Tags Posts tagged with "Mouvement de protestation"

Mouvement de protestation

par -

Le dernier congrès national de l’Association des Magistrats tunisiens (AMT), ce week-end à Hammamet, n’a pas permis d’amorcer la désescalade dans le secteur judiciaire. En effet les magistrats ont fait savoir, dans un communiqué émis dimanche 21 mai 2017, que les mouvements de protestation allaient repartir de plus belle.

Première grande annonce, dans ce sens : Opération escargot sur toutes les audiences de l’année judiciaire en cours, à partir du 5 juin 2017, si les doléances d’ordre financier des juges ne sont pas agréées et si «les prélèvements abusifs sur les salaires des magistrats ne sont pas restitués».

Le texte s’en prend également «aux pratiques abusives des autorités à l’encontre de certains de leurs confrères grévistes, victimes de prélèvements injustifiés et arbitraires» mais aussi «au manque de transparence noté dans les procédures pour candidater aux postes dans la haute magistrature».

par -

Les manifestants d’El-Kamour, opposés aux décisions annoncées par le chef du gouvernement ont repris, mercredi, leur mouvement de protestation près de la station de pompage du pétrole.
Ils réclament la création de 1500 emplois dans les compagnies pétrolières, 3000 dans la Société de l’environnement et du jardinage, outre une allocation de 100 millions de dinars au profit du Fonds du développement de la région.
Selon le gouverneur de Tataouine, le sit-in d’El-Kamour a ” effectivement ” pris fin dans la mesure où la majorité des contestataires avaient accepté l’offre du gouvernement. Ceux qui ont choisi l’escalade et la poursuite des protestations demeure une minorité, a-t-il assuré dans une déclaration à la TAP.
Le gouvernement avait, récemment, proposé aux sit-inneurs le recrutement de 1000 chômeurs dans les compagnies pétrolières au cours de l’année 2017 et de 500 autres en 2018, outre le recrutement de 2000 jeunes dans la Société de l’environnement et du jardinage.
Le gouvernement s’est également engagé à mobiliser une enveloppe de 50 millions de dinars au profit du Fonds de développement de la région de Tataouine.

par -

La grève générale prévue, jeudi 16 février 2017, à Bir Ali Ben Khelifa, a été annulée. Ce mouvement de protestation avait été lancé par l’Union locale du travail (ULT) suite au décès, la semaine dernière, d’une élève par hépatite, rapporte la Tap.
L’annulation de la grève a été décidée après un accord sur l’ouverture, en juin 2017, à Bir Ali, du nouvel hôpital régional prêt depuis plus de deux ans. Une séance de négociation s’est tenue, à cet effet, mercredi, au siège du gouvernorat de Sfax, entre, d’une part, la société civile et l’union syndicale et, d’autre part, des représentants des ministères de l’éducation, de la santé et de l’équipement. Il a été, également, convenu d’organiser des visites médicales dans tous les établissements éducatifs de la délégation, au cours de 2017 et 2018.
L’avis de grève lancé par l’ULT comportait trois revendications : assurer des visites médicales à tous les élèves des établissements éducatifs, réaménager les blocs sanitaires et approvisionner en eau potable ces établissements, ouvrir le nouvel hôpital régional à Bir Ali.

par -

L’instance administrative sectorielle de l’enseignement secondaire, réunie samedi dernier, a décidé de décréter une grève générale sectorielle le 22 février prochain et une série de mouvements de protestation, a annoncé le secrétaire général du syndicat général de l’enseignement secondaire, Lassaad Yacoubi.
“Ces décisions font suite au blocage du dialogue avec le ministre de l’éducation et ses propos humiliants touchant la dignité des instituteurs à plusieurs occasions”, a justifié le dirigeant syndical, joint lundi au téléphone par l’agence TAP.
Le responsable syndical a tenu cependant à assurer que les mouvements de protestation “ne perturberont pas le bon déroulement des cours et des examens”.
Lassaad Yacoubi a précisé que “Les mouvements de protestation débuteront le 20 février 2017 dans les différents sièges des commissariats régionaux de l’éducation durant la semaine précédant les vacances”.
“Parallèlement à ces mouvements, une grève générale sectorielle sera observée le 22 février prochain et sera suivie par un grand rassemblement le 1 mars 2017 devant le siège du ministère de l’éducation au cours des vacances”, a-t-il indiqué.
Par ailleurs, l’instance sectorielle a décidé le boycott par les instituteurs d’éducation physique des activités liées aux concours sportifs scolaires régionaux et nationaux jusqu’à la mise en application des accords signés entre le syndicat et le ministère de la jeunesse et du sport. Ils poursuivront toutefois l’enseignement de cette matière.
Le secrétaire général du syndicat général de l’enseignement secondaire a précisé d’autre part que l’instance administrative sectorielle se réunira le 2 mars 2017 discutera des mesures de suspension des cours en cas d’échec des négociations avec la présidence du gouvernement.

par -

Une marche de protestation a démarré, mercredi, du palais de la Justice à Tunis en direction place du gouvernement à la Kasbah pour réclamer la validation par la présidence du gouvernement des ” membres désignés ” du Conseil supérieur de la magistrature (CSM).
Selon les protestataires, “la réticence du gouvernement à valider la liste des membres proposés est à l’origine du retard pris dans l’entrée en vigueur du Conseil”.
Rassemblés place du gouvernement à la Kasbah, les protestataires ont plaidé en faveur de l’indépendance de la magistrature et appelé à placer la justice à l’abri des tiraillements politiques.
Présente à cette manifestation, la présidente de l’Association des magistrats tunisiens (AMT), Raoudha Karafi a dénoncé les graves dérapages ayant accompagné la mise en place du CSM, citant notamment le dépassement des délais constitutionnels et la prestation de serment des membres du Conseil, alors que sa composition n’est pas encore complète.
” La prestation de serment devrait normalement avoir lieu une fois la composition du CSM complétée “, a-t-elle lancé.
Les membres du CSM avaient prêté serment, mercredi dernier, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au Palais de Carthage, sous la présidence du président de la République, Béji Caïd Essebsi.
Selon le vice-président de l’Association des magistrats tunisiens, Anas Hamadi, ce rassemblement sera suivi d’un sit-in illimité au siège de l’AMT. Il sera placé sous le signe ” sit-in du redressement du processus de mise en place du CSM “.
” D’autres mouvements de protestation sont envisagés allant jusqu’à l’organisation d’une grève générale dans l’ensemble des tribunaux de la République “, a-t-il averti.
Hamdi M’rad, membbre du bureau exécutif de l’AMT n’a pas exclu la possibilité de saisir le Tribunal administratif pour statuer sur cette question.
Issue des élections du 23 octobre dernier, le CSM est composé de 45 membres répartis sur trois conseils judiciaires, à savoir l’ordre judiciaire, l’ordre administratif et l’ordre financier.
Quelque 33 membres sont élus, alors que les 12 autres sont désignés, soit 4 membres pour le conseil de l’ordre judiciaire, 4 pour le Conseil de l’ordre administratif et 4 pour le Conseil de l’ordre financier, conformément à la loi organique n°2016-34 portant création du Conseil supérieur de la magistrature.

par -

Le bâtonnier de l’Ordre national des avocats de Tunisie, Ameur Mehrezi a déclaré, ce mardi, 6 décembre 2016, sur les ondes d’Express fm, que le gouvernement essaye de faire taire les avocats en adoptant l’article 31 relatif au régime fiscal régissant la profession d’avocat.

« Il est clair que le gouvernement a lancé un bras de fer contre les avocats », a-t-il dit.

Et Ameur Mehrezi d’ajouter qu’un mouvement de protestation silencieux sera organisé aujourd’hui, mardi, par les avocats devant le palais du gouvernement à la Kasbah.

par -

Le syndicat régional des forces de sécurité intérieure à Nabeul a organisé ce mardi au matin un sit-in devant le district de la sécurité nationale, en guise de protestation contre les décisions de mutation abusives et l’arrestation de plusieurs agents de sécurité.
Le porte-parole du syndicat des forces de sécurité intérieure à Nabeul, Naoufel Sassi, a indiqué, dans une déclaration au correspondant de la TAP dans la région que ce sit-in, qui a été organisé à l’appel du syndicat régional des forces de sécurité intérieure au cours de sa réunion tenue, vendredi dernier, vise à exprimer le refus des décisions abusives prises contre les collègues et la vague d’arrestations des agents de sécurité.
“Il s’agit d’une campagne orchestrée contre les cadres et agents du district de sécurité nationale de Nabeul qui ont réalisé des réussites sécuritaires, durant cette période”, a-t-il dit.
Le porte-parole a précisé que le syndicat régional des forces de sécurité intérieure de Nabeul a appelé le ministre de l’Intérieur et le directeur général de la sécurité nationale à intervenir pour mettre fin à ces abus contre les sécuritaires à Menzel Temime, outre l’ouverture d’une enquête à cet effet.
Dans ce contexte, il a appelé à la réouverture de certains dossiers et à la création d’une commission mixte composée de l’autorité de tutelle et du syndicat en vue de réexaminer ces décisions.

par -
Le congrès du syndicat de l’enseignement secondaire a été clôturé samedi 11 octobre 2014

Les enseignants du secondaire observeront, mardi 1er Novembre 2016, un rassemblement de protestation de 2 heures, selon ce qu’a affirmé à Shems Fm le secrétaire général du syndicat général de l’enseignement secondaire Lassaâd Yaâkoubi à Shems Fm, en estimant que ce mouvement de protestation est un avertissement destiné au ministère de l’Éducation.

Lors d’un point de presse tenu aujourd’hui à Medenine, Lassaad Yaâkoubi a affirmé que si le ministère ne réagit pas positivement au message qui lui sera adressé à travers le rassemblement de protestation de Mardi, le syndicat sera à ce moment là contraint de revendiquer une réunion du comité directeur et à ce moment là, le ministre de l’Education, Neji Jalloul et la ministre de la Jeunesse et des Sports, Majdoline Cherni, devront assumer leurs responsabilités face aux décisions qui seront prises.

par -

Les enseignants suppléants à Béja ont observé, mercredi, un sit-in, dans les locaux du Commissariat régional à l’éducation où ils ont bloqué le travail, puis exécuté une marche à travers la ville, annonçant leur entrée dans une série de mouvements de protestation pour les jours à venir.
Le coordinateur régional des suppléants, Chokri Ftahlia, a souligné, dans une déclaration à l’agence TAP, que les vacataires à Béja réclamaient la discrimination positive dans leur recrutement et la mise en application de la circulaire du 21 janvier 2016 relative à l’intégration des temporaires sur trois ans, insistant sur leur détermination à poursuivre leur mouvement jusqu’à l’application des engagements du ministère.

par -

Les membres du syndicat général de la fiscalité et du recouvrement ont observé, mardi 6 septembre 2016, un rassemblement de protestation et ont menacé de porter plainte auprès du tribunal administratif.

Le secrétaire général du syndicat a indiqué dans une déclaration ce mardi à Shems Fm qu’ils protestent contre les dernières nominations annoncées dans le cadre du mouvement général dans la direction des impôts.

par -

Un groupe de protestataires de la délégation de Menzel Bouzayane (gouvernorat de Sidi Bouzid) ont bloqué mardi matin la voie ferrée et la RN14 reliant Gafsa et Sfax, empêchant ainsi le passage des camions et des trains transportant du phosphate.
Ce mouvement intervient en réaction à la non satisfaction des demandes des protestataires qui revendiquaient le droit à l’emploi.
Malgré la levée du sit-in depuis un mois et les concertations avec les autorités régionales et locales pour examiner les revendications des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur, aucune réponse favorable n’a été donnée, a estimé le porte-parole des protestataires, Adel Nasri.
Les protestataires ont affirmé que des groupes de diplômés de l’enseignement supérieur et des blessés de la révolution, organiseront prochainement des mouvements de protestation pour revendiquer l’ouverture du dialogue et trouver réponses au dossier de l’emploi dans la délégation de Menzel Bouzayane.
La délégation de Menzel Bouzayane a été marquée en mois de février dernier par des mouvements de protestation pour revendiquer le droit à l’emploi et au développement .

par -

Des jeunes sans emploi dans la délégation de Menzel Bouzayane (gouvernorat de Sidi Bouzid) ont bloqué jeudi l’accès aux établissements publics à l’exception au bureau de la poste et ont empêché le passage des camions chargés de phosphates au niveau de la route nationale n14, en direction de Sfax et de Gafsa.
Le porte-parole des protestataires, Adel Nasseri a affirmé que ce mouvement intervient pour revendiquer le droit des jeunes à l’emploi et au développement et contester l’absence d’action de la part des autorités régionales en faveur des chômeurs et habitants de la région souffrant d’une exclusion et d’une marginalisation de longue date.
“La situation dans la région est qualifiée de misérable”, a-t-il estimé.
D’autres mouvements de protestation seront programmés en l’absence de dialogue avec les autorités locale et régionale permettant de trouver des solutions radicales et urgentes aux dossiers du chômage et au problème de développement dans la délégation de Menzel Bouzayane, ont souligné les protestataires.
La délégation de Menzel Bouzayane a été marquée par une série de sit-in organisés par des diplômés de l’enseignement supérieur sans emploi, des blessés de la révolution ainsi des jeunes qui sont fichés par la police, pour revendiquer le droit à l’emploi et la création de projets de développement dans la région.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux