15 C
Tunisie
samedi 6 mars 2021
Accueil La UNE Baisse de 75% des flux touristiques en 2020. Un plan de relance...

Baisse de 75% des flux touristiques en 2020. Un plan de relance est en chantier !

Il était inévitable que le tourisme  en Tunisie fût le premier secteur à être laminé par la crise du coronavirus. Malgré la résilience dont elle a  fait preuve à maintes reprises, cette industrie est confrontée à une situation sans précédent, où la crise du Covid-19 est en train de porter un coup très dur à une pléthore d’entreprises, fragilisées depuis 2011, d’ailleurs.

- Publicité-

Cependant, le ministère du Tourisme s’attend à une relance de l’activité touristique à partir de la saison estivale 2021, a indiqué mardi, à l’ARP, le ministre lui-même, Habib Ammar, ajoutant que le travail de son département sera axé principalement sur les marchés libyen et algérien, ainsi que celui de l’Europe de l’Est, durant cette conjoncture marquée par la propagation de la pandémie du Coronavirus.

Le département se penche également sur l’élaboration d’un plan stratégique pour assurer la relance progressive de l’activité touristique, et ce, en coordination avec tous les ministères et structures concernés, a-t-il fait savoir, lors d’une séance plénière tenue à l’ARP, et consacrée à l’examen d’un projet de loi portant ratification du décret définissant les dispositions exceptionnelles relatives aux agences de voyages, dont les activités ont subi l’impact du coronavirus.

Le secteur touristique a subi de plein fouet la crise sanitaire, ce qui a entraîné une chute, en 2020, de  64% des recettes, de 75% du nombre de touristes ayant visité le pays et de près de 80% de nuits passées dans les hôtels, selon le ministre. Ammar a souligné que l’Etat a déployé des efforts pour soutenir les entreprises touristiques, malgré les conditions économiques difficiles, et ce, en engageant des mesures, telles que le rééchelonnement des crédits accordés aux entreprises et aux professionnels du tourisme jusqu’au 21 septembre 2021 et l’octroi d’une subvention mensuelle exceptionnelle de 200 dinars pour les employés du secteur.

Il a souligné que ce décret a bénéficié, jusque-là, à plus de 250 agences de voyages exerçants dans le domaine de l’Omra (petit pèlerinage) et des voyages à l’étranger. Il a permis, aussi, d’effectuer plus de 5 mille « règlements consensuels » entre des agences de voyages et des clients.

Dans la configuration qui est celle de la Tunisie on trouve aussi d’autres pays de l’Afrique du Nord, nommément l’Egypte et le Maroc, tout autant dévastés par la pandémie de coronavirus. Mais certains experts semblent voir une lumière au bout du tunnel.

Pour la Tunisie, il est prévu que les  touristes internationaux ne sont pas attendus avant le milieu de l’année 2021. Cela s’explique en grande partie par le fait qu’une grande partie de l’offre tunisienne est ancrée dans les grands complexes et hôtels tout compris, plutôt que dans les petites unités que le nouveau voyageur recherche de nos jours. De nombreux grands hôtels sont fermés, et beaucoup d’entre eux pourraient même ne pas rouvrir avant que de nouveaux propriétaires n’en prennent le contrôle. La seule bonne nouvelle pour la Tunisie est que les États-Unis et l’Union européenne ont l’intention d’injecter 100 millions d’euros dans le secteur pour l’aider. Hilton est déjà en train de combler ce vide.

OMT: 320 milliards de dollars de pertes dues au coronavirus

On rappelle  que le baromètre publié par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), la pandémie de Covid-19 a provoqué des pertes de 320 milliards de dollars (273 milliards d’euros) pour le tourisme mondial de janvier à mai sur un an.

« C’est plus du triple des pertes enregistrées (…) par le tourisme international pendant la crise économique mondiale de 2009 », a estimé cette organisation dépendant des Nations unies dont le siège est à Madrid.

De janvier à mai, le nombre des touristes internationaux a chuté de 56% par rapport à la même période en 2019, ce qui représente 300 millions de visiteurs en moins. Malgré le lent redémarrage du tourisme, notamment dans l’hémisphère nord, « l’indice de confiance établi par l’OMT affiche des plus bas historiques », est-il constaté.

1 COMMENTAIRE

  1. tous les pays touristiques ont une perte importante de la pandémie tourisme étranger ou intérieur et notre pays ne fait exception mais le problème chez nous on a trop misé et investi dans le tourisme de masse et balnéaire qui une influence importante dans la vie économique et sociale du pays il faut revoir notre politique dans ce secteur et chercher d’autres horizons plus promoteurs .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,470FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,392SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles