AccueilActualitésLa ministre de la femme appelle à la création d'une commission spécifique...

La ministre de la femme appelle à la création d’une commission spécifique aux droits de l’enfant au sein de l’Instance constitutionnelle des droits de l’Homme

La ministre de la femme, de la famille et de l’Enfance, Samira Merai Friaa a appelé, mardi, à la création d’une commission spécifique aux droits de l’enfant au sein de l’instance constitutionnelle des droits de l’Homme.
Lors d’une conférence intitulée  » Paroles d’enfants « , Friaa a indiqué que son département en collaboration avec les instances constitutionnelles et la société civile, œuvre pour la création d’une commission spécifique aux droits de l’enfant au sein de l’instance constitutionnelle des droits de l’Homme, précisant à ce propos que la proposition fait encore l’objet de concertation et de débat avec les experts.
« La discussion est en cours en vue de créer une simple unité de suivi des droits de l’enfant au sein de l’Instance » a-t-elle lancé.
S’appuyant sur les expériences internationales et les besoins nationaux dans le domaine des droits de l’enfant, l’unité en question aura pour fonction de diffuser la culture des droits de l’enfant, d’œuvrer à réviser les législations et les politiques générales ainsi que d’élaborer des rapports de suivi sur la consolidation des droits de l’enfant en Tunisie », a fait savoir la ministre.
Présidée par une personnalité nationale indépendante, l’unité en vue sera composée d’une équipe pluridisciplinaire (sociale, juridique, éducative) ayant pour mission d’assurer le suivi des dossiers au niveau national et local à travers des visites de terrain en coordination avec les structures gouvernementales et non gouvernementale et les instances nationales et internationales concernées, a-t-elle révélé.
Réagissant au projet de loi sur la création de l’instance constitutionnelle des droits de l’Homme, Latifa Guizani, vice-présidente de l’Association Tunisienne des Droits de l’Enfant (ATDDE) a mis l’accent sur les  » lacunes  » qui entachent le projet de loi, citant à ce propos, la sous-représentation de l’enfance et l’absence de dispositions adaptées aux spécificités des enfants.
De son côté, Georges Gonzalez, représentant du bureau de l’Unicef en Tunisie a souligné l’appui de l’organisation aux efforts de la Tunisie pour la mise en place une instance répondant aux besoins des enfants et permettant de transmettre leurs voix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,919SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles