AccueilChiffreTunis : Les grèves dans une dynamique de reflux

Tunis : Les grèves dans une dynamique de reflux

La Tunisie de la période transitoire n’est pas à l’abri d’une déferlante de réclamations sociales et politiques de tous bords et à tous les niveaux. La grève, a atteint des proportions tellement inquiétantes, car par essence nocive, que l’économie se trouve dans une situation délicate.

Aujourd’hui, la conjoncture a changé, la grève, arrêt de travail concerté et délibéré en vue de faire pression sur l’employeur afin d’obtenir satisfaction des revendications, est érigée en liberté individuelle à connotation collective. Mieux encore, cette pratique nuisible à l’unité économique, se trouve promue en un véritable droit, celui de ne pas travailler !

Baisse des grèves de 11 pc dans les différents secteurs

Mais voilà que le phénomène semble commencer à perdre de son acuité. Selon les derniers chiffres communiqués par le ministère des Affaires sociales, au cours du premier semestre 2013, le taux des grèves observées dans les différents secteurs a baissé de 11 pc.

Idem pour le pourcentage de participation aux grèves qui a été ramené à 9 pc, contre 41 pc, durant la même période de 2012. En effet, le nombre des grèves légales observées jusqu’au mois de juin 2013, a atteint 150 sur un total de 251.

Sur un autre volet, au cours de la même période de 2012, 281 grèves ont été exécutées, dont 151 avaient un caractère légal. L’amélioration des conditions de travail constitue le motif principal des grèves (43 pc) suivi du versement des salaires et indemnités (32 pc).

Taux plus élevé pour le secteur des services et de la sous-traitance

D’après les statistiques du ministère, le secteur des services et de la sous-traitance a enregistré le taux le plus élevé des grèves (23 pc). Il est suivi des industries sidérurgiques et mécaniques (16 pc) et du textile- habillement-chaussure (15 pc).

Par région, les statistiques montrent que le gouvernorat de Sfax est en tête, représentant 18 pc des grèves observées au niveau national. Il est suivi de Ben Arous avec un taux de 15 pc, puis de Nabeul (9pc).

Au cours de la même période, 8 sit-in ont été organisés enregistrant un recul de 43 pc par rapport au premier semestre 2012, selon la même source.

Ces mouvements ont touché 8 entreprises privées, mobilisant près de 90 pc des employés.

Vraisemblablement, la grève continuera toujours de susciter les réactions les plus complexes et c’est cette complexité qui lui octroie à la fois, sa spécificité, son originalité, sa nocivité et son utilité. Une expression de lutte sociale qui continue à endosser comme depuis toujours, le mauvais rôle pour la bonne cause.

Nadia Ben Tamansourt

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -