Tags Posts tagged with "ISIE"

ISIE

par -

Les résultats préliminaires des élections municipales 2018 dans le gouvernorat de Ben Arous sont comme suit :
– Circonscription de Ben Arous
Listes en lice
7 Nombre de sièges
Mouvement Nidaa Tounes 7
Mouvement Ennahdha 11
Nouvelle Ben Arous 2
El-Houma 1
Front populaire 2
Au travail 3
Courant démocrate 4
– Circonscription de Khlidia
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Nidaa Tounes 5
Mouvement Ennahdha 6
Khlidia notre rassemblement 3
Edification, réforme et reconstruction 3
Espoir 1
– Circonscription de Megrine
Listes en lice
7 Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 5
Megrine pour le progrès civil 1
La compétence 7
La citoyenneté responsable 4
Mouvement Nidaa Tounes 4
Crédibilité et réalisation 2
Megrine le défi 1
– Circonscription de Naâssane
Listes en lice
5 Nombre de sièges
El-Manara 6
L’Initiative 3
Mouvement Nidaa Tounes 4
Mouvement Ennahdha 9
Le défi 2
– Circonscription de Hamma-Chott
Listes en lice
Nombre de sièges
Notre ville 7
Mouvement Ennahdha 5
Mouvement Nidaa Tounes 5
Attawassol 2
Front populaire 2
Courant démocrate 3
– Circonscription d’Ezzahra
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 5
Mouvement Nidaa Tounes 3
Ezzahra pour tous 4
Front populaire 2
Mouvement Machrou Tounes 1
Vision 8
Parti destourien libre 1
– Circonscription de Boumhel Bassatine
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 7
Mouvement Nidaa Tounes 5
Boumhel Bassatine Amena 5
Courant démocrate 4
Union civile Bouhmel 3
– Circonscription de Mornag
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Nidaa Tounes 5
Mouvement Ennahdha 9
Mornag portail du bien 4
Jeunes de Mornag 3
Mouvement Machrou Tounes 2
Front populaire 1
– Circonscription de Hammam-Lif
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Nidaa Tounes 9
Mouvement Ennahdha 7
Union civile 1
Hammam-Lif dans nos yeux 3
Nabdh Hammam-Lif 1
Front populaire 1
Coalition des forces démocrates 1
Parti destourien libre 1
– Circonscription de Fouchana
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 8
Mouvement Nidaa Tounes 3
L’initiative 4
Front populaire 2
Nazaha 1
Nouvelle génération 1
Amal 3
Mouvement Machrou Tounes 1
Arrache ta place 1
– Circonscription de Rades
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 8
Rades vit 11
Mouvement Nidaa Tounes 8
Front populaire 3
– Circonscription de Mhamdia
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 18
L’initiative 4
Mouvement Nidaa Tounes 5
Courant démocrate 2
Front populaire 1
– Circonscription d’El-Mourouj
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Nidaa Tounes 6
Mouvement Ennahdha 12
Front populaire 3
Les jeunes d’El-Mourouj 6
Union civile 6
El-Mourouj verte et belle 2
Courant démocrate 6

par -

Les résultats préliminaires des élections municipales 2018 dans le gouvernorat de Tunis sont comme suit :
TUNIS I :
– Circonscription de Sidi Hsine
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahda 16
Sidi Hsine de demain 4
Ambition et Développement 2
Mouvement Nidaa Tounes 8
Sidi Hsine D’abord 1
Mouvement Machrou Tounes 1
Arrache ta place 1
– Circonscription de Tunis
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Nidaa Tounes 17
Mouvement Ennahdha 21
Ma Ville Tunis 4
Front populaire 4
Union civile 6
Courant démocrate 8
TUNIS II :
– Circonscription de Sidi Bou Saïd
Listes en lice
Nombre de sièges
El-Manara 2
Mouvement Nidaa Tounes 6
Mouvement Ennahdha 1
Essaleh 1
Sidi Bou Saïd Authenticité et avenir 1
Union civile 1
– Circonscription de Carthage
Listes en lice
Nombre de sièges
Carthage Paradis 3
Protecteurs de Carthage 3
Mouvement Nidaa Tounes 4
Mouvement Ennahdha 3
Les générations 3
Carthage la liberté 2
– Circonscription de la Goulette
Listes en lice
Nombre de sièges
Union populaire républicaine 2
Mouvement Ennahdha 5
Ennasr 4
Mouvement Nidaa Tounes 8
Persévérance et contact 5
– Circonscription de Bardo
Listes en lice
Nombre de sièges
Nous sommes tous Bardo 3
Mouvement Nidaa Tounes 6
Bani Watani 2
Mouvement Machrou Tounes 2
Mouvement Ennahdha 8
Alternative civile de Bardo 3
Front populaire 2
Courant démocrate 4
– Circonscription du Kram
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Nidaa Tounes 12
Mouvement Ennahdha 9
Nos hommes, femmes et jeunes du Kram 6
Avec la volonté nous nous développons 3
– Circonscription de la Marsa
Listes en lice
Nombre de sièges
Mouvement Ennahdha 4
Les couleurs de la Marsa 7
Espoir de la Marsa 2
Mouvement Nidaa Tounes 5
La Marsa change 11
Courant démocrate 1

par -

Anis Jarboui, membre de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), a indiqué, mercredi 09 mai 2018, que 121 dossiers relatifs à des diverses irrégularités constatées lors de la période électorale ont été transférés au Parquet.

Dans une déclaration à l’agence TAP, donnée au Media Centre, au Palais des congrès, Jarboui a ajouté que ces dossiers portent sur les irrégularités enregistrées au cours de la campagne électorale, de la journée de silence électoral et le jour du scrutin.

Les irrégularités, a-t-il précisé, concernent notamment l’entrée dans les centres de vote sans autorisation et la manipulation des électeurs.

Il a, toutefois, souligné que “ces dépassements n’ont aucun impact sur les résultats des élections“.

par -

Les résultats annoncés , dimanche 6 mai 2018 par l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections,   concernant le taux de participation des électeurs tunisiens aux municipales 2018, ont montré que les Tunisiens et les Tunisiennes ont sanctionné les partis et ont massivement abandonné les bureaux de votes dans les 24 gouvernorats de la République.

Interrogé ce lundi 7 mai 2018 par Africanmanager sur  les causes de la faible affluence des électeurs aux bureaux de vote, le député et dirigeant au sein d’Ennahdha, Abdellatif Mekki a tenu à préciser que plusieurs facteurs sont derrière la réticence des Tunisiens à se rendre aux urnes. Il a accusé certaines parties de travailler d’arrache-pied afin de faire échouer les élections municipales.Ces derniers se considèrent, selon lui, comme victimes de la Révolution et ils ont convaincu et influencé beaucoup de gens de l’inefficacité et de l’inutilité de vote.

Pour sa part,  Khaled Chawket, dirigeant à Nidaa Tounes, a affirmé que celui qui renonce à son droit et devoir national n’a pas de rôle dans la vie politique, et que de toutes les  façons “les municipalités auront toujours quelqu’un pour les gérer”, a-t-il dit.

Chawket a par ailleurs indiqué que plusieurs facteurs sont derrière cette réticence, citant la non satisfaction des Tunisiens du travail du gouvernement, du rendement de la classe politique, notamment de l’Assemblé des Représentants du Peuple (ARP), la non stabilité partisane et les changements qui ont eu lieu à travers le tourisme partisan et parlementaire. “Tous ces facteurs”, explique le membre de Nidaa Tounes, “créent un crise de confiance entre la classe politique et le citoyen”.

Sur un autre volet, il a réitéré son regret de ne pas voir les Tunisiens exprimer leur mécontentement à travers les urnes : ” La réticence peut retarder d’autant le processus de la transition démocratique”, a-t-il précisé.

Il a en outre souligné que les partis politiques sont appelés à méditer ce message négatif, leur rappelant leur rôle d’encadrer les citoyens et les inciter à s’intéresser à tout ce qui se passe dans le pays :  “Les partis politiques, y compris Nidaa Tounes, sont appelés à écouter les messages des citoyens qu’ils soient positifs exprimés, via les urnes, ou négatifs par l’abstention”, a-t-il ajouté.

De son coté, le député de Nidaa Tounes, Mongi Harbaoui a considéré que  le faible taux de participation aux élections municipales  s’explique par la non satisfaction des revendications sociales et économiques, la distorsion systématique ou non du travail des politiciens et des partis politiques et une crise de confiance sans précédent entre les Tunisiens et les partis politiques.

Harbaoui a également évoqué le grand nombre des partis politiques dont le nombre a atteint aujourd’hui plus de 110.

Il a par ailleurs indiqué que son parti n’est pas surpris par le taux de participation au scrutin :  ” Ce taux nous semble très logique voire même identique à celui obtenu dans les grandes démocraties, de plus qu’il s’agit d’une première expérience en Tunisie post-Révolution”, a-t-il expliqué.

Le député de Nidaa Tounes a également pointé de doigt la non implication des médias tunisiens dans les campagnes électorales à cause de la loi de la Haica et de l’ISIE : ” Aucune campagne électorale ne pourra réussir sans médias “, a assuré Harbaoui avant d’ajouter que les médias ont un rôle important à jouer dans la sensibilisation des citoyens.

On rappelle que les élections municipales 2018 ont eu lieu le 6 mai 2018 sous la supervision de l’Instance supérieure indépendante pour les élections. Le taux de participation générale des électeurs a atteint 33,7%.

par -

Nabil Baffoun, membre de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE), a annoncé ce lundi 7 mai 2018  sur Shems fm que l’instance donnera cet après-midi les résultats partiels des élections municipales.

Et d’ajouter que l’ISIE inspectera les infractions enregistrées lors de la campagne électorale avant l’annonce des résultats.

par -

Les membres de l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE) ont exhorté les électeurs à participer en masse aux élections municipales, dimanche 6 mai, “pour consacrer la démocratie et concrétiser dans les faits le pouvoir local stipulé par le chapitre VII de la constitution”.

Lors d’un point de presse à l’occasion de l’inauguration jeudi du centre de presse de l’ISIE, Anouar Ben Hassan, membre de l’Instance, a rappelé que le régime municipal en Tunisie remonte à 1858, date de création de la municipalité de Tunis. Il a indiqué que le nombre des municipalités s’est développé en 1956 avec la mise en place de 72 municipalités avant d’atteindre 246 en 1987, 264 en 2014 pour atteindre 356 actuellement.

“La participation aux élections municipales est un engagement pour le pouvoir local, fixé par le code des collectivités locales et constitue la deuxième constitution de la république tunisienne”, a-t-il souligné.
Ben Hassan a affirmé que l’organisation du pouvoir local et de la vie politique “ne peut se faire sans contrôle des fonds politiques des partis, des associations et organisations actives dans le pays”.
Il a rappelé que l’ISIE “s’est bien préparée au plan logistique pour ce grand évènement”

par -

Dépité par le peu d’intérêt des sécuritaires pour les municipales, alors qu’on a fait des pieds et des mains pour leur donner le droit de vote, Adel Brinsi, membre de l’ISIE, a dit craindre que la mauvaise expérience se renouvelle au rendez-vous du dimanche 6 mai 2018.
Il a ajouté, sur Mosaïque Fm ce lundi 30 avril 2018, que le taux de participation au scrutin pourrait pâtir de l’appel au boycott lancé par des parties et ce, avant même que la date des élections ne soit officialisée.

Manifestement déboussolé, Brinsi s’est même laissé aller à une explication sur la désaffection des électeurs. D’après lui on en est là à cause des politiciens qui ne tiendraient par leurs engagements de campagne et dont le rendement est faible. Le membre de l’ISIE a même appelé à faire déguerpir, par les urnes, ceux qui n’ont pas honoré leurs promesses. Une sortie qui ne cadre pas du tout avec son statut d’organisateur, en principe sous le sceau de la parfaite neutralité. Mais bon, on mettra ça sous le compte de l’émotion à la vue de la mobilisation des sécuritaires. La Tunisie en a vu d’autres !

par -

Le porte-parole du Front populaire Hamma Hammami a mis en doute l’indépendance de l’instance électorale (ISIE) après son refus de valider le manifeste électoral du Front dans nombre de circonscriptions.
Il a qualifié de “graves” et de “provocatrices” “les tentatives visant à compromettre la campagne du Front”.
Hammami qui s’exprimait lors d’une rencontre mercredi avec les sympathisants du Front à El Menzah 6 Place Chokri Belaid, estime que les obstacles auxquels les listes du FP font face depuis le démarrage de la campagne, sont nombreux. A cela s’ajoute les menaces adressées par certaines sections régionales de l’ISIE aux membres du Front pour avoir critiqué ouvertement la coalition au pouvoir.
Selon le porte-parole du Front, l’Instance électorale compte des membres proches des partis politiques et qui cherchent à priver le Front de son droit de s’exprimer et de critiquer librement.
Il s’est dit étonné de l’attitude de l’ISIE qui, selon lui, a demandé du Front d’afficher seulement la liste nominative de ses candidats dans les lieux réservés à cet effet sans le manifeste électoral.
La présidente de la liste du Front à l’Ariana, Baya Manai a ensuite présenté le programme électoral qui s’articule autour de la lutte contre la malversation et le clientélisme ainsi que sur l’amélioration des services municipaux, la création de nouveaux espaces verts dans la zone municipale, l’amélioration de l’état des marchés municipaux et la lutte contre le phénomène des étals anarchiques.

par -

A trois semaines des élections municipales, les esprits se chauffent, pas du côté des citoyens, que hélas très peu de choses emballent en ce moment, mais du côté des partis politiques. Ces derniers ne sont certes pas des lumières dans leur capacité à prendre les Tunisiens par la main pour les embarquer dans le train d’une démocratie apaisée, mais ils ont au moins compris les gros enjeux – économiques et politiques – d’un scrutin qui va influer dans la direction des affaires du pays, décentralisation oblige. Mais la classe politique n’est pas la seule à s’intéresser à ce rendez-vous, il y a les amis et partenaires de la Tunisie aussi, pour les raisons qu’on a évoquées. L’Union européenne, la première partenaire, est celle qu’on voit et entend le plus, mais il y a aussi les Etats-Unis. Leur ambassadeur à Tunis, Daniel Rubinstein, a indiqué samedi 14 avril 2018 à Hammamet sud que les élections locales en Tunisie constituent “un point historique dans le processus de transition démocratique et un pas décisif sur la voie de la réalisation de la démocratie participative“.

Le choix courageux fait par le peuple tunisien est une source d’inspiration pour beaucoup. Ce qui s’est passé en Tunisie est cent pour cent tunisien et ceux qui croient toujours que l’artisan de cette révolution et de cette transition démocratique est américain ou européen se trompent“. Il a bien raison de préciser cela, la théorie du complot a la vie dure par ici !

Prenant part à la conférence des partenaires de l’organisation I Watch à Hammamet, l’ambassadeur des USA a affirmé : “c’est le peuple tunisien qui a choisi la voie de la démocratie et non les Etats Unis ou autres pays“. Les changements historiques et positifs amorcés par le peuple tunisien confirment le rôle crucial de la société civile dans la préservation de ces acquis et la réussite du processus démocratique, a-t-il dit.

Et d’ajouter : “Tout changement, progrès ou réforme n’est pas uniquement du ressort des gouvernements mais constitue le fruit d’une véritable coopération avec la société civile“.
Pour sa part, la conseillère politique de l’Union européenne en Tunisie a indiqué que l’UE a déployé une équipe d’observation électorale qui devra assurer à partir de lundi l’observation du processus électoral municipal en Tunisie.

Elle a souligné l’importance du rôle de la société civile dans la réussite du processus démocratique et un des principaux chantiers engagés en Tunisie, celui de la concrétisation de la décentralisation. Cette hauteur de vue n’a rien à voir avec l’agitation dans le microcosme politique local.

Le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, s’est exprimé dans la même journée, à l’ouverture de la campagne du ‎mouvement dans la délégation de Hraïria ‎‎(gouvernorat de Tunis). Bon, il a tenté de prendre une sorte de distance républicaine avec l’effervescence dans les états-majors des partis : “Les municipales de 2018 doivent asseoir une véritable démocratie“, a-t-il déclaré. Mais personne n’est dupe, ce que veulent surtout les islamistes, c’est s’ancrer définitivement dans toutes les localités du pays, après avoir raflé la mise à l’ARP, sans se fouler (68 députés, alors que le parti vainqueur des législatives de 2014, Nidaa Tounes, n’en a plus que 55). Cette ambition est légitime somme toute pour une formation politique, mais il faut l’assumer ouvertement, et ne pas verser dans l’escroquerie intellectuelle en affirmant que “54% des lites candidates d’Ennahdha sont ‎indépendantes“. Et c’est encore plus suspect quand Ghannouchi dit que Ennahdha a beaucoup oeuvré pour que ces municipales aient lieu, en dépit des forces occultes qui se sont activées pour faire capoter la gouvernance locale.‎ Quelles forces ? Soutenues par qui ? Pour quel dessein ? Le chef de file des islamistes en a trop dit ou pas assez….

Le secrétaire général du mouvement Achaab, Zouheir Maghzaoui, a été aussi énigmatique. Il a invité, samedi 14 avril 2018, l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE) à assumer sa responsabilité dans le contrôle des “crimes électoraux“, notamment l’argent politique sale, outre son rôle technique de premier plan. Comme si l’ISIE, dont on se rappelle les dérives financières du temps de Chafik Sarsar, des écarts consignés par un rapport de la Cour des Comptes et impunis à ce jour, avait les moyens, le pouvoir et la légitimité morale pour s’occuper de l’argent sale qui pourrait tourner. Le gouvernement a promis qu’il mettra les partis politiques au pas. On l’attend…

Maghzaoui a par ailleurs affirmé qu’il y a des tentatives délibérées d’empêcher l’adoption du Code des collectivités locales avant le déroulement des élections municipales. “Ces sont des tentatives très dangereuses car elles occultent devant les candidats et les électeurs les prérogatives du conseil municipal et ses relations avec l’autorité régionale et centrale et cachent une volonté d’altérer ses articles afin qu’ils servent les intérêts étroits des partis“, a-t-il indiqué. Al Bawsala a dit la même chose. De toute façon rien ne nous surprend de la part de ce qui nous sert d’élite politique. Le drame c’est qu’on ne voit pas à court et même à moyen terme ce qui pourrait inverser la tendance…

par -

L’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) a annoncé jeudi à Tunis au cours d’une conférence de presse les listes candidates acceptées définitivement pour les élections municipales 2018 prévues le 6 mai prochain. Les listes en lice sont au nombre de 2074 listes après l’ajout de 6 listes suite à l’examen des recours déposés en première instance et en appel.

Le Tribunal administratif et ses chambres régionales ont prononcé lundi dernier leurs jugements définitifs en matière de contentieux électoral relatif aux élections municipales.
Le Tribunal administratif avait indiqué qu’au moins 25 recours ont été examinés par cette juridiction, répartis comme suit :

-Sept recours déposés par des listes de partis
-Neuf recours intentés par des listes indépendantes
-Trois recours présentés par des listes de coalition
-Six recours présentés par l’instance électorale.
Quelque 2068 listes en lice pour les élections municipales ont été retenues et 106 autres ont été invalidées, avait annoncé, le 3 mars 2018, le président de l’ISIE, Mohamed Mansri Tlili.
La campagne électorale des municipales aura lieu du 14 avril au 4 mai 2018 et le scrutin se déroulera le 6 mai 2018. Les sécuritaires et militaires devraient voter le 29 avril courant.
Selon le calendrier électoral pour les municipales, l’annonce des résultats des élections est prévue le 7 mai 2018. Les résultats définitifs devraient être proclamés le 9 mai prochain.

par -

” Quelque 1700 observateurs seront déployés dans l’ensemble des circonscriptions électorales pour contrôler le déroulement de la campagne électorale des prochaines municipales “, a annoncé lundi le président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), Mohamed Tlili Mansri.

” Supervisés par 350 coordinateurs locaux, ces observateurs vont contrôler principalement les activités des différentes listes en lice pour les prochaines municipales ainsi que le mode de leur financement “, a-t-il souligné lors d’une rencontre avec les têtes de liste du District du Grand-Tunis pour les municipales et des représentants de la société civile.

A cette occasion, Tlili Mansri a passé en revue les éventuelles infractions qui pourraient être commises au cours de la campagne électorale, faisant remarquer que le dernier amendement de la loi électorale a dressé l’ensemble des infractions qui risquent d’annuler partiellement ou totalement une liste candidate.
” La campagne des élections municipales sera, à plusieurs égards, le baromètre qui va mesurer le niveau de préparation des différents acteurs aux prochaines échéances électorales “, a-t-il souligné.

Présent à cette rencontre, Anouar Ben Hassan, membre de l’ISIE, a dressé les dispositions et les règles de financement de la campagne électorale et défini la mission et les attributions de ” l’auditeur financier “.
Selon Ben Hassan, le contrôle des dépenses et du financement des listes en lice sera opéré à la fois par l’Instance et la Cour des comptes.

L’Instance supérieure indépendante pour les élections, a-t-il ajouté, va publier bientôt un manuel de 70 pages dédié aux activités de la campagne électorale ainsi qu’un autre guide destiné aux listes candidates et consacré au financement de la campagne.

Une autre rencontre avec les têtes de liste du District du Grand-Tunis pour les municipales et des représentants de la société civile aura lieu demain mardi.

Ces rencontres seront suivies de rencontres similaires dans tous les gouvernorats du pays.
La campagne électorale des municipales auront lieu du 14 avril au 4 mai 2018 et le scrutin se déroulera le 6 mai 2018.

par -

106 listes candidates aux élections municipales ont été rejetées par l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE) soit 4,5% du nombre total des listes, a annoncé, samedi 03 mars 2017, Mohamed Tlili Mansri, président de l’Instance.
Sept listes ont été jugées irrecevables pour non-respect du principe de parité alors que 99 autres candidatures ont été rejetées pour d’autres raisons“, a précisé Mansri, peu avant le démarrage d’une conférence de presse pour annoncer les résultats préliminaires des listes retenues.
Joint au téléphone par l’Agence TAP, Anis Jarboui, membre de l’instance, a expliqué que la hausse du nombre des listes rejetées s’explique par le non-respect du principe de parité horizontale, ajoutant que de plus amples détails sur ce sujet seront fournis par le président de l’ISIE.
Jarboui avait annoncé, vendredi 02 mars 2018, le rejet de 91 listes candidates aux élections municipales dont plusieurs listes indépendantes, de coalition et de partis politiques.
L’ISIE avait annoncé que les listes des candidats acceptés seront publiées dans un délai ne dépassant pas le 3 mars 2018. Les recours contre les décisions relatives aux candidatures non acceptées peuvent être présentés au Tribunal administratif. Les listes définitives des candidats seront publiées au plus tard le 4 avril 2018.

par -

Nabil Baffoun, membre de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), a indiqué ce vendredi sur Express fm , qu’ à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 1er mars prochain, l’ISIE commencera à émettre des avis aux représentants des listes candidates qui doivent compléter leurs dossiers, et le 29 mars sera le dernier délai pour les retraits de candidature.

Il a affirmé que « Hier les bureaux de réception des candidatures pour les élections municipales de 2018 ont fermé leurs portes. Les candidatures ont été observées dans toutes les localités du pays soit dans les 350 et on a compté le dépôt d’environ 2170 listes candidates dont 1100 partisanes, 900 indépendantes et 175 de coalition.

Pour Baffoun, le démarrage des municipales s’annonce très positif et ce à partir des dépôts des candidatures.

par -

Nabil Bafoun, membre de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), a annoncé mercredi 21 février 2018, sur Express fm que, le nombre des listes déposées pour les municipales a atteint jusqu’à présent 1039 listes et il pourrait s’approcher, dans les dernières heures qui nous séparent de la fermeture des portes des bureaux de réception des candidatures, au nombre des listes déposées pour les législatives de 2014 où on a enregistré le dépôt de 1393 listes.

Selon lui, parmi les 1039 listes déposées, 365 sont des listes de partis politiques, 349 sont des listes indépendantes et 25 sont des listes de coalitions.

Egalement et d’après lui, le gouvernorat de Monastir a enregistré le plus grand nombre de dépôts de listes candidates suivi du gouvernorat de Nabeul avec respectivement 93 et 61 listes déposées, et trois communes à savoir celle de Hbebsa du gouvernorat de Siliana, celle de Kasserine Ville et celle de Matmata du gouvernorat de Gabès, n’ont enregistré jusqu’à présent aucun dépôt de candidatures de listes.

Il est à noter que demain à 18 heures seront fermées les portes des bureaux de réception des candidatures pour les municipales de 2018.

par -

Dans le cadre du suivi de l’ensemble du processus électoral pour les élections municipales  2018, l’Association Tunisienne pour l’Intégrité et la Démocratie des Elections “ATIDE” a observé le premier jour du processus de dépôt des candidatures dans tous les centres alloués à cet effet par l’ISIE. Les Atidiens et Atidiennes observeront le dépôt des candidatures pendant toute la période et ce, de 8:00 à 18h00.  Pour cette première journée, l’ATIDE a déployé 60  observateurs et observatrices accrédité(e)s.

Au cours de cette 1ère journée, 261 listes ont été acceptées, dont 40% de listes indépendantes et aucune liste commune. La procédure de dépôt s’est déroulée dans de bonnes conditions, sans incidents notoires. Nos observateurs et observatrices nous ont transmis les observations suivantes :

  • Le fait que nos observateurs et observatrices aient été confiné(e)s aux  gradins des salles de sport et dans des lieux éloignés de la zone d’acceptation des candidatures les a empêchés de suivre la procédure de manière adéquate, ce qui peut être considéré comme une entrave au travail des organisations de la société civile et à une violation du principe de transparence (Jendouba, Sfax, Monastir et Tunis 2).
  • Absence de signalisation et de panneaux indiquant l’emplacement des centres de dépôt des candidatures (Bizerte, Le Kef).
  • Mauvaise organisation dans certains centres provoquant une situation quelque peu chaotique  (Sfax 1 et Médenine).
  • Lenteur dans le traitement des dossiers et la délivrance des reçus, atteignant dans certains cas plus de quatre heures pour un même dossier (Tunisie 1).

L’ATIDE exhorte l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE) de faciliter le travail des observateurs et observatrices en leur allouant de meilleurs espaces et en leur permettant de se déplacer dans le centre, afin de pouvoir accomplir au mieux leur mission d’observation.

L’ATIDE recommande par ailleurs de renforcer l’encadrement et la supervision de ses agents en vue d’accélérer l’acceptation des dossiers de candidature et la diffusion des statistiques quotidiennes, afin d’augmenter la transparence du processus.

par -

L’Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE) commence la réception des candidatures pour les élections municipales pendant l’horaire administratif à partir de 8h, ce jeudi 15 février. L’opération se poursuit jusqu’au jeudi 22 février 2018, à 18h, dans les bureaux centraux pour l’enregistrement des candidatures, nous apprend Mosaïque fm.

par -

Les fonctionnaires de l’Instance supérieure indépendante des élections (ISIE) qui avaient durci leur mouvement de protestation en entament dimanche une grève de la faim au siège de l’instance, à Tunis, ont annoncé lundi dans un communiqué avoir levé leur sit-in après un accord conclu avec le président de l’instance.
“Nous avons pris la décision de lever le sit-in après une directive adressée par le président de l’ISIE à l’exécutif pour entamer les procédures de régularisation des fonctionnaires conformément à l’article 123 du statut, aux décisions du conseil de l’ISIE et des points de l’accord conclu lors d’une séance de négociations avec l’UGTT”, précise le communiqué.
Les grévistes indiquent que “la décision de mettre fin au sit-in malgré la satisfaction partielle des revendications est motivée par la volonté de faire prévaloir l’intérêt supérieur du pays qui exige la conjugaison de tous les efforts pour réunir les conditions de succès à la plus importante échéance après la révolution (élections municipales, prévues en mai prochain)”.
Les agents et cadres de l’ISIE avaient lancé le 30 janvier un sit-in au siège de l’instance avant de le suspendre pour quatre jours afin de permettre au conseil de l’ISIE d’examiner les revendications des grévistes et signer un accord avec l’UGTT concluant une séance de négociation tenue le 1 février 2018 entre les membres du conseil de l’instance et des représentants de la centrale syndicale.
Mais une vingtaine de fonctionnaires de l’Instance ont entamé dimanche une grève de la faim pour protester contre “l’indifférence” de l’administration vis-à-vis de leurs “droits légitimes”, selon le secrétaire général du syndicat de base, Zouhair Kratli.
“Le mouvement de protestation a été lancé en l’absence d’accord portant sur la titularisation des agents et le revirement sur l’annulation du licenciement de trois d’entre eux”, a précisé à l’agence TAP, Kratli, affirmant que les agents comptent poursuivre leur mouvement pour revendiquer leurs droits et notamment, l’activation de l’article 123, du statut de l’instance qui prévoit l’intégration de tous les agents en service lors de la promulgation de ce statut.
“Ce texte a été publié au mois d’août 2016, et depuis cette date, nous n’avons pas cesser de revendiquer la titularisation, en portant le brassard rouge et organisant une grève d’un seul jour, mais suite au licenciement de trois agents, nous avons entamé un sit-in ouvert, lequel a été suspendu dans l’espoir de parvenir à un accord entre le conseil de l’instance et le syndicat. Le problème n’ayant pas été résolu, le sit-in a repris le 7 février courant”, a-t-il indiqué.
“Nous appelons à tenir une réunion entre les représentants de l’UGTT et l’instance pour aboutir à un accord”, a-t-il ajouté, estimant que la poursuite du sit-in et de la grève de la faim, entraîne la fermeture de l’administration centrale de l’ISIE, ce qui est de nature à entraver le processus électoral, alors que le dépôt des candidatures pour les élections municipales devrait commencer le jeudi 15 février 2017.

par -

Les agents et cadres de l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE) rattachés à la direction centrale et toutes ses annexes, ont décidé de reprendre leur sit-in après la fin de la séance nocturne de mercredi, pour protester contre “l’indifférence de l’ISIE” à l’égard de leurs “revendications légitimes”.

“Le sit-in se poursuivra jusqu’à la satisfaction de nos revendications légales et légitimes énoncées par la loi et nous allons durcir notre mouvement de protestation dans les prochains jours”, a averti le personnel de l’ISIE observant le sit-in dans un communiqué rendu public mercredi, dont l’agence TAP a reçu une copie.

Les cadres et agents de l’ISIE ont rappelé que le premier sit-in, lancé le 30 janvier dernier au siège central, a été levé “provisoirement” après des tentatives intensives de l’UGTT “pour trouver des solutions et ne pas entraver le processus des élections municipales”, prévues le 6 mai prochain.

par -

L’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE) a achevé la mise en place des instances et bureaux régionaux et l’élaboration d’un programme de recyclage d’un nombre important de ses membres et agents, en préparation des prochaines élections municipales, a annoncé lundi le porte-parole du conseil de l’Instance, Anis Jarboui.
Joint par téléphone, il a expliqué que l’ISIE a décidé de déployer 108 agents dans les 27 bureaux régionaux, 244 agents dans les administrations régionales en plus de 391 coordinateurs locaux et 780 agents chargés de la réception des candidatures.
Dans une déclaration à l’agence TAP, Jarboui a ajouté que, dans le cadre des préparatifs aux élections municipales prévues pour le 6 mai 2018, l’ISIE signera des contrats de collaboration avec plus de 2045 agents spécialisés dans la supervision de la campagne électorale. L’Instance a, en outre, prévu le déploiement, le jour du scrutin, de plus de 52 000 agents contractuels dans des postes de membres, chefs de centres et de bureaux de vote, a-t-il ajouté.
L’Instance va, bientôt, procéder à la formation et au recyclage de ses membres et agents dans les spécialités requises, dit-il.

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Le ministère de la Santé algérien a annoncé jeudi 19 juillet 2018, sa décision de retirer, «sur la base du principe de précaution», les...

Reseaux Sociaux