Tags Posts tagged with "sidi bouzid"

sidi bouzid

par -

Une marche de protestation a été organisée, lundi, dans la ville de Regueb pour réclamer l’emploi.
Des jeunes de Regueb, Menzel Bouzaiene et Saida (gouvernorat de Sidi Bouzid), en sit-in depuis plus d’un mois, ont participé à cette marche.
Ils ont scandé des slogans appelant à chercher des solutions urgentes pour les sans-emploi dans la région notamment pour les diplômés en chômage depuis une longue période.
Ils ont également revendiqué le droit à une source de revenu et à vivre dans la dignité.
Ont pris part à cette marche, qui a parcouru les principales avenues de la ville, des représentants de l’Union Régionale du Travail et de la société civile à Sidi Bouzid, ainsi que du mouvement ” Manich Msamah “

par -

Des habitants à Jelma du gouvernorat de Sidi Bouzid ont observé, mercredi 28 juin 2017, un sit-in de protestation contre les coupures d’eau récurrentes et sans préavis, qui coïncident avec la canicule.

Ils réclament, également, le raccordement à l’eau potable de plusieurs logements restés sans eau malgré leur proximité avec le réseau de la SONEDE. D’autant plus, disent-ils, que la délégation de Jelma est dotée d’importantes ressources en eau qui alimentent les gouvernorats de Sidi Bouzid et de Sfax.

Le délégué, Mohamed Ziad, qui a accueilli, mercredi, le groupe de protestataires, explique que des pannes d’électricité sont à l’origine des coupures d’eau, en se référant à un responsable du district de la SONEDE. Les doléances des habitants de Jelma seront transmises aux autorités régionales pour trouver des solutions urgentes à ce problème, assure-t-il dans une déclaration à l’agence TAP.

par -

Neuf projets d’approvisionnement en eau potable sont en cours de réalisation à Sidi Bouzid moyennant une enveloppe de 31 millions de dinars, a indiqué, mardi, le chef du district de la SONEDE à Sidi Bouzid Raouf Fraj.
Parmi ces projets, qui ont été lancés début 2017 et devront être achevés en 2019, celui de dessalement d’eau dans les délégations de Mezzouna, Meknassy et Menzel Bouzaiène (20 millions de dinars), a ajouté la même source.
Ce projet, qui vise l’amélioration de la qualité de l’eau dans ces régions, est en phase de préparation du plan topographique et d’acquisition de terrains privés, une étape qui s’annonce compliquée selon Raouf Fraj, soulignant que les autorités locales et la société civile dans les délégations concernées œuvrent à résoudre toute contrainte en la matière.
Les autres projets portent sur l’approvisionnement en eau des localités d’El Hmama dans la délégation Jelma (3 millions de dinars), d’El Hmima et Bennour à Sidi Bouzid-est (2 millions de dinars) et le complexe Aoumeur Osb (environ 1,7 million de dinars) ainsi que les régions de Bkakria et Kouaznia (650 mille dinars) et Bir Lehfay (500 mille dinars).

par -

La sous-direction des affaires criminelles d’El Gorjani et les unités de sécurité à Sidi Bouzid sont parvenues à mettre la main sur quatre suspects qui seraient directement mouillés dans le jet de deux cocktail Molotov qui ont brûlé un véhicule sécuritaire à Bir Lehfay, a rapporté Mosaïque FM hier dimanche 25 juin. Pour rappel, le sous-lieutenant Majdi Hajlaoui, qui était dans la voiture, a trouvé la mort dans cet incendie le 24 juin 2017 et trois autres agents ont été blessés…

Un des suspects appréhendés a clairement reconnu les faits. Les deux autres ont avoué avoir acheté le carburant qui a servi à commettre l’irréparable. Le nom du quatrième suspect a été donné par ses acolytes.

Un communiqué émis par le ministère de l’Intérieur hier dimanche a indiqué que les investigations sur cette affaire continuent…

par -

36 personnes accusées de soutien logistique au terrorisme dans l’attaque de sidi Ali Ben Aoun (Sidi Bouzid) ont été condamnées à des peines de 2 à 20 ans de prison ferme. Six agents de la Garde nationale dont Socrate Cherni sont tombés en martyr dans cette attaque terroriste.
Le jugement a été rendu, tard vendredi, par la cinquième chambre criminelle près du Tribunal de première instance de Tunis, spécialisée dans les affaires de terrorisme.
Selon le porte-parole du Tribunal de première instance de Tunis et du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Sofiène Selliti, le tribunal a également condamné les accusés impliqués dans cette affaire à indemniser les héritiers des martyrs et à verser, chacun, la somme de 15 mille dinars au titre de réparation d’un préjudice moral et entre 6 et 18 mille dinars au titre de réparation financière.
Dans une déclaration à l’agence TAP, Selliti a précisé sur les 36 accusés dans cette affaire, 28 personnes étaient placées en garde à vue. Les autres étaient en état de liberté.
Le tribunal a décidé la disjonction des procédures dans cette affaire concernant les accusés impliqués directement dans le meurtre (36 personnes) et les accusés en cavale, a indiqué Selliti.
Rappelons que six gardes nationaux sont tombés en martyrs et 7 autres ont été blessés le 23 octobre 2013 dans un attentat terroriste à Sidi Ali Ben Aoun. Les martyrs sont Socrate Cherni, Imed Hizi, Ridha Mnasri, Anis Salhi, Taher Chebbi et Mohamed Marzouki.

par -

Des projets d’approvisionnement en eau potable sont en cours de réalisation dans le gouvernorat de Sidi Bouzid moyennant une enveloppe de 15 millions de dinars, a indiqué le chef du district de la SONEDE à Sidi Bouzid, Raouf Fraj.
Ces projets, a-t-il ajouté, visent une meilleure alimentation en eau potable, l’extension du réseau de distribution et l’approvisionnement de nouvelles localités.
Cinq projets prioritaires seront opérationnels pour la saison estivale 2017 à El Hichria, El Feriou, Mezzouna, Regueb et Sidi Bouzid ville, dont le coût s’élève à 1,6 million de dinars, a souligné la même source.
Par ailleurs, d’autres projets (10), en cours de réalisation dans le gouvernorat de Sidi Bouzid (14 millions de dinars), ont trait à l’amélioration de la qualité d’eau potable et l’approvisionnement de nouvelles régions à Sidi Bouzid-est et dans les délégations de Mezzouna, Sidi Ali Ben Aoun et Meknassy, a rappelé le représentant de la SONEDE.

par -

Le premier substitut du procureur de la République près le Tribunal de première instance de Tunis et porte-parole du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Sofiène Selliti a démenti, lundi 5 juin 2017, les informations qui font état du placement en garde à vue d’un proche de Khelifa Soltani, tué par un groupe terroriste après avoir été enlevé, vendredi dernier, au mont Mghila (Sidi Bouzid).

Le proche de Khelifa Soltani n’a pas été placé en garde à vue, il a été entendu comme témoin dans le cadre de l’enquête judiciaire sur les circonstances de ce meurtre, a déclaré Selliti à l’agence TAP.

Pour rappel, une unité de l’Armée nationale a découvert, samedi, au mont Mghila, le corps de Khelifa Soltani, kidnappé, vendredi, par un groupe de terroristes.
Khelifa Soltani est le frère de Mabrouk Soltani, jeune berger de 16 ans décapité mi-novembre 2015 par des terroristes retranchés au mont Mghilla à Sidi Bouzid.

Une enquête judiciaire sur les circonstances de ce meurtre a été confiée à la justice militaire, a annoncé, samedi, le ministère de la Défense, précisant que les opérations de ratissage se poursuivent pour traquer le groupe de terroristes, soupçonnés d’avoir commis cet acte terroriste.

par -
Farhat Horchani

Le ministre de la Défense, Farhat Horchani, a déclaré, dimanche 4 juin 2017, à l’occasion des funérailles du martyr, Khelifa Soltani qu’un bon nombre de jeunes de la région d’Esslatnia du gouvernorat de Sidi Bouzid seront recrutés dans l’Armée nationale.

Il est à rappeler à ce propos qu’une unité de l’Armée nationale a découvert, samedi après-midi, au mont Mghila du gouvernorat de Sidi Bouzid, le corps du berger Khelifa Soltani à l’endroit même où il a été kidnappé, la veille, par un groupe de terroristes. La victime a été retrouvée égorgée et son corps mutilé.

par -

Suite à l’horrible meurtre du berger Khelifa Soltani, après avoir été enlevé par un groupe terroriste au Mont Mghila à Jelma du gouvernorat de Sidi Bouzid, les habitants de la région ” Douar Slatnia ” ont appelé les autorités à leur fournir ainsi qu’à leurs familles la protection nécessaire.
L’accompagnateur de Khelifa Soltani a témoigné à l’agence TAP que la victime, prise de panique, n’a pas voulu reconnaître son identité aux terroristes qui l’ont cependant reconnu et l’agressé sans pitié.

A la lumière de ce crime odieux qui a lourdement pesé sur la mère du défunt qui vient de perdre ainsi ses deux enfants dans un même sort, les habitants de Douar Slatnia ont exprimé leur colère et consternation de l’infiltration de ces éléments dans leur milieu de vie réitérant dans leurs divers témoignages leur besoin pressant à la protection.

par -

La justice militaire s’est engagée à diligenter une enquête judiciaire sur les circonstances de l’assassinat du jeune berger Khelifa Soltani, a indiqué, samedi 3 juin 2017 un communiqué du ministère de la Défense.
Une unité de l’Armée nationale a découvert, le même jour, au mont Mghila du gouvernorat de Kasserine, le corps du berger Khelifa Soltani, kidnappé, vendredi, par un groupe de terroristes.
Le ministère de la Défense précise que les opérations de ratissage se poursuivent pour traquer le groupe de terroristes, soupçonnés d’avoir commis le meurtre du jeune berger.
“Ces criminels n’échapperont pas à la justice ; ils subiront le même sort que celui des auteurs de crimes terroristes atroces”, lit-on dans le communiqué.
Le ministère rappelle, par ailleurs, que l’accès aux zones militaires fermées est strictement interdit.

par -

Une unité de l’Armée nationale a découvert, samedi après-midi, au mont Mghila du gouvernorat de Sidi Bouzid, le corps du berger Khelifa Soltani à l’endroit même où il a été kidnappé, la veille, par un groupe de terroristes, affirment à l’agence TAP, une source sécuritaire ainsi que des habitants de la localité de Slatnia. La victime a été retrouvée égorgée et son corps mutilé, indiquent les mêmes sources.
C’est le berger qui accompagnait Khelifa lors de son kidnapping qui a montré aux militaires l’endroit où les terroristes les avaient attaqués.
Samedi matin, les proches de Khelifa avaient déploré, dans des témoignages à l’agence TAP, l’absence de représentants des autorités régionales et locales ainsi que de renforts sécuritaires et militaires aux alentours du lieu de l’attaque. Ils se plaignaient d’être laissés sans protection, pour la deuxième fois, malgré la menace terroriste. Une attaque similaire avait eu lieu en novembre 2015 où le frère cadet de Khelifa, feu Mabrouk Soltani, avait été kidnappé par des terroristes à mont Mghila et décapité.

par -

Le frère du berger Mabrouk Soltani, qui avait été assassiné par des terroristes en novembre 2015 à Sidi Bouzid, a subi le même sort. Les unités de l’armée, qui étaient parties à sa recherche suite à son enlèvement hier vendredi 02 juin 2017 au mont Mghilla, viennent de découvrir la dépouille de Khelifa Soltani, nous apprend Shems FM ce samedi, qui dit tenir ça du porte-parole du ministère de la Défense Nationale, Belhassan Oueslati…

par -

Le porte-parole du ministère de la Défense, Belhassan Oueslati, a indiqué, samedi, à l’agence TAP, que les opérations de ratissage se poursuivent par les différentes unités militaires au mont Mghilla à la recherche du berger enlevé, Khelifa Soltani, frère de Mabrouk Soltani.
Khelifa Soltani, frère de Mabrouk Soltani, jeune berger de 16 ans décapité mi-novembre 2015 par des terroristes retranchés au mont Mghilla, à Sidi Bouzid, a été enlevé, vendredi, par un groupe terroriste, ont indiqué ses proches.
Le frère de Mabrouk Soltani a été enlevé alors qu’il était en train de garder le troupeau au mont Mghilla, a rapporté un berger qui l’accompagnait. Ce dernier en a informé sa famille qui, à son tour a alerté les unités sécuritaires dans la région.

par -

Le doyen des juges d’instruction près le Pôle Judiciaire de lutte contre le terrorisme, saisi de l’affaire terroriste de Sidi Bouzid, a émis, lundi 15 mai 2017, des mandats de dépôt à l’encontre de quatre suspects, en garde à vue depuis le 30 avril dernier, a indiqué Sofiene Selliti, porte-parole du Tribunal de première instance de Tunis et du Pôle judiciaire antiterroriste.
” Le ministère public a ordonné de transférer le dossier de l’affaire devant le Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, après expiration du délai légal de détention “, a-t-il ajouté dans une déclaration à l’agence TAP, annonçant l’ouverture d’une information judicaire contre 8 individus, dont 4 sont en état de liberté.
L’opération sécuritaire qui a eu lieu le 30 avril dernier à Sidi Bouzid, s’est soldée par la mort de deux terroristes et l’arrestation de quatre autres.
Les unités de la Garde nationale avaient effectué une descente dans un appartement situé à la cité Ouled Chelbi, à l’entrée sud de la ville de Sidi Bouzid, où s’était retranché un groupe terroriste. La garde nationale surveillait les mouvements du groupe et il y a eu un échange de tirs entre les deux parties.

par -

 Une dizaine de projets agricoles d’une valeur globale de 2 millions de dinars sont encore en suspens, à Sidi Bouzid, selon Bassam Tahri, responsable au Commissariat régional au développement agricole (CRDA).
Il s’agit, notamment, de huit projets d’électrification de puits profonds bloqués en raison de l’opposition des habitants à l’installation de poteaux électriques sur certains sites, ainsi que d’un puits en raison de son emplacement et des travaux de génie civil pour la création d’une zone irriguée.
Les efforts déployés par le CRDA en collaboration avec plusieurs parties pour trouver une solution à ces blocages sont restés vains, affirme la même source.

par -

Des administrations régionales de justice seront créées dans le gouvernorat de Sidi Bouzid, a annoncé jeudi le ministre de la Justice, Ghazi Jeribi.
“La création de ces administrations qui vont relever de la compétence de la Cour d’appel de Sidi Bouzid vise à conférer la célérité requise aux services judiciaires et à faciliter le règlement des procédures judiciaires dans la région, a déclaré Jeribi, au cours de la cérémonie d’inauguration des nouveaux locaux du tribunal immobilier dans la région (louer par bail).
A cette occasion, le ministre de la Justice a fait état de la mobilisation des fonds nécessaires pour renforcer les services judiciaires dans les régions intérieures, particulièrement en termes d’infrastructure et numériser les jugements et les dossiers, l’objectif étant de rapprocher les services de justice des citoyens et favoriser l’accès à l’information.

par -

L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a entamé mardi 09 mai 2017, en présence de certains membres du gouvernement, l’examen en plénière du rapport de la commission de développement régional sur ses visites aux gouvernorats du Centre Ouest en l’occurrence Kasserine, Kairouan et Sidi Bouzid, et ce en vue d’ établir un diagnostic de la situation et identifier les obstacles entravant la réalisation de plusieurs programmes et projets de développement.
La commission explique le choix des gouvernorats du Centre Ouest par la dégradation des indicateurs de développement dans la région. A cet égard, les gouvernorats de Kasserine, Kairouan et Sidi Bouzid occupent respectivement les 23ème, 22ème et 21ème places en ce qui concerne les indicateurs de développement, alors qu’ils se positionnent aux premiers rangs en ce qui concerne les indicateurs relatifs à la pauvreté et la pauvreté extrême, occupant respectivement les 2ème, 3ème et 6ème places. La commission souligne que la loi sur l’investissement est inadaptée aux spécificités des régions et à leurs priorités.

Kairouan : Dégradation des indicateurs sociaux

La commission appelle dans son rapport à honorer les engagements des gouvernements successifs et à élaborer une stratégie nationale pour lutter contre la dégradation des indicateurs sociaux dans plusieurs délégations de la région, d’autant que les dernières statistiques publiées par l’INS (Institut National de la Statistique) sur ce gouvernorat ont révélé une augmentation de l’illettrisme, de l’abandon scolaire et du nombre des familles démunies. Kairouan occupe également, la première place en ce qui concerne les taux de pauvreté, de chômage et de suicide.
Elle recommande également de puiser des ressources financières dans les dépenses de l’Etat, afin de remédier à l’absence de fonds nécessaires à la réalisation des projets publics de développement dans différents secteurs, d’aider la région à drainer l’investissement privé et à s’installer dans les zones industrielles créées, de créer des représentations et des directions régionales des entreprises publiques notamment, la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), la SONEDE (Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux), l’Agence Foncière Industrielle (AFI) et l’Office National de l’Assainissement (ONAS).

Sidi Bouzid : Situation environnementale catastrophique

Le rapport met l’accent sur une situation environnementale catastrophique qui constitue une menace pour la santé et l’hygiène dans la majorité des centres urbains et des agglomérations rurales en raison de l’absence d’un système efficace de gestion des déchets solides (décharges contrôlées et centre de transformation), outre un taux de raccordement au réseau d’assainissement dans les milieux urbain et rural plutôt modeste du à la capacité limitée des unités de traitement des eaux usées et à l’absence du contrôle des infractions environnementales.
Elle met l’accent sur l’absence d’une infrastructure de base structurée dans la région reliant les pôles économiques avoisinants de manière à améliorer l’attractivité du gouvernorat. Il s’agit également, de la dégradation de l’infrastructure de base des centres urbains et des agglomérations et la défaillance relevée en matière d’’aménagement et d’asphaltage des routes, rues et pistes vicinales et en ce qui concerne le raccordement aux réseaux d’assainissement et de gestion des eaux usées, l’éclairage public et l’alimentation en eau potable. Cette région souffre en outre de la faiblesse de la valorisation des ressources naturelles et du patrimoine culturel qui devra être intégré dans la session économique (tourisme écologique, hospitalier et culturel).

Kasserine : absence de réserve foncière, de moyens financiers et humains

Le rapport évoque les inquiétudes des habitants et les projets prioritaires de Kasserine dont l’électrification des puits de surface dans les périmètres irrigués l’édification du barrage Boulaba, la transformation de l’hôpital régional en hôpital universitaire et la réalisation d’une zone de libre échange à Tlabet.
La commission appelle à une meilleure gestion des ressources financières de la région et la régularisation de la situation des ouvriers de chantiers et des bénéficiaires du mécanisme 21 et à la lutte contre toutes les formes d’emploi précaire. La commission souligne l’absence d’un climat incitatif aux investissements, la dégradation de l’infrastructure, les déficits constatés en matière d’éclairage public, de télécommunications, des routes et d’alimentation en gaz naturel.
L’absence de réserve foncière, de moyens financiers, logistiques, de ressources humaines et la faiblesse du taux d’encadrement dans les directions régionales ont également été soulignés.

par -

Quelque 83 demandeurs d’emploi dans le gouvernorat de Sidi Bouzid ont bénéficié de contrats de travail dans le cadre du programme “Contrat de la Dignité”, a indiqué le directeur régional de la formation professionnelle et de l’emploi, Nizar Khaldi.
Les bénéficiaires sont des diplômés en chômage depuis 2004, 2006 et 2008, et ont été sélectionnés conformément aux spécialités demandées par les entreprises économiques, a-t-il souligné à la correspondante de la TAP, ajoutant que parmi ces bénéficiaires, 71 jeunes filles titulaires d’un diplôme universitaire.
Khaldi a précisé que 1042 sans-emploi à Sidi Bouzid vont avoir un contrat de travail dans le cadre de ce programme, précisant que ce quota est le même pour tous les gouvernorats du pays.
Il a rappelé que le nombre des inscrits à ce programme a atteint 9582 demandeurs d’emploi dans la région alors que le nombre des offres d’emploi proposées par les entreprises économiques et les projets de métiers libres est de 1279 offres.
L’objectif du programme, a-t-il poursuivi, est d’augmenter le taux d’encadrement dans les entreprises économiques tunisiennes qui ne dépasse pas 10%.
Mis en application à partir du mois d’avril 2017, le programme du Contrat-Dignité, lancé par le ministère de la Formation professionnelle et de l’Emploi, cible les diplômés au chômage de longue durée. Ils bénéficieront d’un contrat de travail d’une durée de deux ans et d’un salaire de 600 (200 dinars de la part de l’employeur et 400 dinars de la part de l’Etat) ainsi qu’une formation de deux ou trois mois avant d’intégrer le poste de travail.

par -

Selon les prévisions du Commissariat régional au développement agricole à Sidi Bouzid, la récolte des céréales s’annonce meilleure que celle de l’année précédente où elle a atteint 260 mille quintaux.
Ces estimations ont été avancées sur la base de l’extension des superficies ensemencées en sec (blé et orge), portées à 16385 ha contre 3720 ha une année auparavant, et ce grâce aux quantités importantes de pluie enregistrées cette saison, a expliqué Houda Douahi, responsable chargée des grandes cultures au Commissariat Régional au Développement Agricole.
Elle a ajouté que les superficies irriguées (blé et orge) ont été également élargies par rapport à l’année dernière atteignant respectivement 3945 ha et 2355 ha.
La responsable a rappelé que la campagne des moissons dans la région de Sidi Bouzid démarrera le 5 mai pour la récolte de l’orge et début juin pour la récolte du blé, soulignant que les prévisions du CRDA tablent cette année sur une production de 49 qx/ha pour le blé et 34 qx/ha pour l’orge.

Un plan régional pour la lutte contre la leishmaniose cutanée a été mis en place dans le gouvernorat de Sidi Bouzid pour l’exercice 2017, indique un document de la direction régionale de la santé, cité par la TAP.

A Sidi Bouzid, quelque 863 personnes, infectées de leishmaniose, ont été recensées entre juillet 2016 et mars 2017 contre 2692 entre juillet 2015 et juin 2016 et 1130 pendant la période oscillant entre juillet 2015 et juin 2014, ajoute le même document.

Une séance de travail, organisée la semaine dernière au siège du gouvernorat de Sidi Bouzid, a été consacrée à l’examen des moyens possibles pour limiter la propagation de leishmaniose et renforcer les campagnes de sensibilisation et de prévention de cette maladie parasitaire.
Transmise du rongeur à l’homme par la piqûre d’insectes, la leishmaniose cutanée constitue en Tunisie un problème de santé publique avec environ 3000 nouveaux cas déclarés par an notamment dans les zones rurales du centre et du sud du pays. Elle provoque généralement des plaies et autres boutons qui ne sont pas contagieux mais qui peuvent laisser des cicatrices sur la peau.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux