Tags Posts tagged with "Distribution"

Distribution

par -

Depuis le mois d’octobre, la République Démocratique du Congo (RDC) dispose du plus grand entrepôt de vaccins et produits de santé d’Afrique Subsaharienne. Ce grand projet, qui a débuté en 2016, a reçu le soutien technique et financier de Gavi et de l’UNICEF. Nous avons posé quelques questions à Guy Clarysse, Chef du programme Survie de l’Enfant à l’UNICEF RDC.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est cet entrepôt ?

Ce nouvel entrepôt permet de stocker jusqu’à 5.000 m3 de vaccins en chambre froide et 12.000 m3 d’autres produits de santé, garantissant ainsi une capacité de stockage de plus de 6 mois. Il s’agit de l’entrepôt le plus grand et le plus moderne jamais construit en Afrique Subsaharienne. Avant la construction de cet entrepôt, les vaccins étaient achetés en petites quantités, faute de capacité suffisante de stockage. En ce qui les autres produits de santé, notamment les seringues, ils étaient stockés dans des entrepôts privés. Maintenant, il sera possible d’acheter de plus grandes quantités, les stocker sans devoir faire appel à des sociétés privées et les redistribuer vers les différentes zones de santé.

Deux autres entrepôts similaires sont en cours de construction à Lubumbashi et Kisangani. Ces entrepôts seront les points de départ d’une chaîne d’approvisionnement complexe visant à garantir la disponibilité de vaccins et médicaments à travers toute la RDC. Étant plus Kinshasa le seul point d’entrée des produits de santé, nous pourrons garantir une distribution rapide et efficace des vaccins à travers les trois coins de la RDC, avec une réduction importante des coûts de distribution.

 Quel a été le rôle de l’UNICEF dans ce grand projet ?

La construction de cet entrepôt s’inscrit dans le cadre d’un partenariat stratégique entre le Gouvernement de la RDC, Gavi et l’UNICEF. Nous avons travaillé aux côtés du Ministère de la Santé tout au long du projet, depuis la conception jusqu’à la construction des entrepôts et la fourniture des équipements. Nous avons aussi pris part aux discussions pour l’élaboration du plan de gestion de ces 3 entrepôts et, une fois qu’ils seront opérationnels, nous veillerons à ce que la chaîne d’approvisionnement et le plan de distribution soient bien respectée, afin de garantir la disponibilité des vaccins jusqu’au dernier kilomètre. Pour ce faire, nous fournit des camions frigorifiques, de véhicules pour accéder aux zones les plus éloignées et des réfrigérateurs solaires pour le stockage des vaccins dans les centres de santé.

L’entrepôt facilitera le stockage de vaccins et renforcera la chaîne du froid pour atteindre les zones de santé les plus reculées et difficiles d’accès. Depuis de nombreuses années, nous soutenons le Gouvernement de la RDC pour que chaque enfant soit vacciné.

Que fait l’UNICEF dans le domaine de la vaccination ?

Malgré des progrès significatifs, la République Démocratique du Congo est encore caractérisée par une importante mortalité infanto-juvénile en raison de maladies qui pourraient être évitées. En 2017, nous avons vacciné 2.542.135 enfants à travers des programmes de développement, réduisant de 60% le nombre d’enfants non vaccinés par rapport à 2016.

La vaccination des enfants est une priorité pour l’UNICEF car elle est cruciale pour permettre à chaque enfant de grandir en bonne santé. Nous fournissons un appui technique au Gouvernement de la RDC lors de l’identification des besoins sanitaires de la population. Avec des activités de monitorage, nous veillons à ce que la réponse à ces besoins soit adéquate. Un autre enjeu important dans le pays est de vaincre les résistances à la vaccination. Beaucoup de communautés se méfient encore de la vaccination et refusent que leurs enfants soient vaccinés. Nous travaillons directement avec ces communautés pour les informer et les sensibiliser sur l’importance des vaccins.

Notre travail dans le domaine de la vaccination couvre deux côtés : garantir l’offre en assurant la disponibilité des vaccins et garantir la demande en éliminant les fausses croyances qui circulent sur les vaccins.

par -

Le ministre des domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mabrouk Korchid, a annoncé ce jeudi 20 septembre 2018 qu’il a signé la liste des terres agricoles domaniales qui seront confiées aux diplômés de l’Enseignement Supérieur, à Kairouan.

Il a précisé que «960 hectares seront distribués pour la première promotion de 200 chômeurs. Chacun aura droit à une superficie de 5 à 10 hectares à louer pour 3 ans renouvelables et l’Etat se charge enfin de financer le projet» a-t-il dit.

Cette initiative concernera les autres régions, appelant les gouverneurs et les directeurs régionaux à plus d’implication dans ce sens pour encourager les jeunes diplômés, a encore ajouté Korchid.

par -

La décentralisation des centres d’approvisionnement en eau potable pour Antananarivo, et sa grande banlieue, fait partie des projets structurants lancés depuis quelques années par le Gouvernement, à travers la Jirama. En effet, si Mandroseza était, jusqu’ici, le seul centre en service, trois nouvelles unités ont été créées, respectivement à Ambatofotsy, Avaradrano, pour la zone Nord-Est de la Capital, d’une capacité de 2.400 m3 par jour ; à Faralaza, Talatamaty, pour l’Ouest, 9 600 m3 ; et enfin, à Ankadivoribe, 2 400 m3/jour, pour le Sud, l’Atsimondrano.

L’existence de ces centres permet désormais l’autonomisation de l’approvisionnement en eau potable des quatre zones d’Antananarivo. Le Président de la République a visité, dans la matinée de ce jeudi 9 août, les centres de Mandroseza et d’Ankadivoribe, en compagnie du Ministre de l’eau, de l’énergie et des hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison, et les hauts responsables de la Jirama. Les infrastructures de traitement et de distribution d’eau potable d’Antananarivo et sa grande banlieue sont vétustes, certaines sont même centenaires, et, de ce fait, leur rénovation constitue une priorité ; à ce sujet, le Chef de l’Etat a annoncé l’existence d’un grand projet, en cours, dans le domaine de la distribution d’eau, financé par la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et l’Union Européenne, visant à augmenter la capacité de Mandroseza, qui passera de 150.000 à 200.000 m3/jour, et incluant également la rénovation des 350 km de conduites du réseau de distribution. Le Président a insisté sur l’importance accordée par l’État aux projets d’approvisionnement en eau, dans le respect des normes de qualité. C’est un grand défi à réaliser, a-t-il dit, et la décentralisation est en cours avec l’augmentation de la capacité des centres d’approvisionnement.

Lors de la visite à Ankadivoribe, ensuite, il a rappelé, à la population, le défi lancé l’année dernière en ce qui concerne l’adduction d’eau potable, et le pavement de la route qui relie cette commune à celle d’Andoharanofotsy. « C’est une grande avancée car la réalisation de projets structurants contribue énormément à l’amélioration des conditions de vie de tous les habitants, et c’est l’esprit même de la Vision Fisandratana 2030, car tous les projets réalisés répondent parfaitement aux aspirations des populations à la base », a-t-il précisé. En ce qui concerne l’eau potable et la décentralisation des centres d’approvisionnement, il a relevé qu’Antananarivo et sa grande banlieue en bénéficient. A cet effet, il a annoncé que la capacité d’approvisionnement d’eau potable sera doublée dans les deux ans à venir. Par ailleurs, il n’a pas manqué d’inviter la population d’Ankadivoribe à bien entretenir la route nouvellement rénovée en pavés. Le financement du projet d’approvisionnement en eau potable à Ankadivoribe s’élève à 5 milliards d’ariary, dont 60% ont été assurés par l’État, à travers la Jirama, et plus de 30% par le Gouvernement Britannique auquel le Président Rajaonarimampianina a adressé ses vifs remerciements, car le projet contribue énormément à l’amélioration du bien-être de la population.

par -

Agility, un grand prestataire mondial dans le secteur de la logistique, a loué un espace d’entrepôt dans le Parc d’entrepôts d’Agility au Ghana à Cummins pour établir un nouveau Centre de Distribution pour l’Afrique de l’Ouest.

Plusieurs sociétés travaillant sur ce continent font face à une pénurie en termes d’espaces professionnels et industriels. La mise à disposition d’entrepôts respectant les standards internationaux pour entreposer, distribuer les marchandises et entreprendre des petites fabrications est l’un des piliers fondamentaux nécessaires à la croissance économique en Afrique.

Agility, grand prestataire de solutions logistiques au niveau mondial, qui possède et exploite plus de 21 millions de m² de parcs d’entrepôts dans le monde entier, a loué un espace d’entrepôt dans le Parc d’entrepôts d’Agility au Ghana à Cummins pour établir un nouveau Centre de Distribution pour l’Afrique de l’Ouest. Le Parc d’entrepôts d’Agility au Ghana fait partie d’un réseau de parcs d’entrepôts mondial qu’Agility est en train de créer et de développer dans tous ses marchés-clé en Afrique pour soutenir le développement du commerce intérieur et régional.

Cummins, un des grands fabricants mondiaux de moteurs diesel, générateurs, de filtration et de pièces de moteur, utilisera cet espace pour stocker et distribuer une gamme de plus de 10000 pièces détachées destinées à l’activité de Cummins dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Cummins rejoint ainsi d’autres multinationales et petites et moyennes entreprises ghanéennes qui ont choisi le Parc d’entrepôts d’Agility à Tema car ce lieu sûr et bien localisé est l’endroit idéal pour un entreposage de niveau international et desservir à partir de là les pays d’Afrique de l’Ouest.

Pour Cummins, la localisation était un facteur déterminant. Le parc d’Agility se trouve à 8 kilomètres du port principal du Ghana et jouxte l’autoroute Aflao qui relie le Ghana à d’autres pays : Côte d’Ivoire, Togo, Benin et Nigeria.

Felix Bani, directeur d’exploitation de Cummins – Exploitation Centrale des chaînes d’Approvisionnement (CSCO), déclare : « la distribution de produits peut se faire rapidement aussi bien par route que par bateau ou avion. En choisissant le Parc d’entrepôts Agility, Cummins a surmonté la contrainte majeure des sociétés qui font des affaires en Afrique de l’Ouest – l’absence d’infrastructures de qualité.»

Bani souligne que Cummins a également été séduite par les locaux en raison de ses standards environnementaux internationaux et de l’utilisation de matériaux de construction respectueux de l’environnement. Agility utilise des toits énergiquement performants, des murs en panneaux isolants, des systèmes d’aération de toiture à vent, des puits de lumière pour favoriser l’éclairage naturel, des ampoules LED et économiques et des lampadaires à énergie solaire. Ce site recyclera du papier, du plastique, du métal et des déchets de carton. Il assure des services de gestion de déchets respectueux de l’environnement et le suivi des empreintes carbone.

Geoffrey White, PDG d’Agility Afrique ajoute : « les parcs d’entrepôt d’Agility permettent à la fois aux multinationales comme Cummins et aux petites et moyennes entreprises d’avoir facilement, rapidement et à bas coût accès à des infrastructures de qualité. »

par -

Citroën Tunisie dévoile la Nouvelle berline C4 Cactus ! Un changement profond pour C4 Cactus qui adopte les codes de son segment en termes de technologies et de motorisations tout en se différenciant par son caractère unique et son confort. Son design conserve son audace et sa modernité, tout en évoluant vers plus de statut. A son bord, Nouvelle C4 Cactus se distingue par son confort, immergeant ses occupants dans un véritable cocon. Bénéficiant du programme Citroën Advanced Comfort®, Nouvelle C4 Cactus inaugure en Europe les suspensions avec Butées Hydrauliques Progressives® (Progressive Hydraulic Cushions®– PHC) qui rendent accessible au plus grand nombre l’effet tapis volant, et présente en première mondiale les sièges Advanced Comfort. Dotée d’une personnalité unique, Nouvelle C4 Cactus est « LA » berline Ultra-Confort qui bousculera les codes.

Après le lancement de C3 en 2016, Citroën franchit une nouvelle étape dans le déploiement de son offensive produit et n’en finit pas de surprendre en présentant sa nouvelle offre de berline compacte : Nouvelle C4 Cactus. Cette dernière apporte un vent de fraîcheur sur le segment des berlines en associant le caractère unique de C4 Cactus au confort de référence de C4.

Moderne et distinctive par son design, Nouvelle C4 Cactus propose à son bord une expérience inédite en termes de bien-être. Pour cela, Citroën a puisé dans son héritage technologique lié aux suspensions hydrauliques. Une technologie réinterprétée pour devenir accessible au plus grand nombre. C’est ainsi que Nouvelle C4 Cactus inaugure en Europe les suspensions avec Butées Hydrauliques Progressives® (Progressive Hydraulic Cushions® – PHC) et les sièges Advanced Comfort en Première Mondiale, gages d’un confort d’assise et de roulage inédit.

Nouvelle C4 Cactus fait souffler un vent de fraîcheur et d’originalité sur le segment des berlines compactes

Une berline au caractère unique: un design audacieux

Nouvelle C4 Cactus impose naturellement sa différence au travers d’une nouvelle face avant large et expressive, de flancs repensés et d’une face arrière généreuse et lisse, intégrant de nouveaux feux à effet 3D à LED. Elle bouscule avec fraîcheur les codes très figés du segment des berlines compactes par son équilibre et ses volumes pleins, et propose une silhouette pure et monolithique. Son empattement long de 2,60 m et des porte-à-faux courts lui garantissent des dimensions compactes pour rester agile et maniable tout en offrant l’habitabilité attendue sur ce segment. Elle met en avant des éléments graphiques typiques de l’univers Citroën qui soulignent sa carrosserie fluide, tels les Airbump® au bas des portes, la ceinture vitrée continue et son pavillon flottant, la face avant à double étage ou encore la large signature lumineuse à effet 3D à LED à l’arrière. Elle propose 31 combinaisons de personnalisation à l’extérieur, avec 9 teintes de carrosserie et 4 Packs Color constitués de ponctuelles colorées raffinées, permettant ainsi aux clients de créer une voiture à leur image. A l’intérieur, l’habitacle, fonctionnel, épuré et dégagé, inspire la sérénité au premier coup d’œil. Pas moins de 5 ambiances intérieures cossues et distinctives sont proposées, apportant luminosité, douceur et raffinement.

La berline ultra-confort: une nouvelle dimension accessible à a tous

Nouvelle C4 Cactus fait entrer le confort automobile dans une nouvelle dimension. Exploitant tous les composants du programme Citroën Advanced Comfort®, Nouvelle C4 Cactus inaugure en Europe des avancées technologiques au service d’un confort moderne et global. Elle offre ainsi un confort de roulage hors du commun, grâce à l’introduction, en Première Européenne, des suspensions avec Butées Hydrauliques Progressives® (Progressive Hydraulic Cushions® – PHC), filtrant les irrégularités de la chaussée en donnant l’impression de voyager à bord d’un tapis volant. Elle dispose également en Première Mondiale des nouveaux sièges Advanced Comfort, offrant un confort d’approche et un confort postural de tout premier plan. Nouvelle C4 Cactus effectue également un saut de génération en termes d’isolation acoustique et d’équipements du quotidien. Elle fait voyager ses passagers avec facilité et décontraction grâce à ses 12 aides à la conduite.

« L’objectif pour Citroën est d’être la marque de référence en termes de confort. Et en tant que marque généraliste, d’apporter ce confort inédit au plus grand nombre. Avec la Nouvelle Berline C4 Cactus et l’introduction des suspensions avec Butées Hydrauliques Progressives®, nous proposons une berline compacte originale et parfaitement dans l’air du temps. » Linda Jackson, Directrice Générale de Citroën.

par -

Cette opération une fois réalisée, permettra à Africa’s Talking d’accélérer son internationalisation afin d’accompagner la stratégie d’expansion de ses clients

Orange Digital Ventures Africa, la nouvelle initiative pour l’Afrique du fonds d’investissement d’Orange, lancée en juin dernier, est fier d’annoncer son premier investissement en participant à la levée de 8,6 millions de dollars d’Africa’s Talking aux côtés de IFC World Bank et Social Capital.

Basé à Nairobi au Kenya, Africa’s Talking est aujourd’hui leader pour faciliter l’accès aux APIs (interfaces de programmation) de communication et de paiement des opérateurs de télécommunication auprès des développeurs. C’est aujourd’hui la solution privilégiée de nombreuses start-up kenyanes et de plus de 15.000 développeurs dont beaucoup s’appuient sur ces APIs telles que le SMS, la voix, l’USSD pour concevoir des services qui révolutionnent notamment les services financiers, l’énergie, la santé, l’assurance.

L’opération est soumise aux conditions suspensives d’usage, incluant l’approbation des autorités kényanes compétentes.

Cette opération une fois réalisée, permettra à Africa’s Talking d’accélérer son internationalisation afin d’accompagner la stratégie d’expansion de ses clients. Au-delà du Kenya, l’entreprise a aujourd’hui commencé à opérer en Ouganda, Rwanda, Tanzanie, Malawi, Nigeria et Ethiopie.

« Nous sommes très heureux que la première pierre de notre initiative africaine soit un acteur reconnu dans la facilitation de l’accès des APIs des opérateurs. Nous pensons qu’il est nécessaire de soutenir toutes les initiatives qui visent à faciliter l’accès de ces APIs auprès des entrepreneurs en Afrique. L’expansion de ces services mobile est une des clés pour contribuer à faire émerger de nouvelles innovations qui auront un impact sur le continent. Par ailleurs, cet investissement renforce la position de leader d’Orange dans la révolution mobile en cours. Nous sommes impatients de voir Africa’s Talking accélérer son expansion pan-africaine », a déclaré Marc Rennard, président d’Orange Digital Ventures.

« Cette nouvelle levée de fonds va nous permettre de continuer à faire croitre notre communauté de développeurs s’appuyant sur des APIs de communication et de paiement. Dans cette perspective, l’arrivée d’Orange Digital Ventures est une excellente nouvelle pour Africa’s Talking. Nous comptons beaucoup nous appuyer sur cet investissement pour accélérer notre développement, notamment dans les pays où Orange est aujourd’hui présent et lancer de nouveaux produits qui renforceront les liens entre Orange et les développeurs » a déclaré Samuel Gikandi, CEO et co-fondateur d’Africa’s Talking.

par -

Une perturbation et coupure dans la distribution de l’eau potable sera enregistrée de mercredi 18 avril 2018, à 8H00, jusqu’à vendredi soir et ce dans les gouvernorats de Tunis (les zones supérieures de Montfleury, El Ouardia, El Kabaria, Ibn Sina, Sidi Fathallah, et Djebel Jelloud) et de Ben Arous (les zones supérieures d’El Yasminettes, Medina Jedida, El Mourouj 1,2,3,4,5,6, Naassane, Fouchana, Mhamdia, Radés, Mégrine, Zahra, Hammam Lif, Boumhel, Hammam Chott, Borj Cédria, Ben Arous, Mornag et Rissala).
L’approvisionnement reprendra progressivement, dans la nuit du vendredi 20 avril au samedi 21 avril 2018, a indiqué la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE) dans un communiqué publié lundi à Tunis.
La SONEDE a expliqué cette coupure par les travaux de transfert et de raccordement du canal principal d’adduction d’eaux (diamètre 1600 mm) qui approvisionne la Banlieue Sud de la capitale. Ces travaux, qui seront menés sans interruption par le ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, sont relatifs à l’achèvement des travaux des deux projets, relatifs à l’extension de la rocade X20 et l’échangeur de la route nationale 5E avec la rocade X, au niveau de la sortie Ouest de la capitale.

par -

La Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE) annonce que des perturbations et une coupure dans la distribution de l’eau potable seront enregistrées, mardi 13 mars 2018 à 22 h, dans les zones suivantes : Sidi Daoud, Bhar Lazrag, les Jardins de Carthage, El Aouina, les berges du lac 1 et 2, Ain Zaghouan, cité El khalil, Sidi Daoued et le Kram Ouest.
La SONEDE a expliqué dans un communiqué publié vendredi à Tunis que cette perturbation est due aux travaux de maintenance sur la conduite principale de distribution située sur la route de la Marsa (route perturbations, coupure d’eau, distribution, eau potable, Tunis, SONEDEnationale 9).
L’approvisionnement en eau devrait reprendre progressivement jeudi 15 mars 2018 à 10 heures du matin.

par -

La Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux (Sonede) a fait savoir, ce vendredi 23 février 2018, qu’il y aura des ruptures et perturbations dans l’approvisionnement en eau potable demain samedi 24 février 2018, à partir de 9 heures. Ces incidents vont concerner 6 quartiers de la capitale : Bab El Khadra, Lafayette, Montplaisir, cité Jardins, cité El Khadra et cité Olympique.
La Sonede explique ces perturbations par des travaux de maintenance au niveau du principal canal d’acheminement de l’eau de Bab Laâssal. Le retour à la normale sera progressif et ce, à partir de dimanche 25 février 2018, à 18 heures.

par -

Les autorités gabonaises ont mis un terme, vendredi 16 février 2018, à leur compagnonnage avec la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), un camouflet pour le français Veolia, la maison-mère, surtout au regard des motifs de cette rupture de contrat. “Les raisons évoquées sont entre autres la dégradation de la qualité du service rendu aux usagers, les efforts financiers consentis par l’Etat non suivis des effets escomptés et les plaintes récurrentes des populations”, indique le communiqué de presse du ministère gabonais des Eaux et Forêts, rapporte Africanews.

Pourtant la SEEG-Veolia, qui avait le monopole de la distribution de l’eau et de l’électricité, et dont le bail avait été prorogé pour 5 ans en mars 2017, avait un boulevard devant lui.
L’Etat a “procédé exceptionnellement à la réquisition temporaire de l’entreprise (…) dans le souci de préserver la continuité et la qualité du service public”, précise le communiqué. Le gouvernement “tient à rassurer les employés qu’aucun licenciement ne sera opéré” et que les contrats paraphés par la SEEG et les acteurs économiques restent valables.

A noter que dans la capitale, Livreville, les coupures et les pénuries d’eau pourrissent la vie des habitants ; il y a aussi les cas de citoyens qui reçoivent des factures d’eau alors qu’ils ne sont pas approvisionnés. Pourtant le directeur de la SEEG, Antoine Boo, avait déclaré à l’AFP en septembre dernier que la boite avait décaissé plus de 360 milliards de FCFA (environ 550 millions d’euros) depuis 1997 au Gabon. D’après lui, l’“urbanisation croissante” de Libreville et l’absence d’une nouvelle unité de production d’eau sont les causes majeures des pénuries. Il avait reconnu que la société devait de l’argent aux fournisseurs et à l’Etat, à titre de redevances, mais que l’Etat avait aussi des factures à payer…

par -

Suite à des travaux d’entretien annuel du canal des eaux du Nord Medjerda – Cap Bon, des perturbations dans la distribution de l’eau potable seront enregistrées à partir de ce mardi 16 janvier 2018 jusqu’au mercredi 31 janvier 2018.

Dans un communiqué, la SONEDE a précisé que les perturbations vont concerner toutes les délégations des gouvernorats de Nabeul, Sousse, Monastir et Mahdia ainsi que les délégations de Djebeniana, El Amra, El Hancha, Sakiet Ezzit, Sakiet Eddaier, Sfax Ville, Sfax Ouest, Sfax Sud et Tynah relevant du gouvernorat de Sfax.

par -

Selon un rapport élaboré par le réseau Mourakiboun concernant “le déroulement des élections législatives partielles dans la circonscription d’Allemagne“, des infractions ont été enregistrées lors du scrutin, dont notamment la distribution d’argent aux électeurs dans les bureaux de vote implantés dans la ville de Hambourg et de Bonn.

D’après la même source, les directeurs chargés de ces bureaux ont été immédiatement informés par ce dépassement.

A noter que Mourakiboun est un réseau citoyen tunisien qui a formé 4000 observateurs pour les élections de l’Assemblée Nationale Constituante du 23 octobre 2011.

On rappelle que Yassine Ayari, du mouvement Al-Amal, a remporté les élections législatives partielles dans la circonscription d’Allemagne avec 265 voix au terme des élections qui s sont déroulées du 15 au 17 décembre 2017.

par -

La grève des sociétés actives dans la distribution de produits pétroliers initialement prévue pour aujourd’hui, vendredi 15 décembre 2017, a été reportée au 28 du même mois.

Lors d’une réunion tenue, hier, entre le ministre de l’Industrie Slim Feriani, le ministre des Affaires Sociales Mohamed Trabelsi, le secrétaire général adjoint de l’Union tunisienne du travail Sami Taheri, et le propriétaire de la société tunisienne des industries pneumatiques (STIP), un accord a été conclu.
Il a été également décidé, lors de cette réunion, de former une commission chargée d’examiner les problèmes relatifs à ce secteur et qui ne sont pas encore résolus.

La grève dans le secteur pétrolier a été en effet décidée en soutien aux agents de la société tunisienne des industries pneumatiques (STIP) qui n’ont pas perçu leurs salaires depuis six mois.

par -

Les distributeurs de gaz domestique en gros ont décidé de suspendre la distribution du gaz, du 30 novembre au 2 décembre 2017, à l’issue de la réunion des professionnels du secteur, jeudi, au siège de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA).
La chambre syndicale nationale des distributeurs de bouteilles de gaz en gros a appelé, dans un communiqué publié vendredi, à l’activation des accords signés relatifs à l’augmentation de 40 millimes de la prime de distribution avec un effet rétroactif, depuis le mois de janvier 2017 et l’augmentation de 60 millimes de la prime de distribution convenue, depuis octobre 2016.
La chambre revendique également l’octroi d’une prime exceptionnelle pour faire face à la hausse vertigineuse des prix (pièces de rechange, assurance, maintenance et équipements…), l’intervention auprès des sociétés pétrolières pour solutionner la faible distribution des bouteilles vides d’une capacité de 13kg sur le marché outre la mise en place d’un mécanisme pour trouver une solution à la question des bouteilles non réutilisables.
Les professionnels du secteur ont évoqué, au cours de cette réunion, les problèmes du secteur qui “peuvent menacer la pérennité et l’avenir de la profession” et la non application des accords conclus entre la chambre nationale, le ministère de l’énergie, des mines et des énergies renouvelables.

par -

Economic Auto, filiale d’UADH, a signé le 11 mai 2017 un contrat avec le constructeur automobile Chinois FOTON portant sur la production et la commercialisation en Tunisie et en Afrique de véhicules utilitaires et légers de la marque chinoise. En effet, la société Economic Auto installera une nouvelle unité de montage sur un terrain d’une superficie de 10 hectares dans la zone industrielle de Metbasta, dans le gouvernorat de Kairouan. L’objectif est de faire de la Tunisie une plate-forme de production et de logistique pour la distribution en Afrique de la marque FOTON.

par -

La chaîne de grande distribution Monoprix vient de s’enrichir d’un nouveau né avec l’ouverture de son premier magasin à Gabès ce samedi 25 Février 2017. La dynamique enseigne gérée par la Société Nouvelle Maison de la Ville de Tunis (SNMVT) confirme encore une fois son engagement de proximité envers ses clients.
Situé dans une zone stratégique (Rue SlahEddin Al Ayoubi), le nouveau magasin Monoprix à Gabès offre toutes les garanties d’un espace commercial digne des plus grandes enseignes.
S’étalant sur une superficie de 1745 m2, et grâce à ses 45 collaborateurs, Monoprix Gabès est conçu pour répondre à tous les besoins du quotidien,le magasin propose une panoplie de produits minutieusement sélectionnés. Les clients pourront succomber-aux délices des produits alimentaires répondant aux critères rigoureux de l’enseigne, aux dernières tendances de la beauté ainsi qu’aux must des produits maison/loisirs.

A travers cette nouvelle ouverture, Monoprix consolide ses ambitions d’expansion sur tout le territoire tunisien de se rapprocher de ses consommateurs et s’engager à leur service . Comme elle confirme son engagement citoyen dans la création d’emploi.

par -

“C’est pour la première fois de son histoire que Monoprix enregistre un résultat négatif, reflétant l’ampleur des difficultés exogènes et endogènes rencontrées par l’entreprise”. C’est avec ces propos que le directeur général de la chaîne de grande distribution Monoprix, Fadhel Kraiem, a ouvert la communication financière de la société, qui s’est tenue ce jeudi 24 novembre 2016 à la Bourse de Tunis. Une situation qui s’explique, selon lui, par le contexte général du pays et la crise du secteur de la distribution en Tunisie qui vit, depuis la Révolution, des moments très difficiles. “Le contexte économique n’a pas évolué par rapport au début de cette année : Croissance faible, dépréciation du dinar, économie parallèle non maîtrisée et une concurrence déloyale forte”, a-t-il ajouté.

Le DG de Monoprix a, dans le même contexte, indiqué que depuis l’année 2013, le rythme de croissance des charges d’exploitation de la société, et plus particulièrement de la masse salariale, est supérieur à celui du chiffre d’affaires. C’est dans cette optique que 2016 a été, selon lui, inscrite l’année de la transformation. “C’est à partir de cette année là que nous avons fixés un ensemble d’objectifs bien déterminés, dont principalement la maîtrise des charges et la reprise du chiffre d’affaires et la croissance”, a indiqué Fadhel Kraiem. Il a fait savoir que ce plan de transformation a été défini et validé par le conseil d’administration de Monoprix afin de revenir à des fondamentaux de gestion et de redresser, dans la durée, la situation financière de l’entreprise.

En revanche, afin de sécuriser le déploiement de la nouvelle stratégie, Monoprix n’est pas resté les bras croisé, il a procédé au renforcement de son équipe managériale par l’intégration de nouveaux profils et la mise en place d’un système de gouvernance adopté aux enjeux de transformation. D’autres initiatives stratégiques ont été déjà entamées et vont se poursuivre pour les années prochaines. Il s’agit, selon lui, du lancement d’une démarche qualité orientée vers le client, une nouvelle définition des assourdissements et la mise en avant du concept “place de marché” : offre de services élargie sur les produits frais.

S’agissant de son réseau, le DG de l’enseigne a annoncé que que les deux magasins de Monoprix à Djerba et Sfax seront définitivement fermés. À Djerba, la fermeture a eu déjà lieu alors qu’à Sfax, le processus est en cours. Il a fait savoir à ce propos que la société a déjà procédé à plusieurs fermetures, notamment suite aux événements violents et troubles qui ont suivi la Révolution, mais ces deux nouvelles fermetures s’inscrivent dans le business plan de Monoprix visant à garantir une meilleure orientation des magasins et maîtriser l’activité opérationnelle de la gestion des magasins. “Il faut bien choisir l’endroit où on s’implante”, a-t-il dit.

S’agissant des nouvelles ouvertures, Kraiem a précisé que Monoprix ouvrira d’ici la fin de l’année en cours deux nouveaux points de vente, un à Gabes et l’autre à Zaghouan. Pour l’année prochaine, la société table sur l’ouverture de 5 nouveaux points de vente et la rénovation de 5 autres. Au total 7 nouveaux points de vente occupant près de  5000m2 ont vu le jour durant l’année 2016.

Évoquant les perspectives, il a indiqué que la société veut également, durant cette année, maintenir le niveau de marge, maîtriser les charges et la masse salariale, améliorer le résultat d’exploitation et les bénéfices et corriger, entre autres, les erreurs commises auparavant, selon ses dires.
Malgré ce contexte très difficile, Kraiem s’est dit optimiste par rapport à l’avenir de cette entreprise, soulignant que des signes de reprise ont été constatés au niveau du CA appuyé par les nouvelles ouvertures. “2016 est l’année du début de la transformation, ses retombées seront ressenties en grande partie en 2017, et pleinement à partir de 2018”.

Interrogé sur l’internationalisation, Fadhel Kraem a fait remarquer que l’enseigne ne peut pas actuellement donner l’exemple ailleurs : “On ne peut pas s’attaquer à l’international et donner l’exemple alors qu’on n’a pas pu le faire en Tunisie suite aux difficultés que traverse notre pays”, a-t-il dit.

Il a toutefois indiqué, dans le même contexte, que la mise en place de la stratégie de Monoprix à l’international, surtout l’Afrique, est possible à partir du deuxième semestre de l’année 2017.

Et pour conclure, il a indiqué que l’effort se concentre actuellement pour maîtriser l’évolution de l’effectif à travers la normalisation des taux d’encadrement et la réduction des frais de fonctionnement et moyens généraux (sous traitances, telecom, location..), la promotion et la mobilité interne sur la base de critères de mérite et de performance, la définition d’un nouveau système de motivation adapté aux fonctions commerciales à partir de 2017, le développement de la communication interne à travers la création du centre de formation interne pour les différents métiers de la grande distribution. D’autres chantiers seront lancés dans les semaines à venir.

par -
La société Monoprix a tenu

Le directeur général de la chaîne de grande distribution Monoprix, Fadhel Kraiem, a affirmé, lors de la communication financière de la société qui se tient actuellement au siège de la bourse de Tunis, que la marque table sur un chiffre d’affaires en progression de 10% en 2017.

Il a par ailleurs indiqué que la société veut également, durant cette année, maintenir le niveau de marge, maîtriser les charges et la masse salariale, améliorer le résultat d’exploitation et les bénéfices et corriger, entre autres, les erreurs commises auparavant, selon ses dires.

S’agissant des nouvelles ouvertures, Kraiem a précisé que Monoprix ouvrira d’ici la fin de l’année en cours deux nouveaux points de vente, un à Gabes et l’autre à Zaghouan. Pour l’année prochaine, la société table sur l’ouverture de 5 nouveaux points de vente et la rénovation de 5 autres.

par -

Le directeur général de la chaîne de grande distribution Monoprix, Fadhel Kraem, a affirmé, lors de la communication financière de Monoprix qui se tient actuellement au siège de la bourse de Tunis que les deux magasins du groupe à Djerba et Sfax seront définitivement fermés. À Djerba, la fermeture a déjà eu lieu alors qu’à Sfax, le processus est en cours.

Il a par ailleurs fait savoir que la société a déjà procédé à plusieurs fermetures, notamment suite aux événements violents et troubles qui ont suivi la Révolution, mais ces deux nouvelles fermetures s’inscrivent dans le business plan de Monoprix visant à garantir une meilleure orientation des magasins et maîtriser l’activité opérationnelle de la gestion des magasins. “Il faut bien choisir l’endroit où on s’implante”, a-t-il dit.

En outre, Fadhel Kraiem a indiqué que d’autres magasins se trouvent également devant plusieurs difficultés financières, mais qu’il faut quand même leur donner la chance de reprendre et de poursuivre normalement leurs activités.

par -

Depuis quelque temps, le secteur de l’huile végétale subventionnée vit une crise aiguë au point que le produit est souvent introuvable dans les commerces, et ce, à cause de dysfonctionnements au niveau de la distribution et d’un problème de quotas à accorder aux fabricants industriels de ce produit de base.

D’où l’opacité régnant au sein du secteur où les bénéficiaires, les citoyens lambda, se trouvent lésés puisque cette huile est détournée vers d’autres destinations.

Cette question a pris de l’ampleur au vu des derniers développements, d’où le souci de notre Chambre syndicale des conditionneurs des huiles alimentaires, relevant de l’Union tunisienne pour l’industrie, le commerce et l’artisanat (UTICA), de vouloir organiser la production et la distribution de l’huile végétale à travers des critères objectifs et transparents.

Nous avons réclamé, il y a déjà près de deux ans, une restructuration du secteur et une révision des quotas importés à accorder aux industriels. Or, au lieu de régler la question, des pressions ont été exercées pour détourner l’affectation des quotas selon les désidératas d’un responsable qui semble faire la pluie et le beau temps.

Au lieu d’introduire les réformes nécessaires proposées par les industriels dans un cadre de transparence et de professionnalisme, comme le stipulent les procès-verbaux des réunions et dans les correspondances multiples adressées au ministre du Commerce, au secrétaire d’Etat et à la direction de contrôle au département du Commerce, le responsable du contrôle en question a surpris la chambre en imposant ses « solutions ».

Il a ainsi fixé les quotas sans tenir compte des critères objectifs auxquels doivent obéir les industriels tout en optant pour l’approche des deux poids-deux mesures dans le sens où il n’a pas traité toutes les entreprises sur le même pied d’égalité en faisant infliger des sanctions à des certaines sociétés qui n’ont pas subi les contrôles pour des raisons diverses, alors que pour d’autres, dans le même cas, l’approvisionnement s’est poursuivi normalement.

Sans oublier l’augmentation des quantités accordées aux industriels ayant exercé les pressions que tout le monde connaît.

Nous dénonçons, également, le non respect des cahiers des charges par près de 30 à 40% des industriels qui continuent de bénéficier des mêmes quotas sinon plus, alors que d’autres se sont vu diminuer leurs stocks de près de 40%, ce qui fait planer la menace de faillite pour ces industriels.

Ce qui est curieux encore, c’est que la plupart des sociétés bénéficiaires des décisions du responsable en question se trouvent dans les zones frontalières, laissant entendre un soupçon d’encouragement à la contrebande.

A noter qu’une commission composée de représentants du ministère du Commerce, du ministère de l’Industrie, de la direction du contrôle économique, des gens de la profession et de l’Office de l’huile, devait se réunir pour régler ce problème de quotas, mais la décision a été prise sans que les parties concernées ne se concertent pour trouver un accord.

De même, nous avons réclamé en vain les rapports et les PV des diverses réunions, et avons envoyé de nouvelles correspondances aux officiels sans recevoir de suites aux requêtes.

Face à tous ces dysfonctionnements et autres anomalies menaçant la viabilité et la pérennité du secteur, nous avons pris un ensemble de décisions dont l’arrêt de la production jusqu’à nouvel ordre, à savoir une réponse aux revendications des professionnels, fortement déçus par les mesures arbitraires prises par le responsable en question qui impose ses visions à tout le monde.

Les professionnels restent optimistes dans l’attente des suites à donner à leurs revendications par l’autorité de tutelle, à savoir le ministère du Commerce, sinon, la cessation de la production se poursuivra avec tout ce que cela implique comme crise majeure dans un secteur sensible touchant de très près la majeure partie des citoyens bénéficiant de ce produit de base subventionné.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Une mission du Fonds Monétaire International (FMI) dirigée par M. Alex Segura-Ubiergo a visité Brazzaville du 6 au 14 novembre pour poursuivre les discussions...

Reseaux Sociaux

SPORT