Tags Posts tagged with "Kim Jong-un"

Kim Jong-un

par -

En brisant la glace avec son ennemi historique, le président nord-coréen, Kim Jong-un, a démontré que tout est possible en matière de diplomatie. A la stupeur générale, le bouillant leader nord-coréen a tout bonnement convié son homologue sud-coréen, Moon Jae-in, à venir causer chez lui, à Pyongyang. Cet événement serait une première du genre entre les dirigeants des deux pays officiellement séparés, depuis le 27 juillet 1953

C’est Kim Yo-jong, la soeur cadette de Kim Jong-un, qui a remis l’invitation au président Moon lors d’un déjeuner à la Maison bleue. Le leader nord-coréen serait même très pressé de voir le chef de l’Etat sud-coréen et l’a clairement dit dans son message.
Les deux présidents ne s’étaient pas vus depuis leur première rencontre, en 2007. Ce qu’on a plutôt vu ces dernières années, c’est une tension extrême, alimentée par Kim Jong-un, avec ses menaces nucléaires incessantes et tous azimuts, jusqu’à être le problème numéro 1 de ses voisins, (Japon, Corée du Sud…), des Etats-Unis et du Conseil de sécurité de l’ONU. C’est donc tout ce beau monde qui va pousser un grand ouf de soulagement si Kim Jong-un confirme ses bonnes intentions.

A noter que les deux Corées ont fait parader leurs délégations sous la bannière de la réunification lors de la cérémonie des Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang, à à peine80 km de la ligne scindant les deux Corées. Le président sud-coréen et la soeur de son homologue nord-coréen avaient à l’occasion salué chaleureusement les retrouvailles…

par -

Dans une déclaration qui a à la fois engendré une vague de colère, de moqueries et d’inquiétudes, le président des Etats-Unis Donald Trump a répondu aux propos du leader nord coréen à propos des capacités nucléaires de son pays.

Jong-Un avait déclaré qu’il possède un bouton nucléaire à son bureau qui lui permettrait de bombarder les Etats-Unis à tout moment.

Trump, un mordu de Twitter, n’a pas tardé à répondre en publiant : “Le leader nord coréen Kim Jong-Un vient de déclarer que le bouton nucléaire est à son bureau. Quelqu’un de son pays épuisé et frappé par la famine pourrait-il l’informer que j’ai moi aussi un bouton nucléaire, mais un bouton beaucoup plus grand que le sien, et un bouton qui fonctionne surtout!”

Cet échange de déclarations vient à un moment où le leader nord coréen a décidé d’ouvrir une ligne de communication avec sa sœur ennemie, la Corée du Sud, qui lui avait invité à reprendre les négociations de paix. Cette ligne servirait entre autre à discuter la participation de la Corée du Nord aux jeux olympiques d’hiver 2018 qui auront lieu à Pyeongchang du 9 au 25 février prochains.

Les utilisateurs de la plateforme de microblogging n’ont pas manqué de critiquer les propos du président américain, plusieurs d’entre eux n’ont pas hésiter à signaler ses propos à Twitter, et à aller jusqu’à demander la suspension de son compte pour non respect des règles d’utilisation.

par -

La menace nucléaire que représente la Corée du Nord, une épine dans le pied du président américain, Donald Trump, grossit. Le président Kim Jong-Un a asséné ce mercredi 29 novembre 2017 que le dispositif nucléaire de son pays est maintenant fin prêt, y compris pour atteindre tous les morceaux du territoire américain, rapporte l’AFP. Il a tenu ces propos après le énième tir à succès d’un nouveau type de missile qui empêche les Américains et les pays voisins de dormir.

Cela faisait plus de deux mois que Pyongyang n’avait pas ainsi terrorisé le monde. Deux mois que manifestement les Nord-Coréens ont mis à profit pour fignoler ce redoutable missile balistique intercontinental (ICBM). Trump avait assuré que son pire ennemi n’y arriverait jamais, apparemment il a eu tort…
Le système d’armes de type ICBM Hwasong-15 est un missile intercontinental équipé d’une ogive lourde extra-large capable de frapper la totalité du territoire continental américain“, indique l’agence KCNA.

C’est un président américain dépité qui a lâché à l’annonce de ce saut nord-coréen inattendu, en tout cas pas si tôt : “On va s’en occuper“. Des propos qui ne masquent pas l’inquiétude de la communauté internationale, puisque le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé de se réunir en urgence… pour sans doute les mêmes sempiternelles condamnations, récriminations et sanctions qui ont montré leur inefficacité.

Du côte de la Corée du Nord, c’est la fête dans les rues, bien entendu soigneusement orchestrée par le pouvoir, devant un écran géant pour ne pas rater une miette de cette prouesse. “Je veux juste demander à Trump: allez-vous encore oser être hostile à notre pays? Allez-vous continuez à l’être quand le Hwasong-15 sera tiré contre le territoire continental américain?“, a déclaré un spectateur.
La version officielle, rapportée par les médias non moins officiels, dit ceci : Nos armes “ne poseront aucune menace à aucun pays ou région tant que les intérêts de la Corée du Nord ne seront pas remis en cause. C’est notre déclaration solennelle“…

par -

Le leader nord-coréen Kim Jong-un a annoncé, dimanche 1er janvier 2017, que son pays est en passe de procéder à un tir expérimental de missile balistique intercontinental, nous apprend le site «  ouest-France ».

La Corée du Nord a procédé à un rythme sans précédent à des essais de missiles balistiques en 2016, même si certains experts estiment qu’il lui faudra des années encore avant de mettre au point un missile intercontinental équipé d’une ogive nucléaire capable d’atteindre les États-Unis.

D’après la même source, le pays est sous le coup de sanctions des Nations unies depuis 2006, en raison de ses essais nucléaires et de missiles balistiques. Les sanctions ont été renforcées en décembre, dans la foulée du cinquième et plus important essai nucléaire nord-coréen, qui remonte au 9 septembre 2016.

par -

Face aux récents essais nucléaires de Pyongyang, le ministre de la Défense sud-coréen a révélé au Parlement mercredi qu’il a un plan pour éliminer physiquement le leader nord-coréen si ce dernier ne renonçait pas à ses projets nucléaires, rapporte le site « Le Figaro » ce vendredi 23 septembre 2016.

Après les derniers essais nucléaires et balistiques de la Corée du Nord, Séoul ne cache pas son inquiétude, et disposerait d’un plan radical pour éliminer la menace que représente son voisin du nord : l’assassinat de son dirigeant Kim Jong-un.  Selon le ministre de la Défense sud-coréen, la Corée du Sud disposerait en effet de troupes d’élite se tenant prêtes à éliminer physiquement le leader nord-coréen si ce dernier ne renonçait pas à ses velléités nucléaires.

D’après la même source, le ministre a confirmé cette information au Parlement sud-coréen, mercredi. Interrogé à ce sujet, Han Min-koo a déclaré: «Oui nous avons préparé cette éventualité». Le ministre de la Défense s’est même risqué à détailler son plan : «Si la Corée du Sud se sent menacée, nous avons l’intention d’utiliser des missiles de précision pour cibler les installations de l’ennemi dans des zones stratégiques, ainsi que d’éliminer son leader».

La mise en œuvre de ce plan reste néanmoins «le pire scénario», a poursuivi le ministre de la Défense en défendant le fait que la Corée du Nord se préparait à son sixième test nucléaire. Si la communauté internationale soupçonnait déjà l’existence d’un tel plan, c’est la première fois qu’un membre du gouvernement le confirme officiellement.

Le meilleur des RS

C'est un Taoufik Baccar très remonté qui a pris sa plume ce mardi 20 février 2018... ou plutôt son clavier. Sur sa page Facebook,...

INTERVIEW

Syndicaliste, de père en fils, le ministre tunisien de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, détruit le mythe de l’abondance pétrolière, s’adresse aux...

AFRIQUE

Des statistiques dévoilées par le département de l’Habitat et rapportées par le site de la Fédération des promoteurs immobiliers marocains, au titre du premier...

Reseaux Sociaux

SPORT