Tunisie : Tout sur les 117 affaires de corruption déférées devant la...

Tunisie : Tout sur les 117 affaires de corruption déférées devant la justice

par -

L’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC) vient de dévoiler les principaux dossiers de corruption qu’elle a déférés devant la justice au cours des 11 premiers mois de 2017. Ils portent notamment sur des faits de détournement de fonds publics, de manipulation de résultats de concours de recrutement, sur les marchés publics, les entraves à l’exécution des décisions de justice où sont impliqués des responsables de certains ministères, entreprises publiques et privées.

Dans son rapport, l’Instance indique que les opérations d’investigation menées entre le début de l’année en cours et le 30 novembre ont permis de déférer 117 affaires de corruption devant la justice. Les soupçons portaient sur plusieurs départements ministériels outre la direction générale de la Douane ainsi que sur le secteur privé (information, sociétés de recouvrement, banques…).

Falsification de poinçons de maître en bijouterie

Le document de l’INLUCC indique que les principaux dossiers déférés au Parquet des différents tribunaux de première instance comprennent 14 plaintes relatives au ministère des Finances dont des responsables de son ressort soupçonnés de prévarication et de corruption au niveau des recettes des finances, des ordonnateurs de dépenses, des circuits de distribution du tabac et des alcools et du secteur de la bijouterie pour falsification du poinçon de maître.

Quelque huit dossiers concernent le ministère de la Santé dont des fonctionnaires sont soupçonnés de faits de corruption et de prévarication tels que le vol de médicaments et d’équipements médicaux au sein de la Pharmacie centrale, de la polyclinique d’El-Omrane et de l’hôpital d’Ettadhamen, ainsi de fraude dans l’inscription des patients.

Pour ce qui est du ministère de l’Education, cinq dossiers ont été déférés devant la justice ayant trait à des soupçons de corruption pesant sur des fonctionnaires d’écoles primaires er d’établissements de l’enseignement secondaire et quatre relatifs à des cadres du ministère de l’Enseignement supérieur pour leur rôle dans des marchés publics concernant des restaurants universitaires et des établissements universitaires.

Marchés publics

Le rapport de l’INLUCC fait état de 3 affaires où sont impliqués l’agence technique de transport terrestre et la compagnie Tunisair, sous la tutelle du ministère du Transport. Le ministère des Affaires locales et de l’environnement, lui, est cité dans 8 dossiers portant sur des faits de corruption financière et administrative et de manipulation de marchés publics et d’octroi d’autorisations impliquant des fonctionnaires municipaux à Nabeul, Sidi Bouzid, Msaken et Monastir.

Quant au ministère de la Justice, il doit répondre de 4 dossiers où sont impliqués des fonctionnaires et préposés au greffe pour falsification de documents et de manipulation de données personnelles de justiciables.

Le ministère des Affaires sociales est concerné, pour sa part, par 3 affaires de corruption impliquant des responsables et directeurs de centres de protection et d’hébergement, ainsi que de la CNSS.

33 dossiers de corruption dans le secteur de l’information

Dans le secteur de l’information, 33 affaires ont été déférées devant la justice pour atteinte et outrage à des fonctionnaires de l’Etat à travers les réseaux sociaux.

D’autre part, 3 dossiers ont été portés en justice pour des faits de corruption reprochés à des cadres de la sûreté soupçonnés de falsification de passeports et de cartes d’identité nationale.

Concernant le ministère de l’Agriculture, il est fait état de 5 plaintes pour entrave à l’exécution de décisions de justice déposées contre la direction des forêts, l’ONAS, et des directions régionales agricoles.

L’INLUCC indique avoir reçu des dossiers de corruption relatifs à des faits de corruption aux ministères des Domaines de l’Etat, de la Jeunesse et sports, et de l’Equipement, outre deux dossiers concernant la direction générale de la Douane au sujet de l’exportation d’huiles subventionnées.

Enfin, 5 dossiers ont été déférés devant la justice pour corruption dans le secteur des services et des banques.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire