Tags Posts tagged with "mise à niveau"

mise à niveau

par -
0
Mohsen Hassen qui vient d’être nommé ministre du Tourisme

La dernière touche est en train d’être mise  à la 2ème phase du programme de mise à niveau des circuits de distribution qui sera soumis prochainement au conseil des ministres, a déclaré le ministre du Commerce, Mohsen Hassen, ce samedi en visite au marché de gros des fruits et légumes de Tazarka.

Ila ajouté  que les efforts sont déployés pour accélérer la mise à niveau des marchés de gros dans plusieurs gouvernorats, améliorer leur infrastructure de base et leurs équipements, développer leurs méthodes de gestion et adopter la balance électronique.

Le ministre a encore, annoncé la création, dans le cadre de ce programme d’un marché de gros dans la ville de Kélibia pour des crédits globaux de 2 millions de dinars. Il a par ailleurs, assuré que tous les produits de consommation de base sont disponibles dans les différents gouvernorats de la république, relevant la baisse sensible des prix par rapport aux premiers jours de ramadan.

Le ministère du commerce œuvre à améliorer l’approvisionnement des marchés et à maîtriser les prix en vue de préserver le pouvoir d’achat des catégories défavorisées, a t-il conclu.

par -
0

Il est prévu que les travaux de mise à niveau, de modernisation et d’extension du dépôt d’hydrocarbures dans la zone pétrolière de la Goulette démarrent prochainement. C’est ce qu’a annoncé le directeur général adjoint de la société Agil, Habib Mlawah.

Lors d’une rencontre avec Africanmanager, il a précisé que les travaux vont durer 24 mois, sachant que ce projet coûte environ 50 millions de dinars

par -
0

Les effets pervers de l'Accord de Libre- Echange Complet et Approfondi (ALECA) inquiète l’UTAP.

L’Union tunisienne de l’Agriculture et de la pêche (UTAP) a fait part, samedi, lors d’un débat, de son inquiétude concernant les effets pervers de l’Accord de Libre- Echange Complet et Approfondi (ALECA) avec l’Union Européenne sur le secteur agricole tunisien. La partie européenne aspire, à travers cet accord, à un démantèlement des tarifs douaniers sur tous les produits échangés y compris ceux de l’agriculture, ont rappelé les intervenants. La Tunisie veut, de son côté, fixer une liste de produits qui ne feront pas l’objet de la libéralisation totale afin de protéger l’agriculture tunisienne, pas encore prête à la concurrence européenne.

D’après des statistiques de l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE), 75% des exploitations agricoles sont de petite taille (10ha par exploitant) et 80% des éleveurs tunisiens sont des petits éleveurs (3 vaches par éleveur), alors qu’en France, la taille moyenne de l’exploitation est de 50 ha et 50 vaches pour chaque agriculteur. Autre disparité, celle des subventions. La Tunisie consacre 350 MD (près de 160 millions d’euros) à plus de 517 mille agriculteurs, alors que la France mobilise 8 millions d’euros pour un nombre similaire d’agriculteurs.

« Il ya, d’un côté, une agriculture efficace et de l’autre une agriculture non-modernisée caractérisée par une moyenne d’âge élevé et un niveau de compétitivité d’agriculteurs faible », a commenté Amor Béhi, vice-président de l’UTAP. La libéralisation des échanges des produits agricoles sera dans ce cas « catastrophique » pour les agriculteurs tunisiens et du coup sur le tissu rural dans les zones rurales, ont jugé des intervenants à ce débat.

Encore, selon les résultats d’une récente étude réalisée par l’IACE, le secteur agricole tunisien doit, pour supporter les effets de cette ouverture, augmenter ses exportations de 8% par an, et ce, à travers l’augmentation du total de la superficie des terres arables de 19%à 25% (soit l’équivalent de 0,26 ha par habitant à 0,28 ha par habitant). Sa productivité doit s’accroitre de 5% annuellement, le taux de la valeur ajoutée du secteur doit atteindre 13% contre 10,8% avec une réduction des taxes douanières de 12% contre 14,22%.

Pour Leith Ben Bechr, président du Syndicat des agriculteurs de Tunisie (SYNAGRI), le développement du secteur agricole en Tunisie nécessite l’adoption de réformes visant l’amélioration de la compétitivité des agriculteurs tunisiens. Il s’agit en outre d’accorder des avantages à cette catégorie afin de permettre aux agriculteurs de résister à la concurrence de leurs homologues européens.

Le syndicat préconise en outre de lutter contre le morcellement des terres agricoles, de résoudre les problèmes de certaines filières (lait et céréales) et de regrouper les agriculteurs au sein de coopératives, ce qui permettra de mobiliser un appui financier et de résister à la concurrence internationale.

Pour Aboubaker Karray, directeur général des études de planification au ministère de l’Agriculture, l’ALECA n’est pas un objectif en lui-même, il devait plutôt être un moyen de renforcer les performances de secteur agricole.

Pour ce faire, il a recommandé de faire participer les organisations professionnelles et la société civile aux négociations officielles sur l’ALECA afin d’aboutir à des recommandations pratiques susceptibles d’éviter les risques inattendus de la libéralisation totale du secteur agricole.

Karry a souligné encore la nécessité de mettre en œuvre un dispositif performant pour conformer les produits agricoles aux exigences phytosanitaires et assurer par conséquent le devenir des filières agricoles.

Evoquant le cas de l’huile d’olive, Abdellatif Ghédira, directeur exécutif du conseil oléicole international à Madrid, a affirmé que le produit tunisien est très compétitif, mais les exploitations sont les moins rentables dans le monde, parce que la filière oléicole n’a pas la capacité de stabiliser le rendement en raison de la rareté de l’eau (8% seulement des oliveraies se situent dans des périmètres irriguées). Pour cela, il a recommandé d’intégrer les volets de l’investissement, de la qualité et du contrôle sanitaire dans les négociations officielles sur l’ALECA.TAP

par -
0

Le dispositif qui permettra à terme d’améliorer les prestations de 100 entreprises tunisiennes a été mis en place ce mercredi 17 février 2016. Pour rappel, ce programme est le fruit d’un partenariat entre la Tunisie et le Japon. Il s’achève en 2019 et englobe la formation de cadres tunisiens sur les moyens d’accompagner les entreprises dans cette nouvelle démarche qualité.

Le ministre de l’Industrie, Zakaria Hamad, a affirmé que les fonds affectés au programme de mise à niveau ont atteint un chiffre jamais égalé l’an dernier : 1021 millions de dinars. Les autorités attendent de cet effort financier sans précédent la dynamisation de toute l’industrie tunisienne cette année.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Projet novateur en faveur des entreprises africaines et de leur croissance, l’Initiative AfroChampions vient d’être officiellement lancée à Bamako, au Mali, lors d’un diner...