AccueilAfriqueSoudan: Khartoum sous les bombes malgré les sanctions américaines

Soudan: Khartoum sous les bombes malgré les sanctions américaines

L’artillerie continue de faire trembler Khartoum vendredi malgré les sanctions américaines contre l’armée et les paramilitaires, qui semblent préparer une escalade dans leur lutte pour le pouvoir.

Les bombardements se sont poursuivis toute la nuit près du siège de la télévision d’Etat, rapportent des habitants à l’AFP.

Après sept semaines de guerre entre l’armée, sous le commandement du général Abdel Fattah al-Burhane, et les Forces de soutien rapide (FSR, paramilitaires) du général Mohamed Hamdane Daglo ayant fait plus de 1.800 morts et plus d’un million et demi de déplacés et réfugiés, Washington a haussé le ton.

La Maison Blanche a annoncé des sanctions contre deux entreprises d’armement de l’armée et deux sociétés, dont l’une opérant dans les mines d’or du Soudan, tenues par le général Daglo et deux de ses frères.

Selon une étude de 2019, ces deux sociétés ont transféré des millions de dollars aux FSR depuis et vers des comptes en dirhams aux Emirats arabes unis.

Quelques heures après l’annonce des sanctions, l’armée a annoncé l’arrivée à Khartoum de nouvelles troupes en provenance d’autres Etats du Soudan.

« L’armée devrait lancer prochainement une offensive massive, c’est pour cela qu’elle s’est retirée » des négociations en Arabie saoudite pour une trêve, décrypte sur Twitter la chercheuse Kholood Khair.

L’isolement diplomatique, martèlent depuis des années diplomates et experts, n’est pas une réelle menace pour les deux généraux en guerre.

Le général Daglo passe pour l’un des hommes les plus riches du Soudan –troisième producteur d’or d’Afrique– et peut facilement s’attirer des allégeances, et le général Burhane, comme tous ses pairs dans l’armée, a développé pendant les longues années d’embargo des stratégies pour contourner les sanctions internationales.

Aujourd’hui, « l’armée veut enregistrer des gains militaires pour être dans une meilleure position en cas de reprise des négociations », assure Kholood Khair.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,106SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -