Tags Posts tagged with "Tunisie-UE"

Tunisie-UE

par -

Le projet de jumelage « Appui institutionnel en matière de maîtrise des risques sanitaires et environnementaux », a été lancé mardi, lors d’un séminaire organisé à Tunis.
Ce jumelage, qui s’inscrit dans le cadre du programme d’appui à la compétitivité des services (PACS) Tunisie-Union Européenne, s’étale sur une période de 24 mois (septembre 2015-septembre 2017).
Le projet, financé par l’Union Européenne avec un don de 1 million d’euros, vise à mobiliser toutes les parties
institutionnelles, scientifiques et de la société civile en vue de redéfinir les contours du nouveau cadre réglementaire et moderniser les modes de fonctionnements et les actions de l’Agence Nationale de Contrôle Sanitaire et Environnemental des Produits (ANCSEP).
Il permettra au secteur de se doter d’une stratégie nationale basée sur les éléments scientifiquement prouvés et un benchmark des meilleures pratiques en matière de maîtrise des risques sanitaires et de protection des consommateurs. Il comporte quatre grands volets: Une cartographie comparée des cadres législatifs et réglementaires en Tunisie et dans l’UE en matière de sécurité sanitaire, qui permettra de pointer les domaines où il est nécessaire que la Tunisie progresse dans son rapprochement avec l’UE, un appui à l’élaboration d’une stratégie et d’un système de sécurité sanitaire, en cours en Tunisie et au renforcement des compétences en matière d’analyse des risques en Tunisie au bénéfice de l’ANCSEP et la diffusion des propositions de réorganisation du système et la promotion des nouvelles compétence de l’ANCSEP .
Le chef du projet, directeur général de l’ANCSEP, Nedhif Mabrouk a fait savoir que Ce jumelage repose sur deux axes: le premier consiste à réaliser une analyse système via la revue des textes législatifs et réglementaires tunisiens, pour la mesure des écarts éventuels avec les acquis de l’UE, et via une analyse de la stratégie et de l’organisation de la Tunisie en matière de maîtrise des risques sanitaires et environnementaux.
Le deuxième axe permettra de mettre l’accent sur la nécessité du renforcement des compétences en matière d’analyse des risques en Tunisie. il se fait au profit de l’ANCSEP compte tenu de ses missions.
Ce projet de jumelage entre la Tunisie et les deux Etats membres de l’Union Européenne (France et Pays-Bas) mobilisera plus de 350 personnes par jour pour assurer l’assistance technique dans des domaines variés dont la refonte du cadre réglementaire, l’analyse d’écarts entre le législation tunisienne et européenne ou la révision de la stratégie nationale du système de sécurité sanitaire, a-t-il ajouté. Pour sa part l’ambassadrice de l’UE en Tunisie, Laura Baeza, a expliqué que ce projet a un double objectif celui de contribuer à la préservation de la santé de la population Tunisienne et le renforcement de la prévention des risques liés à des expositions de la population à des substances ou agents dangereux contenus dans les produits de santé, l’alimentation, les produits de grande consommation, ou l’environnement d’une part et la facilitation des échanges avec l’UE grâce à la promotion du renforcement de la maîtrise des risques et le renforcement du système national de sécurité sanitaire et l’harmonisation de législation et de la réglementation relatives à la sécurité sanitaire avec celles de l’Union Européenne, d’autre part.
De son côté, le ministre de la santé, Saïd Aïdi a souligné que ce projet permettra de développer les compétences tunisiennes en matière de gestion des risques sanitaires et environnementaux et de se doter d’une règlmentation qui permet d’exposer des produits compétitifs sur le marché conformes aux normes internationales. Le séminaire a permis de présenter les enjeux des réformes en Tunisie en matière de sécurité sanitaire associée au produits, milieux et activités, tant pour la protection de la santé de la population du pays que pour l’amélioration des échanges commerciaux avec l’union européenne.

TAP

par -
L’Union Européenne et MicroCred signeront ce jeudi 17 janvier 2013 au siège de la Délégation de l'Union Européenne en Tunisie (Berges du Lac)

L’Union Européenne et MicroCred signeront ce jeudi 17 janvier 2013 au siège de la Délégation de l’Union Européenne en Tunisie (Berges du Lac) un contrat de subvention pour le soutien d’une nouvelle IMF (institution de micro-finance) ‘Greenfield’ en Tunisie en vue de favoriser l’inclusion financière des populations.

Le contrat de subvention est d’un montant de 1.8 million d’euros, soit 50% du montant total de l’action qui se chiffre à 3.6 million d’euros.

par -
Le président du Conseil de l'Europe Herman Van Rompuy

Le président du Conseil de l’Europe Herman Van Rompuy, effectuera, mardi prochain, sa première visite officielle en Tunisie. Selon un communiqué de la délégation de l’Union Européenne en Tunisie.

Signalons à ce propos que le Conseil économique consultatif Tunisie-Union Européenne, tiendra sa première réunion le 15 janvier courant, à Tunis, en présence du Chef de gouvernement, Hamadi Jebali, des ministres chargés des dossiers économiques, du Vice-président de la Commission Européenne, Antonio Tajani et de l’envoyé spécial de l’UE pour le sud de la Méditerranée, Bernardino Léon.

Selon la présidence du gouvernement, “ce conseil vise à formuler des propositions, permettant d’améliorer le climat des affaires en Tunisie, d’explorer de nouvelles opportunités pour les entreprises européennes dans le pays et de renforcer les liens économiques, la coopération industrielle et le rôle des PME”.

La délégation de l’UE en Tunisie, a indiqué dans un communiqué que lors de cette réunion “les représentants de haut niveau d’entreprises et associations patronales européennes qui sont membres du conseil économique consultatif, lanceront des pistes de travail et feront des propositions concrètes, en vue de renforcer la coopération industrielle entre l’UE et la Tunisie et le soutien aux PME, d’une part et d’améliorer le climat des affaires en Tunisie, d’autre part”.

La réunion du conseil sera, aussi, l’occasion, selon la délégation européenne, “d’identifier et de concrétiser des opportunités d’affaires entre l’UE et la Tunisie, avec la signature de plusieurs accords commerciaux et de partenariat entre sociétés européennes et tunisiennes”.

La présidence du gouvernement a fait savoir que “deux protocoles d’accords seront signés à la fin de la réunion, le premier entre Syphax Airlines/Telnet et Airbus pour l’acquisition de 10 avions A320 et la conclusion d’un partenariat dans l’ingénierie aéronautique.

Le second accord sera également signé “entre Syphax Airlines/ Telnet et Safran (grand groupe français de l’aéronautique), pour l’acquisition de moteurs CFM et la réalisation de projets de partenariat dans la production électronique”.

par -
La Tunisie accèdera au statut de partenaire privilégié de l'Union européenne (UE)

La Tunisie accèdera au statut de partenaire privilégié de l’Union européenne (UE), le 19 novembre 2012, a annoncé le secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes, Touhami Abdouli, dans un entretien accordé à TAP, précisant que cette décision interviendra à l’issue d’une séance de dialogue programmée à cette date avec le Commissaire européen à l’élargissement et à la politique européenne de voisinage, Stefan Fule.

« La situation sécuritaire du pays n’influe ni sur les investissements extérieurs ni sur ces négociations», a-t-il dit, estimant que les craintes des investisseurs ont plus trait à des questions de législation qu’à des questions sécuritaires.

« Plusieurs secteurs économiques, notamment celui de l’énergie, enregistrent une concurrence entre des pays européens qui souhaitent y investir », s’est félicité le secrétaire d’Etat.

Au sujet du dossier de la récupération des avoirs tunisiens détournés à l’étranger par l’ancien régime, le secrétaire d’Etat a relevé « le sérieux » de la Suisse dans le traitement de la question, ajoutant que « les principaux obstacles juridiques ont été levés, mais ce processus prend du temps ».

Il a souligné que cette question dépend de la volonté des pays étrangers « qu’il faut convaincre que ce dossier s’inscrit dans le cadre des conventions internationales en la matière».

par -
Lors de son intervention à l’atelier de Sensibilisation Médias sur l’approche de communication dans le domaine Environnement Energie tenu

Lors de son intervention à l’atelier de Sensibilisation Médias sur l’approche de communication dans le domaine Environnement Energie tenu, ce mercredi, Stefano Corrado, représentant de la délégation de l’UE en Tunisie, indique que L’UE et ses 27 états membres fournissent plus de 50% de toute l’aide au développement. En 2011, cette aide s’était élevée à 53 Md.

L’aide publique au développement de l’UE a atteint 0,42% de son RNB alors que l’objectif table sur le 0,7% d’ici 2015

par -
La délégation de l'Union Européenne  en Tunisie en partenariat avec le ministère de l’Investissement et de la Coopération Internationale

  La délégation de l’Union Européenne  en Tunisie en partenariat avec le ministère de l’Investissement et de la Coopération Internationale, a présenté, ce vendredi, lors d’un point de presse, l’évaluation du Programme d’appui à la modernisation de l’enseignement secondaire et du Programme de mise à niveau de la formation professionnelle «MANFORM II», financés par l’Union Européenne. Démarré en 2006, et achevé en 2009, le programme d’appui à la modernisation de l’enseignement secondaire, doté de 30 millions d’euros de dons versés au budget de l’Etat, s’est focalisé sur plusieurs axes; l’amélioration des méthodes, des outils et des structures pédagogiques en vue d’accroitre l’équité du système, l’appui à la mise en place du système d’orientation et de conseil pédagogique, le développement professionnel des acteurs et le renforcement de la vie scolaire et la décentralisation et la progression qualitative et quantitative de l’usage des technologies de l’information et de la communication. Pour le programme de mise à niveau de la formation professionnelle «MANFORM II», doté de 30 millions d’euros de dons versés au budget de l’Etat, s’inscrit dans l’ambition de consolidation des acquis du premier programme, notamment le partenariat à travers le renforcement des formations par la demande ainsi que le développement de la qualité de ces formations.Les deux programmes ont globalement été une réussite. Ils ont eu des effets positifs et durables et ont permis d’appuyer les stratégies cohérentes. En revanche, plusieurs défauts et difficultés ont été remarqués. En effet, les deux programmes, Enseignement secondaire et celui de «MANFORM II», ont sans doute souffert d’une insuffisance d’Assistance Technique institutionnelle. A ce propos, les principales recommandations préconisées concernent également la gouvernance qui doit être au centre de tout programme futur et repensé en fonction des nouvelles stratégies  éducatives intégrées.D’après cette évaluation, il est nécessaire aussi d’adopter une approche systémique englobant tous les niveaux de l’approche PAPS ainsi que toutes les composantes des rapports entre les demandes et les attentes de la population. Parmi les thèmes à traiter aussi, l’élaboration et la fabrication d’un «Management Information System», afin de fournir systématiquement des informations opérationnelles et à jour à tous les acteurs concernés par l’éducation et de la formation.Il conviendrait d’inclure une importante Assistance Technique auprès des institutions de pilotage, assez flexible de façon à répondre aux conditions d’appropriation d’un programme ABS par les autorités tunisiennes.  En ce qui concerne le programme d’appui à la formation professionnelle, l’accent a été mis  sur l’appui à la gouvernance et ce en se basant sur une intervention d’une assistance technique renforcée et en corollaire, un panachage «Appui Budgétaire Sectoriel». Le maintien en permanence d’un principe directeur fort ; tout nouveau programme de formation professionnelle devrait être conçu en fonction de son but. Parallèlement, il est important de renforcer le partenariat acteurs économiques- opérations de formation aux niveaux opérationnels, décisionnel avec les acteurs publics privés.Parmi les autres recommandations formulées, on peut citer le développement de la formation continue avec les opérateurs de formation publics et l’expérimentation et l’évaluation des mécanismes de financement en s’appuyant sur les études sur la fiscalisation et la contribution des entreprises, la mise en place d’un dispositif d’évaluation des performances du système de formation ainsi qu’un dispositif d’information et de communication.
W.T 

par -
L’amélioration des échanges  commerciaux aideront à poursuivre les récents développements  positifs intervenus en Tunisie

L’amélioration des échanges  commerciaux aideront à poursuivre les récents développements  positifs intervenus en Tunisie,  a affirmé le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy  au terme d’un entretien avec le chef du Gouvernement tunisien, Hamadi Jebali.

«Nous voulons faire un meilleur usage des instruments commerciaux pour offrir simultanément un meilleur accès au marché pour les produits tunisiens et stimuler l’investissement étranger en Tunisie”, a-t-il  déclaré  dans un communiqué. “Cela ouvrira  la voie à une intégration progressive de l’économie tunisienne dans le marché intérieur de l’UE.”

par -
Un nouveau programme  régional  d’n montant de  4 millions € a été adoptée

Un nouveau programme  régional  d’n montant de  4 millions € a été adoptée, jeudi,  par la Commission européenne,  à l’effet de  promouvoir les réformes politiques et démocratiques dans les pays voisins du Sud dans le cadre du partenariat stratégique entre l’UE et le Conseil de l’Europe (CoE).

 Le programme, qui sera initialement mis en œuvre  en Tunisie et au  Maroc, vise à soutenir l’indépendance et l’efficacité du pouvoir judiciaire, ainsi qu’à  promouvoir la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption, la protection des droits de l’Homme et des valeurs et institutions démocratiques, ainsi que  le contrôle du trafic d’êtres humains.

Le programme ciblera les organismes gouvernementaux à tous les niveaux, les parlements et les structures publiques ayant des responsabilités spécifiques dans les domaines concernés, la société civile et les représentants des jeunes. Les activités comprendront des évaluations et des recommandations visant à rationaliser la législation existante et la pratique, les avis juridiques et de conseils stratégiques pour améliorer l’indépendance et l’efficacité du pouvoir judiciaire, des conférences, tables rondes et des ateliers d’experts pour permettre des échanges et la formation des jeunes dirigeants  politiques de la Méditerranée du Sud.

Le programme qui aura un budget initial de 4 M €,  commencera, début 2012, et durer trois ans.

par -
Les pays du  Moyen-Orient et  d’Afrique du Nord  devraient importer la majeure part du sucre exporté par l'Union européenne

Les pays du  Moyen-Orient et  d’Afrique du Nord  devraient importer la majeure part du sucre exporté par l’Union européenne au cours de la saison qui a débuté en Octobre, selon les courtiers suisses en sucre (Swiss Sugar Brokers).

La Tunisie, la Syrie, la  Libye et l’Irak sont parmi les pays qui  «absorberont » l’essentiel des  1,4 millions de tonnes métriques de sucre que la communauté  de 27 pays doit encore  dédier à  l’exportation, déclare  Naim Beydoun , un courtier à Rolle, une société basée en Suisse.

Le sucre blanc ou raffiné à partir de l’UE pour le chargement en janvier dans les ports du Havre, Anvers et Dunkerque est à de 45 dollars la tonne.

par -

Le commissaire européen chargé du marché intérieur, des services et de la régulation financière, Michel Barnier a annoncé, samedi, à Tunisi, l’octroi par l’Union européenne de 400 millions d’euros de dons, ainsi que de prêts de l’ordre de trois milliards d’euros sur la période de 2011-2013.

A l’issue d’une entrevue avec le Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi, le responsable européen a mis l’accent sur “la volonté de l’UE de poursuivre son partenariat avec la Tunisie”. Ces enveloppes “serviront à impulser le développement du pays et à créer de nouveaux postes d’emploi”, a-t-il ajouté Michel Barnier.

Qualifiant de “formidable” la transition démocratique en Tunisie, Michel Barnier a salué “la réussite des élections de la Constituante” et rendu hommage à l’actuel gouvernement pour le plan de développement élaboré pour les cinq prochaines années.

Le commissaire européen a suggéré dans ce contexte que la Tunisie qui “dispose de plusieurs atouts”, notamment la jeunesse de sa population et son potentiel touristique, industriel et agricole, “opte pour un aménagement équilibré du territoire à l’échelle nationale”. Il a, par ailleurs, plaidé pour la création d’un marché commun maghrébin et la mise en place d’une politique agricole commune dans la région.

par -

L’Union européenne prend “bonne note” des résultats préliminaires de l’élection de la Constituante annoncés jeudi soir, indiquent la chef de la diplomatie de l’Union européenne Catherine Ashton et le commissaire européen à l’élargissement et à la politique européenne de voisinage Stefan Füle.

“Nous prenons bonne note des résultats préliminaires de l’élection annoncés par M. Kamel Jendoubi, président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE)”, ont-ils  déclaré.

“Nous saluons les candidats et les partis qui ont pris part à ce processus démocratique. Nous félicitons également le parti Ennahda, qui a recueilli le plus grand nombre de voix”, soulignent les deux responsables européens dans une déclaration commune publiée, vendredi, par la délégation de l’Union européenne en Tunisie.

“L’UE se réjouit à la perspective de collaborer étroitement avec la nouvelle assemblée et les autorités et institutions tunisiennes pour répondre aux aspirations des Tunisiens à la démocratie, à la liberté, à la justice sociale et à la dignité”, déclarent-ils.

Et d’ajouter que l’Assemblée constituante “devra s’atteler” à la “tâche fondamentale” de la rédaction de la nouvelle Constitution “dans un esprit de consensus afin de construire un nouvel Etat démocratique”.

Les deux responsables européens se félicitent que “les citoyens tunisiens ont eu pour la première fois l’occasion de choisir librement et démocratiquement leurs représentants et de déterminer leur propre avenir”.

L’Union européenne réaffirme sa détermination totale à continuer de soutenir la société tunisienne politiquement et financièrement, soulignent-t-ils.

par -

La réunion de travail du Groupe de travail Tunisie-UE se tiendra, les 28 et 29  septembre, à Tunis. Elle groupera  la commissaire de l’UE pour la politique étrangère, Catherine Ashton,  le Commissaire européen pour l’élargissement et la politique européenne de voisinage Stefan Füle, le représentant spécial pour le Sud de la Méditerranée Léon Bernardino, plusieurs hauts fonctionnaires de la Commission européenne, le Parlement européen et les Etats membres ainsi que des délégués des institutions financières internationales et des principaux groupes européens.

Le Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères Affaires Jhinaoui Khemaies vient de conclure une visite  à Bruxelles dans le cadre des préparatifs de ce rendez-vous. Ce sera la première réunion d’une telle ampleur à être tenue par l’UE avec un pays partenaire. Son but est de transmettre un message fort au gouvernement de la Tunisie et le peuple ainsi que  la communauté internationale afin de favoriser la relance économique et d’encourager les opérateurs privés et les investisseurs à s’intéresser encore plus à la Tunisie.

Le secrétaire d’Etat tunisien a souligné l’importance de développer des relations de l’UE avec la Tunisie dans cette étape de transition à travers  des mesures concrètes exceptionnelles et importantes visant à impulser les efforts nationaux pour réduire le chômage, renforcer  le développement régional et  stimuler la relance économique.

Les responsables européens ont réaffirmé le ferme engagement de l’UE à soutenir le processus démocratique en Tunisie, soulignant  que la réunion du Groupe de travail représente un message fort de soutien à la Tunisie et une occasion propice pour les deux parties de réaffirmer la volonté d’approfondir les relations de partenariat stratégique.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux