AccueilLa UNEMustapha Ben Jaâfar :Un discours pour rien

Mustapha Ben Jaâfar :Un discours pour rien

L’allocution de Mustapha Ben Jaâfar du 4 septembre n’a rien donné .Conçu pour mener l’initiative du gel des travaux de l’ANC à sa fin logique , et en tirer les dividendes politiques , le nouveau discours du Président de l’ANC était un non évènement .

Ben Jaâfar , ne dit rien sur le retour de l’ANC à sa pleine activité, mais annonce, prudemment , pour la semaine prochaine , la tenue d’une réunion du Bureau de la constituante , instance chargée , entre autres , de fixer l’agenda des activités de la constituante et les dates et l’ordre du jour des plénières.

Ce petit pion avancé dans l’échiquier , ne concorde pas avec le climat politique général qui demeure toujours tendu . Aucun élément de la situation n’a évolué dans le bon sens : les positions des différents partenaires demeurent inchangées , la quartette (UGTT,UTICA ,LTDH , et Ordre des avocats ) , avoue son échec , les députés retirés annoncent la journée du 7 septembre , qui correspond au 40ème jour de la mort de Mohammed Brahmi , nouveau tournant dans la lutte contre le gouvernement en place et le parti au pouvoir . Ennahdha ,après avoir désavoué son chef , s’associe avec 10 petits partis , menaçant de remplacer la troïka hésitante ,par une nouvelle coalition politique pour la période restante du processus transitoire .

Evidemment , les portes du dialogue demeurent entrouvertes , et personne n’a perdu l’espoir de voir les partenaires se réunir autour de la table de négociation , pour trouver une issue à la crise .

Tout en défendant le gel des travaux de l’ANC, Mustapha Ben Jaâfar s’attribue l’exploit d’avoir calmé une situation explosive , depuis l’assassinat de Mohamed Brahmi, arguant qu’il ne pouvait pas laisser le pays sombrer dans la violence et le fossé entre les deux camps qui s’affrontent se creuser de jour en jour .

Il renvoie dos à dos les deux camps, affirmant qu’il a agi en tant que président de l’ANC, sans parti pris aucun, et se targuant de s’inquiéter de la situation des plus démunis ,qui ne peuvent plus supporter le poids de la crise et ses retombées .

Il a ainsi appelé la quartette à revenir à la charge pour faire bouger les choses , les députés retirés à reprendre leur place à l’Assemblée , les responsables politiques à prendre des décisions courageuses et à privilégier le dialogue pour trouver une sortie de crise, et éviter une issue à l’égyptienne .Il finit par donner le10 octobre comme date pour parachever la Constitution et former le nouveau gouvernement .

Laissant entendre qu’il a subi pressions et menaces multiples pour ses positions et convictions , il lance à ses contradicteurs , le doigt pointé devant la caméra : « Je veux dire aujourd’hui que je n’ai peur que de Dieu et ne réponds qu’à ma conscience. Les menaces et les mots creux ne peuvent pas influencer mes décisions » , faisant de ce passage un des moments les plus émouvants du discours .

La logique interne du discours était convaincante , et répondait de manière relativement claire , à des questions que l’opinion publique ne cesse de se poser au sujet de Ben Jaâfar et de sa formation politique , qui ont de tout temps renvoyé des signaux contradictoires et des messages inaudibles .

Seulement , au-delà de cette logique interne , il y a le positionnement , et surtout les moyens que Ben Jaâfar pourrait mettre en œuvre pour faire valoir sa démarche , et convaincre non pas l’opinion publique mais les partenaires politiques pour les amener à plus de réalisme . Or sur ce chapitre le Président de l’ANC n’apporte rien . Il s’est contenté depuis le 6 août ,date de l’annonce du gel des travaux de l’ANC , de se tenir à égale distance des parties opposées (légalistes et opposition ) , d’appuyer l’initiative de l’UGTT et de suggérer aux uns et aux autres de s’en remettre à la raison et aux vertus du patriotisme .Or se démarquer , sortir du lot , suggérer , et stigmatiser les injustices et le cynisme des politiciens , ne peut pas tenir lieu de stratégie payante , pour quelqu’un qui s’est trop investi dans une alliance qui n’a rien porté au pays , et qui n’a plus d’atouts à faire valoir .

Aboussaoud Hmidi

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -