Tags Posts tagged with "ciment"

ciment

par -
0
Ibrahim Chbili, directeur général des industries manufacturières au ministère de l’Industrie, a déclaré que la décision de l’Algérie de ne plus importer de ciment à partir de 2017 aura certainement des effets sur l’industrie du ciment dont  l’excédent de production est estimé à 4 millions de tonnes. Ce chiffre devrait être révisé à la hausse au cours des deux prochaines années avec l’entrée en exploitation de la nouvelle usine de ciment à Sidi Bouzid.
« Une telle décision ne peut qu’affecter notre industrie dont 95% des exportations sont destinés au marché algérien », a précisé le responsable dans une déclaration accordée ce lundi 31 octobre à Africanmanager.
D’après le responsable, la décision de notre partenaire algérien est justifiée par des grands projets en cours de réalisation dans ce pays. Or, cela ne peut que toucher l’exportation tunisienne qui a atteint 1.8 millions de tonnes en 2015 avant d’afficher un certain recul durant les 9 premiers mois de l’année en cours pour s’établir à 1.2 millions de tonnes, générant 200 millions de dinars. 
La décision a obligé les autorités tunisiennes à chercher de nouveaux partenaires, a encore dit le responsable, signalant que les regards sont tournés vers les marchés africains. 
La précision du responsable vient à un moment où l’Algérie a annoncé qu’elle n’importera plus de ciment à partir de 2017, et elle pourra même dégager un excédent qui sera exporté vers le Mali, le Tchad, le Niger et la Mauritanie.
L’annonce a été faite hier dimanche 30 octobre par le ministre algérien de l’Industrie et des Mines lors de sa visite aux cimenteries d’Adrar (Aoulef) et de Béchar
Selon la presse locale, les capacités de production globale annuelle des cimenteries réalisées ou en voie de l’être dans les différentes régions du pays devront atteindre les six millions de tonnes.
Toujours selon la même source, la capacité nationale devra donc couvrir les besoins du pays en ciment estimés à environ 22 millions de tonnes.

par -
0

Une étude sera prochainement élaborée afin d’examiner la situation du secteur du ciment et de trouver les solutions appropriées pour les problématiques rencontrées par les professionnels, a annoncé le directeur général des industries manufacturières au ministère de l’Industrie, Brahim Chébili.

Le responsable a précisé que cette étude intervient dans le cadre des travaux de la commission commune récemment créée au sein du ministère de l’Industrie pour suivre et accompagner les producteurs de ciment de manière à assurer le positionnement stratégique de ce produit dans l’avenir.

« Cette étude qui sera réalisée par l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII), en collaboration avec les acteurs intervenant, nous permettra de mieux diagnostiquer la situation tout en trouvant des alternatives pour l’ensemble des problèmes rencontrés par les cimentiers », a dit Brahim Chébili.

Le manque de coke risque d’engendrer un déficit

Dans une interview accordée à Africanmanager, Chébili a passé en revue certaines difficultés dont notamment le manque de coke de pétrole du à des difficultés dans l’importation de ce produit utilisé comme combustible pour la fabrication du ciment.

Ce manque a provoqué l’’inquiétude de la profession, d’autant plus que le port de la société El Fouledh, chargé temporairement de l’importation de cette matière, est incapable d’accueillir les navires et les quantités importées, ce qui risque d’engendrer un déficit de ce produit nécessaire à la fabrication du ciment et par la suite la fermeture des usines de ciment.

C’est pour cette raison que tout sera mis en œuvre en coordination avec le ministère du Transport et l’Office de la marine marchande et des ports pour dépasser «cette difficulté conjoncturelle», a encore indiqué le responsable, faisant savoir qu’il a été décidé de permettre aux cimentiers d’exporter le ciment à partir des ports de Rades, Sousse et Bizerte…

Dans le même ordre d’idée, Brahim Chébili a indiqué que cette étude revêt une importance particulière, surtout qu’elle œuvre à dépasser les principales contraintes du secteur cimentier tunisien liées essentiellement à  la maîtrise de l’énergie et la protection de l’environnement. Car, cette industrie souffre de la lourdeur des coûts de consommation d’énergie. Pour rappel, il a été décidé en janvier 2008 et dans le cadre d’un plan triennal pour la réduction à hauteur de 20% de la consommation d’énergie en Tunisie, de soumettre la réalisation des projets dont la consommation d’énergie dépasse 7 mille TEP par an à une autorisation préalable. Cette décision concerne notamment les industries du secteur des IMCCV (industrie des matériaux de construction, de céramiques et de verreries).

Outre la maitrise de l’énergie, cette étude a pour but de promouvoir l’exportation de ce produit au gros potentiel. « C’est logique étant donné que l’excédent de la production de l’industrie, estimé à 3 millions de tonnes, devrait permettre de couvrir non seulement les besoins de grands projets à réaliser en Tunisie à  l’instar du port financier, mais aussi l’export, notamment vers l’Algérie dans l’attente de l’accalmie de la situation en Libye », a noté le responsable tout en mettant l’accent sur les investissements réalisés dans ce domaine, à savoir l’entrée en production de Carthage Cement.

Grâce aux investissements réalisés par l’ensemble des usines, aussi bien privées que publiques, et avec la libéralisation du secteur, la capacité de production nationale de ciment a enregistré une croissance annuelle portant son volume à plus de 11 millions de tonnes en 2015. Ce chiffre devrait être révisé à la hausse au cours des deux prochaines années grâce à l’entrée en exploitation de la nouvelle usine de ciment à Sidi Bouzid. « D’un cout estimé à 500 millions de dinars, ce nouveau projet verra le jour en 2018 avec une capacité de production d’un million de tonnes », a-t-il expliqué.

Ces investissements ne peuvent que servir l’exportation, qui s’accroit pour atteindre 1.8 millions de tonnes en 2015 avant d’afficher un certain recul durant les 9 premiers mois de l’année en cours pour s’établir à 1.2 millions de tonnes et en générant 200 millions de dinars. Ce recul est dû à la baisse de la quantité exportée vers le marché algérien en raison des grands projets en cours de réalisation dans ce pays, selon le responsable

A la conquête des marchés africains

Pour ce faire, un intérêt accru est accordée à la diversification des partenaires de la Tunisie, et les regards sont tournés vers les marchés africains. Cette orientation est dictée par des considérations économiques et stratégiques, et doit être soutenue par une volonté politique forte.

A ce titre, Brahim Chébili a noté que les études de prospection ont été entamés par certains pays africains désirant nouer des partenariats avec la Tunisie dans ce sens. D’ailleurs, des contrats vont être concrétisés, a annoncé le responsable sans donner plus détails…

« Il n’y aura pas d’augmentation des prix de vente du ciment ».

C’est en ces termes que le ministre de l’Industrie de l’énergie et des mines, Zakaria Hamad, a démenti, vendredi 13 mai 2016 sur les ondes de Mosaïque Fm, les rumeurs qui circulent quant à une possible augmentation des prix de vente du ciment « en raison du manque du charbon du pétrole », élément essentiel nécessaire pour la fabrication du ciment.

par -
0
La société

Le 1er trimestre 2016 à la société Ciments de Bizerte, cotée en bourse, s’est caractérisé d’une part par l’arrêt annuel du four pour de grands travaux de maintenance des différents ateliers, et d’autre part par la mise en place des nouveaux gratteurs à double attaque frontale pour pouvoir assurer les quantités de matières premières requises pour la bonne marche du four.

La production de clinker de la société, au terme du premier trimestre 2016, a connu une baisse de -37,20 % et ce, suite à l’arrêt annuel du four. Au terme de la même période, la société Ciments de Bizerte a enregistré une forte progression des volumes de ses ventes. Ainsi le chiffre d’affaires local (ciment, chaux et clinker) a enregistré une progression de +71,59 % pour atteindre 18.656.000 dinars au 31/03/2016, soit une évolution de +7.783.392 par rapport à la même période de l’année 2015.

Sachant que le secteur cimentier tunisien a connu une augmentation de la demande nationale de ciment de +4,55 %, les ventes ont enregistré une forte progression de l’ordre de 62,20 %, constituant ainsi la plus forte augmentation dans le secteur. Au 31 mars 2016, le chiffre d’affaires local du ciment a atteint 17,352 MDT, soit une progression de +65,29 % par rapport à l’année 2015 permettant ainsi à la société de retrouver sa place sur le marché national. En effet, sa part de marché pour ce produit est passé de 5,66 % au 31/03/2015 à 8,78 % au 31/03/2016.

Suite à la disponibilité d’un stock assez important de clinker, la société Les Ciments de Bizerte est parvenue après tant d’années d’absence sur le marché local à écouler 10.092,35 tonnes de clinker pour la somme de 740.571 dinars. Le 1er trimestre 2016 a aussi été marqué par une reprise dans les exportations après plus d’une année d’absence et les quantités exportées ont atteint 1.500 tonnes au 31/03/2016, avec des perspectives qui s’annoncent prometteuses au vu des négociations et des commandes en cours.

par -
0

Un jeune tunisien, Mokhtar Ben Slimane, est l’auteur d’une invention capitale consistant en la transformation des déchets du Groupe chimique à Gabès, Gafsa et Sfax en engrais et en ciment.

L’invention a franchi les frontières pour susciter l’intérêt de maintes entreprises en Europe et en Afrique, mais n’a trouvé aucun écho auprès des autorités de son propre pays, a affirmé l’inventeur dans une vidéo diffusée par le site « Essadaa ».

Ila précisé que des pays comme les Pays-Bas, l’Italie, La France, le Maroc et tout récemment la Suisse ont manifesté de l’intérêt à son innovation mais guère en Tunisie dont les autorités, apathiques,  dorment encore du sommeil du juste vis-à-vis d’un innovateur qui ne court pas les rues.

Ne dit-on pas que nul n’est prophète en son pays !

[youtube= »https://www.youtube.com/watch?v=LXs6DDWVr00&feature=youtu.be »]

par -
0
Le prix du sac de ciment serait majoré de 950 millimes

Le prix du sac de ciment serait majoré de 950 millimes, a indiqué l’expert économique, Fethi Ennouri, dans une déclaration rapportée, ce jeudi, 2 janvier 2014, par le journal « Attounssia ». Et de préciser que la subvention allouée aux cimenteries va être levée en deux temps , le premier au cours de ce mois de janvier et l’autre en juin prochain.

Fethi Ennouri a précisé, en outre, que le marché du bâtiment est actuellement en phase de stagnation et que l’impact de cette augmentation ne va pas être ressenti maintenant étant donné que le financement accordé au secteur de l’habitat a régressé de 36% aussi bien pour les particuliers que pour les promoteurs .

par -
0
D’après les derniers chiffres du ministère de l’industrie

D’après les derniers chiffres du ministère de l’industrie, la production de ciment a atteint 5,88 millions de tonnes durant les 9 mois de l’année en cours, ce qui correspond à une évolution de 9% par rapport à la même période de 2012 soit 5,36 millions de tonnes. La production de la chaux a également augmenté de 6,36% soit 252 000 tonnes contre 236 000 tonnes.

Au niveau de la consommation locale, elle atteint 5.47 millions de tonnes en affichant une croissance de 3,54% par rapport aux neufs mois de 2012 soit 5.28 millions de tonnes en 2012. Cependant, la consommation locale en matière de la chaud a diminué de 14.18% soit 202 000 tonnes jusqu’au fin septembre 2013. Concernant l’exportation, une évolution de 410% a été affichée soit 401000tonnes.

par -
0
Une légère évolution de 1% a été affichée au niveau de la vente des ciments. Durant le mois de mars 2013

Une légère évolution de 1% a été affichée au niveau de la vente des ciments. Durant le mois de mars 2013, les quantités vendues ont atteint 603 475 tonnes, contre 598 076 tonnes durant la même période de l’année précédente.

Il est important de rappeler que l’approvisionnement du marché au niveau des ciments a connu une grande perturbation, due essentiellement à l’arrêt de la production et la baisse des ventes des cimenteries de Bizerte et d’Oum El Kelil.

par -
0
Les exportations de la Tunisie en matière des ciments

Les exportations de la Tunisie en matière des ciments, ont atteint la valeur de 201 mille tonnes durant les onze premiers mois de l’année 2012, enregistrant, de ce fait, une baisse de 22,4% par rapport à la même période de l’année 2011 où 259 mille tonnes de ciments ont été exportés.

La baisse a concerné seulement les exportations, alors que les ventes locales ont augmenté de 11,6%, passant de 5875 mille tonnes à 6559 mille tonnes durant les onze premiers mois de l’année 2012.

La hausse a concerné également la production, qui a passé de 6130 mille tonnes en 2011 à 6787 mille tonnes en 2012, enregistrant ainsi une hausse de 10,7%.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

0
L'Algérie, il faut le dire, snobait jusque-là le continent africain, notamment l'Afrique subsaharienne, se contentant d'engranger les recettes astronomiques de ses hydrocarbures, vendus à...

SPORT

Le président de la Fédération Tunisienne de Football (FTF)

0
la Confédération africiane de football (CAF) a communiqué jeudi sur son site internet, la liste des 17 arbitres et 21 arbitres assistants, retenus pour...