Tags Posts tagged with "UGTT"

UGTT

par -

Une délégation de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) se rendra, mercredi prochain, en Syrie, a fait savoir le secrétaire général de l’organisation Noureddine Taboubi.
La visite intervient en application des décisions issues du dernier congrès de la centrale syndicale (janvier 2017), a-ti-il expliqué, dimanche, à l’agence TAP ajoutant que cette initiative vise à réaffirmer le soutien de l’organisation au peuple syrien dans son combat contre le terrorisme.
Par ailleurs Taboubi a indiqué que le rétablissement des relations diplomatiques avec la Syrie ne relève pas des prérogatives de l’organisation mais plutôt des institutions de l’Etat qui incarnent le pouvoir législatif et exécutif.
” L’UGTT n’interfère pas dans ce dossier “, a-t-il assuré affirmant avoir cordonné avec les autorités syriennes pour l’organisation de cette visite en vue de garantir la sécurité de la délégation qui sera composée de 25 dirigeants.

par -

La grève du secteur du textile, programmée les 19 et 20 juillet 2017, n’aura pas pas lieu finalement. En effet un accord paraphé entre les syndicalistes et les représentants de l’UTICA ce mardi 18 juillet pour la hausse des salaires des employés du secteur a permis, in extremis, de sauver la situation, d’après Mosaïque FM.

par -
Des rencontres professionnelles B2B en Italie pour développer les opportunités d'affaires en faveur du secteur Textile-Habillement.

Le Groupement Professionnel du Textile, de la Confection et de l’Habillement de la CONECT exprime lundi dans un communique sa profonde inquiétude quant à la décision d’observer une grève les 19 et 20 juillet courant, annoncée par la Fédération du Textile de l´UGTT en date du 8 juillet 2017.
Cette décision serait lourde de conséquences et porterait préjudice aux secteurs textile et cuirs et chaussures déjà sinistrés et exposés à de sérieuses menaces d’aggravation du phénomène de fermetures d’entreprises et de pertes d’emplois, selon la confédération des entreprises citoyennes de Tunisie.
“La grande priorité pour toutes les parties concernées, le Gouvernement, les entreprises des secteurs du textile et des cuirs et chaussures et leurs salariés est aujourd’hui au sauvetage de ces deux secteurs clés et leur valorisation et repositionnement tant au niveau local qu’international”.
Les entreprises de ces deux secteurs continuent à souffrir d’énormes difficultés économiques et financières en dépit des dernières mesures annoncées par le Ministère de l’Industrie et du Commerce et qui n’ont toujours pas été mises en application.
De ce fait toute grève éventuelle aggraverait encore la situation et donnerait un signal négatif aux donneurs d’ordre du secteur à l’international.
Le GP Textile et Habillement de la CONECT lance un appel à la Fédération du Textile de l’UGTT pour un dialogue immédiat autour de ces préoccupations communes afin de convenir d’une feuille de route pour sauver ces secteurs et éviter les perturbations et les arrêts de travail nuisibles à la relance recherchée.

par -

La commission a été saisie d’une protestation présentée conjointement par la Confédération générale tunisienne du Travail (CGTT) et la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT), concernant l’exclusion de représentants de ces deux organisations parmi les délégués, respectivement, des travailleurs et des employeurs, pour la septième année consécutive. Les organisations protestataires déclarent qu’elles n’ont pas été consultées respectivement pour la désignation d’un délégué des travailleurs et d’un délégué des employeurs à la Conférence, au mépris des dispositions de l’article 3 de la Constitution de l’OIT.

Se référant aux recommandations formulées par le Comité de la liberté syndicale dans le cas no 2994, dans son rapport présenté au Conseil d’administration à sa 327e session, les organisations protestataires déclarent qu’elles ont été exclues de toute participation à la Conférence et elles soulèvent également un certain nombre de problèmes, tels que leur exclusion de la négociation collective et du dialogue social, qui constituent des violations manifestes de la liberté syndicale et du pluralisme syndical. Elles ont également communiqué plusieurs extraits du Code du travail tunisien ainsi qu’une copie d’un jugement rendu par le Tribunal administratif de Tunisie en juin 2015 à propos du système de collecte des cotisations syndicales auprès des membres de la CGTT.

Dans une communication écrite adressée à la commission en réponse à sa demande, le gouvernement déclare que l’Union générale tunisienne du Travail (UGTT) et l’Union tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) sont, d’après le nombre de leurs adhérents, les organisations les plus représentatives et qu’en conséquence ces deux organisations ont été consultées, conformément aux dispositions de l’article 3, paragraphe 5, de la Constitution de l’OIT. Le gouvernement fournit également des informations sur les mesures envisagées en vue d’établir des critères objectifs et vérifiables pour déterminer la représentativité des organisations, de même que sur l’instauration du pluralisme syndical dans le pays.

La commission prend note des déclarations du gouvernement selon lesquelles celui-ci a consulté en tant qu’organisation de travailleurs l’UGTT et en tant qu’organisation d’employeurs l’UTICA, ces organisations étant considérées comme plus représentatives, ce qui présuppose l’application d’un critère reposant sur le nombre de leurs membres. La commission observe qu’en affirmant que l’UGTT et l’UTICA, respectivement, ont le statut d’organisations les plus représentatives sans indiquer le nombre de leurs adhérents, le gouvernement ne lui facilite pas la tâche. De ce fait, elle n’est pas en mesure d’établir si des critères objectifs et vérifiables ont été utilisés pour déterminer quelles sont les organisations des partenaires sociaux les plus représentatives dans ce pays.

Tout en rappelant que, conformément aux dispositions de l’article 5, paragraphe 2 a), du Règlement de la Conférence, elle n’a compétence que pour connaître des protestations ayant trait aux pouvoirs des délégués et de leurs conseillers techniques, la commission souhaite faire référence aux recommandations de longue date adressées par le Comité de la liberté syndicale au gouvernement tendant à ce que celui-ci instaure, en concertation avec les partenaires sociaux, des critères de représentation clairs et préétablis. Elle observe également que, dans le même rapport, le comité a déclaré attendre «[…] que le gouvernement privilégie sur la question de la détermination des critères de la représentativité syndicale un dialogue social inclusif en s’efforçant d’élargir son champ de consultation à toutes les organisations concernées du paysage syndical et patronal tunisien afin de prendre en considération les divers points de vue. Le comité, espérant que le gouvernement continuera de bénéficier de l’appui du BIT, le prie de faire état de tout progrès à cet égard.» (voir: BIT: Comité de la liberté syndicale, 378e rapport, cas no 2994, paragraphe 774 b)). La commission encourage le gouvernement à poursuivre ses efforts en vue du développement de critères objectifs et vérifiables et espère que leur application, une fois établis, aidera à fournir des informations fiables pour déterminer la représentativité des organisations concernées.

La commission prie instamment le gouvernement d’instaurer des critères objectifs et vérifiables, qui donneront une vision exacte de la situation des organisations syndicales du pays, sur la base de chiffres vérifiables, de manière à pouvoir lever toute équivoque quant à la représentativité des délégués des travailleurs et des délégués des employeurs de Tunisie. En outre, elle s’attend à ce que le gouvernement recherche activement des accords entre les organisations des employeurs et entre les organisations des travailleurs, afin que la désignation des délégués de ces groupes à la prochaine session de la Conférence soit transparente et qu’elle soit le reflet d’un processus pleinement consultatif, conformément à l’article 3, paragraphe 5, de la Constitution de l’OIT.

par -

Une convention a été signée samedi au siège de l’UGTT à Tunis entre le président de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyage et de Tourisme (FTAV), M. Mohamed Ali Toumi, et le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), Noureddine Taboubi, indique un communiqué de la Fédération.

Il s’agit d’un avenant concernant la convention collective des agences de voyages portant sur une augmentation des salaires de base dans le secteur des agences de voyages de 6%. La convention prévoit également une augmentation avec le même taux de la prime de présence ainsi qu’une majoration des primes de transport de 2,750 DT par mois. Cet accord est rétroactif à la date du 1er mai 2017 et constitue le douzième accord sectoriel déjà signé par le syndicat ouvrier.

Les deux parties ont convenu de la nécessité d’œuvrer avant tout à la pérennisation des activités des entreprises économiques et en l’occurrence les agences de voyage dans un contexte de reprise touristique certes mais encore confronté à d’importants problèmes conjoncturels et structurels.

Mohamed Ali Toumi a souligné que le secteur touristique devait se fonder sur une vision globale sur le long-terme et non plus exclusivement hôtelière en axant les efforts par exemple sur d’autres formes comme le tourisme alternatif.

De son côté, Noureddine Taboubi a mis en exergue le rôle joué par toutes les parties dans la dynamique économique du pays et a rappelé l’importance de la solidité et de la solidarité entre les structures professionnelles sectorielles.

par -
Le secrétaire général adjoint et porte-parole officiel de l’UGTT

Le porte-parole officiel de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Sami Tahri, a indiqué jeudi, que des concertations officieuses sont en cours entre l’Union et des conseillers auprès du chef du Gouvernement concernant un remaniement ministériel.
Il a ajouté dans une déclaration à la TAP, en marge des travaux de la commission administrative nationale de l’Union à Hammamet, que l’organisation syndicale qui avait appelé à effectuer ces concertations depuis près de trois mois, est attachée à établir une restructuration du Gouvernement et à effectuer un remaniement notamment après le blocage constaté au niveau de certains ministères.
La commission administrative examinera également un ensemble de questions urgentes dont l’augmentation du prix des carburants, a rappelé Tahri.
La centrale syndicale a appelé, à ce propos, à prendre les mesures nécessaires pour stopper la dévaluation du dinar tunisien, “circonscrire” la flambée des prix, et revoir le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) pour venir en aide à la catégorie de revenu limité, a encore souligné Tahri.
La décision d’augmentation du prix des carburants est une violation de l’accord conclu entre le Gouvernement et l’Union qui stipule notamment la nécessité de maitriser les prix, a estimé le porte-parole de l’UGTT.
Toute mesure qui découlera de l’augmentation du prix des carburants, à savoir une hausse du prix du transport public, est une ligne rouge, a affirmé la même source.

par -

Lors de sa participation mercredi 05 juillet 2017 à une conférence nationale sur l’économie sociale, le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Tabboubi, a annoncé que «les négociations à propos d’un remaniement ministériel ont commencé». Et l’héritier de Houcine Abassi d’indiquer que «ce remaniement est obligatoire et nécessaire mais il doit se faire soigneusement si on veut apprendre de nos erreurs». Une déclaration qui pose la question de savoir qui est le véritable chef de gouvernement en Tunisie et qui tient réellement le «GUN» ? Cela, d’autant plus que chaque fois qu’on lui pose la question, Youssef Chahed prétend que c’est lui qui nomme et dégomme. Une déclaration du SG de la toute-puissante UGTT, qui intervient après que cette centrale syndicale, artificiellement maintenue en situation de monopole syndical, a publié un virulent communiqué, contre les dernières augmentations des prix de l’essence et des cigarettes.

 

par -

Le secrétaire général de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Noureddine Taboubi, qui soutient mordicus qu’un remaniement ministériel est une impérieuse nécessité, a fait savoir ce mercredi 05 juillet sur Mosaïque FM que les tractations dans ce sens ont déjà commencé. Il n’a pas souhaité en dire plus, se bornant à ajouter que ces changements doivent se faire dans l’intérêt du pays et non celui des partis. D’après lui les fautes qui ont émaillé les actions des précédentes équipes gouvernementales doivent être évitées au prochain coup. Là aussi pas plus d’indications sur les écueils qu’il faudra contourner et surtout sur les têtes qui vont sauter…

par -

La sortie musclée de l’UGTT contre l’humoriste tuniso-français Michel Boujenah n’a pas fait trembler ce dernier. Suite à l’appel de la centrale syndicale pour l’annulation du spectacle de Boujenah, au motif qu’il est un “sioniste” notoire et un “défenseur de l’Etat d’Israël», l’acteur et comique a confié ceci à Elie Trabelsi, homme d’affaires tunisien résidant à Djerba : «Mon amour pour la Tunisie est plus fort que les campagnes de dénigrement !».
Boujenah persiste et signe : Il sera bien sur la scène de l’amphithéâtre de Carthage le 19 juillet 2017.

En tout cas au rythme où vont les choses, on peut se demander si le communiqué de l’UGTT n’a pas été contreproductif, en créant une vague de soutiens et de déclarations passionnées sur la toile en direction de Boujenah, à un niveau qu’il n’attendait sans doute pas.
Pour le ministère de la Culture, les choses sont claires : Pas question de mettre son nez dans la programmation du festival. Ensuite il a tenté de réfréner les ardeurs de l’UGTT en lançant un appel à la retenue et à la tolérance. Un camouflet pour la centrale syndicale en fait, laquelle espérait certainement que les autorités allaient plier et apporter de l’eau à son moulin…

par -

La section de la fonction publique de l’Union Générale Tunisienne du travail (UGTT) a émis ce mardi 20 juin 2017 un communiqué ayant trait à la hausse des salaires dans le secteur du tourisme. Ce texte fait suite à la réunion présidée aujourd’hui par le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi et le président de la Fédération Tunisienne de l’Hôtellerie (FTH), Khaled Fakhfakh, en présence de délégations des deux organismes pour accorder les violons sur ces majorations salariales exigées par les agents du secteur.

Le document indique qu’une rencontre aura lieu le jeudi 22 juin 2017 pour finaliser les derniers détails de l’accord…

par -

Le secrétaire général de l’UGTT se rend aujourd’hui jeudi 15 juin 2017 au gouvernorat de Tataouine pour mener une médiation entre le gouvernement et les protestataires.

Dans une déclaration accordée à Shems Fm, le secrétaire régional de l’UGTT, Béchir Saïdi, a fait savoir que Taboubi ne négociera pas directement avec les sit-ineurs mais sera le garant et au besoin fera pression sur le gouvernement pour la concrétisation des décisions en faveur de la région.

Il a en outre assuré que Noureddine Taboubi a ajouté certains points aux revendications des sit-ineurs dont l’embauche d’un membre de la famille d’Anouar Sakrafi, décédé lors des affrontements avec la police à Kamour.

par -

La direction de radio Zitouna a décidé d’augmenter les salaires des employés à partir de juillet 2017. Une décision qui a été prise suite à un accord conclu, mercredi 14 juin 2017, entre le syndicat général des Médias relevant de l’UGTT et la direction du radio.

Il a également été convenu, en vertu de cet accord, de régulariser la situation professionnelle des employés et l’amélioration des conditions de travail.

par -

ntervenant ce lundi 12 juin 2017, lors d’une conférence tenue à ce propos à Tataouine, le secrétaire régional de l’UGTT à Tataouine, Béchir Saïdi, a en quelque sorte annoncé la fin de Kamour et de 3 mois de rébellion, dans cette région du Sud près des ressources pétrolières tunisiennes. En effet, selon Béchir Saïdi, le SG de l’UGTT, Noureddine Taboubi, devrait signer, jeudi prochain, 15 juin 2017, l’accord qui mettra fin à un Sit-in de trois mois, officiellement pour revendiquer développement et emploi, et officieusement pour d’autres causes moins avouables liées au partage des ressources naturelles de la région. L’intervention de Taboubi fait suite à l’acceptation des protestataires de Kamour de la médiation de l’UGTT. Une médiation intervenue, faut-il le préciser, après la dernière vague d’interpellations dans la cadre de la lutte contre la corruption

 

par -

Le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi, a proposé sa médiation aux protestataires d’El Kamour dans leur conflit avec le gouvernement et des garanties de l’UGTT sur l’application des accords qui seront conclus, affirme à l’agence TAP l’un des protestataires.
Taboubi les a contactés, par téléphone, précise la même source, à l’issue d’une rencontre de trois heures tenue, jeudi soir, entre les protestataires et le nouveau gouverneur de Tataouine, Adel Ouerghi.
Les représentants des protestataires se sont montrés optimistes après leur rencontre avec le gouverneur, en attendant la réponse de l’ensemble des participants au mouvement d’El Kamour aux propositions des autorités régionales.

par -

La Fédération générale de l’agriculture relevant de l’UGTT a annoncé dans un communiqué rendu public jeudi,           une grève de deux jours pour les 21 et 22 juin 2017, dans toutes les délégations de l’agriculture, les sociétés, les agences, les mutuelles et les entreprises relevant du ministère de l’Agriculture.

Cette décision intervient suite à l’absence de solutions radicales à leurs revendications professionnelles, lit-on dans ledit communiqué.

par -

Les employés de la Société Tunisienne d’Assurance et de Réassurance (STAR) pourraient âtre amenés à observer une grève générale le 10 juillet prochain, a indiqué Bechir Khiari, secrétaire général de la fédération générale des banques et sociétés d’assurance dans une déclaration rapportée par Jawhara Fm.

La décision d’une grève générale sera maintenue dans le cas de la cession de 16% du capital de la STAR à son partenaire étranger qui possède déjà 35% de ses actions, a expliqué Khiari, soulignant la volonté des employés de garder un comité de gestion tunisien.

De son côté, le secrétaire général de l’UGTT, Chedly Jendoubi a fustigé, lors d’un point de presse tenu mercredi à Tunis, l’orientation du gouvernement vers la privatisation de la Star, “une institution nationale réussie”, selon ses dires.

par -

Noureddine Taboubi, secrétaire général de l’UGTT, est revenu à la charge, dans un entretien avec le journal Maghreb street (Acharaa El Magharbi) : Pour la centrale syndicale, un remaniement ministériel s’impose, pour enfin se débarrasser de certains ministres. Qui précisément ? Mystère pour le moment…

Ce qu’on sait pour le moment c’est que l’UGTT n’exige pas le chamboulement de toute l’équipe de Youssef Chahed, mais juste dans quelques ministères. Taboubi a indiqué, dans cette interview, que les désignations dans certains ministères doivent se faire sur la base de certains critères et pas uniquement selon une logique de quota ou en se pliant aux désidératas des partis politiques.

Par ailleurs selon Taboubi, le gouvernement de Chahed n’est pas assez soutenu par les partis de la coalition, alors que ce sont eux qui l’ont mis en place, et pas l’UGTT, ils doivent par conséquent prendre leur responsabilité en lui apportant un appui franc, dit le SG de l’UGTT.

par -

L’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) est opposée au projet de loi fixant les dispositions exceptionnelles de départ à la retraire anticipée dans la fonction publique dans sa version actuelle, a indiqué jeudi son Secrétaire Général adjoint chargé de la couverture sociale, de la santé et de la sécurité professionnelle, Abdelkrim Jrad.
S’exprimant lors d’une séance organisée par la commission parlementaire de l’organisation de l’administration et des affaires des forces armées à l’intention des représentants de l’UGTT pour discuter de ce projet, Abdelkrim Jrad a mis l’accent sur la nécessité d’examiner davantage ce texte de loi.
“L’UGTT n’a reçu ce projet de loi que la veille et ce n’était pas par voie officielle. le texte a été envoyé par fax”, a-t-il déploré, déclarant que “cela dénote d’une mauvaise conduite à l’égard de l’organisation”.
Dans ses observations, le responsable syndical a souligné que le titre du projet laisse entendre que le départ volontaire suppose que l’employé fixe la date du départ à la retraite alors que le contenu du texte de loi énonce que la présidence du gouvernement peut débouter la demande de l’assuré social.
L’âge de la retraite telle que défini dans l’article 1er du projet de loi reste ambiguë, a-t-il encore fait remarquer, ajoutant que les délais attribués à l’employé désireux de bénéficier de la retraite anticipée sont courts (un mois), recommandant de les porter à un an.
Le projet de loi n°46/2017 offre aux agents et travailleurs de la fonction publique qui auront atteint l’âge légal de la retraite durant la période allant du 1er janvier 2018 au 1 janvier 2021 et qui ont travaillé le nombre minimal d’années requises, la possibilité de partir à la retraire anticipée.

par -

Le Secrétaire Général adjoint de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Ali Boughdiri, a souligné, jeudi 25 mai 2017, que son organisation soutient la campagne de lutte contre la corruption entamée par le chef du gouvernement, Youssef Chahed, la qualifiant de ” démarche courageuse”.
“Les dossiers des personnes soupçonnés d’être impliquées dans des affaires de corruption doivent cependant être fondés sur des données solides et fiables pour éviter ainsi les accusations injustes et mensongères”, a-t-il souligné dans une déclaration à l’agence TAP.
“La lutte contre la corruption en Tunisie et son déracinement ont toujours été parmi les principales revendications de l’UGTT”, a-t-il dit, appelant le gouvernement à poursuivre cette campagne.
Le Chef du Gouvernement avait souligné, dans une déclaration donnée hier aux médias au Palais du Gouvernement à la Kasbah, que “le gouvernement va mener la bataille contre la corruption jusqu’à la fin et assume à cet égard toutes ses responsabilités”.
Cette déclaration intervient suite à la campagne d’arrestations mardi de plusieurs hommes d’affaires soupçonnés d’être impliqués dans des affaires de corruption.

par -

Le secrétaire d’Etat aux Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mabrouk Korchid, a affirmé mardi 24 mai 2017 qu’une instance indépendante sera bientôt mise en place pour évaluer les richesses nationales, rapporte Jawhara fm.

Lors d’une conférence de presse, Korchid a indiqué que cette structure sera composée de représentants des différentes parties dont des membres de l’UGTT mais également des experts et des juristes. Et d’ajouter que le gouvernement d’union nationale tient à garantir la transparence.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux