Tags Posts tagged with "Kasserine,"

Kasserine,

par -

Des affrontements ont eu lieu, vendredi soir, entre des unités de l’armée nationale et des terroristes à Douar Khraifia, dans la délégation de Sbiba (gouvernorat de Kasserine), près de la zone militaire fermée au Mont Mghila, ont indiqué à l’agence TAP des sources militaires.
Selon ces sources, des unités de l’armée nationale déployées dans la zone militaire fermée au Mont Mghila ont repéré, vendredi soir, un groupe de quatre terroristes qui descendaient de la montagne pour s’approvisionner en vivre.
Pris dans un guet-apens tendu par l’armée, certains de ces terroristes auraient été touchés dans l’échange de tirs, précisent les mêmes sources.
Les habitants de Thamad ont affirmé à la TAP leur détermination à soutenir les forces sécuritaires et militaires contre le terrorisme qui les menace directement.
Pour rappel, des terroristes avaient attaqué le 5 novembre 2016 la maison du sergent de l’armée Saad Ghozlani, à Douar Khraifia et l’ont tué sous les yeux de sa famille.

par -

Salma Elloumi Rekik, la ministre du Tourisme et de l’Artisanat a évoqué les projets touristiques programmés à Kairouan et Kasserine, lors de sa réponse mardi 9 mai 2017, aux interventions des députés, à la séance plénière consacrée aux gouvernorats du Centre-Ouest, rapporte la TAP.

La ministre a indiqué qu’un financement de 130 mille dinars a été consacré à la réhabilitation des bassins des Aghlabides, tout en précisant que cette opération est du ressort du ministère de la culture et que des équipes mixtes (tourisme et culture) vont s’en charger . Elle a indiqué par ailleurs, que son département oeuvre à appuyer les autorités locales et les associations pour l’animation des quartiers et des villes, afin d’attirer les touristes. Elle a annoncé le démarrage de la construction du village de l’artisanat à Kairouan, près du Musée du tapis, fin Mai pour une enveloppe de 765 mille dinars.

Concernant le gouvernorat de Kasserine, il est prévu d’y valoriser le circuit touristique pour un montant de 300 mille dinars outre le projet de création d’une zone touristique à Sbeiltla sur 40 hectares, devant être achevé fin Mai et entrer en activité, fin juin.

Elle a encore évoqué la création d’un espace d’accueil des visiteurs à Haidra, qui comportera des espaces commerciaux et des aires de repos, tout en rappelant que la réhabilitation des sites archéologique est du ressort du ministère de la culture.
Elle a annoncé que Kasserine sera une ville touristique et Haidra une municipalité touristique, tout en soulignant l’intention d’accélérer la création d’une station écologique à bir lahfay.

par -

Le ministre de l’industrie et du commerce, Zied Laâdhari a annoncé mardi 9 mai 2017, lors de sa réponse aux interventions des députés, à la séance plénière consacrée aux gouvernorats du Centre-Ouest, le retrait de l’autorisation accordée à un investisseur pour la création d’une cimenterie à Foussana (Kasserine) « puisqu’il n’a pas honoré ses engagements, n’a pas créé une société et n’a présenté aucun document ».
Il a ajouté que le ministère se penche actuellement sur les procédures en vue de réactiver ce projet et souligné l’engagement pris par le gouvernement, lors d’un conseil ministériel restreint, de sauver la Société nationale de cellulose et de papier alfa (SNCPA) à Kasserine. Le ministre a rappelé l’engagement du gouvernement à promouvoir toutes les entreprises qui ont joué un rôle de développement socio-économique dans les régions.
Pour ce qui est de la question des déchets de l’usine de marbre de Thala et la création d’un pôle national de traitement des déchets, Laâdhari a précisé que le ministère se penche sur les préparatifs de la réalisation d’un projet de valorisation des déchets de marbre et ce en collaboration avec l’agence de coopération technique allemande. Un programme a été dédié au développement de la chaîne de valeur dans plusieurs gouvernorats dont Kasserine pour son rôle dans le développement du tissu industriel et économique et la valorisation des produits agricoles et des industries extractives.
Le ministre a souligné que des décisions seront prises prochainement pour pallier aux difficultés que connaît le secteur du textile et de l’habillement dans le gouvernorat de Kasserine, afin de trouver les solutions aux problématiques des professionnels ajoutant que le ministère est en train d’élaborer une étude stratégique sur le secteur.
Le ministre a souligné l’attachement du gouvernement à réaliser le projet du grand marché de production de Sidi Bouzid et évoqué l’objectif visant la création de 8 zones industrielles dans la région sur une superficie de 136 ha et la consécration d’un lot de terrain pour la réalisation d’un complexe industriel et technologique.
Le ministre a aussi évoqué l’avancement de la réalisation de six zones industrielles dans le gouvernorat de Kairouan, affirmant « nous avons accordé des lots de terrain aux industriels d’une manière exceptionnelle avant le parachèvement de ces zones et ce dans le but de créer de nouveaux postes d’emploi et de gagner du temps ».

par -

L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a entamé mardi 09 mai 2017, en présence de certains membres du gouvernement, l’examen en plénière du rapport de la commission de développement régional sur ses visites aux gouvernorats du Centre Ouest en l’occurrence Kasserine, Kairouan et Sidi Bouzid, et ce en vue d’ établir un diagnostic de la situation et identifier les obstacles entravant la réalisation de plusieurs programmes et projets de développement.
La commission explique le choix des gouvernorats du Centre Ouest par la dégradation des indicateurs de développement dans la région. A cet égard, les gouvernorats de Kasserine, Kairouan et Sidi Bouzid occupent respectivement les 23ème, 22ème et 21ème places en ce qui concerne les indicateurs de développement, alors qu’ils se positionnent aux premiers rangs en ce qui concerne les indicateurs relatifs à la pauvreté et la pauvreté extrême, occupant respectivement les 2ème, 3ème et 6ème places. La commission souligne que la loi sur l’investissement est inadaptée aux spécificités des régions et à leurs priorités.

Kairouan : Dégradation des indicateurs sociaux

La commission appelle dans son rapport à honorer les engagements des gouvernements successifs et à élaborer une stratégie nationale pour lutter contre la dégradation des indicateurs sociaux dans plusieurs délégations de la région, d’autant que les dernières statistiques publiées par l’INS (Institut National de la Statistique) sur ce gouvernorat ont révélé une augmentation de l’illettrisme, de l’abandon scolaire et du nombre des familles démunies. Kairouan occupe également, la première place en ce qui concerne les taux de pauvreté, de chômage et de suicide.
Elle recommande également de puiser des ressources financières dans les dépenses de l’Etat, afin de remédier à l’absence de fonds nécessaires à la réalisation des projets publics de développement dans différents secteurs, d’aider la région à drainer l’investissement privé et à s’installer dans les zones industrielles créées, de créer des représentations et des directions régionales des entreprises publiques notamment, la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), la SONEDE (Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux), l’Agence Foncière Industrielle (AFI) et l’Office National de l’Assainissement (ONAS).

Sidi Bouzid : Situation environnementale catastrophique

Le rapport met l’accent sur une situation environnementale catastrophique qui constitue une menace pour la santé et l’hygiène dans la majorité des centres urbains et des agglomérations rurales en raison de l’absence d’un système efficace de gestion des déchets solides (décharges contrôlées et centre de transformation), outre un taux de raccordement au réseau d’assainissement dans les milieux urbain et rural plutôt modeste du à la capacité limitée des unités de traitement des eaux usées et à l’absence du contrôle des infractions environnementales.
Elle met l’accent sur l’absence d’une infrastructure de base structurée dans la région reliant les pôles économiques avoisinants de manière à améliorer l’attractivité du gouvernorat. Il s’agit également, de la dégradation de l’infrastructure de base des centres urbains et des agglomérations et la défaillance relevée en matière d’’aménagement et d’asphaltage des routes, rues et pistes vicinales et en ce qui concerne le raccordement aux réseaux d’assainissement et de gestion des eaux usées, l’éclairage public et l’alimentation en eau potable. Cette région souffre en outre de la faiblesse de la valorisation des ressources naturelles et du patrimoine culturel qui devra être intégré dans la session économique (tourisme écologique, hospitalier et culturel).

Kasserine : absence de réserve foncière, de moyens financiers et humains

Le rapport évoque les inquiétudes des habitants et les projets prioritaires de Kasserine dont l’électrification des puits de surface dans les périmètres irrigués l’édification du barrage Boulaba, la transformation de l’hôpital régional en hôpital universitaire et la réalisation d’une zone de libre échange à Tlabet.
La commission appelle à une meilleure gestion des ressources financières de la région et la régularisation de la situation des ouvriers de chantiers et des bénéficiaires du mécanisme 21 et à la lutte contre toutes les formes d’emploi précaire. La commission souligne l’absence d’un climat incitatif aux investissements, la dégradation de l’infrastructure, les déficits constatés en matière d’éclairage public, de télécommunications, des routes et d’alimentation en gaz naturel.
L’absence de réserve foncière, de moyens financiers, logistiques, de ressources humaines et la faiblesse du taux d’encadrement dans les directions régionales ont également été soulignés.

par -

Plusieurs habitants de la délégation frontalière de Hydra (gouvernorat de Kasserine) ont organisé, jeudi, une marche de protestation pour revendiquer l’emploi et le développement.
Cette marche, qui a pris son départ à la route nationale n°4 reliant Hydra à la ville algérienne de Tebessa, a parcouru la principale avenue jusqu’au siège de la délégation.
Des slogans réclamant la mise en place de nouveaux projets capables de sortir la région de la marginalisation, de créer de l’emploi et d’impulser le développement ont été scandés lors de cette marche.
Selon le membre de la coordination du « sit-in du départ » Fares Bouazizi, cette marche s’inscrit dans le cadre des mouvements des protestations organisés dans la région depuis trois jours dont le sit-in ouvert observé, par des jeunes et des diplômés en chômage, près du site archéologique de Hydra pour revendiquer l’emploi et le développement, ajoutant que la ville recèle d’importantes ressources naturelles, culturelles et touristiques qui demeurent inexploitées et marginalisées.

par -

Un officier de l’Armée nationale a été blessé, mercredi vers 17h00, dans l’explosion d’une mine antipersonnel, dans la zone militaire fermée, à Jebel Samama (gouvernorat de Kasserine) et ce, lors d’une opération de ratissage.
Le blessé a été transporté à l’hôpital régional de Kasserine, affirme une source informée dans la région.
Des sources médicales à l’hôpital affirment que le militaire a été blessé, plus ou moins gravement, au niveau de ses quatre membres. Il devra subir, ce soir, une intervention chirurgicale à une jambe.

par -
Chakib Darwich

Les études de faisabilité économique, technique, sociale et environnementale du projet de Phosphate de Jedliane (gouvernorat de Kasserine) s’achèveront au plus tard vers la fin des mois de juin ou juillet prochain, a affirmé Taoufik Mansouri, président du Conseil d’administration de la société de développement et de services miniers « Chaketma » qui gère le projet.
« Une fois ces études sont terminées, il sera procédé à l’obtention de la licence d’exploitation de la mine de phosphate vers le mois de septembre 2017 », a-t-il ajouté à la correspondante de la TAP.
Une délégation de la société « Chaketma » se déplacera, le 17 mai courant, aux Etats-Unis où elle devra visiter une unité industrielle spécialisée dans l’extraction et la transformation du phosphate pour échanger des expertises et s’enrichir de nouvelles expériences, a-t-il indiqué.
Aménagée sur 10 km2, la mine de phosphate de Jedliane aura une capacité de production de 1,5 million de tonnes par an et d’emploi direct de 500 personnes. Le projet mobilisera des investissements de l’ordre de 400 millions de dinars. La durée de vie de la mine de Jedliane est estimée à une cinquantaine d’années au minimum.
Le projet a démarré en 2011 dans sa phase de prospection qui a nécessité des forages de plus de 20 mètres de profondeur. Les recherches ont démontré que la mine renferme des ressources estimées à 130 millions de tonnes de phosphate. Les analyses effectuées dans les laboratoires du Sers (gouvernorat du Kef) ont attesté que le phosphate de Jedliane est d’une rare qualité.

par -

Les habitants de la région de Majel Bel Abbès dans le gouvernorat de Kasserine, ont observé une journée de colère sur fond de la prolifération de l’hépatite A qui a touché plusieurs enfants dans cette ville, rapporte Mosaïque Fm.

Les protestataires ont bloqué la route principale de la ville et ont organisé une marche pour réclamer leur droit à la santé et au développement, indique la même source.

par -

Le taux d’abandon scolaire a atteint 63% à Kasserine et 37% à Gafsa au cours de l’année 2015-2016, révèle une étude de terrain intitulée « L’abandon scolaire, les facteurs et les obstacles » réalisée dans ces deux zones cibles en collaboration avec la Délégation de l’Union européenne en Tunisie.
Les résultats de l’étude ont été présentés mercredi 19 avril 2017 à Tunis au cours d’une conférence de presse organisée par la commission régionale de lutte contre l’abandon scolaire à Kasserine et Gafsa, qui a mené l’étude.
Selon Ahlem Nsiri, membre de la commission, le taux d’abandon scolaire des filles est moins élevé que chez les garçons. Ce constat est valable pour tous les cycles (primaire, collège et secondaire). A Gafsa, le taux est de 68% pour les garçons contre 32% pour les filles, alors qu’à Kasserine, il est de 56% pour les garçons contre 44% pour les filles.

L’étude a en outre montré que les filles vivant en milieu rural rencontrent des difficultés particulières, d’ordre familial et social, qui les poussent au décrochage scolaire. La famille prétend notamment « préserver l’honneur » de sa fille en l’empêchant de faire le trajet jusqu’à l’école et de côtoyer des garçons, ou évoquent encore des motifs de sécurité liés aux dangers de la route et de l’éloignement.
Le chef du projet « filles actives à Gafsa et Kasserine » mené par l’association « Citoyens de Gafsa » a pour sa part indiqué que les facteurs scolaires représentent 44% des motifs d’abandon scolaire chez la population cible. Il s’agit de facteurs liés à la pédagogie, aux programmes d’enseignements (programmes trop chargés, absence d’activités de motivation ou de loisirs) et au cadre éducatif (agressions, manque d’effectif, absentéisme).
Sont également en cause l’infrastructure délabrée de certains établissements, l’indisponibilité des moyens de transports et l’échec scolaire.
Aussi, 40% des familles expliquent-elles cette situation par la pauvreté et la précarité, alors que l’analphabétisme des parents en est responsable dans 49% des cas.
La commission régionale de lutte contre l’abandon scolaire à Kasserine et Gafsa relève de l’association « Citoyens de Gafsa » et regroupe des éducateurs, des représentants de la société civile et des cadres des directions régionales et locales concernées.

TAP

par -

Des projets de valorisation de plantes aromatiques et médicinales, d’exploitation des carrières de marbre pour la production de carrelage, d’élevage de poulets fermiers, de production de fromages et bien d’autres projets ont été lancés par l’Organisation internationale du Travail (OIT), à travers un financement de l’Union européenne, dans cinq gouvernorats tunisiens, à savoir Siliana, Le Kef, Kasserine, Sidi Bouzid et Gafsa.
Ces projets, qui ont été présentés aux médias nationaux dont l’Agence Tap, lors d’une visite sur terrain organisée les 12 et 13 avril 2017, ont permis de créer des emplois, d’instaurer une dynamique économique et de désenclaver des localités dans les régions intérieures.

Dans la localité de Tajerouine (Le Kef), le programme de l’OIT, financé par l’Union européenne à raison de 6 millions d’euros, a permis de mettre en place une unité de valorisation des plantes aromatiques et médicinales, dont le romarin et le thym, en collaboration avec une association locale de femmes. Laquelle unité a été aménagée et dotée des équipements nécessaires. En plus, des formations ont été dispensées aux dirigeantes en matière de gestion et de marketing.

Ce programme d’appui au développement des zones défavorisées a également favorisé le désenclavement de l’agglomération « Douar Ousseltia », au Kef et d’y insuffler une dynamique économique locale à travers la création de 20 unités d’élevages de poulets fermiers, l’assistance des petits agriculteurs à faire passer leur production du lait de 150 à 500 litres/jours, et la facilitation d’accès aux services sanitaires, selon les affirmations du coordinateur de l’OIT à Tunis, Jad Ben Hadj Boubaker.

A Thala (Kasserine), l’initiative de l’OIT « ayant adopté une approche participative basée sur la concertation entre les structures publiques, la société civile et le secteur privé » a réussi à créer près de 50 emplois dans le domaine de la valorisation des déchets d’exploitation des carrières marbrières. Ainsi deux unités de valorisation ont été mises en place, outre la formation dispensée aux travailleurs, grâce à laquelle ils ont pu produire environ 100 mille pièces de carrelage/ an. Laquelle production 100 % locale a pu susciter l’intérêt de 5 villes intérieures.
Toujours à Kasserine, mais cette fois-ci à Sbeïtla, des formations à la production des fromages ont été organisées au profit d’un groupe de femmes rurales. Les équipements nécessaires à la création d’une unité traditionnelle de production de fromage ont été fournis, permettant ainsi à ces femmes de doubler leurs revenus et de développer leur projet.

A Sidi Bouzid, le programme d’appui au développement des zones défavorisées a misé sur la réhabilitation du marché municipal dont les travaux avancent bon train. La spécificité de ce projet de réhabilitation réside dans l’utilisation de pierres et de techniques artisanales propres à cette région. La troisième tranche de ce projet sera financée par l’enveloppe financière publique régionale estimée à 800 mille dinars.
Parallèlement, les travaux de revêtement des voies menant vers le marché se poursuivent, utilisant des pierres de revêtements extraites des carrières de Thala. Il s’agit là d’une technique nouvelle de revêtement uniquement basée sur les matières locales et qui nécessite un grand nombre d’employés, comparée aux revêtements courants utilisant l’asphalte.
Toujours à Sidi Bouzid, le programme de l’OIT a également soutenu les petits producteurs d’artisanat en bois d’olivier.

A Gafsa, le programme AZD, qui a couvert la période 2012-2016, a permis de créer une conserverie de fruits et légumes dans la Zone Laguila dans l’oasis de Gafsa. De même, des formations en matière d’extraction des pierres et de revêtement des rues ont été dispensées au profit de la Société d’Environnement, Plantation et Jardinage de Gafsa qui emploie près de 2400 personnes.
A ce titre, un projet de réhabilitation d’une route pilote a été réalisé au centre ville en collaboration avec le conseil municipal. Une étude d’évaluation des compétences de la société et d’identification des besoins de formation en matière d’économie verte a été, par ailleurs, élaborée.
L’intervention de l’OIT a également concerné d’autres zones dans le gouvernorat de Gafsa, à l’instar de Sidi Aich, où un groupe de jeunes a été formé à la production des fromages et assisté dans la mise en place d’une fromagerie artisanale.
Jad Ben Hadj Boubaker a affirmé, à ce titre, que la première phase du programme était une phase pilote visant à évaluer la rentabilité financière et les aspects pratiques des initiatives lancées.
Et d’ajouter « les points forts de ce programme résident dans la capacité de réaliser des projets globaux dans l’objectif d’améliorer l’infrastructure, de fournir les petits équipements nécessaires, d’accompagner et de former les bénéficiaires du programme« .
L’objectif principal étant, selon lui, de « favoriser la création d’emplois productifs, d’appuyer le développement économique local et de renforcer l’intégration professionnelle des catégories défavorisées« .

par -

La société tuniso-italienne Sergaz a signé, mercredi 29 Mars 2017, au siège du ministère de l’énergie, des mines et des énergies renouvelables, une convention de responsabilité sociétale, pour le soutien du gouvernorat de Kasserine, et la réalisation, en 2017, de projets de développement dans cette région, pour un coût de 500 mille dinars.
Le directeur général de Sergaz (ENI Group) Mohamed Agrebi, a fait savoir, à cette occasion que la société consacrera, à ce gouvernorat, une deuxième enveloppe de 500 mille dinars, en 2018, si les délais de réalisation des projets programmés pour cette année sont respectés.
Il est à noter que la société Sergaz assure le transit du gaz algérien vers l’Italie, sur 370 km, passant par la Tunisie, notamment par les gouvernorats de Kasserine, Kairouan et Nabeul. Agrebi, a affirmé, à ce titre l’engagement de la société à contribuer au développement régional de ces trois gouvernorats.
Il a assuré qu’ENI consacre plus d’un million de dinars par an au financement des projets sociaux et de développement régional en Tunisie.
De son coté la ministre de l’Energie, des mines et des énergies renouvelables, Hela Cheikhrouhou a affirmé que la société Sergaz a investi 2100 mille dinars dans des projets sociaux et économiques entre 2014 et 2016.
Le gouverneur de Kasserine, Hassan Khedimi a indiqué que ce financement sera investi dans certains projets éducatifs et de santé et d’adduction de l’eau potable dans la région.

par -

L’ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie, Patrice Bergamini a affirmé, samedi 18 mars 2017, que l’UE œuvre à développer les domaines de coopération avec la Tunisie et à promouvoir ses interventions en faveur des régions intérieures prioritaires dont le gouvernorat de Kasserine, rapporte la Tap.
Lors d’une visite au gouvernorat de Kasserine, Bergamini s’est informé des projets réalisés et ceux en cours dans la région, moyennant un financement de l’UE. Parmi ces projets, le centre intermédiaire de santé publique à la cité Salam (600 mille dinars).
Il s’est rendu également à l’unité de production de fromage naturel à Sbeitla, au collège pilote Ibn Roched et au siège du groupe « artisans solidaires ».
Cette visite a pour objectif de prendre connaissance des besoins de la région et s’informer de ses richesses et spécificités agricoles et industrielles en vue de mieux orienter les interventions de l’UE à l’avenir vers les secteurs et activités prioritaires, a précisé Nabil Naceuf, coordinateur des projets au sein de l’UE.

par -

Le député Front populaire de la circonscription de Kasserine, Aymen Aloui, a indiqué qu’une rencontre a réuni, mercredi 8 mars 2017, le chef du gouvernement et nombre de ministres avec des élus de la région de Kasserine, rapporte la Tap.
Lors de cette réunion, l’accent a été mis sur la nécessité d’engager un dialogue constructif sur le développement et la situation socio-économique dans la région, a-t-il dit dans une déclaration de presse au Palais du Bardo.
Aymen Aloui a précisé que la situation se présente comme suit : difficultés de financement des PME, absence d’investissement, problèmes de l’usine de papier Alfa, engorgement des établissements éducatifs, manque d’équipements et de médicaments dans les établissements hospitaliers. Il s’agit, aussi, des sit-in observés par les diplômés sans-emploi.
La rencontre a, également, permis d’évoquer l’infrastructure de la région, notamment la ligne ferroviaire qui traverse le centre ville et gêne le quotidien des kasserinois et le développement en général ainsi que le manque du nombre de cadres au gouvernorat et dans les délégations.
Les députés ont demandé à ce que cette ligne de chemin de fer soit enlevée.
Aymen Aloui a confié qu’il a été convenu de laisser au gouvernement le temps (un mois) d’examiner toutes ces questions et de répondre, ensuite, aux députés. Selon lui, « ces revendications sont pressantes (…) et nécessitent d’être traitées de façon sérieuse ».

par -

Une source médicale au sein de l’hôpital régional de Kasserine a assuré à Jawhara Fm, qu’un militaire a été blessé au niveau de la jambe lors des affrontements armés survenues, ce matin, entre l’Armée et des éléments terroristes à Mont Sammema.

Le militaire blessé subit actuellement une intervention chirurgicale, a ajouté la même source.

par -

Une délégation française de la région PACA (Provence-Alpes-Côte d’azur) est en visite de deux jours (15-16 février 2017), à Kasserine, avec au programme une tournée dans les sites archéologiques de Sbeila, Thala, Haïdra et Fériana qui regorgent de mosaïques romaines, rapporte l’agence Tap.

La délégation composée notamment de Jean-Yves Astruc, représentant de la région PACA et de Christian Mourisard, président du réseau AVEC (Alliance de Villes Euro-méditerranéennes de Culture), a eu, mercredi, une séance de travail au siège du gouvernorat de Kasserine axée sur la valorisation de la Mosaïque.
Le programme consiste à former en France des mosaïstes et à créer des galeries ouvertes au public, un peu partout dans la région de Kasserine. Un tableau de mosaïque romaine à Haïdra sera transféré, en France, pour restauration et réinstallé, à Kasserine, pour symboliser de la région et son patrimoine archéologique.
Les régions de Kasserine et de PACA sont liées, depuis 2012, par un accord cadre de coopération décentralisée visant l’échange de compétence et d’expérience dans le développement régional, la formation professionnelle, l’emploi, le tourisme, la culture, l’économie solidaire et l’action humanitaire, médicale et paramédicale.

par -

Les unités de la sûreté nationale de Kasserine ont traqué, dans la soirée de samedi 11 février 2017, un véhicule de contrebande sur une distance de 25 kilomètres sur la route reliant Cité Ezzouhour et la ville de Tlabet au gouvernorat de Feriana, rapporte Jawhara Fm.

Le conducteur du véhicule de contrebande ne s’est pas soumis aux ordres des forces de sécurité de s’arrêter, a rapporté la même source.
Le véhicule a percuté un arbre mettant fin à la course-poursuite. Après vérification, le contrebandier s’est avéré être un agent de la sûreté nationale.
Il a été mis en garde à vue en attendant son transfert devant la justice, indique la même source.

par -

La société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) a annoncé, dans un communiqué, que plusieurs villes tunisiennes, dans les gouvernorats de Kasserine, Bizerte, Béja et Jendouba, ont connu lors de la nuit du lundi au mardi 7 février, des vents forts dépassant localement les 100 km/h, causant plusieurs dégâts matériels et des coupures d’électricité suite à la chute de poteaux.

La STEG a par ailleurs annoncé la mobilisation de ses équipes techniques afin de remédier à ces coupures.

par -

L’Agence de promotion des investissements agricoles (APIA) à Kasserine a approuvé 775 opérations d’investissement durant l’année 2016, a indiqué le directeur régional de l’APIA Jamel Chatti à l’agence Tap.

D’un montant total de 5,4 Md, ces investissements devront créer 814 emplois. Ces investissements seront réalisés notamment dans des projets d’arboriculture et de culture des légumineuses, d’acquisition d’équipements agricoles et d’économie d’eau d’irrigation, de forage de puits et de création d’unités de collecte de lait.
La part de Lion dans ces investissements revient aux délégations de Sbeitla, Foussane et Sebiba, a précisé la même source.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

A l’occasion de l’Assemblée générale de Medef International qui s’est tenue mercredi 17 mai 2017, Medef et Medef International ont rappelé la priorité donnée...