La remplaçante de la HAICA sera encore plus répressive

La remplaçante de la HAICA sera encore plus répressive

par -

Mehdi Ben Gharbia, ministre chargé des Relations avec les instances constitutionnelles, la société civile et les organisations des droits de l’Homme, est passé sur Shems FM ce mardi 20 février 2018 pour éclairer nos lanternes sur le projet de loi de l’audiovisuel. Il a défendu la nécessité d’une nouvelle loi pour mettre de l’ordre dans le secteur de l’audiovisuel. Ce nouveau cadre législatif va entériner la disparition de la HAICA (Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle) et son remplacement par une autre structure, avec un autre mode de désignation des membres. En effet les membres de cette nouvelle instance seront élus par les députés de l’ARP…

Le ministre a indiqué que cette loi donnera à ce nouvel organisme plus de pouvoirs que la HAICA, qu’elle corrigera les défaillances du décret-loi 116 chapeautant l’audiovisuel, notamment les faiblesses dans la possibilité d’exercer un vrai contrôle, d’édicter des mesures disciplinaires coercitives et une plus grande indépendance de l’instance.
Par ailleurs il a fait savoir que la nouvelle loi de l’audiovisuel tiendra compte des progrès technologiques des supports médiatiques et sera plus complète dans son approche. Il a précisé qu’une commission technique regroupant tous les acteurs du secteur de l’audiovisuel, notamment le Syndicat national des journalistes et le Syndicat des propriétaires des médias, a été créée. Ben Gharbia a fait allusion à l’affaire Sami Fehri, en prônant l’apaisement pour «éviter les quiproquos et instaurer un dialogue entre les deux parties», en ajoutant qu’il avait convié à la réunion «des syndicats en tant que structures et non des représentants des médias en tant qu’individus»…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire