Tags Posts tagged with "Attaque"

Attaque

par -

Tard dans la nuit d’hier à 00:40, un groupe de terroriste a attaqué une voiture de police dans laquelle se trouvaient 3 agents, à  Janoura du gouvernorat de Kebili.

Les terroristes étaient au nombre de quatre, arrivés sur des motos soudainement et ouvrant le feu sur les policiers qui étaient à l’intérieur de leur véhicule.

Un agent de la police a été tué, un autre est blessé et a subit une intervention chirurgicale.

Côté terroristes, deux ont été tués, un troisième blessé, le quatrième a pris la fuite.

Sur deux des motos de terroristes, la police a découvert des explosifs de fabrication artisanale, neutralisés après l’intervention  d’une équipe spéciale venant de Gabes.

par -

Une attaque était en cours dans la matinée du mercredi 8 mars contre le principal hôpital militaire d’Afghanistan, à Kaboul, rapporte l’AFP.

L’établissement, qui soigne des soldats afghans blessés au combat, se situe dans le quartier de Wazir Akbar Khan, où se trouvent notamment les représentations diplomatiques du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

Plusieurs tirs ont d’abord retenti, suivis d’une explosion autour de 09h10 heure locale (04h40 GMT). »Un kamizake a déclenché sa charge devant l’hôpital militaire. Plusieurs assaillants sont ensuite entrés à l’intérieur et s’y trouvent toujours », a indiqué à l’AFP une source de sécurité, sous couvert d’anonymat.

par -

Deux commissariats ont été attaqués par des hommes armés dans le nord du Burkina Faso, mardi 28 février au matin.

« Deux de nos commissariats ont été attaqués cette nuit à Barabulé et Tongomaël », dans la province du Soum, près de la frontière malienne, a annoncé le ministre de la Sécurité Simon Compaoré, sans donner de bilan.

Joint par l’AFP, Mohamed Dah, Haut-Commissaire de la province du Soum, a expliqué : « Les attaques ont eu lieu quasi simultanément. Les tirs ont cessé, mais les assaillants ne sont toujours pas partis. Un renfort militaire a été envoyé sur les lieux ».

« On se demande si c’est une diversion, afin de mobiliser des forces de sécurité pour attaquer des cibles plus importantes », a ajouté Mohamed Dah.

Sous couvert de l’anonymat, une autre source sécuritaire a expliqué que l’attaque à Barabulé était l’œuvre d’une « dizaine de jihadistes arrivés sur six motos ».

par -

Le Carrousel du Louvre, un centre commercial proche du célèbre musée parisien, a été le théâtre, ce matin du vendredi 03 février 2017, d’une attaque à la machette sur une patrouille de l’opération Sentinelle. Un soldat a riposté, touchant l’assaillant de cinq balles et le blessant gravement.

« Après vérification du contenu des deux sacs à dos de l’attaquant, aucun explosif n’a été retrouvé », a précisé le préfet de police.

Le Premier ministre et ex-ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a affirmé qu’on avait « visiblement » affaire à une « attaque à caractère terroriste ». Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête…

par -

8 policiers ont tués, lundi 16 janvier, dans une attaque armée menée par un groupe d’hommes armés contre un poste de contrôle dans la région d’Oued el Jadid au sud-est du Caire, annoncent des sources étrangères.

Deux des assaillants ont été tués tandis que trois autres membres des forces de sécurité ont été blessés, rapportent les mêmes sources.

Il est à noter que l’attaque s’est produite au contrôle d’Al-Naqab, à environ 80 kilomètres de la ville d’El-Kharga, la capitale de la province.

par -

Au moins huit policiers ont été tués, lundi 9 janvier, dans une attaque au camion piégé contre un barrage de sécurité dans la ville d’Al-Arish, dans la péninsule égyptienne du Sinaï, rapporte « Le Monde ».

Un kamikaze a foncé avec son camion rempli d’explosifs sur un barrage de sécurité, et des hommes ont ensuite ouvert le feu sur les policiers.

Selon la même source, l’attaque, dont la responsabilité n’a pas été revendiquée, a également fait 13 blessés, dont quatre civils.

par -

Bouaké, l’ancienne capitale des rebelles en Côte d’Ivoire, connaît une poussée de fièvre ce vendredi, rapporte Jeune Afrique.

Des tirs à l’arme automatique ont été entendus, aujourd’hui, à proximité du plus grand camp militaire de la deuxième ville du pays.

Les militaires ont attaqué au moins deux commissariats et dressé des barricades au centre-ville, coupant toute circulation, faisant état de tirs d’armes automatiques sporadiques.

Ils ont pris position à divers carrefours stratégiques de la ville et circulaient dans des véhicules de la police, a ajouté la même source.

par -

À Bahreïn, des hommes armés ont lancé dimanche 1er janvier à 05h30 locales une attaque contre la prison centrale de Jau, où sont détenus de nombreux citoyens bahreïnis de confession chiite accusés d’être impliqués dans des violences, rapporte « RFI ».

Dix détenus de la prison centrale de Jau, située sur la côte est de l’île du Golfe, se sont évadés, dont sept condamnés à la perpétuité et trois à de lourdes peines de prison pour des « actes terroristes ».

Un policier a été tué et un autre blessé dans l’attaque contre la prison de Jau. Les assaillants, 4 à 5 membres d’« un groupe terroriste » et armés de fusils automatiques et de pistolets, a précisé la même source.

par -

La fête de Noël a été sanglante à Eringeti, localité nichée dans le « triangle de la mort » du Nord-Kivu, dans l’est de la République Démocratique Congo, une région où, comme on le sait, les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) font la loi. D’après les autorités locales de Beni, 22 personnes ont été massacrées, à la machette, durant le week-end de Noël. Elles viennent s’ajouter aux 700 morts suite aux terribles incursions des rebelles depuis octobre 2014.

Le premier jour, le samedi 24 décembre 2016, « ils ont tué 10 civils », a confié Amisi Kalonda, administrateur du territoire de Beni, qui pointe du doigt les rebelles de l’ADF. Hier dimanche, toujours selon lui, « 12 autres corps ont été retrouvés dans des villages environnants » par l’armée, qui était aux trousses des assaillants.
«Le mode opératoire, c’est toujours le même » : Les victimes ont été exécutées « à l’arme blanche et à la machette».

Teddy Kataliko, président de la Société civile du territoire de Beni, coalition d’associations locales, après avoir confirmé le sombre bilan de l’administrateur, a fait part de son désarroi : « Nous ne comprenons pas » cette violence. Il a ajouté : « Nous ne savons plus à quel saint nous vouer ».
Un prêtre du diocèse catholique de Beni-Butembo a avancé un bilan plus lourd, «27 morts» ; il a aussi évoqué l’effroi créé au sein la population par cette attaque, en pleine ferveur religieuse, poussant certains citoyens à fuir. « Le bilan macabre est en train d’évoluer […] au fur et à mesure qu’on découvre des corps dans la forêt » aux environs de la ville, a-t-il indiqué.

par -

Les empreintes digitales du suspect tunisien de l’attentat survenu lundi à Berlin auraient été trouvées sur le camion utilisé pour foncer sur la foule réunie au marché de Noël, selon des médias allemands. Les autorités allemandes n’ont toujours pas confirmé cette affirmation.

Anis Amri, un Tunisien de 24 ans, est soupçonné d’être l’auteur de l’attentat au camion-bélier qui a fait 12 morts et 48 blessés lundi soir sur un marché de Noël berlinois.

par -

Une fusillade a éclaté, lundi 19 décembre, non loin de la gare de Zurich en Suisse, faisant trois blessés, rapporte «  la Tribune de Genève ».

L’incident s’est produit dans un centre de prière musulman. D’après les médias suisses, l’auteur de la fusillade est en fuite.

« Le porte-parole de la police ne peut toutefois pas affirmer que les coups de feu ont un lien avec cet établissement religieux », précise la même source.

La police ne souhaite pas donner plus d’information dans l’immédiat. Elle ajoute qu’un communiqué sera publié ultérieurement.

par -

Six policiers ont trouvé la mort et trois ont été blessées, ce vendredi 9 décembre, dans l’explosion d’une bombe près d’un point de contrôle de la police au Caire, rapporte « Le Monde ».

L’explosion s’est produite juste après la prière hebdomadaire du vendredi, au moment où les rues du Caire ne sont pas bondées.

L’attentat, qui s’est produit dans le secteur de Talibiya, dans l’ouest de la capitale égyptienne, sur la route d’Al-Haram, qui mène aux pyramides, n’a pas été revendiqué pour l’instant, ajoute la même source.

par -

La police belge a interpellé six personnes soupçonnées d’être impliquées dans une attaque à la machette commise contre deux policières devant le commissariat central de Charleroi au mois d’août et revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), rapporte « Reuters ».

Le parquet fédéral belge a précisé, mercredi , que des perquisitions menées dans huit maisons à Charleroi et dans les environs de la ville avaient permis de saisir plusieurs armes similaires à celle employée lors de l’agression, indique la même source.

par -

Un agent du renseignement allemand, « islamiste présumé », qui a proposé des « informations internes » sur internet, et projetait un attentat contre le siège de la centrale à Cologne a été arrêté, rapporte l’AFP.

Durant son interrogatoire, il aurait évoqué un projet d’attentat dirigé « au nom d’Allah » contre la centrale, selon lequel l’homme n’avait manifestement pas entamé les préparatifs concrets en vue d’une attaque.

Toujours selon         l’AFP, il s’agit d’un Allemand de 51 ans, converti depuis 2014 à l’islam. Ex-employé de banque et père de famille, il travaillait depuis avril avec l’Office de Protection de la Constitution.

Il était notamment chargé de surveiller la scène islamiste allemande: environ 9.200 radicaux selon l’Office, avec un noyau dur de 1.200 personnes susceptibles de commettre des attentats, ajoute l’agence internationale.

par -

Trente-quatre civils ont été tués, dimanche 27 novembre 2016, lors d’une attaque menée par des milices de l’ethnie « nande », dans l’Est de la République démocratique du Congo, rapporte Africanews.

A signaler que la région de Luhanga est située dans le sud du territoire de Lubero, où les tensions sont vives depuis un an entre les Nande et les Kobo. Des affrontements inter-communautaires liés à des querelles foncières y ont fait plusieurs dizaines de morts, indique la même source.

par -
Des affrontements ont eu lieu entre les unités sécuritaires et un groupe de jeunes salafistes dans la nuit de samedi à dimanche

Le collège à Chabaou dans la délégation d’Oued Ellil (gouvernorat de la Manouba) a été attaqué, mercredi après-midi, au cocktail Molotov et par des jets de pierre, semant la panique parmi les élèves, ce qui a nécessité la suspension des cours, indique à l’agence TAP le secrétaire général du syndicat de base de l’enseignement secondaire à Oued Ellil, Hosni Jellali.
Vers 15h30, précise Jellali, un cocktail Molotov a été lancé par des inconnus sur une fenêtre d’un laboratoire du collège où il y avait cours, provoquant une forte explosion, ce qui a semé la panique chez les élèves. Deux d’entre eux ont perdu connaissance et ont été transportées à l’hôpital par une unité de la protection civile. Cette attaque a été accompagnée de jets de pierre ce qui a contraint les enseignants à appeler les gardes nationaux et à suspendre les cours.
Le collège comme tous les autres établissements a connu des protestations d’élèves contre le calendrier des examens, mais plusieurs d’entre eux ont suivi les cours normalement, fait remarquer le responsable syndical.
Les enseignants du collège ont signé une motion qu’ils adresseront, jeudi, au commissariat régional à l’éducation, pour protester contre la violation de l’intégrité de leur établissement en l’absence de sécurité.
Les cours seront suspendus jusqu’à jeudi matin, en attendant que le commissariat régional trouve une solution pour assurer la sécurité de l’établissement, signale Jellali.

par -

L’attaque DDoS du vendredi 21 octobre 2016, qui a mis hors service une bonne partie de la toile à l’échelle du globe (Twitter, Spotify, SaneBox, Reddit, Box, Github, Zoho CRM, PayPal, Airbnb, Freshbooks, Wired.com, Pinterest, Heroku Netflix PlayStation Network et Vox Media), prouve à quel point notre existence dépend de choses très fragiles finalement. Cette frappe, qui a visé le fournisseur de DNS Dyn, a rendu inopérant des ténors du Web mondial, durant plusieurs heures.

C’est ce qu’on appelle dans le jargon technique une attaque de type « déni de service » (son modus operandi : assaillir un service avec des requêtes pour le déboussoler et le mettre KO). Dyn, qui a fait les frais de cette frappe, fournit des services de DNS (Domain Name System), une sorte de routage d’Internet qui oriente les internautes vers le site qu’ils insèrent dans leur barre d’adresse.

Dyn a subi deux attaques. La première, en milieu d’après-midi, a été rapidement repoussée, mais a semé la panique du fait de sa puissance. Le second assaut s’est produit en fin d’après-midi et a carrément paralysé Dyn, jusqu’au milieu de la nuit. Le FBI et le département de la sécurité intérieure américain ont fait savoir qu’une enquête a été ouverte. « Dyn a été visé par des gens préparés. Cette attaque est sans doute le résultat d’une préparation importante, minutieuse », commente un expert du secteur, cité par Le Monde.

« Ce qui est particulier dans cette attaque, c’est sa durée, qui est assez exceptionnelle. C’est très préoccupant, car ces infrastructures sont censées être les plus robustes », indique Matthieu Bonenfant, directeur produit chez Stormshield…

par -

Le bilan de l’attaque du camp de réfugiés de Tazalit, au Niger, à 180 kilomètres de la frontière avec le Mali, hier jeudi 06 octobre, est lourd : 22 militaires chargés de veiller sur les lieux ont été tués. Le chiffre a été confirmé par le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), qui a des agents sur place.

14 gardes, 5 gendarmes et 3 militaires ont laissé la vie dans cette attaque perpétrée par une quarantaine d’assaillants, d’après un responsables des services de sécurité nigériens et le HCR. Cinq militaires ont été blessés. Seuls trois des militaires déployés sur les lieux sont parvenus à fuir, a précisé le HCR dans un communiqué. Un seul réfugié aurait été touché et une ambulance a été incendiée.

Les assaillants pourraient être des éléments d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ils ont attaqué par surprise les unites de l’armée alors qu’elles déjeunaient. « Ils sont allés directement vers le poste de sécurité du camp des réfugiés et ont mitraillé les militaires qui étaient en train de déjeuner », a expliqué un responsables des services de sécurité. Tout était fini deux heures plus après, les assaillants s’étant retirés en emmenant des vivres, des vêtements, des armes et munitions et trois voitures, dont une appartenant au HCR et une ambulance, d’après ce responsable.

Les jihadistes, à bord de trois véhicules et d’une moto, ont ensuite pris la direction du Nord-Ouest, vers le Mali, en emportant trois autres véhicules. Des avions militaires et des troupes au sol ont été mobilisés pour un ratissage de la zone, d’après une source au ministère de l’Intérieur.

par -

Six personnes ont été tuées dans une attaque attribuée aux islamistes somaliens shebab dans une zone résidentielle de la province de Mandera dans le nord-est du Kenya,  à moins d’un kilomètre de la frontière somalienne, ont indiqué jeudi les autorités locales, a annoncé ce jeudi 6 octobre 2016, le site  europe1.

D’après la même source, l’attaque a été lancée vers 02h45 contre ce complexe entouré d’un haut mur et protégé par des gardes et situé un peu en dehors de la ville de Mandera, capitale de la province du même nom et coincée à l’extrême nord-est du Kenya entre les frontières somaliennes (au sud-est) et éthiopienne (au nord).

Les assaillants ont utilisé de puissants explosifs contre le bâtiment », a déclaré Amb Mohamud Saleh, un responsable des services de sécurité locaux.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT