Tags Posts tagged with "négociations"

négociations

par -

Les agents des recettes fiscales, de la comptabilité publique et de recouvrement ont poursuivi aujourd’hui, leur gréve générale entamée depuis hier, mardi 14 février 2017, et ce suite à l’échec des négociations entre les syndicalistes et le ministère de tutelle.

Cette grève vient suite à l’appel de la commission administrative sectorielle des finances et de la planification relevant de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT). Du coup, les bureaux de recettes de finances, les services régionaux et centraux des impôts ainsi que les directions générales de comptabilité, de recouvrement et d’impôts devraient fermer leurs portes et suspendront leurs services, pour deux journées, les 14 et 15 février 2017.

Les agents des recettes fiscales revendiquent la régularisation de leur situation professionnelle dont principalement l’élaboration d’un statut des agents de la fiscalité et du recouvrement

par -

Abdelkarim Harouni, président du conseil de la Choura au mouvement Ennahdha a assuré, lors de son passage, ce dimanche 29 janvier 2017 sur Mosaïque Fm qu’il n’est pas au courant de l’existence d’un remaniement ministériel actuellement.

« Nous faisons partie du gouvernement et nous négocions avec le chef du gouvernement. Il n’y aura aucun remaniement sans négociations avec les partis de la coalition gouvernementale », a-t-il ajouté à la même source.

par -

Selon des informations rapportées ce vendredi 27 janvier 2017 par le journal algérien « Al Khabar », le directeur de l’office de la présidence algérienne, Ahmed Ouyahia, a effectué cette semaine une visite, en catimini, ou officieusement si vous voulez, en Tunisie et a rencontré le dirigeant islamiste libyen Ali Salabi. C’était au domicile du leader du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, indique le journal.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des efforts pour résoudre la crise en Libye, a ajouté la même source.

par -

La reprise des négociations de paix en Syrie sous l’égide des Nations unies, qui était programmée le 8 février à Genève, a été repoussée jusqu’à la fin du mois, rapporte « Reuters ».

La Russie a été avec la Turquie et l’Iran l’un des parrains des discussions « préparatoires » qui se sont déroulées en début de semaine à Astana, au Kazakhstan, et n’ont débouché sur aucune avancée concrète, hormis une réaffirmation du cessez-le-feu qui est violé quotidiennement.

Les trois « garants » ont aussi promis d’oeuvrer à la mise en place d’un mécanisme de supervision de cette trêve mais la déclaration finale de la conférence n’a suscité ni l’adhésion des rebelles, ni celle du gouvernement de Bachar al Assad, qui a annoncé qu’il poursuivrait son offensive militaire près de Damas.

Selon Reuters, l’émissaire de l’Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura, a néanmoins estimé au terme des deux jours de discussions qu’il serait possible de relancer sur cette base le processus de Genèv

par -

Les négociations entre les rebelles et le régime syrien à Astana, au Kazakhstan, avancent bien, au point qu’on serait à deux doigts de poser sur la table une déclaration finale ce mardi 24 janvier 2017, alors qu’on en est qu’au deuxième jour des pourparlers de paix ! Il est vrai que la donne a radicalement changé dernièrement, les troupes de Bachar Al Assad, grâce à l’appui massif de la Russie, ayant porté des coups très sévères aux groupes rebelles. C’est donc une rébellion aux abois, pressée d’en finir pour épargner les dernières forces qui lui restent, qui s’est présentée au Kazakhstan, alors qu’il y a encore quelques mois elle ne voulait pas entendre parler d’une négociation avec le régime. Quant à Al Assad, dont le départ est de moins en moins exigé par ses adversaires, il veut ardemment stopper le déchiquetage du pays et rêve de retrouver son lustre d’antan, quand les chancelleries occidentales lui déroulaient le tapis rouge, lui et son épouse, voyant en eux le couple phare qui allait rayonner sur ce Moyen Orient si rétrograde…

Toutefois même s’il y a un accord sur un texte final, il ne sera pas ratifié par les deux parties, pour le moment il est question de le soumettre aux parrains de la rencontre, la Russie et la Turquie, et probablement à l’Iran, a confié à l’AFP un porte-parole des rebelles, Yehya al-Aridi. Mais il est certain que si ce projet aboutit à un cessez-le-feu définitif, au bout de 5 années de conflit meurtrier (plus de 310 mille morts, d’après l’OSDH), ce serait une victoire politique et diplomatique éclatante pour la Russie et la Turquie, qui sont en ce moment sur le banc des accusés en Occident, notamment en Europe, pour moult raisons, même si l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche pourrait rebattre les cartes. Russes et Turcs ont mené cette affaire seuls, de bout en bout, comme des grands, en excluant les Américains et les Européens. Il est évident qu’ils pourraient en tirer un gros bénéfice s’ils écartaient cette épine du chemin de Trump, qui a déjà fort à faire sur le front interne…

« Si les choses se passent bien, comme prévu, aujourd’hui sera le dernier jour » du dialogue à Astana, a précisé à l’AFP M. Aridi. A souligner que c’est le médiateur et envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, qui est à la manoeuvre et qui aide les parties en conflit à accorder leurs violons. D’ailleurs il a confirmé ce mardi que que la déclaration finale était à portée de main et qu’on devrait déboucher sur un dispositif de contrôle pour s’assurer que la trêve, en vigueur depuis le 30 décembre 2016, tiendra dans la durée, malgré quelques accrochages récurrents…

par -

Ce lundi s’ouvrent les négociations entre les émissaires du président Bachar al-Assad et les rebelles syriens, qui devraient tenter de s’accorder sur la consolidation du cessez-le-feu, rapporte l’AFP.

Selon la même source, les membres des différentes délégations sont arrivés, dans la journée du dimanche 22 janvier 2017, dans la capitale kazakhe pour des négociations qui doivent rassembler pour la première fois le régime de Damas et des combattants rebelles, les opposants politiques restant cette fois cantonnés à un rôle de conseillers.

par -

Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé que les négociations entre le régime et les rebelles, prévues pour lundi prochain à Astana, au Kazakhstan, allaient être centrées sur le renforcement du cessez-le-feu, en vigueur depuis fin décembre, rapporte l’AFP.

Les négociations, parrainées par la Turquie qui soutient les rebelles, et par la Russie et l’Iran alliés du régime, doivent s’ouvrir lundi dans la capitale du Kazakhstan. Moscou et Ankara ont imposé un cessez-le feu entre les forces du régime et les rebelles le 30 décembre, qui survit vaille que vaille malgré des accès de violences disparates, notamment près de Damas.

La majorité des groupes rebelles ont annoncé qu’ils participeraient aux pourparlers d’Astana. Le principal, Ahrar al-Cham, a en revanche refusé de s’y joindre, a indiqué la même source.

par -

Une réunion de la commission mixte tuniso-nippone aura lieu, au cours du premier semestre de l’année 2017, indique un communiqué rendu public lundi, par le département des Affaires étrangères et rapporté par l’agence Tap.
Cette décision a été prise par le ministre des Affaires étrangères, Khemaïes Jhinaoui et le ministre d’État japonais aux Affaires étrangères Kentaro Sonora, en marge de la Conférence pour la paix au Proche-Orient organisée, dimanche, à Paris.
Au cours d’un entretien, les deux responsables ont réaffirmé l’engagement à renforcer les relations de coopération bilatérale et à intensifier l’échange de visites de haut niveau.
Le ministre des Affaires étrangères, Khemaïes Jhinaoui a participé, dimanche à Paris, à la conférence pour la paix au Proche-Orient.
Organisée dans le cadre de l’initiative diplomatique française de la paix, cette conférence vise, notamment, à baliser le terrain pour la reprise des négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens.

par -

Le secrétaire général de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Houcine Abassi a déclaré lors d’une conférence de presse tenue, ce mardi 15 novembre 2016, par le syndicat de l’enseignement secondaire que  la non-mise en œuvre des accords signés par le gouvernement aura des conséquences graves.

Il a ajouté, dans une déclaration rapportée par Mosaïque Fm, que la politique du gouvernement conduira à la rupture du dialogue social et à la montée de la tension sociale.

Abassi a affirmé également que l’UGTT s’apprête à entamer les négociations relatives aux majorations salariales dans le secteur privé au titre des années 2016 et 2017.

par -

Le président exécutif de l’Unité technique d’Agadir, Fethi Hzaima, a déclaré ce lundi 14 novembre 2016 que deux pays vont rejoindre l’accord d’Agadir : Il s’agit de la Palestine et du Liban.

Dans une déclaration à la presse en marge de sa participation à un atelier qui se tient actuellement à Tunis portant sur l’évaluation de l’accord d’Aghadir, le responsable a précisé que les négociations par rapport à l’adhésion de ces deux pays sont déjà dans la phase finale.
Pour rappel, cet accord qui réunit déjà depuis le 25 février 2004 le Maroc, la Tunisie, l’Égypte et la Jordanie vise à faciliter les accords économiques et les échanges commerciaux entre les pays arabes méditerranéens, avec comme objectif la création d’une zone euro-méditerranéenne de libre-échange.

par -

Bouali Mbarki, secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), a nié l’intention de la centrale d’entrer en conflit avec le gouvernement en ce qui concerne le dossier de la majoration salariale.
Selon Mosaïque fm, le syndicaliste, qui n’a pas manqué de rappeler la position de l’UGTT par rapport à cette question, a appelé le gouvernement à tenir ses promesses conformément aux dispositions du document de Carthage.
Il a dans ce cadre signalé que l’UGTT s’est dit prête à négocier pour trouver une solution consensuelle sans pour autant faire peser plus de charges sur les salariés, a encore ajouté la même source.

par -

Le ministre du Transport, Anis Ghedira, a déclaré que les tractations avec l’Union Européenne autour de l’ouverture du ciel tunisien (Open Sky) avancent de manière considérable
Rencontré lors d’un atelier sur le démarrage de l’étude relative à la mise en place d’un plan directeur national des transports à l’horizon 2040, le ministre a ajouté que les efforts des deux parties se déploient afin de trouver d’ici fin décembre 2016 un compromis sur tous les points en relation avec ce sujet.
Le ministre a par ailleurs estimé la signature de la convention d’ici mars 2017, ce qui sera certainement un bon départ pour le secteur du transport mais aussi pour le tourisme tunisien.
Il est à rappeler que les négociations autour de cette question, bien qu’elles aient été retardées à maintes reprises, ont été enclenchées avec l’UE début Mars 2016 après un arrêt, pour s’étaler sur une dizaine de rounds en 2016 et 2017.

par -

Africanmanager vient d’apprendre que les concertations se poursuivent afin de résoudre la crise qui secoue les stations-services.

Une source bien informée a dans ce cadre précisé que les efforts se multiplient et l’on s’oriente vers la suspension de la grève de deux jours des agents des stations-services prévue pour demain mardi 4 octobre 2016 et après demain et ce, sur tout le territoire tunisien.

Ce qui se dit c’est que qu’on file vers la concrétisation des revendications des professionnels du métier…

A noter que cette grève vient à la suite d’une autre programmée pour le 23 septembre dernier, avant d’être reportée pour les 4 et 5 octobre 2016. Ce report a été décidé après qu’aucun accord sur la majoration salariale n’a été conclu avec la Chambre nationale des exploitants et propriétaires des stations-services de la Fédération générale de chimie relevant de l’UTICA.

par -

La Bourse de Tunis informe les intermédiaires en bourse et le public que les jours ouvrables pour les opérations de négociations, pour la semaine du 03 au 07 octobre 2016, sont : le mardi 04, le mercredi 05, le jeudi 06 et le vendredi 07 octobre 2016. Ainsi, il n’y aura pas de cotation Ce lundi 3 octobre 2016.

par -

Les négociations entre la Chambre syndicale nationale des gérants et propriétaires de stations-services relevant de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) et les autorités de tutelle concernant la hausse des salaires des employés de ce secteur ont échoué, rapporte ce jeudi 22 septembre 2016 le site Al chourouk Online.

C’est dans ce contexte que la grève des stations-services de tout le pays a été maintenue pour les 23 et 24 septembre courant, a ajouté la même source.

par -

Le secrétaire général adjoint de l’UGTT, Nourreddine Taboubi a annoncé l’échec des négociations entre la société Bouchamaoui Gaz du Sud et les autorités régionales.

Lors de son passage ce jeudi 8 septembre sur Mosaïque Fm, il a considère que la société a privé les employés de leur droit et a porté atteinte au droit du travail syndical en renvoyant le syndicat de la société.

par -

Hafedh Caïd Essebsi, directeur exécutif de Nidaa Tounes, a, une fois de plus, semé la zizanie dans son camp en tenant mordicus à être aux premières loges pour négocier les maroquins ministériels de son parti dans le gouvernement d’union nationale.

Lors des pourparlers avec Youssef Chahed, le nouveau chef du gouvernement, Hafedh Caïd Essebsi était à la tête d’une délégation qu’il avait lui-même entièrement composée, sans avoir consulté les organes de Nidaa Tounes, rapporte Jeune Afrique.
Et quand certains membres du bureau exécutif ont protesté pour exiger plus de démocratie dans les décisions et une meilleure représentativité, le fils du président de la République aurait rétorqué qu’il est « aux commandes » et que « ceux qui ne sont pas satisfaits peuvent partir ». Et tout ça en présence de leaders du parti tels que Moncef Sellami, Faouzi Elloumi, Nabil Karoui et Nacer Chouikh !

par -

Le groupement du secteur privé relevant de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) a annoncé, lundi, être en réunion ouverte face au blocage du processus de négociations sociales et à l’absence d’un accord cadre pour le nouveau round de négociations au titre de l’année 2016-2017.

Le groupement a publié un communiqué au terme de sa réunion, lundi, sous la présidence du Secrétaire général adjoint chargé du secteur privé, Belgacem Ayari, et du Secrétaire général adjoint chargé des législations et des conflits, Mouldi Jendoubi.

Le regroupement dénonce “l’atermoiement” de l’Union Tunisienne de l’Industrie et de l’Artisanat (UTICA) vis à vis de l’application de l’accord signé entre les deux organisations le 16 janvier 2016 stipulant l’ouverture des négociations sociales à partir du mois de mars dernier, et ce en dépit des réunions de négociations tenues, lit-on dans le communiqué.

Il exprime par ailleurs son étonnement face au refus persistant de plusieurs chambres représentatives d’hommes d’affaires de signer les avenants amendés relatifs à la majoration salariale au titre 2015.

Il se dit également “étonné” face à l’”omission” du gouvernement de verser la majoration des salaires minimums unifiés garantis en mai dernier, et de non publication du communiqué spécifique à la majoration salariale des ouvriers non soumis aux accords sectoriels et aux accords de l’entreprise.

Selon le groupement du secteur privé, l’UTICA et le gouvernement “sont responsables” du blocage des négociations sociales et du non respect de l’accord du 16 janvier 2016. Il souligne, dans ce sens, l’impératif de publier les avenants amendés relatifs à la majoration salariale restante au titre 2015 dans les plus brefs délais et invite la présidence du gouvernement à publier le communiqué spécifique à l’augmentation du salaire minimum unifié garanti et le communiqué spécifique à la majoration des ouvriers non soumis aux accords sectoriels.

par -

Le Secrétaire général-adjoint de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Bouali Mbarki, a affirmé mercredi à l’agence TAP que les négociations sociales pour le secteur privé devraient démarrer prochainement.
Mbarki a en outre confié, dans une déclaration à la TAP en marge d’une conférence syndicale sur le secteur du textile, tenue à Hammamet, qu’il existe des solutions pour débloquer la situation.
« Le Secrétaire Général de l’UGTT, Houcine Abbassi, s’est engagé à contacter la présidente de l’organisation patronale [Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, UTICA], Wided Bouchamaoui, pour examiner la possibilité de surmonter les obstacles qui entravent le démarrage de ces négociations, prévues en mars dernier », a-t-il indiqué.
Mbarki a, dans ce sens, appelé à respecter les accords et engagements signés afin d’assurer la crédibilité des négociations sociales « qui aborderont, secteur par secteur, les difficultés propres à chacun ».

par -

Une source d’un parti de l’Alliance au pouvoir a déclaré à l’agence TAP que le chef du gouvernement Habib Essid a annoncé aux partis de l’alliance qu’il déposera sa démission auprès du Président de la République dès la fin des négociations sur le gouvernement d’unité nationale.

La même source a assuré que Habib Essid avait déclaré que le Gouvernement publiera un communiqué qui corrigera les propos de son porte parole Khaled Chawket.

Il a ajouté que le chef du gouvernement leur a expliqué qu’il comptait démissionner dès le début mais qu’il avait déclaré le contraire pour pousser ses ministres à garder le même rythme de travail.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Le sort des banques publiques, les difficultés auxquelles elles font face et le dernier rapport de Fitch Rating ont été les principales questions soulevés...

AFRIQUE

Selon les données dévoilées par le ministère du Commerce algérien et reprises par APS, les produits alimentaires de large consommation ont vu leur prix...

SPORT