Tags Posts tagged with "Kim Jong-un"

Kim Jong-un

par -

Selon des informations rapportées par le journal Washington Post et citées par Le Figaro, le président américain Donald Trump a qualifié le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un de “fou avec des armes nucléaires” lors d’une conversation téléphonique fin avril avec son homologue philippin Rodrigo Duterte.

“Nous ne pouvons pas laisser un fou avec des armes nucléaires en liberté comme ça”, a déclaré Donald Trump à la fin de l’entretien qui a eu lieu le 29 avril.

“Nous avons une grande puissance de feu, plus que lui, 20 fois, mais nous ne voulons pas l’utiliser”, a-t-il ajouté à propos de la Corée du Nord, qui multiplie les tirs de missiles balistiques et a procédé à deux essais nucléaires l’an dernier.

Trois jours plus tard, Donald Trump déclarait toutefois à l’agence Bloomberg qu’il serait “honoré” de rencontrer “si les conditions étaient réunies” le dirigeant nord-coréen, dont le programme d’armement nucléaire fait l’objet de sanctions internationales.

Toujours selon la même source, Donald Trump a aussi cherché à savoir auprès de Rodrigo Duterte si le dirigeant communiste était “stable ou pas stable”, rapporte le Washington Post. Et il s’est félicité que la Corée du Nord rate des essais de missiles. “Toutes ses fusées s’écrasent. Ca c’est une bonne nouvelle”, a-t-il déclaré, selon le transcript de la conversation établi par le gouvernement philippin et publié par le Washington Post ainsi que par le magazine en ligne The Intercept.

par -

Des gages, le nouveau président sud-coréen, Moon Jae-In, devra en donner pour faire oublier le sombre règne de Park Geun-Hye, balayée par le méga scandale de corruption qui a éclaboussé également les ténors de l’économie tels que Samsung. Moon Jae-In a tout de suite tenté, dès sa prestation de serment ce mercredi, de rentrer dans l’histoire en affirmant qu’il est prêt à se rendre en Corée du Nord, le pays qui terrorise son voisin et le monde entier avec ses armes nucléaires.

Il est vrai que le nouvel homme fort de la Corée du Sud, 64 ans, classé à gauche, est naturellement porté vers le pacifisme vu son métier d’avocat spécialisé dans la défense des droits de l’homme. Le terrible président de la Corée du Nord, Kim Jong-un, ne peut pas en dire autant ! Cela n’empêche pas à son homologue sud-coréen d’opter pour le dialogue avec Pyongyang, histoire de déblayer un terrain miné par des dizaines d’années de guerre froide, et même de sérieux accrochages à certains moments.

Avec cette posture, Moon Jae-In coupe l’herbe sous le pied de son allié américain, qui a tendance à suivre la Corée du Nord sur les sentiers d’une dangereuse escalade verbale. “Si besoin, je partirai tout de suite à Washington”, pour tenter de ramener Donald Trump et les siens à de meilleurs sentiments, a affirmé le nouveau chef de l’Etat sud-coréen. “Je me rendrai également à Pékin et Tokyo, et même à Pyongyang si les conditions sont réunies”, a-t-il ajouté…

par -

Le leader nord-coréen Kim Jong-un a annoncé, dimanche 1er janvier 2017, que son pays est en passe de procéder à un tir expérimental de missile balistique intercontinental, nous apprend le site «  ouest-France ».

La Corée du Nord a procédé à un rythme sans précédent à des essais de missiles balistiques en 2016, même si certains experts estiment qu’il lui faudra des années encore avant de mettre au point un missile intercontinental équipé d’une ogive nucléaire capable d’atteindre les États-Unis.

D’après la même source, le pays est sous le coup de sanctions des Nations unies depuis 2006, en raison de ses essais nucléaires et de missiles balistiques. Les sanctions ont été renforcées en décembre, dans la foulée du cinquième et plus important essai nucléaire nord-coréen, qui remonte au 9 septembre 2016.

par -

Face aux récents essais nucléaires de Pyongyang, le ministre de la Défense sud-coréen a révélé au Parlement mercredi qu’il a un plan pour éliminer physiquement le leader nord-coréen si ce dernier ne renonçait pas à ses projets nucléaires, rapporte le site « Le Figaro » ce vendredi 23 septembre 2016.

Après les derniers essais nucléaires et balistiques de la Corée du Nord, Séoul ne cache pas son inquiétude, et disposerait d’un plan radical pour éliminer la menace que représente son voisin du nord : l’assassinat de son dirigeant Kim Jong-un.  Selon le ministre de la Défense sud-coréen, la Corée du Sud disposerait en effet de troupes d’élite se tenant prêtes à éliminer physiquement le leader nord-coréen si ce dernier ne renonçait pas à ses velléités nucléaires.

D’après la même source, le ministre a confirmé cette information au Parlement sud-coréen, mercredi. Interrogé à ce sujet, Han Min-koo a déclaré: «Oui nous avons préparé cette éventualité». Le ministre de la Défense s’est même risqué à détailler son plan : «Si la Corée du Sud se sent menacée, nous avons l’intention d’utiliser des missiles de précision pour cibler les installations de l’ennemi dans des zones stratégiques, ainsi que d’éliminer son leader».

La mise en œuvre de ce plan reste néanmoins «le pire scénario», a poursuivi le ministre de la Défense en défendant le fait que la Corée du Nord se préparait à son sixième test nucléaire. Si la communauté internationale soupçonnait déjà l’existence d’un tel plan, c’est la première fois qu’un membre du gouvernement le confirme officiellement.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux