Renvoyé du Canada et des USA, il se retrouve député à l’ARP

Renvoyé du Canada et des USA, il se retrouve député à l’ARP

par -

Tête de liste du parti Errahma sur la circonscription de Ben Arous, l’imam Said Jaziri deviendra député au prochain parlement à l’issue de la victoire de sa liste aux Législatives. Ce parti intégriste islamiste a d’ailleurs obtenu 5 sièges à l’ARP, pour les circonscriptions électorales de Ben Arous, Ariana, Tunis 1, Zaghouan et Manouba.

Saïd Jaziri, dit «Cheikh Saïd », est quinqua natif de La Marsa. Installé pendant 10 ans au Canada, où il prêchait dans des mosquées de Montréal. Il a avait été expulsé en 2007 pour irrégularité de sa situation. Il avait, selon la Commission de l’immigration du Canada, menti sur ses antécédents criminels, ayant omis de déclarer qu’il avait été condamné en France pour des actes de violence.

En 2011, Saïd Jaziri a été arrêté à la frontière entre le Mexique et les États-Unis après avoir tenté de pénétrer sur le territoire américain dans le coffre d’une automobile.

En 2013, selon le site canadien La Presse qui affirmait que Jaziri «a toujours la mainmise sur sa mosquée montréalaise à partir de la Tunisie » et qu’il «contrôlait aussi l’association qui gère ce lieu de culte, reconnue comme un organisme de bienfaisance avec des actifs sont évalués, en 2013, à 2,5 millions de dollars». Ce même site indique que depuis son expulsion il a été emprisonné en Tunisie, puis aux États-Unis, avant de faire de la politique et fonder le parti Errahma en Tunisie.

Le parti Errahma, qui avait obtenu son visa en juillet 2012, prône l’instauration de la Charia. Dans une vidéo qui tourne sur les réseaux sociaux, il se déclare contre l’auscultation des femmes par des médecins hommes et surtout lors des accouchements. On vous épargne son explication

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire