Tunisie-tourisme : Un bon millésime 2018, le meilleur depuis 2011

Tunisie-tourisme : Un bon millésime 2018, le meilleur depuis 2011

par -

La conjoncture économique jugée généralement maussade ne semble pas l’être pour le tourisme qui se signale par des chiffres dont on a perdu trace depuis de longues années. Qu’il s’agisse d’arrivées, de fréquentation ou de recettes, il y a de quoi se rassurer mais pas encore de pavoiser. Quelque 4 millions 400 mille touristes ont visité la Tunisie entre le 1er janvier et le 31 juillet 2018, une augmentation de 23% par rapport à la même période de 2017. Les recettes touristiques se sont envolées à 1750 millions de dinars durant la même période, soit une progression de 42% comparées à celles de l’année dernière. Surtout la présente année devra être celle des 8 millions et plus de touristes qui auront choisi la Tunisie alors qu’on en dénombrait quelque 7 millions en 2017 et moins de 6 millions en 2016. Des chiffres et des projections délivrés par la ministre du Tourisme, Salma Elloumi, et dont la comptabilité complète et précise sera connue ultérieurement.

De toute évidence, ce rebond inédit depuis 2011 prend racine dans la réhabilitation de la destination Tunisie malmenée par les effets secondaires de la Révolution et l’insécurité engendrée par deux opérations terroristes majeures perpétrées en 2015, et qui se sont traduites par les interdictions de voyage décrétées par les gouvernements des principaux pays émetteurs, pour être progressivement levées, notamment par les Etats européens dont le dernier en date est celui de la Grande-Bretagne.

Les efforts payants du marketing

C’est d’ailleurs ce que vient de confirmer la société d’analyses et de données de l’industrie du tourisme et du voyage ForwardKeys et le cabinet de d’analyses et de recherches de marché GfK. Ils affirment que la Tunisie, la Turquie et l’Egypte sont en tête de liste pour les touristes britanniques qui font un bond de 4,9% cette année. Le PDG et cofondateur de ForwardKeys, Olivier Jager, explique ces résultats par «  la résilience ultime des voyages et du tourisme », et note que « les touristes sont prêts à réévaluer leurs impressions d’une destination s’ils parviennent à y séjourner en toute sécurité pendant une période prolongée ». « Il est encourageant de constater que les pays précédemment touchés par les troubles voient leurs efforts de marketing touristique se révéler payants », s’est-il félicité dans un communiqué, tout en soulignant que les deux pays arabes cités n’ont toujours pas atteint leur plein potentiel.

De plus, est-il indiqué, les capacités prévues sur les vols vers l’Egypte et la Tunisie depuis le Royaume-Uni sont loin d’atteindre les niveaux atteints par ces pays en 2015, selon les données. L’Egypte a atteint 46% des sièges disponibles il y a trois ans, tandis que la Tunisie a atteint 38% au troisième trimestre de cette année. Pendant ce temps, la Turquie a atteint 94% des sièges sur les vols directs en provenance du Royaume-Uni, réalisés en 2015. Il faudra du temps pour que le tourisme en Afrique du Nord rebondisse, selon les données publiées. La capacité prévue sur les vols à destination de l’Afrique du Nord à partir du Royaume-Uni devrait atteindre la moitié des niveaux atteints en 2015 pour la Tunisie et l’Égypte.

Le début de reprise est là !

Dans le même temps, des destinations plus traditionnelles sur le plan de la sécurité, nommément l’Espagne et le Portugal ont respectivement enregistré une baisse de 2,5% et de 0,2% des réservations de loisirs au Royaume-Uni. Cependant, le nombre de visiteurs reste élevé en raison des menaces qui pèsent sur d’autres destinations. Les perspectives pour les autres destinations européennes, notamment la Grèce, la Croatie et la Bulgarie, restent optimistes.

“La croissance est tirée par le dynamisme des destinations estivales à court et moyen-courrier, en hausse de 7,7%. Ces destinations représentent environ 60% des voyages internationaux en Grande-Bretagne durant la période estivale », a déclaré dans un communiqué David Hope, directeur principal des études de marché auprès de GfK.

Le terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord a eu un impact considérable sur le tourisme dans ces régions ces dernières années, y compris au Maroc. La reprise n’a commencé que récemment, selon les résultats du troisième trimestre.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire