Tags Posts tagged with "Dubai"

Dubai

par -

Le 22 février 2018, l’État djiboutien a mis fin de manière anticipée à la concession du terminal à conteneurs de Doraleh, attribuée en 2006 à la société Doraleh Container Terminal (DCT), entreprise contrôlée de facto par l’actionnaire minoritaire DP World.

L’exécution de ce contrat de concession s’était révélée contraire aux intérêts fondamentaux de la République de Djibouti. La poursuite de ce contrat portait un préjudice grave aux impératifs de développement du pays et au contrôle de son infrastructure la plus stratégique.

Plusieurs tentatives de renégociation de la concession avec DP World, initiées par le gouvernement, n’ont pas abouti en raison du refus répété de DP World d’entendre les demandes légitimes de l’État djiboutien.

Cette résiliation, rendue dès lors nécessaire et inévitable, est conforme au droit international. Celui-ci reconnaît la capacité d’un État souverain à résilier unilatéralement un contrat pour motif d’intérêt général, à charge pour ce dernier de verser à son cocontractant une juste indemnisation. Cette résiliation s’inscrit également dans le cadre d’une procédure transparente. Elle trouve sa base légale dans une loi visant à protéger les intérêts fondamentaux de la Nation, votée par le Parlement djiboutien le 8 novembre 2017 et complétée par un décret daté du 22 février 2018.

DCT, sur demande de DP World, a pourtant décidé de tenter de s’y opposer et a initié unilatéralement une procédure d’arbitrage auprès de la LCIA (London Court of International Arbitration ou Cour internationale d’arbitrage de Londres) dans le but, annoncé publiquement par DP World, de reprendre dès que possible ses droits sur la concession et ainsi sur l’exploitation du terminal à conteneurs de Doraleh.

En toute logique, la République de Djibouti n’a pas participé à cette procédure, considérant que LCIA ne jugerait ce contentieux que sur la base des stipulations d’un contrat dont l’exécution porte atteinte aux intérêts fondamentaux de Djibouti.

L’arbitre unique désigné sous l’égide de la LCIA a rendu le 31 juillet 2018 une sentence partielle dont le gouvernement de la République de Djibouti a pris connaissance.

L’arbitre unique a conclu que le contrat de concession ne pouvait pas être résilié par le gouvernement de la République de Djibouti en application de la loi du 8 novembre 2017 et en a déduit que celui-ci est toujours en vigueur.

La République de Djibouti n’accepte pas cette sentence qui consiste à qualifier d’illégale la loi d’un État souverain.

De fait, la sentence semble considérer que les stipulations du contrat de concession conclu entre le Port de Djibouti et DCT sont au-dessus de la loi djiboutienne. Elle ne fait aucun cas de la souveraineté de la République de Djibouti et ne tient pas plus compte des règles du droit international.

À suivre la sentence arbitrale, on comprend aussi qu’un État souverain n’aurait pas le droit de résilier un contrat dont il estime l’exécution contraire à ses intérêts fondamentaux, mais autoriserait en revanche son cocontractant (DP World) à résilier ledit contrat pour protéger ses intérêts commerciaux…

En d’autres termes, un contrat aurait une valeur supérieure à une loi adoptée au nom d’un peuple souverain.

En tout état de cause, l’approche de DP World qui consiste à tenter de s’opposer à la volonté d’un État souverain est irréaliste et cette démarche est vouée à l’échec. Le contrat de concession a été résilié, le personnel et les actifs de la concession ont été transférés à une entreprise publique spécifiquement créée à cet effet et qui gère désormais cette infrastructure.

C’est la raison pour laquelle dans cette affaire, seule une issue indemnitaire équitable, conforme aux principes du droit international, est envisageable.

par -

Le représentant officiel de la Tunisie au Forum annuel des investissements de Dubaï, Sarhane Nasri, a indiqué, ce jeudi 5 avril 2018 sur Express FM, que la Tunisie participera à cette 7e édition, qui se tiendra au Centre international du Commerce de Dubaï, et ce du 9 au 11 avril courant sous l’intitulé «La technologue pour un développement durable et une croissance globale».

 Il a précisé, en outre, que ledit Forum réunira près de 20 mille hommes d’affaires, plus de mille experts dans les domaines de l’investissement, de la technologie et du développement.

Sarhane considère que ce Forum constitue une opportunité idoine pour rencontrer les spécialistes du monde de l’investissement et bénéficier de leurs expériences.

par -

Une quarantaine d’entreprises tunisiennes actives dans le secteur de l’agroalimentaire participent au salon “Gulf Food”, qui se tient du 18 au 22 février 2018 à Dubaï.
Les entreprises tunisiennes présentent plusieurs variétés de produits comme l’huile d’olive, les dattes, les pâtes et les conserves alimentaires.
Le pavillon tunisien abrite une séance de dégustation de plats tunisiens préparés à base d’huile d’olive, précise un communiqué du centre de promotion des exportations (CEPEX) publié mardi 20 février 2018.

par -

La Tunisie représentée par le Centre de Promotion des Exportations (Cepex) a participé à la 1ère réunion du réseau des Organisations de promotion du Commerce et d’Investissement des pays Arabes (ACTION), qui s’est tenue à Dubaï du 13 au 14 février 2018, avec le soutien de l’initiative Aide pour le Commerce pour les États Arabes (AFTIAS) et de Dubaï Exports et le concours du Centre de Commerce International de Genève (CCI).

La réunion a rassemblé une dizaine de pays arabes et les représentants des organismes similaires de, l’Égypte, la Palestine, le Liban, le Maroc, l’Algérie, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Soudan et les Émirats Arabes Unis.

La réunion a démontré une forte volonté des pays participants à s’engager dans le processus par la conception d’une convention cadre à laquelle d’autres pays peuvent s’associer et la rédaction des termes de référence de la structure de Gouvernance qui sera mandatée par un Président pour 2 ans à reconduire. Au terme de la réunion, le groupe des participants a élu Dubaï Export pour le mandat des premières années de lancement.

L’objectif du réseau est d’explorer les mécanismes de mise en réseau efficaces et proposer des solutions pratiques à mettre à la disposition des entreprises afin de booster davantage leurs exportations dans la zone arabe.

par -

Le consulat de Tunisie à Dubaï et aux Emirats du Nord a annoncé la mise en place d’une cellule de suivi de la situation de certains passagers Tunisiens qui devaient embarquer via l’aéroport de Dubaï.

Dans un statut posté sur sa page officielle Facebook, le consulat a mis à la disposition des Tunisiens un numéro ( 00971/42617070) et un courriel électronique à ct.dubai@diplomatie.gov.tn ou constund@eim.ae pour pouvoir se renseigner sur les nouveautés.

Il est à noter que les Tunisiennes ont été empêchées de voyager ou d’escale aux Emirats Arabes Unis et que les autorités Tunisiennes ont décidé de suspendre les vols de la compagnie aérienne Emirats Airlines en réponse à cette décision.

Rappelons à ce propos que le chef du gouvernement, Youssef Chahed a donné, dimanche, ses instructions au ministre du Transport pour suspendre la ligne aérienne avec cet émirat du Golfe assurée par Emirates Airways et ce, jusqu’à ce qu’à ce dernier soit capable de trouver la solution adéquate pour opérer ses vols conformément aux droits et aux accords internationaux.

Cette décision intervient suite à la décision des Emirats unis d’interdire les femmes tunisiennes d’embarquer sur des vols pour les Emirats arabes unis.

par -

Le porte parole d’Emirates a annoncé dans un communiqué dont une copie est parvenue à Africanmanager que conformément aux instructions des autorités tunisiennes, Emirates cessera tous ses services entre Dubaï et la Tunisie à partir d’aujourd’hui, 25 décembre 2017 jusqu’à nouvel ordre.

Les passagers concernés sont appelés à contacter leur agent de voyage ou leur bureau de réservation pour toute assistance.

Cette décision vient suite aux instructions du chef du gouvernement, Youssef Chahed, appelant à suspendre tous les vols de l’Emirates de et vers la Tunisie et ce, après avoir interdire aux femmes tunisiennes d’embarquer sur des vols pour les Emirats arabes unis.

par -

Transformation technologique du nouveau Range Rover Sport offrant efficacité, capacité et performance comme jamais auparavant. Le nouveau Range Rover Sport 2018 sera révélé pour la première fois au Moyen-Orient au Salon international de l’automobile de Dubaï de 2017 en Novembre, 2017.

Tous les nouveaux Range Rover Sport bénéficient de nouvelles technologies et de retouches esthétiques. Le Range Rover SportSVR dispose dorénavant de 575ch devenant ainsi le Range Rover le plus rapide de tous les temps.

«Quand nous avons dessiné ce nouveau Range Rover Sport, nous voulions préserver ses prouesses sportives tout en faisant évoluer son design. Des technologies telles que son système multimédia ou ses phares LED nous ont permis de le rendre encore plus désirable», a dit Gerry McGovern, Chief Design Officer, Land Rover

Le Range Rover Sport s’est vendu à plus de 732.000 exemplaires depuis son lancement en 2004. Il est apparu dans un grand nombre de films – TV et cinéma – partout dans le monde.

La technologie Terrain Response 2 utilise un calibrage unique pour répartir intelligemment et précisément le couple du moteur électrique aux quatre roues. Le couple maximal dès zéro tour par minute, est particulièrement adapté aux manœuvres en tout-terrain.

En 2018, L’extérieur a également évolué pour harmoniser, moderniser et dynamiser le design du Range Rover Sport sans en changer le caractère.

À l’avant, les feux LED Pixel-laser intelligents encadrent la calandre redessinée. Le pare-chocs présente un profil plus agressif.

À l’intérieur, le nouveau système multimédia Touch Pro Duo appelé ‘Blade’, est le plus évolué jamais conçu par Jaguar Land Rover. Deux écrans haute-définition de 10’’ constituent l’élément central de l’habitacle minimaliste.

La connectivité est encore plus poussée avec de nombreuses prises, dont une prise de courant domestique pour charger les portables et les autres appareils. L’arrivée de la clé-loisirs renforce le côté pratique du Range Rover Sport en permettant à ses utilisateurs de le verrouiller et déverrouiller sans garder la télécommande – parfait pour les activités de plein air.

Le nouveau Range Rover Sport propose toute une série d’innovations :

Le pare-soleil à commande gestuelle peut être ouvert ou fermé d’un simple geste de la main vers l’arrière ou l’avant devant le rétroviseur intérieur

L’assistance au remorquage gère le contre-braquage nécessaire pour reculer ; il suffit au conducteur d’utiliser la molette du système Terrain Response 2 pour atteindre l’endroit désiré

Les phares LED Pixel-laser offrent plus de luminosité et adaptent l’éclairage pour éviter d’éblouir les véhicules arrivant en sens inverse

Les conducteurs à la recherche des performances se tourneront vers le nouveau modèle SVR avec ses 575ch qui lui permettent de couvrir le 0-100km/h en 4,5 secondes (0-60 km/h en 4.3 seconds),

Dessiné et conçu au Royaume-Uni par Jaguar Land Rover, le nouveau Range Rover Sport sera produit dans l’usine de Solihull. Les prises de commandes commencent dès maintenant pour des livraisons début2018….

par -

Un incendie a ravagé dans la nuit de jeudi à vendredi un des plus hauts gratte-ciel de Dubaï, la Torch Tower, et ses occupants ont été évacués dans la panique, rapporte BFMTV.

Les autorités de Dubaï, l’un des Emirats arabes unis, ont annoncé qu’il n’y avait eu aucune victime dans l’incendie qui a affecté la partie supérieure de cet immeuble de 79 étages haut de 337 mètres.

Le feu, dont l’origine n’a pas été déterminée immédiatement, a été maîtrisé, ont indiqué les autorités. Le chef de la police de Dubaï, le général Abdullah Khalifa al-Marri, a indiqué que l’incendie avait débuté au 63e étage, indique la même source.

par -

La Bourse de Tunis et le Nasdaq Dubaï, ont signé le 6 mars 2017, un protocole d’accord qui habilite l’Etat tunisien à mobiliser des ressources financières à travers l’émission de Sukuks islamiques sur la bourse de Dubaï. Cette bourse héberge sur sa cote, des titres de capital de sociétés internationales et émiraties et permet d’utiliser la plateforme Murabaha pour le financement Islamique.
Des experts estiment que le recours aux Sukuks, lesquels sont des certificats d’investissement conformes à la recommandation religieuse (Charia islamique) et qui sont l’équivalent, en quelque sorte, des obligations dans la finance conventionnelle, est une alternative qui coûte cher à un pays où le risque de surendettement plane toujours.
En effet l’accord entre la Bourse de Tunis et le Nasdaq Dubai vient concrétiser les dispositions de la loi du 30 juillet 2013 relative aux sukuks islamiques. Cette loi stipule que les sukuks, émis ou garantis par l’Etat, sont autorisés par la Loi de finances et que chaque émission sera ratifiée avant l’utilisation du produit qui en résulte.
Or, le recours à ce potentiel de la finance islamique n’a pas trouvé bon écho et a stipulé une grande polémique depuis 2012 au sein de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC). Cette alternative est, pour une grande majorité des tunisiens, un autre mode d’endettement qui alourdit les charges de l’Etat, déjà surendetté.
Pour le directeur général de la Bourse de Tunis, Bilel Sahnoun, ” ce n’est pas le cas “. ” Ça ne veut pas dire que nous allons céder le pays en gage “, a-t-il dit, expliquant la polémique soulevée par un malentendu au sujet de la finance islamique.
Le gouvernement aspire à mobiliser, 1000 millions de dinars en 2017 à travers les sukuks islamiques, selon le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), Chedly Ayari. “Ce choix est beaucoup plus idéologique qu’économique”, selon l’économiste Mongi Smaili.
L’émission de ces obligations sur le Nasdaq Dubaï témoigne de la volonté du gouvernement de mobiliser davantage de financements de la part des pays du Golfe arabe, a-t-il indiqué, dans une déclaration à l’agence TAP.
Et d’ajouter “les investisseurs dans ces pays exigent l’investissement de leur argent dans des produits “halal”. Aussi, la mobilisation de ressources financière à travers les sukuks islamiques est un autre mode d’endettement à un coût plus cher que celui de la finance conventionnelle.
De son côté, l’économiste Mourad Hattab estime que l’émission de sukuks islamiques sur le Nasdaq Dubaï est une opération ” très délicate, mais c’est dans tous les cas plus de dettes pour la Tunisie”.
” C’est une opération délicate, car elle nécessite des garanties financières solides et une capacité de l’Etat à rembourser ses dettes selon les conditions du marché “, a-t-il expliqué.
“Une opération coûteuse qui ne permettra pas de mobiliser plus que 500 millions de dinars”
D’après Hattab, l’émission de ces sukuks sur le Nasdaq Dubaï ne permettra pas de mobiliser plus que 500 millions de dinars. “C’est un montant infime par rapport au coût de l’opération “, estime l’économiste, relevant que selon les prévisions du FMI, la dette extérieure atteindrait en 2017, 71,4% du PIB contre 69% actuellement avec un service de la dette variant entre 6 et 7%.
La dernière sortie de la Tunisie sur les marchés financiers internationaux a été ” catastrophique ” d’après Hattab. Le pays n’a mobilisé que 850 millions euros contre 1 milliard d’euros prévu.
Pour sa part, le député et membre de la commission parlementaire à l’ARP, Slim Besbes (Ennahdha), croit que la coopération avec la bourse de Dubaï, qui occupe le premier rang mondial en ce qui concerne la gestion des sukuks islamiques, ” n’est qu’une assistance technique qui vise à tirer meilleure profit de l’expertise de ce marché ouvert sur le plans régional et international “.
Le député reconnaît qu’il faut donner des biens publics en gage ou en garantie pour émettre des sukuks. Or, l’opinion publique a été fortement opposée aux initiatives de la BCT et du ministère des Finances de donner en gage le stade de Radés pour émettre des obligations, rappelle Besbes.
Cette réticence de l’opinion publique a mis à l’échec les efforts des gouvernements de post-révolution, depuis 2012, de sortir sur les marchés financiers des pays du Golfe, pour mobiliser des ressources financières.
D’après le dernier rapport de la BCT, la Tunisie souffre d’une croissance économique anémique, un déficit courant insoutenable, des investissements directs étrangers affaiblis et un déficit budgétaire qui demeure élevé quoiqu’en repli par rapport à son niveau enregistré en 2014.
L’endettement extérieur a évolué pour atteindre 36,652 MD, au terme de 2015 à une cadence supérieure à celle enregistrée en 2014, soit en augmentation de 15,6%. Cette évolution s’explique par l’affermissement de l’endettement extérieur de l’Etat (19,4% contre 14,8%).
L’Etat a eu recours en 2015 à des ressources extérieures sous forme de tirages sur prêts extérieurs, notamment, le prêt d e la Banque mondiale (455 millions d’euros), la dernière tranche du crédit Stand-by accordé par le FMI pour une enveloppe de 300 millions de dollars et le prêt de 183 millions d’euros octroyée par la Banque africaine de développement (BAD). D’autres financements ont été mobilisés à travers les marchés financiers internationaux. Il s’agit de l’emprunt obligataire de 1 milliard de dollar US, conclu en janvier 2015.

par -

Un incendie s’est déclaré mercredi dans la tour résidentielle Sulafa Tower, dans le quartier de Dubaï Marina (Emirats arabes unis), sans faire de victimes, rapporte le site «  20minutes.fr »

La défense civile a en effet procédé à l’évacuation des résidents de cette tour d’habitation de 75 étages. Les images, diffusées sur les réseaux sociaux, montrent des flammes s’élevant des balcons des étages supérieurs.

Des plaques de feu se détachaient du revêtement extérieur des 15 derniers étages et tombaient de la tour, selon un journaliste de l’AFP, qui ajoute que le feu a consumé la partie supérieure de la façade principale, avant de se propager aux deux autres côtés.

Pour rappel, plusieurs incendies ont récemment ravagé des gratte-ciel de Dubaï : le 7 juillet dernier dans l’hôtel de luxe The Adress Mall Dubaï et le 31 décembre 2015 dans un autre hôtel de luxe, The Adress Downtown. En février 2015, un incendie avait également embrasé la partie supérieure d’un des plus hauts gratte-ciel de Dubaï, The Torch, là encore sans faire de victimes.

par -

L’Observatoire tunisien de l’indépendance de la magistrature (OTIM) a catégoriquement démenti, dans un communiqué lundi, les informations selon lesquelles une convocation a été adressée par la justice tunisienne au gouverneur de Dubaï, cheikh Mohamed Ibn Rached Almaktoum et qu’un juge tunisien s’est rendu à l’ambassade des Emirats arabes unis à Tunis pour remettre cette convocation, affirmant que ces informations sont dénuées de tout fondement outre fait qu’elles nuisent à la réputation de la magistrature et à l’objectivité de la presse.

L’Observatoire précise encore qu’aucun mandat d’amener n’a été émis contre le gouverneur de Dubai et qu’aucun convocation ne lui a été notifiée ni directement par le bureau du juge d’instruction ni par le biais du ministère public.

Il rappelle enfin que les mandats d’amener internationaux et les convocations adressées aux accusés de nationalité étrangère sont exécutés conformément aux conventions d’entraide judiciaire et à travers les ministères de la Justice et des Affaires étrangères sans intervention directe aucune des juges d’instruction ou des membres du Parquet.

par -
Avec ses 14km2

Avec ses 14km2, sa superficie serait celle d’une petite ville française, ou bien des 18e et 19e arrondissements de Paris cumulés. Déjà considérée comme une capitale du shopping, la ville-émirat de Dubaï a annoncé vouloir construire une véritable “ville climatisée” et couverte pour échapper à la chaleur.

Cette ville accueillera notamment le plus grand centre commercial du monde, “Mall of the world” (Mall du monde). Ce centre s’étendra sur une superficie de quelque 743.000 mètres carrés et sera relié à un réseau de rues commerçantes dont la température sera contrôlée, a annoncé le gouvernement de Dubaï dans un communiqué publié samedi 5 juillet.

Le complexe du Mall du monde comprendra également “le plus grand parc d’attractions à thème couvert du monde” ainsi qu’un quartier culturel abritant des théâtres. Il sera, par ailleurs, relié à une centaine d’hôtels et appartements meublés.

“Les promenades de sept kilomètres de long qui relieront tous les bâtiments resteront ouvertes pendant l’hiver et seront couvertes l’été” pour échapper à la chaleur de l’émirat, où les températures frôlent les 50 degrés de juin à septembre.

Le gouvernement n’a pas précisé à quelle date les travaux doivent débuter pour ce projet, dont est chargé Dubai Holding, appartenant au souverain de Dubaï, cheikh Mohammed ben Rached Al Maktoum.

FOCUS 🔍

La Banque de l’Habitat porte à la connaissance du public qu’un poste d’administrateur indépendant (Risques) est vacant. Afin de choisir un candidat à ce poste,...

Le meilleur des RS

Une enquête réalisée par le CJD auprès des PME (oct-nov 2018) et portant sur les performances de l’administration publique, a donné des résultats alarmants....

INTERVIEW

Africanmanager était, samedi 8 décembre 2018, le 1er arrivé sur le site des JES et il n’y avait nul autre journaliste sur place et...

AFRIQUE

La Chambre africaine de l’énergie (EnergyChamber.org) est fière de soutenir la 2ème édition du Nigeria International Petroleum Summit (NIPS) (NigeriaPetroleumSummit.com), qui se déroulera au...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le CA Bizertin a ramené un point de son déplacement à Métlaoui qui lui permet de s'emparer seuln de la première place du classement...