AccueilLa UNETunisie : Mohamed Ben Salem casse la baraque et cafte.

Tunisie : Mohamed Ben Salem casse la baraque et cafte.

Les limiers de la corruption frappent encore. Lors de la réunion de la cellule de Communication tenue, jeudi 23 août 2012 à la Kasbah, le ministre tunisien de l’agriculture Mohamed Ben Salem est revenu, pour la seconde fois de son mandat, sur le bilan de la corruption enregistré dans les différentes institutions de son ministère. Un ministère où, tout le monde où presque à en croire le ministre, traine une affaire de corruption.

- Publicité-

S’adressant aux médias, le ministre a ainsi indiqué que quelques responsables du secteur agricole ont été impliqués dans des dossiers de corruption, citant à ce propos Mohamed Habib Haddad, ancien ministre de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, sans qu’on sache les raisons de ce choix et s’il n’existe pas d’autres ministres durant les 23 ans du règne de Ben Ali qui n’auraient pas été impliqués dans de pareilles affaires.

«Cette personne a ordonné d’élargir une zone irriguée à Siliana, au profit de Néfissa Trabelsi, sœur de Leila Ben Ali. Le coût du projet est de l’ordre de 416 mille de dinars, dont un crédit a été octroyé par le Fond arabe de développement économique (Fedes) de l’ordre de 291 mille de dinars» a affirmé le ministre.

Evitant cette fois d’être nominatif, sans que les journalistes présents sachent encore pourquoi, le ministre a ajouté qu’au «mois de juillet, nous avons transféré à la justice un autre dossier de corruption, illustrant l’implication d’une responsable, directrice adjointe de l’agence immobilière de l’agriculture. Cette dernière s’est permise d’octroyer à sa fille un crédit de 128 mille de dinars pour l’achat d’un lot de terrain ».

Les dépassements, ne semblent avoir rien épargné. Pour le cas de l’Institut National de Recherche en Génie Rural Eaux et Forêts, le ministre a ainsi précisé que cet établissement a été mal géré par l’ancien directeur général. « Une mauvaise gestion a été enregistrée au sein de l’institut. Des dépenses estimées à 800 mille de dinars ont été consacrées à la réalisation de 12 projets de recherche, au profit d’entreprises publiques et privées. Cette décision a été prise sans obtenir l’autorisation de parties concernée». La personne impliquée dans cette affaire, précise encore Mohamed Ben Salem, a bénéficié de plusieurs avantages (utilisation de téléphone, l’électricité et l’eau notamment) dont la valeur  s’élevait à 10 mille de dinars. «Nous avons également constaté que quelques chercheurs opérant dans cet institut, ont bénéficié de voyages à l’étranger» a-t-il encore cafté.

Pour rappel, la première liste de corruption présentée par le ministre de l’agriculture a concernée essentiellement des actes de  mauvaises gestion, commises par des ex-responsables dans plusieurs établissements, citant à ce propos la Sonede et l’Office de l’huile.

Sur un autre volet, le ministre a fait savoir qu’une tentative d’écoulement de blé importé contenant des parasites, sans danger pour les consommateurs et de qualité «Argon», a été déjouée ces derniers temps. Mohamed Ben Salem a aussi précisé que certains propriétaires de moulins de céréales ayant bénéficié des tarifs référentiels au niveau de la vente d’un quintal de blé de 28dt, ont procédé à la vente d’un quintal de blé à environ de 60dt aux collecteurs de céréales.

Ben Salem annonce une augmentation, avant même qu’il y ait accord.

Le ministre essaie ensuite de détendre l’atmosphère, lourde de corruption, en annonçant une bonne nouvelle aux agriculteurs. Sortant juste d’un conseil ministériel pour sa conférence de presse, il se précipite à annoncer que le prix de vente des tomates sera augmenté, à partir de la prochaine saison agricole, au niveau de la vente aux industriels. On apprendra cependant par la suite, que cette annonce a été trop précipitée, puisqu’il n’y a pas eu accord définitif, entre agriculteurs et industriels, sur ce sujet. Les services d’information du ministre, n’ont pas démenti cette information de l’augmentation des prix qui reste ainsi suspendue jusqu’à publication du communiqué de presse du ministère.

On ne sait pas non plus, si le même degré de précision est à appliquer à d’autres déclaration du ministre Ben Salem, notamment lorsqu’il évoque les derniers incendies qui ont touché diverses régions du nord-ouest du pays et qu’il annonce que «certaines personnes pourraient être impliquées dans les récents incendies qui ont ravagé des hectares de forêt. Des enquêtes seront ouvertes sur ce sujet ».

Nadia. B.T

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,723FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,477SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles