Tags Posts tagged with "Walid Jalled"

Walid Jalled

par -

La porte-parole de l’Union patriotique libre (UPL) Samira Chaouachi a indiqué samedi que la fusion du groupe parlementaire de son parti avec le bloc parlementaire qui sera constitué prochainement à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a pour objectif la mise en place des institutions constitutionnelles.
Ce groupe parlementaire qui sera classé troisième, d’après elle, aura pour mission de parachever l’installation des institutions constitutionnelles à l’instar de la Cour constitutionnelle et l’élection du président de l’instance électorale (ISIE).

Le bureau politique de l’UPL s’est réuni vendredi pour faire le point sur les concertations en cours entre le parti et son groupe parlementaire (12 députés) avec des députés indépendants et démissionnaires d’autres partis et les députés du groupe Watania (10 députés), a déclaré Samira Chaouachi à l’agence TAP. Le but étant, selon elle, de créer un groupe centriste à l’Assemblée de manière à “circonscrire la situation de dispersion au parlement portant préjudice à l’action législative“.
Le nouveau groupe à l’ARP, d’après elle, sera composé de plus de 35 députés et sera ouvert à d’autres blocs soit par l’adhésion de députés, ou fusion de groupes ou encore à travers la coordination de l’action législative.
Le nom du groupe n’est pas encore choisi. Une deuxième réunion du bureau politique doit avoir lieu demain pour l’examen de la question de création du bloc parlementaire en détail, a-t-elle précisé.
Selon Chaouachi, la réunion du parti hier a examiné également la situation générale du pays et le retour du président démissionnaire Slim Riahi à la tête de l’UPL, qui s’est engagé, d’après elle, à réintégrer le parti dans les prochains jours.

Le député Walid Jalled (bloc Watania) a annoncé jeudi le projet de formation d’un groupe parlementaire avec des députés indépendants et des députés inscrits dans d’autres groupes. Le nombre du groupe s’élèverait entre 35 et 40 députés, a-t-il déclaré à l’agence TAP.

par -

Ça se bouscule, déjà, dans la perspective des prochaines élections, en 2019. A peine quelques jours après l’annonce de la coalition de blocs parlementaires entre Nidaa Tounes et Machrou Tounes – ceux qui ont conclu au retour salutaire au bercail des compagnons de Mohsen Marzouk sont allés vite en besogne -, un autre groupe parlementaire est dans les tuyaux. Le député Walid Jalled (bloc Watania) en a fait l’annonce ce jeudi 23 août 2018, rapporte la TAP. On a appris qu’il y aura du beau monde : des députés indépendants et des élus inscrits dans d’autres groupes. Quels groupes exactement ? Les promoteurs de cette affaire gardent le secret pour l’instant, histoire sans doute d’éviter que les types d’en face torpillent l’initiative en se rendant nuitamment – c’est une pratique courante, parait-il ! – chez les futurs dissidents pour essayer de les retenir.

Ce qu’on sait c’est que 35 à 40 députés sont concernés par cette affaire, ce n’est pas rien ! Le reste sera déballé dans une conférence de presse au début de la semaine prochaine, a indiqué Jalled. Mais ce qu’il est important de noter, pour le moment, c’est que ce groupe va mettre le grappin sur des députés démissionnaires du bloc Al Horra, monté par Machrou Tounes et du bloc Nidaa Tounes. Cela suffit pour en conclure que Jallad et compagnie, lui-même dissident de Machrou Tounes, vont tirer le tapis sous les pieds du leader de son ex-formation, Mohsen Marzouk et du directeur exécutif de Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi, qui croyaient avoir rondement leur petite affaire au bout de plusieurs mois de longs et harassants conciliabules. Donc 1e information pour les deux ex/futurs collaborateurs : Le rêve qu’ils caressaient de rassembler la grande famille issue des élections de 2014 (86 députés en rang d’oignons derrière Béji Caïd Essebsi) a du plomb dans l’aile, puisque le futur groupe convoite les élus qui ont largué Nidaa et Machrou Tounes, et certainement ceux qui sont restés mais non moins mécontents, et il y en a. C’est une très mauvaise nouvelle pour HCE et Marzouk…

Une grosse boulette de com

ll faut dire aussi que l’ex-secrétaire général de Nidaa Tounes y est allé tout seul, comme un grand, pour flinguer son projet d’union, coalition, rassemblement… Appelez ça comme vous voulez. En effet quelques heures après l’annonce du mariage de raison, ou plutôt du remariage, il a douché les ardeurs des militants et de ceux qui appelaient de leurs voeux l’émergence d’un bloc parlementaire capable de donner de la voix autant qu’Ennahdha. En effet Marzouk a cru bon de préciser qu’il ne s’agissait nullement de fusion, mais d’une simple alliance stratégique. Erreur… stratégique pour le coup, une bévue de communication qui pourrait être fatale aux ambitions du futur bloc parlementaire dit progressiste, en face des islamistes qu’on voudrait ringardiser, ne serait-ce que dans les slogans, ça aurait suffi pour le moment. Mais voilà, c’était sans compter sur la boulette signée Marzouk (cette fois au moins Essebsi junior n’y est pour rien !).

Le groupe Watania lui a soigneusement évité cet écueil et n’hésite pas à parler de fusion de forces politiques disparates. Fusion, ça fait plus solide, plus sérieux, en tout cas ça n’évoque pas une constellation circonstancielle de blocs dont l’union ne serait qu’artificielle, dictée par les difficultés à exister face à Ennahdha et dont la cohésion vole en éclats à la moindre divergence de fond, et même de forme. C’est cela qui guette le projet du fils du président de la République, la seule oeuvre politique qu’il pourrait mettre à son actif en 3 ans de règne à Nidaa, après avoir tout démoli, ou presque. Le communiqué conjoint des deux partis, publié le 15 août pour officialiser les retrouvailles, parlait d’une coalition parlementaire qui “sera majoritaire au Parlement et constituera une force motrice du processus politique et une force de proposition s’opposant à toute forme d’instrumentalisation politique de la fonction législative“, et bien il va falloir travailler dur pour y arriver…

S.L.

par -

Une source sécuritaire a indiqué à Shems fm que le ministère de l’intérieur a décidé de placer le député de Nidaa Tounes Walid Jalled sous protection policière rapprochée, ce dernier étant menacé de mort.

La même source a déclaré que le député est poursuivi par des éléments dangereux. Le domicile du député sera également sécurisé, a ajouté la même source.

par -

Le député Walid Jalled, a évoqué un possible retour à Nidaa Tounes au cas où ce dernier apporte les changements nécessaires et qu’il organise finalement un Congrès répondant aux fondements du jeu démocratique.

Il a para ailleurs indiqué, lors de son passage, ce mardi 13 décembre 2016, sur Shems Fm, que Nidaa Tounes demeure sa première famille et que son départ était dû au manque d’une gestion démocratique du parti.

par -

Le député Walid Jalled a annoncé le lancement d’un ” processus de redressement ” du mouvement Machrou Tounes.
Selon une déclaration rendue publique, mardi soir, par Jalled, à la suite de son exclusion du bloc ” Al-Horra “, le lancement de ce processus a pour finalité d’édifier un projet de parti patriotique et moderniste et de mettre fin au monopole de décision détenu exclusivement par le secrétaire général du parti Mohsen Marzouk.
Lancée conjointement avec nombre de députés du groupe parlementaire et du parti, cette initiative intervient en réaction à un déficit démocratique dans la gestion du parti et aux tentatives d’exercer une mainmise sur ses institutions, lit-on dans la déclaration.
D’après le même document, Mohsen Marzouk cherchait à prendre le contrôle du bloc parlementaire et à faire du parti un instrument pour “affirmer son leadership et assouvir des ambitions personnelles”.
Cette rupture avec le bloc Al-Horra, a encore précisé Walid Jalled, intervient en réaction à la déviation du Mouvement ” Machrou Tounes ” des objectifs qu’il avait définis après le départ de nombre de ses dirigeants et de ses députés du Mouvement Nidaa Tounes.
” Le Mouvement Machrou Tounes avait pour objectif principal d’édifier un parti moderniste démocrate pour sauver la Tunisie “, a-t-il tenu à rappeler.
D’autre part, Walid Jalled a souligné la nécessité de maintenir inchangé le nom du groupe parlementaire, de manière à le mettre à l’abri de toute organisation partisane.

par -

Le Bloc parlementaire, Al Horra, a décidé, ce mardi, de révoquer le député Walid Jalled. Une décision qui intervient suite à ses déclarations aux médias où il exprime son refus du changement du nom du bloc.
Réunis ce matin à l’ARP, sous la présidence de Slah Bargaoui, les membres du bloc Al Horra, rebaptisé la veille ” groupe du projet de la Tunisie libre ” avant de changer à nouveau d’appellation pour devenir ” Al Horra pour le projet de la Tunisie ” ont voté pour le renvoi de Jalled du Bloc.
“Les déclarations de Jalled sur les décisions issues des journées parlementaires tenues les 15 et 16 octobre à Kerkennah, constituent une violation du règlement intérieur du bloc ” précise le groupe dans un communiqué.
Le député du groupe parlementaire Al Horra, Walid Jalled, s’est retiré des travaux des journées parlementaires organisées par le mouvement Projet de la Tunisie et consacrées à l’examen de plusieurs points relatifs, notamment, à la présidence du groupe parlementaire. Le groupe est représentée par 25 membres à l’Assemblée des Représentants du Peuple.

par -

Mehdi Abdeljawed membre du bureau politique du mouvement du “Projet Tunisie” a estimé que l’opposition des deux députés Walid Jalled et Mustapha Ben Ahmed à propos du changement du nom du groupe parlementaire “Al Horra” lors des journées parlementaires qui se tiennent à Sfax “est illogique et ne correspond pas aux fondements essentiels de l’action politique” selon ses dires.
Dans une déclaration accordée dimanche à l’agence TAP, Abdeljawed a indiqué que “les deux députes ont lors de la dernière période manifesté une opposition injustifiée par rapport à plusieurs décisions du mouvement ce qui dénoterait d’objectifs politiques qui visent à nourrir la division au sein du mouvement” a-t-il mentionné.
Pour rappel, Walid Jalled du groupe parlementaire Al Horra s’est retiré des travaux des journées parlementaires organisées par le mouvement Projet Tunisie qui se poursuivent depuis samedi à Sfax jusqu’à dimanche à Kerkennah pour examiner plusieurs points relatifs notamment à la présidence du groupe parlementaire sachant que “Al Horra” est représentée par 25 membres à l’Assemblée des Représentants du peuple (ARP).

par -

Le président de la République, Béji Caied Essebsi a reçu ce mercredi 28 septembre 2016 au palais de Carthage les deux députés de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Mustapha Ben Ahmed et Walid Jalled.

À l’issue de cette réunion, Ben Ahmed a indiqué que la réunion a porté sur l’importance de faire réussir le processus de transition démocratique et  la responsabilité de toutes les parties à soutenir le gouvernement d’unité nationale dans la réalisation de ses programmes dans un contexte de reprise des investissements.

Il a été également question de l’importance de pousser à l’entraide entre les Tunisiens, de les pousser au travail et de réduire les tensions entre les différents partis politiques ce qui procurera un terrain favorable pour la stabilisation du pays.

FOCUS 🔍

Les chiffres des immatriculations de nouvelles voitures pour le mois de septembre 2018, laissent voire que les ventes des véhicules particuliers de la marque...

Le meilleur des RS

Imed Heni est un cadre de l’OACA. On ne mettra pas sa photo, pour ne pas utiliser celle du petit garçon qu’il affiche sur...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Après la disgrâce du président sud-africain, Jacob Zuma, destitué par le Parlement pour des faits de corruption, son successeur, Cyril Ramaphosa, est dans la...

Reseaux Sociaux

SPORT

Programme de la 8e journée de la ligue 1 professionnelle de football, prévue les vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25 novembre à partir...