Tags Posts tagged with "londres"

londres

par -

Des journées du textile Tunisien “Tunisia textile days in London” ont été organisées, du 5 au 9 novembre 2018, à Londres, par le Centre de promotion des exportations (CEPEX) en collaboration avec l’Ambassade de Tunisie à Londres. Il s’agit d’une initiative qui vise à établir un partenariat bilatéral entre des producteurs de textile tunisiens et des importateurs/donneurs d’ordre britanniques.
Onze (11) entreprises œuvrant dans trois filières principales ont été identifiées au préalable, en l’occurrence le Jean/sportswear, la lingerie/balnéaire et le Prêt-à-porter. Il s’agit d’adapter leur offre à la demande et la nature du business en Grande Bretagne et de faire valoir à ces derniers les atouts et points forts de l’offre tunisienne en matière d’industrie textile.

L’action, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan triennal 2017/2019, décrété par le gouvernement au profit de la relance du secteur textile et habillement, a été organisée “en concertation avec la FTTH (Fédération tunisienne du textile et de l’habillement) en prenant en considération les chances des PME, selon leurs filières d’activité et leur niveau d’intégration et a suscité l’intérêt des opérateurs britanniques et à répondre au mieux à leurs prétentions“, a indiqué le CEPEX, dans un communiqué.
Les entreprises tunisiennes participantes à cette mission ont rencontré 37 acheteurs britanniques dont de célèbres enseignes telles que Marks and Spencer, Paul Smith, Ted Baker, River Island, Austin Reed, Jaeger, Laura Ashley…etc.
Au total, pas moins de 140 rendez-vous ont été établis, “promettant de grandes perspectives de concrétisation au regard, non seulement de la qualité et de la diversité des produits exposés, mais aussi de la capacité des entreprises tunisiennes à s’adapter aux exigences de commandes en termes de réactivité, et de livraison“, selon le CEPEX.

D’après les derniers chiffres, les exportations du secteur textile se sont appréciées de 20% au cours des 7 premiers mois de 2018. Les signes d’une reprise qui pourrait s’inscrire dans la durée au regard des programmes de soutien et de financement et de l’assistance technique prévue. Le CEPEX estime que ce sont “de bons augures pour convertir le potentiel du marché britannique en business effectif“.
Un slogan a été développé pour la circonstance, en l’occurrence “made in Tunisia, made for fashion” et une campagne de communication sur l’événement a été menée en Grande Bretagne, particulièrement dans le premier magazine spécialisé dans la mode en Angleterre, en l’occurrence Drapers dans ses deux versions électronique et écrite (print).
Le Royaume-Uni est le 9ème client de la Tunisie avec un taux de 1.7% du total des échanges (509 MD en 2016).

par -

Une mission d’hommes d’affaires du secteur agro-alimentaire à Londres se tient du 10 au 12 octobre 2018 pour identifier de nouvelles sources d’approvisionnement en produits tunisiens et impulser l’investissement britannique en Tunisie, a indiqué le CEPEX dans un communiqué publié vendredi.
Cette mission conforte l’intérêt que porte la Tunisie au marché britannique et au souhait de renforcer les échanges commerciaux. L’économie britannique est la sixième économie mondiale avec un taux de croissance annuel de 1,6%. Le Royaume-Uni est le 7ème client et le 15ème fournisseur de la Tunisie, avec un volume d’échanges annuel de 1,4 Milliard de Dinars.
“Le choix du secteur de l’agro-alimentaire n’est pas fortuit puisque qu’une récente étude élaborée par ” Coffey International “, intitulée ” Removing market access barriers and enhancing UK-Tunisia trade “, a retenu le marché britannique comme étant un marché cible pour les produits tunisiens, et le secteur de l’agroalimentaire comme un secteur prioritaire pour les perspectives de renforcement des échanges bilatéraux”, lit-on dans le communiqué.
Ainsi, le marché alimentaire au Royaume-Uni avec 61 millions de consommateurs reste un partenaire essentiel.
La même source rappelle que le packaging est primordial en Grande-Bretagne ; il y a beaucoup d’innovations (packagings biodégradables ou recyclable par exemple), et il est le vecteur le plus important en termes de communication auprès du consommateur: en effet, il véhicule le positionnement du produit et le moyen de se différencier des MDD.
La présence d’une forte population ethnique, représentant environ 10% de la population britannique, originaire d’Asie, du Moyen-Orient, d’Afrique et des Caraïbes pourrait présenter une opportunité pour les produits ethniques tunisiens.

par -

Le Forum tuniso-britannique sur le commerce et l’investissement se tiendra à Londres du 10 au 12 octobre 2018), selon une note de l’ambassade de Tunisie dans la capitale britannique, publiée par le CEPEX.
Le forum s’inscrit, selon la même source, dans le cadre des efforts visant à sensibiliser les milieux d’affaires tunisiens quant aux opportunités d’affaires qu’offre le Royaume-uni, qui est le 7ème client et le 15ème fournisseur de la Tunisie, avec un volume d’échanges annuels de 1,4 Millions de dinars.
Le ministre de l’industrie et des petites et moyennes entreprises chargé de l’énergie et des énergies renouvelables et le secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur sont attendus à ce forum auquel prendront part également des responsables des institutions britanniques et des opérateurs du secteur privé local avec au programme des rencontres entre hommes d’affaires (B2B).

Parmi les manifestations prévues dans le cadre de ce forum, figure une table ronde sur l’agro-alimentaire. Une récente étude élaborée par “Coffey International” et citée dans la note a retenu le marché britannique comme étant un marché cible pour les produits tunisiens, et le secteur de l’agroalimentaire comme un secteur prioritaire pour les perspectives de renforcement des échanges bilatéraux.
L’Ambassade estime que le moment est opportun pour tirer profit de la Convention-cadre entre le ministère des affaires étrangères et le Cepex, et en particulier la rubrique portant sur les actions spécifiques à l’organisation de délégations d’hommes d’affaires et à la programmation de rencontres B2B.

L’économie britannique, sixième économie mondiale, est réputée pour son ouverture sur l’international et sa compétitivité. Ce pays enregistre systématiquement depuis 2016 un taux de croissance de son marché d’environ 1,7%, lequel serait maintenu, selon les prévisions, jusqu’en 2020, toujours d’après la même source.
Si, politiquement, la sortie du Royaume-uni de l’Union Européenne jette une certaine incertitude, économiquement, cet événement pourrait s’avérer comme une réelle opportunité pour la Tunisie sur le long terme. En effet, la baisse inéluctable des échanges commerciaux avec les pays de l’UE qui interviendra devrait être compensée par un renforcement des liens commerciaux de ce pays avec ses partenaires hors UE“, lit-on dans la note.

par -

07h37 mardi 14 août 2018, une Ford fiesta a foncé sur un groupe de cyclistes et des piétons avant de finir son trajet en entrant en collision avec les barrières de sécurité qui ceinturent le Parlement. Son conducteur, le seul occupant du véhicule, a été arrêté par les policiers présents sur place. Aucune arme n’a été trouvée sur les lieux, rapporte “sudouest.fr”.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent des policiers lourdement armés entourant le véhicule dont le conducteur est sorti menotté avant d’être emmené. Sur d’autres, on voit la police retenant l’homme, qui porte un jean et une veste noire, indique la même source.

Le conducteur, âgé d’une vingtaine d’années et arrêté par la police, est détenu pour “soupçon d’actes terroristes”.

par -

Le Tribunal Arbitral de la Cour Internationale d’Arbitrage de Londres (LCIA) a confirmé le 31 juillet 2018 le caractère illégal de la prise de contrôle forcée par le Gouvernement de Djibouti du terminal à conteneurs de Doraleh. La LCIA a confirmé que le Contrat de concession du terminal à conteneurs Doraleh “demeure juridiquement valide et en vigueur nonobstant la loi 202 et les décrets issus en 2018”. La loi 202 et lesdits décrets présidentiels, qui ont été promulgués par Le Gouvernement Djiboutien pour tenter de se soustraire à ses obligations contractuelles, ont été jugées illégaux. DP World (http://web.DPWorld.com) se réserve le droit d’analyser toutes ces options découlant de cette sentence arbitrale.

Le 22 février 2018, le Gouvernement de Djibouti s’était illégalement emparé du terminal à conteneurs de Doraleh, terminal ayant été conçu, construit et exploité par DP World conformément au Contrat de concession qui lui a été accordé en 2006. Le terminal de Doraleh est le premier employeur a Djibouti et la plus importante source de revenus du pays.  Le Terminal de Doraleh a réalisé des profits chaque année, et a été considéré comme un « grand succès » pour Djibouti sous la direction de DP World.

La saisie illégale du terminal a suivi une campagne lancée par le gouvernement pour forcer DP World à renégocier les termes du Contrat de concession. Les termes du Contrat de concession avaient pourtant déjà été jugés « justes et raisonnables » en 2017 par un autre Tribunal Arbitral de la LCIA dirigé par Lord Leonard Hoffmann, Peter Leaver QC et Sir Richard Aikens, tous des juristes anglais très respectés.

À la suite de la promulgation de la loi n° 202 à Djibouti, qui vise à accorder des pouvoirs au gouvernement pour résilier ses accords dans le domaine des infrastructures, DP World a été contraint d’entamer une nouvelle procédure arbitrage en février 2018 pour obtenir une déclaration de validité du Contrat de concession. Le Tribunal, composé du professeur Zachary Douglas QC, a confirmé définitivement que le Contrat de concession, régi par le droit anglais, reste valide et en vigueur nonobstant la résiliation illégale intervenue sous couvert de ladite loi 202.

DP World est l’un des acteurs pionniers du commerce mondial, et fait partie intégrante de la chaîne d’approvisionnement. Il exploite de multiples activités connexes, à partir des terminaux maritimes et terrestres, des services maritimes, de la logistique et des services auxiliaires aux solutions commerciales axées sur la technologie.

Avec un portefeuille de 78 terminaux maritimes et terrestres en exploitation soutenus par plus de 50 entreprises dans plus de 40 pays sur six continents, et avec une présence significative sur les marchés à forte croissance et matures, la société entretient des relations étroites avec des gouvernements du monde entier. Elle travaille en partenariat pour renforcer les économies tout en investissant dans les infrastructures et en mettant en œuvre des solutions commerciales intelligentes.

par -

Le Jury des Trophées d’African Banker (http://AfricanBankerAwards.com) communique la liste des nominés pour  2018. Elle reflète une autre année solide dans le secteur bancaire africain, portée par l’innovation et la résilience des marchés.

Londres / 02/05/2018 : Les nominés pour les Trophées African Banker 2018 ont été sélectionnés par les membres du jury du magazine financier panafricain.. La liste des finalistes de cette année comprend des banques du Maroc, du Nigeria et du Kenya qui ont une large empreinte à travers le continent, Ecobank, Standard Bank et Standard Chartered sont présents  dans plusieurs catégories.

La cérémonie des remise des Trophées qui est organisée par African Banker Magazine, se tiendra à l’occasion des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD)  du 21 au 25 mai 2018 à Busan, en Corée du Sud. Les heureux gagnants  sélectionnés par un jury indépendant  de banquiers, financiers  et  chefs d’entreprise, seront annoncés lors de la cérémonie des African Banker Awards qui aura lieu le soir du mercredi 22 mai.

Omar Ben Yedder, éiteur et directeur général du Groupe IC Publications (www.ICPublications.com) qui publie African Banker a rappelé la qualité des candidatures reçues cette année.”McKinsey a publié un rapport très positif sur le secteur bancaire en Afrique qui confirme que le marché bancaire dans le continent est parmi les plus prometteurs dans le monde. Les candidatures ont été très nombreuses ce qui démontre une compétitivité croissante parmi les institutions financières. Il y a eu une affluence de candidatures dans toutes les catégories. L’innovation est le maître mot parmi les banquiers. Les entrées de cette année reflètent le rôle transformateur de la technologie fintech et blockchain ainsi que du mobile banking.  La très haute qualité des candidatures et la sophistication des solutions présentées reflètent un secteur robuste en pleine évolution.”

La cérémonie des remise des prix est organisée sous le haut patronage de la Banque Africaine de Développement. Elle est sponsorisée par  African Guarantee Fund, Banco Nacional de Investimento (BNI), Groupe Crédit Agricole du Maroc et la Bank of Industry.  Le dîner de gala et la remise des prix auront lieu au Paradise Hotel de Busan. Le cocktail de bienvenue sera offert comme chaque année par Ecobank.

Liste des nominées:

Banquier Africain de l’année:

– Mohamed El Kettani – Attijariwafa Bank, Maroc
– James Mwangi – Equity Group Holdings Plc, Kenya
– Joshua Oigara – KCB, Kenya
– Segun Agbaje – Guaranty Trust Bank, Nigéria

Banque Africaine de l’année

– Attijariwafa Bank, Maroc
– Equity Group Holdings, Kenya
– Guaranty Trust Bank, Nigéria
– The Mauritius Commercial Bank, Mauritius
– Standard Chartered

Banque de Détail de l’année

– Barclays, Zambia
– Ecobank
– KCB, Kenya
– Millennium BIM, Mozambique
– SBM Holdings, Mauritius

Banque d’Investissement de l’année

– Barclays Africa Group
– Exotix
– FNBQuest Merchant Bank, Nigéria
– Standard Bank
– Standard Chartered

Trophée pour I’Inclusion Financière:

– Fourth Generation Capital Limited, Kenya
– Groupe Crédit Agricole du Maroc, Maroc
– Baobab Group, France
– Equity Group, Kenya
– JUMO World, South Africa

Banque Novatrice de l’année

– Agricultural Finance Corporation, Kenya
– Ubuntu Coin
– Banque Nationale pour le Développement Economique, Sénégal
– Ecobank
– SBM Holdings, Mauritius

Banque Socialement Responsable de l’année

– Barclays Bank, Zambia
– BMCE Bank of Africa, Maroc
– Equity Group, Kenya
– First Bank of Nigeria, Nigéria
– KCB Group, Kenya
– Standard Chartered Bank Kenya, Kenya

Deal de l’année – Capital

– ADES IPO – EFG Hermes, Egypte
– First Rand Acquisition of Aldermore PLC – Rand Merchant Bank, Afrique du Sud
– GAPCO sale to Total – Standard Chartered, Afrique du Sud
– Long4Life IPO – Standard Bank, Afrique du Sud
– Steinhoff Africa Retail Listing – Rand Merchant Bank, Afrique du Sud
– Vodacom Tanzania IPO – National Bank of Commerce and Absa CIB, Tanzanie

Deal de l’année – Dette

– $300m Diaspora Bond – Standard Bank/FBNQuest Merchant Bank, Nigéria
– $540 First Rand Asia Focused syndication – Standard Chartered
– Cape Town Green Bond – RMB, Afrique du Sud
– Dufil Prima Foods – Standard Bank, Afrique du Sud
– Nokeng Fluorspar – Fieldstone, Afrique du Sud
– Viathan – Renaissance Capital, Nigeria

Deal de l’année – Infrastructures

– Nigeria Infrastructure Debt Fund – Chapel Hill Denham, Nigéria
– Nacala Railway and Port Corridor – Standard Bank SA / RMB, Afrique du Sud
– FIRST – Rand Merchant Bank, Afrique du Sud
– AEE Power Project – RMB, Namibie

D’autres Trophées consacreront les Banques Régionales de l’année en Afrique du Nord, de l’Ouest, du Sud et de l’Est. ainsi que le Gouverneur de la Banque centrale de l’année, le Ministre des Finances de l’année et le Banquier dont la carrière a été exemplaire.

par -

Le premier Forum sur l’Economie Bleue en Afrique (FEBA) se tiendra à Londres les 7, 8 juin 2018, date qui coïncide avec la Journée mondiale de l’océan. Plus de 150 délégués et intervenants sont attendus, parmi lesquels des ministres gouvernementaux, des chefs d’entreprise, des experts des océans et des organisations environnementale et maritime, afin de discuter de la contribution des océans à l’économie africaine.

L’économie bleue occupe une place centrale dans l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Cette première édition du Forum couvrira l’Agenda et permettra aux entreprises et aux décideurs de comprendre et réaliser les potentialités d’investissement dans l’économie bleue en Afrique, tout en créant un modèle de gestion durable pour l’avenir.

Leila Ben Hassen, fondatrice du FEBA 2018 et PDG de Blue Jay Communication, l’agence organisatrice de l’événement, explique : “Le FEBA 2018 est une plateforme qui permettra de débattre de questions cruciales autour de l’économie bleue, notamment en matière de création d’emploi et de croissance et développement durables du continent.

Nous examinerons également les politiques économiques qui viendront soutenir l’économie des océans et permettront d’offrir de nouvelles opportunités pour les investisseurs et entrepreneurs. En Afrique, où 70% des pays sont côtiers, l’océan est non seulement l’un des moteurs principaux dans les échanges commerciaux, mais aussi une source importante de nourriture et d’énergie pour les populations“, a-t-elle ajouté.

Paul Holthus, Président et PDG du World Ocean Council, partenaire officiel du FEBA 2018, affirme de son côté : “Au World Ocean Council, nous traitons des questions transversales touchant au développement durable des océans, à la science et à l’intendance de l’environnement. Nous sommes déterminés à faire progresser le développement et la mise en œuvre de solutions axées sur l’industrie pour relever les défis de la durabilité des océans. Le FEBA 2018 est un rassemblement important pour la sensibilisation et le développement d’un réseau autour de l’économie bleue africaine et en particulier le développement durable et les opportunités d’affaires que l’Afrique a à offrir dans le domaine.

L’économie bleue regroupe les espaces aquatiques et marins, y compris les océans, les mers, les côtes, les lacs, les rivières et les eaux souterraines. Elle comprend un large éventail de secteurs productifs, tels que la pêche, l’aquaculture, le tourisme, les transports, le commerce, la construction navale, l’énergie, la protection et la restauration. L’économie bleue englobe également les industries extractives, telles que l’exploitation minière sous-marine et l’exploitation pétrolière et gazière extracôtière, à condition qu’elles soient entreprises de manière à ne pas causer de dommages irréversibles à l’écosystème.

Saluant cette initiative, le Dr Carlos Lopes, ancien Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique des Nations Unies (CEA), a déclaré : “Plusieurs pays africains élaborent déjà des stratégies pour intégrer l’économie bleue dans leurs plans de développement nationaux. Par exemple, les Seychelles ont créé un ministère dédié à la promotion de l’économie bleue.”

En Afrique du Sud, l’Opération Phakisa devrait créer un million de nouveaux emplois d’ici à 2030 et ajouter 177 milliards de ZAR [10,2 milliards de GBP] au PIB du pays. Davantage de pays doivent suivre la même voie pour tirer profit des opportunités socio-économiques disponibles“, a ajouté le Dr Lopes.

Parmi les intervenants confirmés au FEBA 2018, on compte des représentants de diverses organisations et gouvernements, parmi lesquels : le Programme des Nations Unis pour l’environnement, l’Organisation mondiale du commerce, la Commission économique pour l’Afrique des Nations Unies, le Royaume du Maroc, la République du Gabon, la République du Cameroun, la République des Seychelles, le Conseil mondial des océans, WWF, le Centre ghanéen de droit maritime et de sécurité, la Fondation One Earth Future, PWC, MAST Security, Resolute Marine Energy, The Global Ocean Trust Grid Arendal, et Sea Shepherd.

Pour plus de détails et pour vous inscrire, visitez le site web : https://www.abef2018.com/

par -

Le Mozambique vient d’annoncer la tenue d’une conférence, en mars prochain, à Londres pour présenter un plan de restructuration de sa dette valorisée à près de 2 milliards de dollars, environ un an après avoir officialisé son défaut de paiement.

Selon les informations rapportées par l’agence d’information africaine Ecofin, le gouvernement mozambicain avait  avoué, en 2016, la dissimulation de 2 milliards de dollars d’emprunts destinés à acheter secrètement de l’armement.

Suite à ce scandale, le Fonds monétaire international (FMI) avait décidé de suspendre sa coopération avec le pays de l’Afrique australe. D’autres donateurs étrangers ont aussi mis fin à leur aide budgétaire directe au pays.

Le Mozambique a été ainsi acculé à annoncer son incapacité à honorer le paiement des intérêts sur un emprunt souverain en janvier 2017 et à exprimer son souhait d’aller vers la restructuration de ses dettes.

Toujours selon Ecofin, le gouvernement mozambicain a fait appel à Lazard Frères pour l’accompagner dans ce processus de restructuration et au cabinet White & Case, basé à Londres, pour assurer le conseil juridique.

par -

Le divorce avec l’Union européenne va coûter cher au Royaume-Uni : entre 40 et 45 milliards d’euros, a fait savoir ce vendredi un porte-parole de Downing Street, selon L’Express. Les deux parties auraient trouvé ce vendredi 08 décembre 2017 un accord de principe sur les trois dossiers brûlants : la facture du Royaume-Uni pour rembourser à l’UE les montants qu’elle a décaissés, le sort réservé aux citoyens européens et la frontière entre les deux Irlande. Maintenant que ces questions semblent réglées, Londres et Bruxelles vont attaquer le nécessaire remodelage de leurs relations commerciales.

Si les Britanniques en restaient à cette facture, ce serait plutôt une bonne affaire au regard des premières estimations du Financial Times qui faisaient état d’une ardoise de près de 100 milliards d’euros.

par -

Facebook ouvre ce lundi de nouveaux bureaux à Londres, faisant de la capitale britannique son plus important centre d‘ingénierie en dehors des Etats-Unis, avec à la clé la création de 800 emplois, et confirmant ainsi son engagement envers le Royaume-Uni qui se prépare à quitter l‘Union européenne (UE).

Selon Reuters, le nouveau centre, situé au centre de Londres dans le quartier de West End, accueillera des ingénieurs, des développeurs, des équipes de marketing et vente travaillant notamment sur la plate-forme Workplace.

Il abritera également le premier incubateur interne de startups de Facebook, appelé LDN_LAB.

par -

La Chambre de Commerce Tuniso-Britannique (TBCC) a organisé une mission d’affaires à Londres les 26 et 27 Septembre 2017 en collaboration avec la Fipa, l’ambassade de Tunisie à Londres, les ministères des Affaires Etrangères et du Commerce Britanniques, et la Mairie de la City de Londres.

La délégation de la TBCC, présidée par Mr. Mehdi Ben Abdallah était composée de plusieurs entreprises et organisations importantes dont on peut citer : Mehdi Ben Abdallah, Hassine Doghri (La Carte), Noureddine Hajji (E&Y), Ali Hjaiej (Clarke Energy), Khaled Ben Jemaa (SAM), Bilel Sahnoun (Bourse de Tunis), Mehdi Tamarzizte (Meninx), Karim Gaabiche (Cerealis), Habib Ben Gharbia (Capmaris), Karim Hamdy (Hamdy Frères), Tarek Ayari (Sun Travel), Houssem Ben Azouz (Fédération Interprofessionnelle du Tourisme), Jed Mrabet (Avocat).

La mission rehaussée par la présence du Ministre Mr. Zied Ladhari et du Directeur General de la FIPA, Mr. Khalil Laabidi a été un succès permettant de remettre la Tunisie dans le radar des investisseurs Britanniques, et a aussi confirmé l’intérêt certain de la Grande-Bretagne pour la Tunisie.

En effet, le forum d’affaires Tuniso-Britannique organisé le matin du 27 septembre dans les locaux du ministère des Affaires Etrangères Britanniques a vu la présence d’une centaine d’entreprises et organisations représentants divers secteurs intéressés par le développement du commerce et de l’investissement entre les deux pays. Il a été clair pour l’audience présente à l’évènement que les deux pays étaient dans une phase propice à l’essor des relations bilatérales, mettant en avant l’amélioration de la circulation des personnes ainsi que les opportunités qui ressortiront de l’application du Brexit.

Plusieurs intervenants dans le forum ont exprimé l’importance de travailler en coordination étroite pour amener le partenariat économique Tuniso-britannique au niveau du grand potentiel existant entre la Tunisie et le Royaume-Unis.

A l’occasion de la première session de ce forum ont intervenu en autres Mr. Andrew Jones, Ministre au Trésor, Mr. Zied Laadhari, Ministre de l’Investissement et de la Coopération Internationales, Dr. Andrew Murisson, Envoyé spécial du Premier Ministre pour le Commerce avec la Tunisie, et Mr Mehdi Ben Abdallah, Président de la Chambre de Commerce Tuniso-Britannique.

La deuxième partie du forum a permis de mettre en avant les « success stories » et les secteurs d’intérêt tel que l’éducation, l’énergie, l’agro-alimentaire, la santé ou encore les composants automobiles à travers plusieurs analyses et témoignages de Abdeslam El-Idrissi (Chambre Arabo-Britannique), Hichem Omezine (Actis), Noureddine Hajji (E&Y) et Ali Hajaiej (Clarke Energie), et de donner l’occasion à l’audience de débattre avec les différents panelistes.

L’après-midi du 27 a vu l’organisation d’une table ronde à Mansion House à l’invitation du Lord Maire de la City de Londres, Dr. Andrew Parmley. Plusieurs sujets d’importances ont été abordés tel que l’environnement de l’investissement ou les projets en PPP, ainsi que le marché des capitaux qui a été présenté par Mr. Nabil Sahnoun (Bourse de Tunis).

Un programme de travail a été discuté incluant la visite de délégations d’affaires Britanniques en Tunisie, la création de commissions sectorielles bilatérales pour le commerce et l’investissement, l’investigation des grands projets en PPP, et le partage d’expériences dans le secteur financier et bancaire.

par -

Un avion de la compagnie britannique British Airways, qui devait décoller pour Londres a été évacué à l’aéroport Charles de Gaulle pour une «raison de sécurité» ce 17 septembre, rapporte le site francais.rt

«Il y a eu un incident qui a fait que les autorités ont décidé de maintenir l’appareil au sol et de débarquer les passagers quelques minutes avant le décollage, pour faire des vérifications complémentaires», a affirmé un porte-parole des Aéroports de Paris cité par la même source.

Après vérification, la police a fait savoir qu’il s’agissait d’une fausse alerte. Peu avant 11h30, le porte-parole a déclaré que les vérifications nécessaires étaient terminées et que les 130 passagers pouvaient remonter à bord.

par -

La Tunisie a affirmé son soutien et son entière solidarité avec le peuple britannique ami et son gouvernement suite à l’attaque terroriste qui a eu lieu vendredi dans un métro londonien faisant plusieurs blessés.
La Tunisie déplore, dans une déclaration publiée par le ministère des Affaires étrangères, la récurrence des agressions ciblant des civils et qui visent à saper la stabilité du Royaume Uni.
La fréquence des actes terroristes et leur extension géographique confirment que nul n’est à l’abri de ce fléau, lit-on de même source.
La Tunisie appelle la communauté internationale à intensifier la coopération pour cerner le terrorisme et le traiter à la racine, selon une approche globale tenant compte des facteurs favorisant sa propagation.
Une explosion s’est produite vendredi matin à l’heure de pointe dans un wagon d’un métro à Londres.
Revendiquée par l’organisation terroriste Daech, l’attaque, la cinquième en 2017, a fait 29 blessés, dans un état grave.

par -

Plusieurs passagers souffrent de brûlures au visage dans le métro londonien où une explosion a été signalée, rapporte Reuters.

La police britannique a dit de son côté avoir reçu des informations faisant état d‘un incident à la station de métro Parsons Green, dans le sud-ouest de Londres.

Les services de transport ont annoncé la suspension du trafic entre les stations d‘Earls Court et Wimbledon.

par -

Trente entreprises algériennes opérant dans l’agroalimentaire présentent au Salon international de l’alimentation et des boissons à Londres une gamme variée des meilleurs produits algériens du terroir, dans la perspective de trouver des débouchés sur le marché britannique.

Des dattes, de l’huile d’olive, des figues sèches, des pâtes alimentaires, du couscous, ainsi que des boissons, fruits et légumes et confiseries traditionnelles répondant aux normes internationales sont harmonieusement présentés au pavillon de l’Algérie à cette manifestation internationale, nous a appris l’agence APS.

Les représentants de plusieurs sociétés dont certaines ont déjà une expérience dans l’exportation, notamment vers la France et les marchés africains, ont souligné l’importance de leur participation à ce type de manifestations, afin de pouvoir établir un contact avec d’autres  exposants et opérateurs, et trouver des clients au Royaume-Uni.

Ils visent à faire connaître au marché britannique et autres, où la concurrence est rude, le produit algérien, qui pourrait, selon la même source, y prospérer…

par -

Londres a suivi Washington en interdisant les ordinateurs portables et tablettes en cabine sur les vols de 14 compagnies aériennes en provenance de cinq pays arabes et de Turquie, a annoncé mardi un porte-parole du gouvernement britannique, rapporte Lefigaro.

La Première ministre Theresa May a présidé plusieurs réunions lors desquelles il a été décidé “d’introduire de nouvelles mesures de sécurité aériennes sur tous les vols directs à destination du Royaume-Uni pour les pays suivants: Turquie, Liban, Jordanie, Egypte, Tunisie et Arabie saoudite”, a indiqué la même source.

par -

Le Velar est dévoilé avec un ensemble de technologies mis au service du conducteur, qui sont toutes reliées entre elles pour constituer un véritable serviteur technologique.

Au coeur se trouve un système d’infotainment avant-gardiste et complètement nouveau, dénommé Touch Pro Duo.

Surnommé Blade (lame) par les ingénieurs à cause de son profil élancé et de ses surfaces nettes, l’innovation rend l’expérience technologique à l’intérieur de la voiture plus intuitive, plus rapide et plus agréable, ce qui permet de faire de chaque déplacement un moment de plaisir.

Le quatrième membre de la famille Range Rover a fait l’objet d’une présentation spectaculaire devant un public averti, au Design Museum de Londres, qui a également accueilli une exposition de photos consacrées au Range Rover Velar, signées du célèbre photographe Gary Bryan. Les images sont exposées sur le compte Instagram de la marque : @landrover.

Le Velar est le premier véhicule qui ait été dévoilé et exposé au sein du Design Museum, qui a ouvert ses portes au public en novembre 2016 après avoir quitté son site d’origine de Shad Thames.

Le nouveau modèle était présenté simultanément, pour une soirée seulement, au sein une exposition temporaire dans Kensington High Street, à Londres, à côté des Range Rover Evoque, Range Rover Sport et Range Rover…

par -

Cinq personnes ont été blessées, dont trois grièvement, dimanche matin à Londres (Royaume-Uni) par une voiture qui a fauché un groupe de passants, rapporte Leparisien, citant des informations du journal britannique Le Guardian.

Les faits se sont produits dimanche matin vers 8 h 20 (9 h 20 en France), à Bromley Road, dans le sud-est de Londres. La voiture, une Mercedes, est montée sur le trottoir et a dans un premier temps heurté un mur avant de percuter violemment les piétons. Quatre hommes et une femme, âgés de 25 à 46 ans, ont été pris en charge par les secours sur place avant d’être hospitalisés.

Selon un porte-parole de Scotland Yard, le conducteur a été directement interpellé par un policier en civil et le quartier a été bouclé pendant plusieurs heures.

par -

Tunisair a annoncé, dans un communiqué publié, samedi soir, que les vols TU790/TU791, initialement programmés pour le 17 décembre courant, à partir de l’aéroport Tunis Carthage, vers l’aéroport de Londres Heathrow, ont été reportés pour ce dimanche et ce en raison des conditions météorologiques défavorables ( manque de visibilité et brouillard ).
Les passagers des vols question seront transportés sur le vol TU 3520\3521 comme suit :
Aller TU 3520: Départ de Tunis à 12h25 \ Arrivée à Londres à 14h30 .
Retour TU 3521: Départ de Londres à 15H00 et arrivée à Tunis à 19H00 .
Par ailleurs, les vols réguliers TU790/ 791 à destination et en provenance de Londres du 18 décembre 2016 seront maintenus et seront opérés selon les horaires normaux.

par -

Le ministre tunisien de l’Intérieur, Hédi Majdoub, a exhorté les touristes britanniques à revenir dans le pays, exprimant l’espoir que le Royaume-Uni révisera ses conseils Voyage, en affirmant que la Tunisie n’est pas plus menacée par le terrorisme que toute grande ville européenne.

Le Foreign Office avait déconseillé tous les voyages en Tunisie sauf ceux essentiels suite à l’attaque contre la station balnéaire d’El-Kantaoui à Sousse où 30 touristes britanniques et huit autres ont été tués en juin 2015 par un terroriste de Daech.

Le ministre a précisé qu’il n’a pas exigé mais espérait que l’avis du FO serait changé, ajoutant que ses entretiens avec les responsables britanniques sont consacrés à la coopération en matière de sécurité.

Dans une interview au quotidien « The Guardian », il a posé la question suivante : «  Est-ce vous pensez que les gouvernements ne sont pas sous la menace à Paris, à Bruxelles et à Istanbul? La menace existe partout. La question est de savoir si vous faîtes confiance aux Tunisiens ou non ».

« Nous ne disons pas aux Européens:« S’il vous plaît, venez en Tunisie; il n’y a pas de menaces. Il y a des menaces comme il en existe partout dans le monde. Mais nous sommes prêts à coopérer en permanence sur toutes les questions relatives à la sécurité pour rassurer les Britanniques, améliorer la situation, et renforcer leur confiance en nous », a-t-il dit.

Avec un taux de chômage de plus de 14% en Tunisie, les conseils Voyage du Royaume-Uni ont eu des conséquences économiques dévastatrices. Les agences de voyages suivent les conseils du Foreign Office, et les quelques Britanniques voyageant à titre individuel peinent à contracter une police d’assurance.

Plus de 440.000 touristes britanniques se rendaient chaque année en Tunisie pour ses plages et ses sites archéologiques avant l’attaque Sousse, mais, depuis, leur nombre a baissé de 90%.

Thomas Cook a annoncé qu’il ne vendra plus de forfaits sur la Tunisie jusqu’en mai prochain au plus tôt, et les appels lancés la semaine dernière à la Chambre des Lords pour la révision de l’avis de Voyage négatif ont été rejetés par le gouvernement de Londres.

Restaurer la confiance

Le ministre tunisien de l’Intérieur se trouve dans la capitale britannique pour rencontrer les ministres du transport, des responsables du Foreign Office et le ministre de l’Intérieur, Amber Rudd, en vue du renforcement de coopération avec les services de sécurité britanniques. « Pour nous, il n’est pas seulement question de demander au Foreign Office de changer ses conseils Voyage, il s’agit aussi de restaurer la confiance», a-t-il dit.

Il a souligné que l’accent est mis sur l’approfondissement de la coopération sécuritaire, notamment l’échange d’informations et la formation, alors que des jihadistes tunisiens combattant dans les rangs de Daech en Syrie et en Libye pourraient être de retour dans leur pays.

L’enquête judiciaire sur l’attaque de Sousse doit démarrer début 2017 sur la base, entre autres, d’éléments de preuve matériels captés par caméra, ce qui exige que les mesures anti-terroristes soient gardées secrètes. Le terroriste qui a perpétré l’attaque de Sousse a été formé par Daech en Libye.

Le niveau d’interdépendance entre les djihadistes libyens et tunisiens est frappant, et la surveillance des frontières poreuses entre les deux pays, est assurée par des drones fournis par les Etats-Unis.

Une autre façon de penser

“Depuis les attentats en 2015, nous avons revu toute notre façon de penser», a affirmé Hédi Majdoub. «Nous avons changé de stratégie et décidé que la meilleure façon de lutter contre le terrorisme est de ne pas rester sur la défensive mais d’être agressif et proactif. Nous avons restructuré nos services de renseignement, et mis en place tout un plan pour la sécurité du tourisme dans les villes et les hôtels.

«Cette année, et à ce jour, la saison touristique s’est déroulée sans aucun problème ni accroc, mais nous devons avoir besoin de continuer à travailler parce que la route est longue. Certes, nous avons remporté des succès, mais je préfère me concentrer sur ce que nous avons encore à faire. Sur ce terrain, on n’atteint jamais le sommet », a-t-il dit.

Le gouvernement britannique a examiné un assouplissement progressif des conseils de Voyage pour la Tunisie. De nombreux autres pays n’ont pas décrété les mêmes interdictions totales, et les flux de touristes moins dépensiers en provenance de la Russie ont augmenté cette année.

D’aucuns soutiennent que les causes des problèmes économiques de la Tunisie se trouvent ailleurs que dans le tourisme qui représente 8% de l’économie du pays. Mais d’autres affirment que ce chiffre est en deçà de la réalité et se méprennent sur la façon dont la perception du pays peut avoir en tant qu’effet multiplicateur pour l’investissement étranger, conclut le Guardian.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Le chef d’entreprise et responsable syndical Rafaa Ennaifer est , à bon droit, vert de rage, à la vue d’articles vestimentaires tunisiens, vendus dans...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Nous apprenons que le président égyptien, Abdelfattah Al Sissi et le maréchal Khalifa Haftar n’assisteront pas à la réunion plénière de la rencontre internationale...

Reseaux Sociaux

SPORT