Tags Posts tagged with "Distribution"

Distribution

par -

Les distributeurs de gaz domestique en gros ont décidé de suspendre la distribution du gaz, du 30 novembre au 2 décembre 2017, à l’issue de la réunion des professionnels du secteur, jeudi, au siège de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA).
La chambre syndicale nationale des distributeurs de bouteilles de gaz en gros a appelé, dans un communiqué publié vendredi, à l’activation des accords signés relatifs à l’augmentation de 40 millimes de la prime de distribution avec un effet rétroactif, depuis le mois de janvier 2017 et l’augmentation de 60 millimes de la prime de distribution convenue, depuis octobre 2016.
La chambre revendique également l’octroi d’une prime exceptionnelle pour faire face à la hausse vertigineuse des prix (pièces de rechange, assurance, maintenance et équipements…), l’intervention auprès des sociétés pétrolières pour solutionner la faible distribution des bouteilles vides d’une capacité de 13kg sur le marché outre la mise en place d’un mécanisme pour trouver une solution à la question des bouteilles non réutilisables.
Les professionnels du secteur ont évoqué, au cours de cette réunion, les problèmes du secteur qui “peuvent menacer la pérennité et l’avenir de la profession” et la non application des accords conclus entre la chambre nationale, le ministère de l’énergie, des mines et des énergies renouvelables.

par -

Economic Auto, filiale d’UADH, a signé le 11 mai 2017 un contrat avec le constructeur automobile Chinois FOTON portant sur la production et la commercialisation en Tunisie et en Afrique de véhicules utilitaires et légers de la marque chinoise. En effet, la société Economic Auto installera une nouvelle unité de montage sur un terrain d’une superficie de 10 hectares dans la zone industrielle de Metbasta, dans le gouvernorat de Kairouan. L’objectif est de faire de la Tunisie une plate-forme de production et de logistique pour la distribution en Afrique de la marque FOTON.

par -

La chaîne de grande distribution Monoprix vient de s’enrichir d’un nouveau né avec l’ouverture de son premier magasin à Gabès ce samedi 25 Février 2017. La dynamique enseigne gérée par la Société Nouvelle Maison de la Ville de Tunis (SNMVT) confirme encore une fois son engagement de proximité envers ses clients.
Situé dans une zone stratégique (Rue SlahEddin Al Ayoubi), le nouveau magasin Monoprix à Gabès offre toutes les garanties d’un espace commercial digne des plus grandes enseignes.
S’étalant sur une superficie de 1745 m2, et grâce à ses 45 collaborateurs, Monoprix Gabès est conçu pour répondre à tous les besoins du quotidien,le magasin propose une panoplie de produits minutieusement sélectionnés. Les clients pourront succomber-aux délices des produits alimentaires répondant aux critères rigoureux de l’enseigne, aux dernières tendances de la beauté ainsi qu’aux must des produits maison/loisirs.

A travers cette nouvelle ouverture, Monoprix consolide ses ambitions d’expansion sur tout le territoire tunisien de se rapprocher de ses consommateurs et s’engager à leur service . Comme elle confirme son engagement citoyen dans la création d’emploi.

par -

“C’est pour la première fois de son histoire que Monoprix enregistre un résultat négatif, reflétant l’ampleur des difficultés exogènes et endogènes rencontrées par l’entreprise”. C’est avec ces propos que le directeur général de la chaîne de grande distribution Monoprix, Fadhel Kraiem, a ouvert la communication financière de la société, qui s’est tenue ce jeudi 24 novembre 2016 à la Bourse de Tunis. Une situation qui s’explique, selon lui, par le contexte général du pays et la crise du secteur de la distribution en Tunisie qui vit, depuis la Révolution, des moments très difficiles. “Le contexte économique n’a pas évolué par rapport au début de cette année : Croissance faible, dépréciation du dinar, économie parallèle non maîtrisée et une concurrence déloyale forte”, a-t-il ajouté.

Le DG de Monoprix a, dans le même contexte, indiqué que depuis l’année 2013, le rythme de croissance des charges d’exploitation de la société, et plus particulièrement de la masse salariale, est supérieur à celui du chiffre d’affaires. C’est dans cette optique que 2016 a été, selon lui, inscrite l’année de la transformation. “C’est à partir de cette année là que nous avons fixés un ensemble d’objectifs bien déterminés, dont principalement la maîtrise des charges et la reprise du chiffre d’affaires et la croissance”, a indiqué Fadhel Kraiem. Il a fait savoir que ce plan de transformation a été défini et validé par le conseil d’administration de Monoprix afin de revenir à des fondamentaux de gestion et de redresser, dans la durée, la situation financière de l’entreprise.

En revanche, afin de sécuriser le déploiement de la nouvelle stratégie, Monoprix n’est pas resté les bras croisé, il a procédé au renforcement de son équipe managériale par l’intégration de nouveaux profils et la mise en place d’un système de gouvernance adopté aux enjeux de transformation. D’autres initiatives stratégiques ont été déjà entamées et vont se poursuivre pour les années prochaines. Il s’agit, selon lui, du lancement d’une démarche qualité orientée vers le client, une nouvelle définition des assourdissements et la mise en avant du concept “place de marché” : offre de services élargie sur les produits frais.

S’agissant de son réseau, le DG de l’enseigne a annoncé que que les deux magasins de Monoprix à Djerba et Sfax seront définitivement fermés. À Djerba, la fermeture a eu déjà lieu alors qu’à Sfax, le processus est en cours. Il a fait savoir à ce propos que la société a déjà procédé à plusieurs fermetures, notamment suite aux événements violents et troubles qui ont suivi la Révolution, mais ces deux nouvelles fermetures s’inscrivent dans le business plan de Monoprix visant à garantir une meilleure orientation des magasins et maîtriser l’activité opérationnelle de la gestion des magasins. “Il faut bien choisir l’endroit où on s’implante”, a-t-il dit.

S’agissant des nouvelles ouvertures, Kraiem a précisé que Monoprix ouvrira d’ici la fin de l’année en cours deux nouveaux points de vente, un à Gabes et l’autre à Zaghouan. Pour l’année prochaine, la société table sur l’ouverture de 5 nouveaux points de vente et la rénovation de 5 autres. Au total 7 nouveaux points de vente occupant près de  5000m2 ont vu le jour durant l’année 2016.

Évoquant les perspectives, il a indiqué que la société veut également, durant cette année, maintenir le niveau de marge, maîtriser les charges et la masse salariale, améliorer le résultat d’exploitation et les bénéfices et corriger, entre autres, les erreurs commises auparavant, selon ses dires.
Malgré ce contexte très difficile, Kraiem s’est dit optimiste par rapport à l’avenir de cette entreprise, soulignant que des signes de reprise ont été constatés au niveau du CA appuyé par les nouvelles ouvertures. “2016 est l’année du début de la transformation, ses retombées seront ressenties en grande partie en 2017, et pleinement à partir de 2018”.

Interrogé sur l’internationalisation, Fadhel Kraem a fait remarquer que l’enseigne ne peut pas actuellement donner l’exemple ailleurs : “On ne peut pas s’attaquer à l’international et donner l’exemple alors qu’on n’a pas pu le faire en Tunisie suite aux difficultés que traverse notre pays”, a-t-il dit.

Il a toutefois indiqué, dans le même contexte, que la mise en place de la stratégie de Monoprix à l’international, surtout l’Afrique, est possible à partir du deuxième semestre de l’année 2017.

Et pour conclure, il a indiqué que l’effort se concentre actuellement pour maîtriser l’évolution de l’effectif à travers la normalisation des taux d’encadrement et la réduction des frais de fonctionnement et moyens généraux (sous traitances, telecom, location..), la promotion et la mobilité interne sur la base de critères de mérite et de performance, la définition d’un nouveau système de motivation adapté aux fonctions commerciales à partir de 2017, le développement de la communication interne à travers la création du centre de formation interne pour les différents métiers de la grande distribution. D’autres chantiers seront lancés dans les semaines à venir.

par -
La société Monoprix a tenu

Le directeur général de la chaîne de grande distribution Monoprix, Fadhel Kraiem, a affirmé, lors de la communication financière de la société qui se tient actuellement au siège de la bourse de Tunis, que la marque table sur un chiffre d’affaires en progression de 10% en 2017.

Il a par ailleurs indiqué que la société veut également, durant cette année, maintenir le niveau de marge, maîtriser les charges et la masse salariale, améliorer le résultat d’exploitation et les bénéfices et corriger, entre autres, les erreurs commises auparavant, selon ses dires.

S’agissant des nouvelles ouvertures, Kraiem a précisé que Monoprix ouvrira d’ici la fin de l’année en cours deux nouveaux points de vente, un à Gabes et l’autre à Zaghouan. Pour l’année prochaine, la société table sur l’ouverture de 5 nouveaux points de vente et la rénovation de 5 autres.

par -

Le directeur général de la chaîne de grande distribution Monoprix, Fadhel Kraem, a affirmé, lors de la communication financière de Monoprix qui se tient actuellement au siège de la bourse de Tunis que les deux magasins du groupe à Djerba et Sfax seront définitivement fermés. À Djerba, la fermeture a déjà eu lieu alors qu’à Sfax, le processus est en cours.

Il a par ailleurs fait savoir que la société a déjà procédé à plusieurs fermetures, notamment suite aux événements violents et troubles qui ont suivi la Révolution, mais ces deux nouvelles fermetures s’inscrivent dans le business plan de Monoprix visant à garantir une meilleure orientation des magasins et maîtriser l’activité opérationnelle de la gestion des magasins. “Il faut bien choisir l’endroit où on s’implante”, a-t-il dit.

En outre, Fadhel Kraiem a indiqué que d’autres magasins se trouvent également devant plusieurs difficultés financières, mais qu’il faut quand même leur donner la chance de reprendre et de poursuivre normalement leurs activités.

par -

Depuis quelque temps, le secteur de l’huile végétale subventionnée vit une crise aiguë au point que le produit est souvent introuvable dans les commerces, et ce, à cause de dysfonctionnements au niveau de la distribution et d’un problème de quotas à accorder aux fabricants industriels de ce produit de base.

D’où l’opacité régnant au sein du secteur où les bénéficiaires, les citoyens lambda, se trouvent lésés puisque cette huile est détournée vers d’autres destinations.

Cette question a pris de l’ampleur au vu des derniers développements, d’où le souci de notre Chambre syndicale des conditionneurs des huiles alimentaires, relevant de l’Union tunisienne pour l’industrie, le commerce et l’artisanat (UTICA), de vouloir organiser la production et la distribution de l’huile végétale à travers des critères objectifs et transparents.

Nous avons réclamé, il y a déjà près de deux ans, une restructuration du secteur et une révision des quotas importés à accorder aux industriels. Or, au lieu de régler la question, des pressions ont été exercées pour détourner l’affectation des quotas selon les désidératas d’un responsable qui semble faire la pluie et le beau temps.

Au lieu d’introduire les réformes nécessaires proposées par les industriels dans un cadre de transparence et de professionnalisme, comme le stipulent les procès-verbaux des réunions et dans les correspondances multiples adressées au ministre du Commerce, au secrétaire d’Etat et à la direction de contrôle au département du Commerce, le responsable du contrôle en question a surpris la chambre en imposant ses « solutions ».

Il a ainsi fixé les quotas sans tenir compte des critères objectifs auxquels doivent obéir les industriels tout en optant pour l’approche des deux poids-deux mesures dans le sens où il n’a pas traité toutes les entreprises sur le même pied d’égalité en faisant infliger des sanctions à des certaines sociétés qui n’ont pas subi les contrôles pour des raisons diverses, alors que pour d’autres, dans le même cas, l’approvisionnement s’est poursuivi normalement.

Sans oublier l’augmentation des quantités accordées aux industriels ayant exercé les pressions que tout le monde connaît.

Nous dénonçons, également, le non respect des cahiers des charges par près de 30 à 40% des industriels qui continuent de bénéficier des mêmes quotas sinon plus, alors que d’autres se sont vu diminuer leurs stocks de près de 40%, ce qui fait planer la menace de faillite pour ces industriels.

Ce qui est curieux encore, c’est que la plupart des sociétés bénéficiaires des décisions du responsable en question se trouvent dans les zones frontalières, laissant entendre un soupçon d’encouragement à la contrebande.

A noter qu’une commission composée de représentants du ministère du Commerce, du ministère de l’Industrie, de la direction du contrôle économique, des gens de la profession et de l’Office de l’huile, devait se réunir pour régler ce problème de quotas, mais la décision a été prise sans que les parties concernées ne se concertent pour trouver un accord.

De même, nous avons réclamé en vain les rapports et les PV des diverses réunions, et avons envoyé de nouvelles correspondances aux officiels sans recevoir de suites aux requêtes.

Face à tous ces dysfonctionnements et autres anomalies menaçant la viabilité et la pérennité du secteur, nous avons pris un ensemble de décisions dont l’arrêt de la production jusqu’à nouvel ordre, à savoir une réponse aux revendications des professionnels, fortement déçus par les mesures arbitraires prises par le responsable en question qui impose ses visions à tout le monde.

Les professionnels restent optimistes dans l’attente des suites à donner à leurs revendications par l’autorité de tutelle, à savoir le ministère du Commerce, sinon, la cessation de la production se poursuivra avec tout ce que cela implique comme crise majeure dans un secteur sensible touchant de très près la majeure partie des citoyens bénéficiant de ce produit de base subventionné.

par -

La SONEDE annonce la reprise de la distribution de l’eau potable au gouvernorat de Kairouan depuis le matin de ce jeudi 1er septembre 2016.

Dans un communiqué rendu public ce jeudi, la SONEDE a expliqué que la panne précédemment annoncée dans la région a pu être réparée ce jour même, et ce après avoir annoncé que la réparation de la panne durera au moins deux jours.

par -
Businessmen shaking hands against an hi-tech background

Electrolube, le fabricant mondial de l’électrochimie,  a choisi Adelec international pour soutenir et promouvoir dans les pays de l’Afrique du Nord la gamme Electrolube de vernis de protection, des solutions de gestion thermique, des  résines d’encapsulation, des lubrifiants de contact et des  services de maintenance du Nord. Basé en Tunisie, Adelec est un important distributeur d’équipements et de consommables pour l’industrie de l’électronique à travers le Maroc, l’Algérie et la Tunisie.

Le nouveau partenariat de travail avec Adelec vient à un moment opportun pour Electrolube, alors que la société poursuit ardemment ses plans d’expansion stratégique. Le Maroc et la Tunisie en particulier offrent les  plus importantes opportunités de  croissance à long terme en raison de leurs secteurs manufacturiers déjà en place, une bonne infrastructure et des ressources humaines et laborieuses  raisonnablement qualifiés. En tant que deuxième plus grand fournisseur de véhicules en Afrique après l’Afrique du Sud, le Maroc, en particulier, se positionne comme le nouveau pôle automobile régional pour les grands constructeurs automobiles mondiaux, avec de nombreux avantages et facilités accordés par le gouvernement pour les constructeurs automobiles étrangers.

Ron Jakeman, directeur général d’Electrolube, a déclaré que « les secteurs manufacturiers en Afrique du Nord sont en expansion et en forte croissance principalement dans l’industrie aérospatiale, l’automobile et l’électronique. Ce sont des secteurs où  Electrolube est mondialement en plein essor ». « Il est extrêmement important pour Electrolube d’identifier un partenaire qui partage les mêmes objectifs et a la capacité de fournir à nos clients un service réactif et soutien de première classe. L’équipe de Adelec a suivi une formation intensive sur les produits Electrolube, est  en synergie avec  notre entreprise entant que  fournisseur de solutions innovantes et est  techniquement très forte en consommables. Ils intègrent clairement les critères rigoureux que nous recherchons pour promouvoir notre gamme de produits de manière efficace et nous sommes impatients de travailler avec eux pour développer notre activité à travers l’Afrique du Nord », a-t-il souligné.

par -
Mohsen Hassen qui vient d’être nommé ministre du Tourisme

La dernière touche est en train d’être mise  à la 2ème phase du programme de mise à niveau des circuits de distribution qui sera soumis prochainement au conseil des ministres, a déclaré le ministre du Commerce, Mohsen Hassen, ce samedi en visite au marché de gros des fruits et légumes de Tazarka.

Ila ajouté  que les efforts sont déployés pour accélérer la mise à niveau des marchés de gros dans plusieurs gouvernorats, améliorer leur infrastructure de base et leurs équipements, développer leurs méthodes de gestion et adopter la balance électronique.

Le ministre a encore, annoncé la création, dans le cadre de ce programme d’un marché de gros dans la ville de Kélibia pour des crédits globaux de 2 millions de dinars. Il a par ailleurs, assuré que tous les produits de consommation de base sont disponibles dans les différents gouvernorats de la république, relevant la baisse sensible des prix par rapport aux premiers jours de ramadan.

Le ministère du commerce œuvre à améliorer l’approvisionnement des marchés et à maîtriser les prix en vue de préserver le pouvoir d’achat des catégories défavorisées, a t-il conclu.

par -

La société MIB, filiale du groupe Slama, acteur incontournable du marché de la téléphonie mobile en Tunisie depuis 1998, vient d’annoncer le lancement officiel de sa propre marque locale de téléphonie mobile. C’est en aspirant à démocratiser le marché de la téléphonie en le rendant accessible à la majorité, que la société MIB a décidé de se lancer dans cette nouvelle aventure commerciale. La nouvelle marque qui sera bientôt commercialisée sur le marché tunisien, dit avoir choisi des «prix malins », c’est-à-dire de 39 à 399 dinars. Parlant de ses nouveaux appareils, le groupe Slama affirme évoque dans un communiqué de presse  une «innovation 100% made in Tunisia ».

Rappelons que MIB (Matériel pour l’Industrie et la Bureautique) est une société du groupe Slama, créée en 1986, emploie près de 300 collaborateurs avec un portefeuille important de clients dans de nombreux secteurs d’activités comme le marquage industriel  et emballage, équipements pour l’industrie textile, activité télécom (Représentant officiel de Tunisie Télécom), activité IT. MIB qui est aussi distributeur officiel de la marque Apple.

par -

Le ministère de l’Éducation a entamé depuis dimanche 29 mai 2016 la distribution des sujets d’examens du bac sur l’ensemble des centres de dépôts des différents gouvernorats du pays, indique un communiqué.

La distribution des sujets d’examens s’est faite sous haute surveillance sécuritaire et en collaboration avec les institutions sécuritaire et militaire.

par -

L’agence de voyage tunisienne Traveltodo, première agence de voyage sur Internet, a conclu  un accord commercial avec le groupe hôtelier mondial Club Med, spécialiste des vacances tout compris haut de gamme et multiculturelles.

Selon le site « Destination Tunisie », il  s’agit d’un accord exclusif de distribution des produits Club Med dans le réseau et points de vente de Traveltodo (30 agences, outre 70 revendeurs) à compter du 1er juin 2016 et qui fait désormais de Traveltodo le GSA officiel (Global Sales Agent) du Club au départ de la Tunisie.

Le directeur général de Traveltodo, Tarek Lassadi,  a déclaré que  « c’est  une grande première dans le secteur du voyage en Tunisie puisque nous allons désormais relayer l’intégralité de la formidable palette d’offres de produits et séjours du Club Med à nos clients, payables en dinars tunisiens ».

L’offre Club Med disponible chez Traveltodo compte 66 Resorts dans 26 pays avec une formule unique d’All Inclusive Premium orientée vers tous types de clientèles : famille, couples ou encore amis et célibataires.

Afin d’orienter et de conseiller comme il se doit sa clientèle, Traveltodo a fait bénéficier à une trentaine de ses commerciaux d’une formation sur les produits Club Med, indique la même source qui rappelle que Traveltodo dispose  d’une production très étoffée, d’un large réseau de distribution multi-canal sur plus de 480 000 hôtels, résidences et clubs en Tunisie et dans le monde, payables en dinars tunisiens avec confirmation en temps réel et immédiate des chambres.

Pour assurer sa réactivité, l’agence dispose d’un call center de 20 positions « complètement dédié aux requêtes et aux diverses demandes de notre clientèle, notre unique ambition étant de satisfaire tous ceux qui font appel à nos services », précise Tarek Lassadi.

par -

Les états financiers de Cellcom, propriétaire de la marque de téléphonie Evertek, font ressortir des capitaux propres de 15.714.618 dinars tunisiens pour l’exercice 2015,  y compris le bénéfice de l’exercice s’élevant à 3.098.536 dinars tunisiens. Cependant, les commissaires aux comptes de l’entreprise du groupe Hmila, attirent l’attention sur le fait que «la société a reçu, le 27 décembre 2012, une notification des résultats de la vérification approfondie de sa situation fiscale au titre de la période allant du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2011. Les impôts réclamés par l’administration fiscale s’élèvent à un total de 494.249 dinars tunisiens en principal et pénalités de retard. Cette notification a fait l’objet d’une réponse motivée par la société «CELLCOM SA» rejetant les principaux chefs de redressement. La société a néanmoins admis le redressement pour certains points et une provision au titre d’un complément d’impôts à payer à ce titre est constatée , au 31 décembre 2015, pour un montant de 114.340 dinars tunisiens. Le 26 octobre 2015, une notification de taxation d’office a été communiquée à la société, réclamant un complément d’impôts et taxes de 375.547 dinars tunisiens dont 95.215 dinars tunisiens de pénalités de retard. Actuellement, l’affaire est devant le tribunal de première  instance de Tunis et l’incidence finale de ce redressement sur les comptes arrêtés au 31 décembre 2015 ne peut être appréciée ».

par -

Pour compresser les tarifs appliqués sur l’eau et l’électricité en Côte d’Ivoire, qui avaient connu une forte hausse en janvier dernier, le président Alassane Ouattara a une idée radicale : “Mettre fin au monopole de la CIE (Compagnie ivoirienne d’électricité) et de la SODECI (Société de distribution d’eau) ». Il a tenu ces propos hier dimanche  1er mai à l’occasion de la célébration de la fête internationale du travail. Une annonce accueillie avec joie et soulagement par des citoyens qui se plaignaient beaucoup de l’envolée des prix.

« Je lance un appel à tous ceux qui souhaitent venir investir dans ces secteurs de le faire pour que nous ayons une saine compétition qui permettra de maîtriser les prix et de baisser le coût de l’électricité », a ajouté Ouatarra, vigoureusement applaudi par les syndicats des travailleurs.

Il est vrai que les quatre confédérations syndicales de travailleurs du pays avaient fait bloc pour pointer du doigt « le malaise » suscité par l’augmentation des tarifs de l’électricité, évaluée par l’Union fédérale des consommateurs à +40% en seulement cinq ans.

Une CIE trop gourmande

A souligner que les bailleurs internationaux y sont pour beaucoup, en effet ils ont contraint la CIE à revoir à la hausse ses prix pour, disent-il, sauver la compagnie du péril qui la guette. Les partenaires de la société, cédée par l’Etat en 1990 au ténor ouest-africain de l’énergie Eranove, estiment qu’elle fournit l’électricité à la population à des prix trop bas vu qu’elle reçoit d’importantes subventions de la part des autorités. La compagnie a procédé en janvier à un « ajustement tarifaire » qui devait déboucher sur une « hausse de 6 à 10 % » du coût du kW/h pour 60 % des clients, d’après le ministre de l’Énergie, Adama Toungara. Mais la compagnie serait passée outre cette fourchette. « Nous avons découvert que la décision gouvernementale n’a pas été correctement appliquée et que certains abonnés ont connu une hausse plus élevée que celle initialement prévue allant jusqu’à 30 %, 40 % voire 50 % », a dénoncé le président Ouattara, qui parle d’une « injustice inadmissible ». Décision sans appel du chef de l’État face à cette dérive : « l’annulation pure et simple » de la hausse de janvier.

A souligner que la quantité d’électricité produite par la CIE met la Côte d’Ivoire à la première place en Afrique de l’Ouest ; c’est également cette compagnie qui continue de distribuer et de vendre l’électricité nationale. C’est ce monopole que le président de la République va casser pour faire baisser la tension sur les prix.

Enfin sachez que le chantier de l’électricité est une des priorités du gouvernement depuis son installation ; un vaste plan de réhabilitation du réseau national est enclenché, avec un budget d’à peu près 16 milliards d’euros d’ici 2030, dont la plus grande part va être décaissée par des opérateurs privés.

par -
Selon le journal Ettounssiya

Les revenus de la société SAH s’élèvaient au 31 mars 2016 à 66,495 MDT contre 62,911 MDT au 31 mars 2016, soit un taux d’augmentation de 6%. Ils représentent 27 % de l’objectif annuel prévu au niveau du business plan 2013‐2017 (250,919 MDT). L’augmentation des revenus par rapport au 1er trimestre de 2015 est principalement expliquée par une augmentation du chiffre d’affaires à l’export de 11%.

Les investissements au 31 mars 2016 s’élèvaient à 1,087 MDT contre 5,677 MDT pour la même période de 2015. Ils correspondent essentiellement à l’acquisition de matériels industriels et de matériels de transport. L’endettement s’élèvait au 31 mars 2016 à 68,771 MDT contre 56,798 MDT au 31 mars 2016 enregistrant ainsi une augmentation de 11,973 MDT provenant notamment de l’augmentation des crédits de gestion suite à l’accroissement de l’activité.

par -

Le chiffre d’affaires de la société Land ’or pour le 1er trimestre 2016, enregistre une croissance positive de 15% par rapport à la même période de 2015. Les ventes à l’export ont réalisé une croissance de 279% et étaient à l’origine de cette évolution. Sur le marché local,  le chiffre d’affaires  a enregistré au terme du premier quart de l’année un repli de -1% malgré une croissance des ventes en quantité de l’ordre de 4%. Ceci est dû à un nouveau positionnement au niveau des gammes de produits prenant en compte la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs. A l’export, le chiffre d’affaires  a réalisé une évolution remarquable de 279% par rapport à la même période de l’année 2015. Cette performance est devenue possible grâce à la consolidation des ventes au Maroc, à la reprise des ventes en Libye, et la pénétration de nouveaux marchés

par -

La chaîne de distribution Monoprix (SNMVT) a clôturé le 1er trimestre de l’exercice 2016, par un CA (Chiffre d’affaires) TTC qui a régressé de 3.69 % par rapport à la même période en 2015. Au cours du 1ér trimestre 2016, la SNMVT a procédé à l’ouverture de 2 magasins à Sidi Hssine et à la  Soukra Square. Deux magasins ont été définitivement abandonnés (régions Bizerte et Denden), les magasins El Ahmadi, Feryana, Rdaief et Mateur demeurent fermés. Les charges du personnel au 31/03/2016 sont passées de 9,7 à 10,4 MDT, mais tiennent compte de nouveaux avantages conclus lors des dernières négociations sociales sectorielles

par -
La société Cellecom

«Le 1er trimestre 2016 a connu un événement majeur dans le monde de la technologie en Tunisie, à savoir le lancement de l’internet haut débit 4G. Tous les opérateurs téléphoniques ont proposé des offres commerciales importantes pour inciter leurs clients à migrer vers cette nouvelle technologie », écrit le management de la société Cellcom, comme pour expliquer la baisse de ses ventes.

Dans ce cadre, Cellcom explique avoir «décidé d’adapter son offre aux nouveaux besoins de ses clients, en limitant son offre de Smartphones compatibles avec la technologie 3G et de lancer sa nouvelle gamme d’appareils qui peuvent fonctionner avec la 4G ».

Résultat, un ralentissement de ventes de Smartphones qui ont atteint 34 679 unités contre 35 798 unités au cours de la même période en 2015. Cellcom continue également à réduire son offre des téléphones classiques et n’a vendu de cette gamme que 38 750 unités durant les trois mois 2016 contre 52.679 unités au T1 2015. A la fin du premier trimestre de cette année, le total des revenus de cette entreprise cotée en bourse, n’ont atteint que 6,6 MDT contre 9,1 MDT une année auparavant, une baisse du chiffre d’affaires de 27,5%.

par -
« Nous œuvrerons à obtenir une autorisation pour l'ouverture d'un hypermarché dans le cadre du partenariat conclu entre la Société

Le chiffre d’affaires HT du Magasin Général, au 1er trimestre 2016 a enregistré une évolution d’environ 1,04% par rapport à celui enregistré à la même période de l’exercice précédent. De 190 MDT, il passait en effet à 192 MDT. Les charges du personnel du 1er trimestre 2016 ont enregistré une évolution de 6,94% par rapport à celles constatées au cours du 1er trimestre de l’année précédente. Le ratio masse salariale rapportée au CA passe ainsi de 7,49% au 31 mars 2015 à 7,93% à la même période de 2016. On notera aussi que le coût des marchandises vendues a aussi baissé de 2 MDT d’un mars (2015) à l’autre (2016), mais que les charges financières de l’entreprises ont augmenté, passant 2,9 à 3,4 MDT.

Le nombre de points de vente est passé de 83 unités à la fin du 1er trimestre 2015 à 82 unités à la fin du 1er trimestre 2016, et ce suite à l’ouverture des 2 points de vente de « Mg Médenine », « Mg et Ennasr »,  la fermeture de « BATAM Tej Marhaba », « Mg Charguia » et « Mg Bab el Falla».  La société rappelle à ce propos que MG rue de Ghana a été incendié fin décembre 2014, des dégâts qui ont engendré des pertes d’actifs et d’exploitation. Ces pertes sont couvertes par les contrats d’assurance souscrits par la société. Ce magasin demeure fermé. La société rappelle aussi que lors des événements survenus au cours du mois de janvier 2016, le magasin MG TAJEROUINE a été saccagé. Les dégâts ont touché les immobilisations et les stocks ainsi que des pertes au niveau de l’exploitation. Ces pertes sont couvertes par les contrats d’assurance souscrits par la société. Ce magasin demeure lui aussi fermé.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Selon des informations rapportées ce vendredi 24 novembre 2017 par la chaîne de télévision Sky News Arabia, Une explosion s'est produite dans une mosquée...

Reseaux Sociaux

SPORT