AccueilLa UNESaied mène la Tunisie sur une voie périlleuse, selon le Financial Times

Saied mène la Tunisie sur une voie périlleuse, selon le Financial Times

Des manifestants pacifiques ont été battus à coups de matraque et arrosés avec des canons à eau. Des groupes de défense des droits de l’homme mettent en garde contre une augmentation alarmante du nombre de civils faisant l’objet de procès militaires. Des députés de l’opposition, un animateur de télévision et d’autres personnes ont été arrêtés après avoir critiqué le président du pays. Tout cela s’est produit en Tunisie, berceau du printemps arabe et qui, jusqu’à récemment, était saluée comme la seule nation capable de faire la transition de la dictature à la démocratie après les soulèvements populaires qui ont balayé le Moyen-Orient en 2011,écrit l’influent journal britannique  le Financial Times . Et ce ne sont là, ajoute-t-il,  que quelques-uns des nombreux signes inquiétants qui suggèrent que l’État est en danger de retour à l’autoritarisme contre lequel des millions de Tunisiens se sont courageusement soulevés il y a dix ans.

« L’architecte de la réponse belliqueuse de l’État aux critiques et aux opposants est Kais Saied, un professeur de droit à la retraite qui a surpris beaucoup de monde en remportant les élections de 2019 en tant qu’inconnu politique »  note le quotidien londonien pour indiquer  aussitôt que « m. Moins de deux ans après le début de sa présidence, il a suspendu le parlement, invoquant l’article 80 de la constitution tunisienne pour justifier son règne par décret exécutif dans ce qui ressemblait à un coup d’État ».

Il a exclu la tenue d’élections parlementaires avant au moins la fin de l’année. Avant cela, Saied prévoit un référendum sur la constitution. On le soupçonne  de vouloir consolider ses pouvoirs en ramenant le pays à une présidence exécutive, semblable à celle qu’exerçait  Zine al-Abidine Ben Ali, le dictateur évincé en 2011, dans ce qui serait un autre renversement des gains obtenus après la révolution,

Pourtant,  souligne FT, Saied n’a pas réussi à fournir la seule chose dont sa nation a besoin de toute urgence : un plan économique viable pour répondre aux griefs de longue date des Tunisiens qui souffrent d’un chômage élevé et d’une détérioration du niveau de vie. « Ces facteurs expliquent pourquoi Saied a bénéficié d’un soutien populaire pour sa prise de pouvoir effrontée », car beaucoup étaient désillusionnés par les partis politiques établis et les coalitions faibles et chamailleuses qui ont caractérisé les années post-révolution et ont conduit le pays à avoir dix gouvernements en une décennie.

La popularité de Saied risque de s’éroder

Le pays est déjà perclus de  dettes dangereusement élevées. La Tunisie, pauvre en ressources, est l’un des États arabes les plus vulnérables à l’inflation alimentaire mondiale et aux prix élevés du pétrole. Au lieu de présenter une vision pour s’attaquer aux maux du pays, exacerbés par la pandémie,  affirme le Financial Times, Saied choisit plutôt de s’en prendre à la corruption et à ses détracteurs, se servant du manuel de l’homme fort pour accuser les opposants de recevoir des fonds étrangers.

Et le FT de poursuivre : « Plus les problèmes économiques ne seront pas résolus, plus sa popularité s’érodera rapidement et plus le risque de voir les frustrations des Tunisiens déborder à nouveau sera grand. Un retour à une dictature à la Ben Ali, sans contre-pouvoirs, ne ferait qu’exacerber les choses. Au lieu de cela, Saied doit remettre la Tunisie sur une voie claire vers la démocratie et concentrer son énergie sur la lutte contre les maux économiques, comme l’amélioration du climat des affaires et la réduction du chômage ».

L’opposition faible et fragmentée doit reconnaître ses propres échecs, qui ont, nourri la désillusion de l’expérience démocratique tunisienne. Lors des crises précédentes, les politiciens ont fait preuve d’une volonté d’engagement et de compromis pour maintenir les idéaux révolutionnaires en vie. Saied et ses opposants doivent le faire à nouveau, estime FT.

La communauté internationale devrait utiliser son influence pour faire pression sur Saied afin qu’il mette un frein à ses tendances autocratiques. Elle pourrait contribuer à amortir l’impact des réformes économiques douloureuses qui s’imposent, notamment en s’attaquant à la masse salariale élevée du secteur public et aux subventions, si le système est plus inclusif. S’il n’est pas contrôlé, il y a un risque réel que ce qui était la dernière démocratie fonctionnelle du monde arabe soit reléguée aux oubliettes de l’histoire, conclut le Financiel Times.

- Publicité-

2 Commentaires

  1. Les États-Unis ont toujours aimé les frères musulmans et les terroristes en particulier dommage pour la tunisie un beau pays enahda et un partie terroristes ile on tué volé envoyer des milliers de tunisien en Syie malgré sa l’occident continue de les soutenir

  2. Le Président a dû oublier ???? mais en tant que Ex professeur ??
    QUI N’AVANCE PAS RECULE !!!!!!!!!!!!!!!!!!
    C’est malheureusement le cas du beau pays qu’est la Tunisie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,996SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -