Sociaux

SPORT