AccueilLa UNE«African Lion» n’a pas fait parle que la poudre en Tunisie…

«African Lion» n’a pas fait parle que la poudre en Tunisie…

Perchée entre l’Algérie à l’ouest et la Libye au sud-est, la Tunisie partage la plupart de ses frontières nord et est avec la mer Méditerranée. Le sud de la Tunisie s’étend dans le paysage aride du désert du Sahara, où l’eau est rare et les tempêtes de sable fréquentes.
Du 29 avril au 10 mai, 2 500 participants multinationaux à l’exercice African Lion 2024 (AL24) ont élu domicile dans ce paysage varié et essentiellement sec, nommément la zone de Ben Ghilouf, dans le Sud tunisien. L’exercice a vu l’infanterie s’entraîner au tir réel, les unités d’artillerie tirer des obusiers M777 et des systèmes de roquettes d’artillerie à haute mobilité (HIMARS), tout en s’associant aux forces armées tunisiennes pour renforcer l’interopérabilité et l’état de préparation.

Outre les munitions, les mortiers et les roquettes, tous les participants avaient besoin d’eau. « C’est la première fois que nous participons à African Lion », a déclaré le sergent-chef Casey Pilcher, spécialiste de la purification de l’eau au sein de la 651e compagnie de quartier-maître, 364e commandement de soutien expéditionnaire. « Nous sommes très enthousiastes à l’idée de nous rendre en Tunisie et de montrer ce que nous pouvons faire.
Après plus d’une journée de voyage depuis Evansville,  de l’Etat du Wyoming,  l’unité a été chargée du rôle vital de purifier l’eau tout au long de l’exercice. Ce faisant, elle a également renforcé les partenariats entre les États-Unis et la Tunisie, souligne Defense Visual Information Distribution Service (DVIDS).

« Les années précédentes, les opérations de lavage ont sérieusement épuisé les nappes phréatiques tunisiennes », a déclaré le major Travis Michelena de l’armée américaine, planificateur du soutien de théâtre. « Cette année a changé la donne. Nous ne tirons même pas l’eau du sous-sol ou de puits ; elle provient directement de la mer Méditerranée ».
Les opérations de lavage comprennent le nettoyage détaillé des équipements et des véhicules avant leur chargement sur un navire maritime en vue de leur expédition vers le pays d’origine. Compte tenu de la taille de certains véhicules, une quantité importante d’eau doit être consommée pour accomplir cette tâche.

Les membres de la compagnie sont des experts dans la science de la purification de l’eau, une compétence cruciale pour la survie sur n’importe quel théâtre d’opération. Grâce à leur entraînement intensif, ces soldats excellent dans l’approvisionnement en eau à partir de divers réservoirs environnementaux, la filtrent selon les normes les plus élevées et la distribuent pour une multitude d’usages.

Ne pas toucher aux nappes phréatiques

En Tunisie, où la pénurie d’eau est depuis longtemps un défi, leur expertise a pris une importance accrue.
« Nous utilisons une unité de purification de l’eau par osmose inverse », explique  Pilcher. « Fondamentalement, elle transforme l’eau de mer, même avec des niveaux de salinité élevés comme ceux de la Méditerranée, et la convertit en une ressource vitale. »
L’unité a également passé du temps avec ses partenaires des forces armées tunisiennes, qui utilisent un processus de purification similaire, mais ne l’ont pas utilisé lors des exercices précédents. Pour un événement d’entraînement de grande envergure comme AL24, il est essentiel de prévenir l’épuisement des nappes phréatiques.

Cette avancée permet non seulement d’améliorer les capacités opérationnelles des deux pays, mais aussi de favoriser la bonne volonté et la collaboration à l’échelle mondiale.
En exploitant la puissance de la purification de l’eau de mer, l’unité atténue l’impact sur l’environnement tout en répondant aux exigences élevées des opérations militaires. À AL24, cela a permis de résoudre deux problèmes cruciaux. L’unité a produit de l’eau potable pour réduire la dépendance à l’égard des bouteilles d’eau en plastique et, deuxièmement, l’eau purifiée utilisée pour les opérations de lavage des casiers n’a plus épuisé les nappes phréatiques tunisiennes.
Cette approche innovante illustre l’engagement en faveur de la gestion de l’environnement et de la coopération internationale.

« L’un des aspects les plus intéressants de la visite en Afrique est la possibilité de travailler côte à côte avec les partenaires tunisiens », a déclaré le lieutenant David Sneed, commandant du 651e QM CO de l’armée américaine. « Des exercices comme African Lion nous permettent de perfectionner nos propres compétences et techniques, mais nous sommes également fiers de savoir que nous avons partagé les meilleures pratiques entre les deux pays. Cela nous permet d’être prêts à relever les défis à venir.
Bien que l’exercice AL24 se soit achevé en Tunisie, le 651e QM CO restera sur place jusqu’au 16 mai afin de fournir de l’eau purifiée pour le nettoyage de l’équipement avant le transit. Le reste de l’exercice se poursuit dans d’autres pays hôtes, à savoir le Maroc, le Ghana et le Sénégal, jusqu’au 31 mai.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -