Tags Posts tagged with "etudes,"

etudes,

par -

Le sujet des bourses d’études a été mis sur la table lors de la visite du ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, au Sénégal, en compagnie d’une vingtaine hommes d’affaires, dans le cadre du Forum tuniso-sénégalais, les 13 et 14 juillet 2017. Jhinaoui a fait savoir, au terme de son entretien avec le chef de la diplomatie sénégalaise, Mankeur Ndiaye, que la Tunisie va mettre plus de bourses à la disposition des étudiants sénégalais, a rapporté Le Soleil hier vendredi.

A noter qu’une ministre tunisien n’avait pas foulé le sol sénégalais depuis 11 ans, ce qui en dit long sur la nécessité de donner un coup de fouet au partenariat entre les deux pays. Par ailleurs Jhinaoui a déclaré que le Sénégal est une destination de choix au Sud du Sahara pour les produits tunisiens et que plus d’une trentaine d’accords lient les deux pays, une dynamique qui sera prochainement renforcée par un vol quotidien entre Dakar et Tunis, a annoncé Mankeur Ndiaye…

par -

Les difficultés d’obtention de financement par les PME, les problématiques relatives au manque d’eau dans le secteur agricole, la faiblesse des mécanismes de maîtrise du marché et les difficultés au niveau du marché de l’emploi sont les principaux problèmes de développement en Tunisie, selon des études préparées par un groupe de travail du programme “compact” de l’entreprise américaine “le défi du millénaire”.
Les études, dont les résultats préliminaires ont été présentées à l’occasion d’un atelier de travail organisé jeudi 06 juillet 2017, à Tunis, “soulignent la nécessite de mettre en place des stratégies et d’instituer des réformes à même de contribuer à la relance de la croissance économique et d’assurer l’essor social”, selon un communiqué du ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale.

L’élaboration de ces études relatives à la détermination des entraves au développement en Tunisie s’inscrit dans le cadre d’un programme d’action cohérent visant à fixer un ensemble de projets de développement qui permettraient à la Tunisie de lutter contre la pauvreté, de créer de nouvelles opportunités au profit des catégories défavorisées en les aidant à créer des petits projets et à adhérer à des systèmes de production, l’objectif étant de réaliser une plus grande inclusion sociale.
Ces études ont été réalisées dans le cadre d’une approche participative avec la contribution de toutes les structures concernées par le développement et des experts dans le domaine du développement et de l’institution américaine “le défi du millénaire” ainsi que des représentants de la société civile et du secteur privé dans les différentes régions.
Ces résultats devraient permettre de démarrer la seconde étape du programme laquelle fixera les projets à financer par l’institution “le défi du millénaire”.

Le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Mohamed Fadhel Abdelkefi, a fait savoir que la présentation des résultats de ces études dans les délais impartis prouve la volonté et l’engagement des parties tunisienne et américaine à exécuter et faire réussir le programme, au plan qualitatif et dans les temps voulus.
Il a indiqué que ce projet est conforme aux orientations du gouvernement visant à créer davantage d’opportunités au profit des catégories défavorisées et des régions les moins développées, outre le renforcement des mécanismes de promotion de l’économie sociale et solidaire et l’offre de conditions favorisant une inclusion sociale plus large et pérenne.

Le directeur du programme “le défi du millénaire” à Tunis, Oliver Pierson, a exprimé la satisfaction du groupe de travail quant aux résultats enregistrés pendant la première phase d’exécution du programme et de la coopération fructueuse avec les parties tunisiennes participantes. Il a souligné le souci de toutes les parties de poursuivre l’action avec la coordination requise s’agissant des prochaines étapes du programme et la réalisation des projets qui permettront de conférer une dynamique de développement dont profiteront les catégories et les régions ciblées.

par -

En prévision de la rentrée universitaire 2017/2018, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique annonce, lundi 5 juin 2017, qu’il offre 66 bourses pour étudier en France et en Allemagne.
Il annonce, également, que 120 places seront réservées pour les lauréats du Baccalauréat 2017 qui souhaitent poursuivre leurs études supérieures à l’Ecole Préparatoire des Études Scientifiques et Techniques (IPEST).
Les bacheliers souhaitant bénéficier de ces bourses ou accéder à l’IPEST seront sélectionnés sur la base de leurs résultats du bac, indique la même source.
Par ailleurs, les bacheliers désireux de poursuivre leurs études à l’IPEST, en France ou en Allemagne sont appelés à déposer leurs dossiers de candidature, du 3 au 7 juillet 2017, sur ce site: www.orientation.tn
Les résultats seront proclamés le 7 juillet 2017 sur ce portail.
Parmi les 66 bourses offertes:
– 36 bourses seront accordées pour des études en France dont 30 pour suivre un cycle préparatoire d’ingénierie et d’études commerciales, 3 pour étudier la littérature et la civilisation française à la Sorbonne et 3 autres pour une double licence.
– 30 bourses seront accordées pour les bacheliers souhaitant poursuivre des études d’ingénierie en Allemagne.
Le ministère informe, par ailleurs, que pour accéder à l’IPEST, les candidats des sections Mathématiques, Sciences expérimentales et Techniques doivent avoir une moyenne finale supérieure ou égale à 16/20 à la session principale du bac.
Pour ce qui est de la section sciences expérimentales, ils doivent avoir une moyenne supérieure ou égale à 14/20.

par -

Le forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) a annoncé, mercredi, le lancement du Centre Tunisien de Recherches et d’Etudes sur le Terrorisme (CTRET).
Lors d’une conférence organisée à Tunis pour présenter cette nouvelle structure et annoncer les résultats de sa première étude, Abderrahmane Hedhili, président du FTDES a souligné que le centre aura pour mission la réalisation des études visant à analyser le phénomène du terrorisme et à connaitre ses différents mécanismes et son développement afin de réfléchir à des solutions anticipées pouvant réduire la prolifération de ce fléau à long terme.
Hedhili a indiqué que depuis la révolution à ce jour, des milliers de jeunes sans emploi ont émigré clandestinement alors que d’autres ont été attirés par les réseaux terroristes et de contrebande.
” Il convient aujourd’hui de bien analyser ces phénomènes sociaux afin de sauver notre jeunesse et lui garantir un avenir meilleur “, a-t-il dit.
De son côté, Ridha Raddaoui, responsable du CTRET a précisé que le centre se base sur les données inscrites dans les dossiers judiciaires, appelant à généraliser les études sur le phénomène du terrorisme en Tunisie dont les principaux acteurs, les réseaux et l’idéologie ne sont pas suffisamment connus.
Raddaoui a, aussi, fait savoir que le centre compte créer une cellule d’écoute et de prévention contre le terrorisme (Ecout Act) au profit des victimes du terrorisme pour connaitre leurs préoccupations et pouvoir anticiper leurs actes.
” Il s’agit de garantir un encadrement psychologique et juridique aux populations vulnérables ciblées par le discours terroriste et de les convaincre par un contre-discours hostile à la violence “, a-t-il ajouté, faisant remarquer que même les familles des terroristes bénéficieront d’un soutien pour les aider à retrouver leurs enfants attirés par des groupes terroristes.
La conférence a été aussi une occasion pour présenter les résultats de la première étude réalisée par le CTRET intitulée ” le terrorisme en Tunisie à travers les dossiers judiciaires “.
Elaborée par des juristes et des spécialistes, l’étude concerne un échantillon de plus de 1000 terroristes et est basée sur 384 dossiers judiciaires présentés lors de la période 2011-2015.
L’étude est divisée en quatre chapitres. Le premier comporte des données générales sur les personnes accusées de terrorisme. Le deuxième concerne les facteurs d’endoctrinement et d’influence. Le troisième comporte les indicateurs extérieurs de l’appartenance aux organisations terroristes tandis que le quatrième chapitre porte sur les organisations terroristes tunisiennes à l’intérieur et à l’extérieur.
Des représentants de la société civile et de partis politiques ainsi que des juristes, des sociologues, des universitaires, des sécuritaires et des journalistes ont assisté à cette conférence.

par -

La Fondation Esprit lance une nouvelle solution de financement des études auprès de l’Ecole Supérieure Privée d’Ingénierie et de technologies (Esprit) et ce, à travers un accord avec Amen Bank. Dans l’optique de favoriser la démocratisation de l’accès aux études supérieures privées et de qualité, la Fondation offre de nouvelles perspectives de formation et d’embauche à des étudiants méritants et issus de milieux modestes.

Pour la première fois en Tunisie, la Fondation Esprit conclut un accord avec Amen Bank dans le but de faire bénéficier les étudiants inscrits dans les listes de la Fondation d’un prêt selon des conditions privilégiées.

« Cet accord renforcera nos efforts visant à éliminer toute barrière sociale devant l’égalité des chances entre les étudiants. Elle permettra de diversifier les formes de nos interventions pour l’intérêt des étudiants et permettra à notre Fondation d’avoir les mécanismes d’intervention efficaces pour optimiser l’utilisation des ressources et assurer la durabilité des aides», déclare M. Tahar Ben Lakhdar, président de la Fondation Esprit.

Afin de bénéficier de ce crédit, l’étudiant doit contacter la Fondation et déposer son dossier qui sera étudié par la suite par la Fondation, en étroite collaboration avec Amen Bank.

Il y a lieu de rappeler que la Fondation effectue une sélection des bénéficiaires de ses interventions selon deux critères majeurs :

  • Académique : un score minimal après l’admission à ESPRIT est exigé pour bénéficier de l’aide financière. Plus le score est élevé, plus l’aide sera importante.

 

  • Social : Plus les revenus des parents sont limités, plus la contribution de la Fondation sera importante.

par -

Des études menées par des scientifiques de l’Université de Sydney en Australie ont relevé que l’abus d’alcool tue. Cette nouvelle recherche montre également que la pratique régulière d’une activité physique réduit ce risque, rapporte le site « top santé ».

Les chercheurs ont analysé les réponses fournies par 36 000 Britanniques de plus de 40 ans à 8 enquêtes basées sur la consommation d’alcool, l’activité sportive et la santé.

Ils ont observé, sans étonnement, que la consommation excessive d’alcool était liée à un risque accru de décès toutes causes confondues. Et plus l’abus d’alcool était élevé, plus le risque de mourir d’un cancer était important, même lorsque la consommation totale d’alcool par semaine ne dépassait pas le maximum recommandé en Grande-Bretagne, soit 14 « unités » par semaine pour les femmes et les hommes.

Ils ont aussi remarqué que le sur-risque de décès chez les buveurs était diminué, voire parfois annulé chez les individus qui avaient au moins 150 minutes d’activité physique modérée ou intense par semaine, a indiqué la même source.

par -
Les jeudi 26

Les jeudi 26, vendredi 27, samedi 28 juin 2014 aura lieu la cinquième édition du salon «Perspectives des Hautes Études en Tunisie et à l’international ». Il se tiendra dans des hôtels de Sfax, Sousse, et Tunis.

Envisager un séjour à l’étranger, choisir un cursus de formation à dimension internationale, opter pour un cursus d’enseignement dans une université étrangère ou une formation dédiée aux hauts potentiels en Tunisie, compléter ses études par une formation ou une immersion linguistique… Autant de problématiques pour lesquelles les visiteurs du salon trouveront réponses et conseils pratiques.

Le salon compte sur des partenariats diverses et de qualité : les services de coopération universitaire de l’ambassade de France en Tunisie (l’Institut Français de Tunisie et Campus France), l’ambassade du Canada notamment. Il a pour ambition principale, selon ses promoteurs, «de favoriser l’information de proximité et contribuer à l’épanouissement des jeunes par une orientation efficace et un éclairage pertinent sur les opportunités d’avenir».

Au programme de cette 5ème édition : des conférences, des ateliers et des exposants pour aider les étudiants et jeunes diplômés à avoir la meilleure orientation possible.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux