AccueilLa UNETunisie : L’Exécutif décousu face au terrorisme !

Tunisie : L’Exécutif décousu face au terrorisme !

Alors que les groupes terroristes coulent des mois sabbatiques depuis le fiasco de l’attaque de Ben  Guerdane, les Tunisiens, autorités et citoyens, pourraient être  tentés de s’abandonner à un relatif relâchement, en baissant la garde, pensant peut-être et sans doute à tort que le terrorisme a été terrassé et n’a plus de chance de se relever en Tunisie.

- Publicité-

Certes, la bataille de Ben Guerdane a tourné à la débâcle pour les assaillants ; il est vrai aussi que le raid américain contre la camp de jihadistes de Sabrata en Libye a porté un coup  dur à Daech, sans parler des revers  de ce dernier à Syrte qui était son fief majeur dans le pays voisin. Mais tout cela ne doit pas donner à penser que la menace terroriste a cessé d’exister pour ce qui est de la Tunisie. L’Armée et les forces de sécurité en sont certainement conscientes. Le gouvernement aussi, même si ses expressions de vigilance prennent plus les formes de tournées de popotes que d’une mobilisation sans faille des capacités militaires et sécuritaires.

Visiblement, les réponses à la menace terroriste sont le plus souvent éparses, faites en réaction à des actes bien déterminés, manquant d’une véritable coordination entre tous les corps armés, et surtout d’une instance suprême qui régente le tout, c’est-à-dire toute la chaîne antiterroriste de l’amont à l’aval et en chemin.

L’ICG (International Crisis Group) vient de pointer cette lacune en engageant les  autorités tunisiennes à « impérativement publier et mettre en œuvre une stratégie antiterroriste fondée sur une approche multidimensionnelle, faisant de la prévention une priorité, et prévoyant un dispositif de consultation ». Il s’agit d’apporter une réponse coordonnée à ce phénomène et de bâtir un consensus plus large, précise l’ICG qui souligne la « priorité de surmonter les blocages, en grande partie institutionnels et administratifs, qui ont retardé le lancement d’une telle stratégie depuis la promulgation de la nouvelle Constitution en janvier 2014, de publier et de mettre en œuvre une stratégie de lutte contre la menace jihadiste, susceptible de déstabiliser le pays et de le pousser vers la tentation autoritaire, ce qui requiert une meilleure gouvernance publique ». Sinon, « la radicalisation des franges les plus vulnérables de la population risquerait de se poursuivre, ce qui constitue l’un des objectifs premiers des groupes jihadistes », prévient-il.

Les deux têtes de l’exécutif sont mal coordonnées. Les blocages administratifs intra et interministériels sont nombreux, et les commissions ad hoc dédiées à la lutte antiterroriste sont peu fonctionnelles, et risquent de compliquer la prise de décision, relève Crisis group. Et pour y remédier, il recommande la création du poste de haut-commissaire chargé de la lutte antiterroriste, doté du statut de ministre auprès de la présidence du gouvernement. Ce dernier devrait améliorer la coordination entre les deux têtes de l’exécutif, les ministères, les services et directions ministérielles (sécuritaires et non sécuritaires), et les diverses commissions administratives ad hoc chargées de la lutte antiterroriste. Il devrait pouvoir épauler le travail plus analytique du président de la Commission nationale de lutte contre le terrorisme (à savoir la mise au point de la stratégie) tout en dynamisant la gouvernance publique.

Au demeurant, le président de la République et le chef du gouvernement devraient définir leurs rôles respectifs dans le domaine sécuritaire de manière consensuelle sans qu’il soit nécessaire de réviser la Constitution.

Ainsi le chef du gouvernement devrait renforcer ses mécanismes de coordination interministérielle, à savoir la Commission nationale de lutte contre le terrorisme et la Cellule de suivi de la gestion sécuritaire, afin de dépasser les résistances bureaucratiques et clientélistes qui affaiblissent la chaîne de commandement au sein de chaque ministère, notamment du ministère de l’Intérieur.

Surtout, le haut-commissaire chargé de la lutte antiterroriste, qu’il devrait nommer doit être  indépendant politiquement, spécialiste juridique et possédant une expérience en gestion sécuritaire. Celui-ci serait en mesure d’épauler la Commission nationale de lutte contre le terrorisme et d’améliorer la coordination entre le président de la République et le chef du gouvernement, ainsi qu’entre les différents ministères et autres structures bureaucratiques ad hoc (sécuritaires et non sécuritaires) compétentes dans le domaine antiterroriste, souligne ICG.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,567SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles