Tunis : Toute la vérité sur le pétrole, par les chiffres

Tunis : Toute la vérité sur le pétrole, par les chiffres

par -
Après la cohorte de «experts» qui disait tout et n’importe quoi à propos du dossier des hydrocarbures en Tunisie pour déstabiliser l’administration qui en est chargée (comme par exemple accuser faussement le PDG de l’Etap d’être dirigeant d’une autre

Après la cohorte de «experts» qui disait tout et n’importe quoi à propos du dossier des hydrocarbures en Tunisie pour déstabiliser l’administration qui en est chargée (comme par exemple accuser faussement le PDG de l’Etap d’être dirigeant d’une autre entreprise pétrolière où l’Etap était actionnaire, oubliant de préciser qu’il n’en était que dirigeant par intérim et sans salaire, ou faire passer des ruisseaux d’écoulement de lavage de phosphate pour des rivières de pétrole brut), voici la cohorte des associations, financées par l’étranger, qui chercheront à en prendre le contrôle, sous le prétexte de la transparence, mais sans qu’on sache pour le compte de qui. Sans vouloir faire aucun lien entre les informations dont nous disposons, nous nous bornerons à indiquer qu’un des candidats aux dernières présidentielles, tenterait depuis quelque temps de prendre pied dans une compagnie pétrolière. L’autre information, publique celle-là, est celle de la campagne «Ouvre le dossier» qu’a dernièrement lancée l’avocat et ancien CPR (Parti de Moncef Marzouki qui dirige le Harak…) Mohamed Abbou !

Des associations qui tiennent des conférences de presse en prônant la transparence, alors qu’elles n’ont jamais rien demandé qui leur ait été refusé par l’Administration qu’elles accusent, implicitement, de ne pas dire toute la vérité. L’une d’elle en a fait les frais, ce matin au micro de la matinale de la radio nationale.

Le ministère de l’Industrie et l’Etap (Entreprise tunisienne des activités pétrolières), semblent enfin se rendre compte que l’unique réponse à toute cette campagne, manifestement orchestrée dans un but politique, est la communication. Le ministre a ainsi pris la décision, d’abord, d’éviter à juste titre la communication «facebookienne» manipulable à souhait. Ensuite de tout publier sur le site internet du ministère. Voici, selon les données chiffrées qui nous ont été fournies par le ministère, comment se présentait la situation de la production des hydrocarbures en Tunisie.

Loin de flotter sur une gigantesque mare de pétrole, comme l’a certifié ce matin à la radio nationale tunisienne et sur Mosaïque Fm aussi, le PDG de l’Etap, la Tunisie ne dispose que de très peu de ressources pétrolières. Elle aura beau être enserrée entre l’Algérie et la Libye, au-dessus de la plaque pétrolière, dite de «Ghédames», cette dernière est à plus de 60 % en terre algérienne, à 15 % en terre libyenne et seulement à 10 % en terre tunisienne, comme l’a expliqué Mohamed Akrout à la radio publique tunisienne. Voici en tout cas, pour la transparence, un aperçu sur ses réserves. Pas de quoi faire rêver les chercheurs d’or…noir !

Encore plus transparent, le PDG de l’Etap qui affirme que tous les contrats pétroliers sont depuis un moment entre les mains du pôle judiciaire financier qui est appelé à y statuer, nous remet même la liste de tous ces contrats. Voici ainsi, à la date du dimanche 24 mai 2015, les noms de tous les permis actuellement en exploitation, abandonnés ou fermés et leurs productions respectives. Pour ce qui est de l’argent du pétrole et ce qui en revient à l’Etat, là aussi, les chiffres sont officiels. Suivez le guide.

Ka Bou

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire