4 signataires du Document de Carthage pour le changement du gouvernement...

4 signataires du Document de Carthage pour le changement du gouvernement Chahed. 5 contre

par -

Quatre signataires du Document de Carthage se sont déclarés pour la nécessité de changer le gouvernement de Youssef Chahed. Il s’agit de l’UGTT, de Nidaâ Tounès, de l’UNFT et de l’UPL, rapporte mardi  Shems fm.

La même source ajoute que cinq signataires se sont prononcés contre, à savoir l’UTICA, Al-Maçar, le mouvement Ennahdha, l’UTAP et Al-Moubadara.

Ce 2ème groupe soutient qu’il n’appartient au Document de Carthage de connaître de telles questions.

Le Document  a été paraphé en attendant la signature finale , vendredi prochain. La question de changement du chef du gouvernement Youssef Chahed a été déférée au président de la République, précise la même source.

1 COMMENTAIRE

  1. Malheureusement pour le grand public qui subit les turbulences politiques qui ont des effets directes sur sa vie au quotidien.
    Pourquoi Chahed et pas d’autres ? Pourquoi (X) et pas (Y) ? Est ce une affaire de haine et de règlement de comptes ? Est-ce une lutte de clans politiques et financiers ? Est-ce dicté par d’autres influences internationales pour déstabiliser la Tunisie encore une autre fois? C’est vraiment choquant pour les Tunisiens qui on vécu des décennies sous une stabilité imposée par la force de vivre de la même manière une instabilité imposée et camouflée sous le signe de démocratie.
    Les pays qui se sont développés ont respecté le principe de spécialisation dans tous les domaines et dans tous les domaines sociaux, économiques, scientifiques, techniques etc.
    Or, chez nous les choses ne sont pas pareilles et l’irrespect du rôle de chacun dans le temps et dans l’espace est très flagrant. Imaginons un gool d’une équipe de foot s’entête à marquer des buts à la place d’un attaquant ou vice versa et que l’entraineur laisse faire ? Que peut être le sort de cette équipe ? De même, on assiste au un désordre dans nos équipes politiques en Tunisie qui déclenche le désarroi du public et des affrontements incalculables.
    A qui profite la conséquence d’une misère imposée à la société Tunisienne qui voit sa monnaie se dégrader et l’effort de sa laborieuse population se dévaluer d’un jour à l’autre ? Les effets des échecs politiques et de l’ingérence des sociétés dites civiles ont hypothéqué l’avenir des futures générations et ont provoqué l’exode incontrôlé des richesses matérielles et immatérielles du pays.
    Mais qui et quand se met en place une justice publique courageuse, indépendante, compétente, disciplinée et déontologiquement irréprochable pour venir au secours aux Tunisiens victimes des agissements de leurs responsables ?
    Ces mêmes responsables de l’indiscipline sociale et du désordre prémédité vont accentuer le banditisme, et la rupture des bons rapports sociaux seuls capables avec l’amélioration de la perception du travail à éviter le pire au pays.
    Chahed et l’après Chahed ne peuvent pas faire de bons résultats sans discipline et stratégie constructive, avec un organe de justice capable de juger et de stopper les malfaisants qui profitent de notre vie et de nos maigres richesses matérielles et immatérielles.

Laisser un commentaire