Nawara, un gisement d’or bleu

Nawara, un gisement d’or bleu

par -

Pour la Tunisie en état de disette énergétique, la découverte du champ gazier de Nawara tombait à point nommé, son entrée en production sera le Graal qui changera dans une très large part l’architecture de l’énergie dans le pays. Annoncée pour un semestre plus tôt, la mise en exploitation du gisement a cependant enfilé moratoires et contretemps, pour enfin devoir devenir chose faite avant la fin de l’année en cours. C’est le ministre tunisien de l’Industrie qui l’a officiellement proclamé, et son annonce a été reprise par l’influent site Bloomberg qui évoque « le plus grand projet énergétique de la Tunisie, une joint-venture de 1,2 milliard de dollars avec OMV AG, basée à Vienne ».

C’est que la production du champ gazier de Nawara permettra à la Tunisie de réduire ses importations de 30% et contribuera à hauteur d’un point de pourcentage au taux de croissance économique du pays, a déclaré le ministre Slim Feriani, dans un entretien à Tunis. Le champ se trouve dans le sud du gouvernorat de Tataouine, où ont été tournées des scènes du film “Star Wars”.

Le projet représente un tournant économique et financier potentiel pour le pays d’Afrique du Nord, qui doit actuellement importer une grande partie de son énergie, rappelle Bloomberg. La Tunisie, berceau des soulèvements du printemps arabe contre le régime autoritaire, lutte pour relancer son économie et fait avancer un programme soutenu par le Fonds monétaire international qui appelle à des mesures de réduction des coûts. Le gouvernement avait prévu le démarrage de Nawara en 2016, mais des problèmes techniques et sociaux ont entraîné des retards.

Avec une capacité de production journalière estimée à 2,7 millions de mètres cubes, le champ de Nawara augmentera la production gazière de la Tunisie de 50% à partir de l’année prochaine, a indiqué le ministre. Il produira suffisamment de carburant pour que la Tunisie puisse l’exporter par gazoduc vers la côte méditerranéenne, ce qui lui permettra de réduire son déficit commercial de 7%, a-t-il dit.

OMV et l’entreprise publique tunisienne Entreprise Tunisienne D’Activites Petrolieres, dénommée ETAP, détiennent chacune une participation de 50% dans la joint venture de Nawara. La Tunisie n’a pas d’autre choix que de renforcer sa sécurité énergétique et de réduire ses besoins en combustible importé, a dit Slim Feriani.

Une aubaine et aussi un facteur de croissance

La reprise des prix, la forte demande de l’industrie du transport et le développement moderne des activités d’exploration et de production pétrolières et gazières sont quelques-uns des facteurs de la croissance du marché du pétrole et du gaz en Tunisie.

L’augmentation des exportations et des importations de pétrole et de gaz en raison de la forte hausse de la demande dans le monde alimente la croissance du marché. La demande mondiale de pétrole est estimée à 104 millions de barils par jour en 2025 et le gaz naturel continue d’accroître sa part sur les principaux marchés. Les sociétés pétrolières et gazières devront accroître leur production pour répondre à la demande émergente dans un avenir prévisible.

Force est d’observer que l’industrie pétrolière et gazière enregistre des transformations rapides partout dans le monde. L’innovation des nouvelles technologies a permis des forages non conventionnels qui améliorent la production de pétrole et de gaz. De nouveaux modèles d’affaires et services évoluent rapidement et contribuent à réduire le coût des opérations dans le secteur amont du pétrole et du gaz, ce qui favorise à son tour la croissance du marché.

Des dividendes indiscutables

La croissance soutenue de la consommation de gaz naturel, de pétrole et de produits pétrochimiques est l’un des principaux moteurs de croissance des entreprises pétrolières et gazières en Tunisie, relève une récente étude de marché. Et les entreprises du secteur peuvent en tirer parti en investissant et en participant au commerce du pétrole et du gaz. Les grandes entreprises tunisiennes entreprennent divers projets et contrats d’oléoducs et de gazoducs pour accroître leurs capacités de production et maintenir leur position dans l’industrie du pétrole et du gaz, souligne la même source.

En Tunisie, la consommation future de pétrole et de gaz va augmenter en raison de facteurs clés tels que la vigueur de l’économie, la croissance démographique et la consommation de carburant. La dépendance à l’égard du pétrole et du gaz devrait encore s’accroître à mesure que l’infrastructure du pays continue de dépendre fortement des produits dérivés du pétrole.

Les acteurs du marché entreprennent également plusieurs plans d’investissement pour répondre à la demande croissante de produits pétroliers et gaziers. Les politiques et les appuis gouvernementaux en matière d’exploration et de production de pétrole et de gaz jouent un rôle majeur dans l’industrie et encouragent les entreprises à stimuler les investissements pétroliers et gaziers en Tunisie.

Traduction et synthèse AM

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire