Tags Posts tagged with "unité"

unité

par -
City Cars

La présidente du Conseil d’administration de City Cars, Amel Bouchamaoui, a annoncé, lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la société qui a eu lieu ce mardi 13 juin 2017 à Tunis, la création d’une unité d’assemblage en Tunisie de deux modèles de la gamme utilitaire, à savoir K2700 et K2500. Le projet est en phase d’étude de marché. Il devrait voir le jour prochainement suite à un accord avec le constructeur automobile sud-coréen KIA Motors.

Notre objectif est de faire l’assemblage d’une grande partie de la gamme KIA en Tunisie“, a-t-elle ajouté.

par -

Riadh Mouakhar, ministre des Affaires locales et de l’Environnement et l’Ambassadeur de la République de Corée du Sud ont inauguré, ce mercredi 30 novembre 2016, une unité de gestion des déchets électriques, électroniques et électroménagers à Borj Chekir. Cette cérémonie vient en marge de la Conférence Internationale sur l’Investissement “Tunisia 2020”, qui se tient actuellement à Tunis.

Ce projet de 8 millions de dinars, dont 6 millions de dinars sous forme de don de l’Agence de Coopération Coréenne, entre dans le cadre de la mise en place d’un système de collecte et de traitement de ce type de déchets.

par -

Une étude sera prochainement élaborée afin d’examiner la situation du secteur du ciment et de trouver les solutions appropriées pour les problématiques rencontrées par les professionnels, a annoncé le directeur général des industries manufacturières au ministère de l’Industrie, Brahim Chébili.

Le responsable a précisé que cette étude intervient dans le cadre des travaux de la commission commune récemment créée au sein du ministère de l’Industrie pour suivre et accompagner les producteurs de ciment de manière à assurer le positionnement stratégique de ce produit dans l’avenir.

« Cette étude qui sera réalisée par l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII), en collaboration avec les acteurs intervenant, nous permettra de mieux diagnostiquer la situation tout en trouvant des alternatives pour l’ensemble des problèmes rencontrés par les cimentiers », a dit Brahim Chébili.

Le manque de coke risque d’engendrer un déficit

Dans une interview accordée à Africanmanager, Chébili a passé en revue certaines difficultés dont notamment le manque de coke de pétrole du à des difficultés dans l’importation de ce produit utilisé comme combustible pour la fabrication du ciment.

Ce manque a provoqué l’’inquiétude de la profession, d’autant plus que le port de la société El Fouledh, chargé temporairement de l’importation de cette matière, est incapable d’accueillir les navires et les quantités importées, ce qui risque d’engendrer un déficit de ce produit nécessaire à la fabrication du ciment et par la suite la fermeture des usines de ciment.

C’est pour cette raison que tout sera mis en œuvre en coordination avec le ministère du Transport et l’Office de la marine marchande et des ports pour dépasser «cette difficulté conjoncturelle», a encore indiqué le responsable, faisant savoir qu’il a été décidé de permettre aux cimentiers d’exporter le ciment à partir des ports de Rades, Sousse et Bizerte…

Dans le même ordre d’idée, Brahim Chébili a indiqué que cette étude revêt une importance particulière, surtout qu’elle œuvre à dépasser les principales contraintes du secteur cimentier tunisien liées essentiellement à  la maîtrise de l’énergie et la protection de l’environnement. Car, cette industrie souffre de la lourdeur des coûts de consommation d’énergie. Pour rappel, il a été décidé en janvier 2008 et dans le cadre d’un plan triennal pour la réduction à hauteur de 20% de la consommation d’énergie en Tunisie, de soumettre la réalisation des projets dont la consommation d’énergie dépasse 7 mille TEP par an à une autorisation préalable. Cette décision concerne notamment les industries du secteur des IMCCV (industrie des matériaux de construction, de céramiques et de verreries).

Outre la maitrise de l’énergie, cette étude a pour but de promouvoir l’exportation de ce produit au gros potentiel. « C’est logique étant donné que l’excédent de la production de l’industrie, estimé à 3 millions de tonnes, devrait permettre de couvrir non seulement les besoins de grands projets à réaliser en Tunisie à  l’instar du port financier, mais aussi l’export, notamment vers l’Algérie dans l’attente de l’accalmie de la situation en Libye », a noté le responsable tout en mettant l’accent sur les investissements réalisés dans ce domaine, à savoir l’entrée en production de Carthage Cement.

Grâce aux investissements réalisés par l’ensemble des usines, aussi bien privées que publiques, et avec la libéralisation du secteur, la capacité de production nationale de ciment a enregistré une croissance annuelle portant son volume à plus de 11 millions de tonnes en 2015. Ce chiffre devrait être révisé à la hausse au cours des deux prochaines années grâce à l’entrée en exploitation de la nouvelle usine de ciment à Sidi Bouzid. « D’un cout estimé à 500 millions de dinars, ce nouveau projet verra le jour en 2018 avec une capacité de production d’un million de tonnes », a-t-il expliqué.

Ces investissements ne peuvent que servir l’exportation, qui s’accroit pour atteindre 1.8 millions de tonnes en 2015 avant d’afficher un certain recul durant les 9 premiers mois de l’année en cours pour s’établir à 1.2 millions de tonnes et en générant 200 millions de dinars. Ce recul est dû à la baisse de la quantité exportée vers le marché algérien en raison des grands projets en cours de réalisation dans ce pays, selon le responsable

A la conquête des marchés africains

Pour ce faire, un intérêt accru est accordée à la diversification des partenaires de la Tunisie, et les regards sont tournés vers les marchés africains. Cette orientation est dictée par des considérations économiques et stratégiques, et doit être soutenue par une volonté politique forte.

A ce titre, Brahim Chébili a noté que les études de prospection ont été entamés par certains pays africains désirant nouer des partenariats avec la Tunisie dans ce sens. D’ailleurs, des contrats vont être concrétisés, a annoncé le responsable sans donner plus détails…

par -

Le gouverneur de Tataouine, Mohsen Ben Ali, a annoncé, aujourd’hui lundi, sur Mosaique fm, le lancement de la première étape de l’installation d’une unité de traitement de gaz, programmée dans le cadre du projet gaz du sud. Un terrain d’une valeur de 400 mille dinars a été acheté à cet effet.

Il a affirmé que des appels d’offres seront lancés pour entamer les travaux du projet en question, a ajouté la même source.

par -
Des sources informées citées pat l’hebdomadaire Al Mousawar

Le fils d’Oussama Ben Laden, âgé de 23 ans, marche sur les pas de son père, abattu par les forces spéciales américaines au Pakistan il y a cinq ans. Dans une allocution qui rappelle la tragique épopée de l’ancien leader d’Al Qaida, Hamza Ben Laden, le fils préféré selon les services de renseignements américains, a invité les djihadistes en Syrie à serrer les rangs. Il a déclaré au passage que le combat dans ce pays sinistré par des années de conflit est un prélude à la « libération de la Palestine ».

« La nation islamique doit se concentrer sur le djihad en Syrie et sur l’unification des rangs des moujahidine là-bas », a dit Hamza dans un message audio publié sur Internet.
« Il n’y a plus d’excuses pour ceux qui persistent à vouloir la division et les disputes, maintenant que le monde entier s’est mobilisé contre les musulmans », a-t-il affirmé, sans pour autant citer nommément les groupes djihadistes qu’ils voudraient voir sous la même bannière.

Maintenant si on regarde les rapports de force sur le terrain, la branche d’Al-Qaida en Syrie, le Front al-Nosra, contrôle encore de gros morceaux du territoire syrien, et de nombreux groupes islamistes et salafistes lui ont fait allégeance. En face il y a l’organisation de l’Etat islamique (EI), adversaire déclaré d’al-Nosra, qui règne lui aussi sur une grande partie de la Syrie. Donc même s’il ne les évoque pas clairement, Hamza Ben Laden doit forcément s’adresser à ces deux groupes rivaux…

Un appel dicté par la mauvaise passe des djihadistes

On ne connait pas la date exacte de l’enregistrement du message du fils d’Oussama Ben Laden, mais ce qu’on sait c’est qu’il a été publié après un discours de l’actuel chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, qui incite lui aussi à l’union des djihadistes en Syrie, tout en dénonçant la posture et les actions de Daech.
« L’unité aujourd’hui est une question de vie et de mort », a dit Zawahiri dans un message audio publié samedi dernier sur internet, d’après le groupe de surveillance des sites islamistes.

Il est vrai que les djihadistes reculent sur le terrain face à l’intensification des bombardements alliés, de plus en plus efficaces. Et puis il y a la main des forces russes, qui a permis au régime syrien de reprendre des couleurs et de reconquérir des pans entiers du territoire. C’est ce qui explique sans doute l’activisme d’al-Zawahiri et de Hamza Ben Laden.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux